Vaccins COVID-19 : Un peu plus d’effets secondaires bénins avec le schéma AstraZeneca puis Pfizer

Commencer sa vaccination avec un vaccin à adénovirus type AstraZeneca puis la terminer avec un vaccin à ARNm type Pfizer-BioNTech concerne de plus en plus de monde. Mais quelle est l’efficacité d’un tel protocole et est-il bien toléré. L’étude Com-COV donne ses tous premiers résultats dans The Lancet

Un peu plus de réactions mais très banales et sans gravité c’est ce à quoi doivent s’attendre les personnes qui auront reçu le vaccin AstraZeneca en premier puis le vaccin Pfizer-BioNTech en deuxième injection. Voici ce qui ressort des données préliminaires d’une étude menée depuis février 2021 au Royaume-Uni.


La Grande-Bretagne a d’emblée choisi de vacciner à marche forcée, sans essayer de stocker systématiquement des doses pour pouvoir vacciner sa population avec les deux doses nécessaires. Ainsi au moins 20 millions de personnes ont-elles bénéficié d’une première injection du vaccin AstraZeneca, Vaxzevria (VZ). Ce vaccin repose sur un adénovirus inactivé qui va déposer un gène à base d’ADN, qui va faire fabriquer la protéine Spike du virus SARS-CoV-2.


Pour la seconde injection, il a bien fallu faire appel à un autre vaccin dans de nombreux cas vu la difficulté à recevoir le vaccin VZ. Les Anglais ont donc décidé d’utiliser le vaccin à ARN messager de Pfizer-BioNTech, le Comirnaty (CY).


Adénovirus et ADN d’un côté, ARNm de l’autre mais en bout de course le même produit final : la protéine S, pour Spike.

Une double étude pour mesurer l’impact des deux injections

Le protocole de l’étude est un peu complexe. Pour celles et ceux d’entre vous qui souhaitent le lire en détail, le lien est en fin d’article.
Que faut-il en retenir ? L’étude repose sur 830 personnes divisées en deux groupes.


-Une première cohorte de 100 personnes
va être étudiée pour mesurer la réponse immunitaire : taux d’anticorps et mobilisation des cellules spécialisées dans la défense de l’organisme.

Une seconde cohorte de 730 personnes est suivie pour mesurer les réactions générales à la vaccination, cette cohorte étant divisée en 2 groupes
Le premier groupe de 463 personnes a eu son deuxième vaccin à 28 jours, le second de 367 volontaires, à 84 jours, soit 12 semaines.
Dans les 2 cohortes les 4 combinaisons sont étudiées :

VZ puis VZ
VZ puis CY
CY puis CY
CY puis VZ


Ce qui nous intéresse au premier plan c’est , bien entendu la combinaison VZ puis CY, puisque les autorités sanitaires françaises ont décidé que les moins de 55 ans vaccinés une première fois avec le VZ recevraient un vaccin ARNm la deuxième fois.
Et l’expérience montre que beaucoup de personnes censées recevoir le vaccin VZ en seconde injection font tout pour l’éviter et passer à un vaccin de type CY.

Les résultats publiés ce jour dans The Lancet sont préliminaires. Ils concernent uniquement les aspects liés aux réactions générales suivent la seconde injection.

Qu’apprend-on de ces premières données ?


ATTENTION : les effectifs sont relativement faibles et il s’agit d’effets rapportés par les personnes vaccinées et non constatées médicalement.

Le fait d’utiliser deux vaccins différents a généré un peu plus d’effets secondaires dans les 48 premières heures suivent la deuxième injection.
Ainsi un état fébrile a été rapporté chez 34 % des personnes ayant eu le VZ puis le CY, alors que seuls 10 % disent avoir eu de la fièvre suivant une vaccination faite avec le vaccin VZ à chaque fois.
Une même tendance a été rapportée concernant les frissons, les courbatures, les douleurs articulaires et les maux de tête.

Mais tous ces symptômes ont disparu rapidement, en 48 heures maximum et aucune personne n’a été hospitalisée.

Autre enseignement important : aucun trouble hématologique n’a été constaté dans le groupe de 100 personnes suivies pour leur profil immunologique, notamment aucun accident de thrombose.

Paracétamol systématique ?


Face à ces données encore partielles, les auteurs pensent, cependant, que la prise de paracétamol devrait être recommandée chez les personnes bénéficiant d’une vaccination complète avec deux produits différents. Ils pensent que cela sera d’autant plus utiles chez des sujets de moins de 55 ans, plus prompts à avoir des manifestations post-vaccinale.


Rappelons que le paracétamol n’est en aucun cas une médication banale et qu’il a une toxicité sur le foie qui peut conduire à des greffes en urgence.

Il convient donc de ne pas dépasser la dose de 3 grammes par jour et de vérifier que d’autres médicaments ne contiennent pas de paracétamol dans leur formule.
Enfin cette analyse, préliminaire, rappelons-le, ne concerne pas le vaccin Moderna ni le vaccin Novavax qui sont en cours d’étude.

Références :


Robert H Shaw et al.
Heterologous prime-boost COVID-19 vaccination: initial reactogenicity data

The Lancet published online May 12,2021 https://doi.org/10.1016/S0140-6736(21)01115-6

Le protocole de Com-COV est ICI

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Maladies infectieuses, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Vaccins COVID-19 : Un peu plus d’effets secondaires bénins avec le schéma AstraZeneca puis Pfizer

  1. YVELINE YESOU dit :

    Bonjour cher confrère
    Effectivement, certains primo vaccinés VZ, de plus de 55 ans, demandent ce schéma VZ/CY et là leurs ennuis commencent car on leur refuse en centre de vaccination!
    Hors la vaccination hétérologue a été décidée pour les moins de 55 ans par l’HAS mi avril et les publications médicales de ces jours, montrent que si la réactivité est un peu plus forte , l’immunité est plus importante, en particulier l’immunité cellulaire
    A ce propos:
    Damien Mascret – France 3
    France Télévisions 19/20 Édition du lundi 24 mai 2021
    « Est-il possible de changer de vaccin entre deux injections ? »
    Damien Mascret, médecin et journaliste, apporte son éclairage sur le plateau
    in entre deux injections. Il nous dit:
    « Il est possible de changer de vaccin entre deux injections
    Pour le système immunitaire, que ce soit un vaccin X ou un vaccin Y, l’essentiel c’est de stimuler la mémoire immunitaire, et ça marche à chaque fois », indique le médecin et journaliste Damien Mascret, présent sur le plateau du 19/20, lundi 24 mai.
    Meilleure neutralisation du virus
    Une étude espagnole a été menée « chez les personnes qui avaient reçu une première dose d’AstraZeneca et qui huit à 12 semaines après ont reçu une dose de Pfizer ». La neutralisation du coronavirus « est multipliée par sept » avec le changement de vaccin. « Donc ça marche très bien, indique le médecin. Ça marcherait peut-être mieux que de faire AstraZeneca et AstraZeneca, où on voyait que la mémoire était seulement multipliée par trois. »

    A ce jour ,donc, et avec ce type de publications , j’aimerai que vous me disiez votre attitude de médecin vaccinateur devant cette demande des + 55 ans , étant entendu
    que la gestion des stocks de VZ qui s’accumulent , ne doit pas être la priorité dans l’arbre décisionnel….
    Je suis très intéressée de votre réponse en tant que médecin, tourangelle, 66 ans, primo vaccinée par VZ et qui aura le plaisir de cette discussion avec le médecin du centre de Tours lors de mon rappel fin juin.
    On ne peut pas dire que nous ne sommes pas patients car
    3 mois 1/2 d’attente pour avoir une immunité dans le schéma classique « VZ/VZ », comparés à 2 mois pour le schéma CY/CY
    et je vous fait grâce du risque de TTIV( 1/ 100000) et de l’ efficacité douteuse à terme , contre les variants du schéma VZ/VZ….
    Merci de votre réponse
    Bien confraternellement

    • docteurjd dit :

      La question des 55 ans+ se pose en effet quoridiennement dans les centres. La position officielle répétée par le Pr Alain Fischer c’est AZ/AZ en raison d’un risque extrêmement faible de complications. En Grande Bretagne la vaccination AZ reste très importante.
      On attend la publication de COM-CoV , l’étude britannique sur le profil immunogénique des personnes ayant connu le « switch » AZ/CY.

      L’opinion publique a décidé que le vaccin AZ etait un mauvais vaccin, en contradiction avec les données scientifiques.

      Personnellement je n’aurais aucun etat d’âme à vacciner AZ/AZ une personne 55+. Mais je comprends également l’interet de ce qu’on appelle un mix and match AZ/C
      Donc je n’ai pas d’opinion définitive et tranchée.
      Bien à vous

      • YVELINE YESOU dit :

        Le Dr Fischer n’a effectivement pas d’état d’âme car il va jusqu’à répondre que le rappel d’un + de 55 ans primovaccine par VZ doit être VZ, alors qu’il est interrogé sur un homme de 66 ans qui passe la moitié de l’année au Brésil..Pour moi, on frise la faute professionnelle….
        Le Dr Masquaret, responsable des centres de Mayenne, et président du syndicat des médecins libéraux est très clair: Niet!
        C’est affligeant …
        Enfin je pense qu’au moins, ils ont été plus cléments avec leurs proches , mais chut…..

  2. MARCESCHE benoit dit :

    Bonjour
    Merci beaucoup pour et article très clair.
    Juste il me semble que la vaccin pfizer est Comirnaty et non Corminaty.
    Car il y a RNA dedans (comiRNAty)
    Enfin c’est ce que j’ai déduis.
    Merci également pour vos posts sur Twitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.