COVID-19 : l’Agence Européenne du Médicament ne préconise aucune nouvelle mesure vis à vis du vaccin ASTRAZENECA

Dans sa conférence dee presse du 7 avril 2021 , l’EMA a officiellement considéré que les accidents hromboemboliques aussi raes que surprenants par leur localisation, étaient des effets secondaires imputables au vaccin AstraZeneca.

Ces accidents concernent des caillots qui se forment dans le sinus veineux caverneux cérébral et dans l’abdomen, dans la veine splanchnique au niveau de la rate.

Les experts ont examen 86 dossiers au total dont 18 décès, sur environ 25 millions de doses injectées. Ils n’ont pas de piste formelle, l’hypothèse d’une réaction immunitaire semble la plus probable. Ces accidents ressemblent en effet à de rares événements rencontrés après l’injection sous-cutanée d’héparine, un antocoagulant,avec formation d’un thrombus et une baisse du nombre de plaquettes et des saignements.

Le point positif c’est qu’on a un traitement pour ces accidents liés à l’héparine et qu’on pourrait peut-être les évaluer dans ces accidents vaccinaux.

L’hypothèse qui circule sur les réseaux sociaux et suggérant que c’est un passage veineux lors de l’injection intramusculaire du vaccin qui serait en cause n’est pas retenue. On devrait en effet constater la même chose avec les autres vaccins, ce qui n’est pas le cas.

L’EMA a donc décidé de ne pas décider, ou plutôt de redire que la balance entre bénéfices de la vaccination et risques encourus penche très largement en faveur des bénéfices..

En Europe, les Anglais ont décidé de réserver le vaccin aux plus de 30 ans, la France, l’Espagne l’Italie et l’Allemagne ont mis l’age entre 55 et 60 ans, pas vraiment d’harmonisation.

D’un point de vue pratique et même si la probabilité que vous rencontriez un soucu avec ce vaccin est de l’ordre de 1 sur 500000 voire 1 sur 1million, voici quelques signes à connaitre qui doivent vous amener à consulter:

  • souffle court
  • douleur dans la poitrine
  • gonflement d’une jambe
  • douleur abdominale persistante
  • maux de têt violents e et/ou vision trouble qui persistent
  • des petites taches de sang sous la peau autour du point d’injection, ce qu’on appelle des pétéchies.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Maladies infectieuses, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à COVID-19 : l’Agence Européenne du Médicament ne préconise aucune nouvelle mesure vis à vis du vaccin ASTRAZENECA

  1. @DeodatoPianobar dit :

    Le risque du passage IV éventuel ne me semble concerner que les vaccins à adénovirus, pas les ARNm qui ne comportent pas de virus : l’ARNm en IV dans son enveloppe lipidique ne génèrerait pas de syndrome TIH-like, seul le passage d’un virus entier le pourrait.
    On ne peut donc pas dire qu’en UE on devrait constater la même chose avec les autres vaccins : les seuls vecteurs adénovirus qui existent à ce jour sont Cansino, Sputnik et Janssen, qui ne sont pas disponibles – ou pas encore – en UE.

Répondre à @DeodatoPianobar Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.