COVID-19 : Plus on avance en age et plus on produit d’anticorps pour neutraliser le virus

Sommes-nous capables, grâce à notre système immunitaire, de nous débarrasser du coronavirus responsable de COVID-19 ? Capables également de nous mettre à l’abri d’une nouvelle infection ? Des premiers éléments apparaissent dans une étude chinoise mise en ligne aujourd’hui

Au moment où la France et divers pays se lancent dans la transfusion de plasma de patients convalescents de COVID-19, savoir si, après contamination, nous fabriquons tous des anticorps neutralisants, c’est-à-dire en mesure de bloquer le virus et de le faire éliminer par nos cellules de défense.


C’est ce qu’ont recherché des médecins chinois, du Centre clinique de Santé publique de Shangaï


Dans un article prépublié en ligne, et donc pas encore examiné par des relecteurs indépendants, Fan Wu et ses collègues ont suivi 175 patients qui avaient été admis à l’hôpital pour une pneumopathie liée au virus SARS-CoV-2.


53 % de ces personnes étaient des femmes, tous les patients ont eu un test positif, l’âge médian était de 50 ans, le plus jeune avait 16 ans, le plus âgé 85 ans.
La durée médiane de la maladie a été de 21 jours, et la durée m médiane d’hospitalisation 16 jours.


Tous présentaient une forme modérée de la maladie. Aucun patient n’a été admis en unité de soins intensifs.
Ce que les médecins ont constaté c’est que les anticorps développés contre trois protéines virales, RBD, S1 et S2, apparaissaient entre J10 et J15 après le début de la maladie. Au-delà de J15 le taux se stabilisait.


Il y avait une différence entre les classes d’âge concernant les titres d’anticorps neutralisants produits.
Les taux étaient plus élevés chez les patients âgés (60-85 ans) et ceux d’Age moyen (40-59 ans) que chez les plus jeunes (15-39 ans).


Autre constatation : près de 30 % des patients ont généré des titres très bas d’anticorps neutralisants. Ce qui pose la question de leur protection en cas de nouvelle contamination
Chez 10 des 175 patients, les titres étaient mêmes inférieurs au seuil de détection Cela suppose donc d’autres mécanismes impliqués dans leur guérison, comme le rôle de lymphocytes T ou de cytokines.


Enfin chez les patients ayant les taux d’anticorps neutralisants les plus élevés, la protéine C-reactive, CRP, était très élevée à l’admission et le taux de lymphocytes diminué de façon importante.

S’il est difficile de tirer des conclusions définitives de cette première étude, les auteurs estiment qu’il est très important de titrer les anticorps neutralisants des patients convalescents qui se porteront volontaires pour des dons de plasma. La grande variabilité inter-individuelle laisse à penser que cette mesure est importante.


Les autres constatations devraient aider les immunologistes et les virologistes à mieux appréhender les mécanismes mis en œuvre par l’organisme pour se défendre face à l’agression par le virus SARS-CoV-2. Les auteurs ont constaté, par exemple, que les anticorps neutralisants étaient plus élevés contre les protéines RBD et S2.

Toutes ces informations seront aussi utiles pour les équipes impliquées dans la recherche d’un vaccin. Recherche qui s’annonce peut-être un peu plus complexe que ce à quoi on pouvait s’attendre.

Référence de l’étude
F Wu et al.
Neutralizing antibody responses to SARS-CoV-2 in a COVID-19 recovered patient cohort and their implications

medRxiv preprint doi: https://doi.org/10.1101/2020.03.30.20047365.

Publié dans Maladies infectieuses | Marqué avec , , | 4 commentaires