Cancer : choisir les traitements alternatifs plutôt que conventionnels tue.

C’est un phénomène rare mais qu’on ne peut ignorer. Certaines personnes font le choix de ne pas accepter les traitements habituels des cancers et s’orientent d’emblée vers des méthodes dites alternatives. Et quand on en voit le résultat, il y a de quoi être effrayé.

Une précision s’impose d’emblée. Ce qui suit ne concerne absolument pas ce qu’on appelle les traitements complémentaires ou ‘intégratifs’, des méthodes que beaucoup de personnes traitées pour cancer utilisent en complément des traitements habituels des cancers, même si peu de ces traitements ont montré un intérêt ou un apport intéressant.

En l’occurrence, c’est une étude publiée il y a déjà deux ans que je vais évoquer car elle reste pleinement d’actualité dans ces périodes troublées et qui rendent difficile l’accès aux soins.

En utilisant une base de données américaine sur les façons dont sont traités les patients, les auteurs de l’étude publiée dans le Journal Of the National Cancer Institute, JNCI, ont recherché des cas de personnes n’ayant eu dans tout le déroulement de leur maladie ni chirurgie, ni chimiothérapie, radiothérapie ou traitement hormonal.

Ils ont retenu ainsi 280 dossiers concernant des cancers du sein, du poumon, de la prostate et des cancers du colon et du rectum (CCR).

Ils ont ensuite apparié ces 280 dossier dans un ratio de 2/1 à 560 patients traités par les méthodes conventionnelles.

Les personnes ayant choisi les méthodes ‘alternatives’ étaient plus jeunes que les patients traités classiquement, il y avait plus de femmes, ces patient s avaient un niveau d’éducation plus élevé, un revenu plus élevé.

Leur cancer était à un stade plus avancé et ils avaient moins de comorbidités.

A l’exception notable du cancer de la prostate pour lequel les deux groupes ne présentaient pas de différences notables, la survie globale à cinq ans dans le groupe ‘alternatif’ était très fortement diminuée, 54,7% comparée à 78,3 % globalement

Pour le cancer du sein à 5 ans :58,1% contre 86,6 %

Poumon :19,9% vs 41,3%

CCR :37,7% vs 79,4%

Pour la prostate en revanche peu de différences :86,2% vs 91,5%.

Ces écarts sont à la fois effrayants et inquiétants car ils témoignent d’une véritable perte de chances pour celles et ceux qui font le choix de recourir à des méthodes alternatives.

Il est certain que le traitement conventionnel est très lourd, avec des effets secondaires non négligeables, parfois des chirurgies mutilatrices. La perte des cheveux, les nausées, les vomissements, les douleurs articulaires, le retentissement des traitements sur la sexualité, sont autant de réalités trop longtemps négligées par le corps médical.

Mais de plus en plus d’équipes et d’unités de soins de support se développent. On trouve dans les centres des soins de type acupuncture, relaxation, méditation, exercice physique. D’autres programmes se développent pour améliorer la qualité de vie.

Renoncer à se traiter est donc un choix personnel , certes, mais extrêmement préjudiciable au regard des chiffres.

En s’informant sur les traitements, la qualité de vie après ces traitements, sur la disponibilité des soins de support, on évite de faire des erreurs qui se paient, hélas, de façon non négligeable, par des décès prématurés.

Référence de l’étude :

Skyler B. Johnson et al

Use of Alternative Medicine for Cancer and Its Impact on Survival

JNCI J Natl Cancer Inst (2018) 110(1): djx145

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans CANCER, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Cancer : choisir les traitements alternatifs plutôt que conventionnels tue.

  1. Maïtre Folace dit :

    L’exemple célèbre et médiatisé de Steve Jobs qui a refusé la science pour les médecines alternatives avec le résultat que l’on sait aurait dû faire réfléchir.
    Concernant le vaccin j’ai une question de béotien. J’ai bien compris que les vaccins à ARNm apportent aux cellules un message leur demandant de produire de la protéine S qui sera ensuite reconnue comme corps étranger par notre système immunitaire. Pourquoi alors n’injecte-t-on pas directement cette protéine, est-ce parce qu’elle est difficile, voire impossible à synthétiser in vitro?
    Je lis toujours avec plaisir vos messages factuels, clairs, documentés, aux antipodes d’un certain conspirationnisme ambiant.

  2. Steinberg dit :

    Cher Docteur,
    que penser de plusieurs milliers de gens en Israël, qui auraient été contaminés par le Covid19 après la vaccination Pfizer, donc d’ARNmessager. Une vieille connaissance de Tours a récemment été dans ce cas en Israël, les médecins israéliens ont dit que si elle avait eu des symptômes faibles c’est sans doute grâce à la vaccination, ce qui semble tout à fait possible. Mais il y a une autre hypothèse qui soutient que la vaccination Pfizer rend d’abord plus contagieux, et qu’en plus on exhalerait plus de virus donc on serait encore plus contagieux… Ce sont apparement des informations véhiculées via un media d’extrême droite (Liberté TV) qui interview longuement une généticienne française, Madame Alexandra Henrion-Caude.
    Merci

    • docteurjd dit :

      Les mensonges et intoxications de l’extreme-droite depuis un an sont meprisables.
      La vaccination a une efficacité de 52% après la1ere injection. Donc rien d’etonnant à ce que des gens vaccinés puissent encore se contaminer.Le reste est de lapropagande

Répondre à Steinberg Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.