Vertiges : les vrais et les « faux »

Pour parler de vertige, il faut qu’il y ait une sensation de déplacement dans l’espace, le plus fréquemment on a une sensation d’être sur un manège avec la pièce qui tourne.

Ces troubles peuvent s’accompagner de pertes auditives, d’acouphènes, de nausées.
Ce qui est en cause c’est une atteinte du système d’équilibration, un système extrêmement précis qui permet à notre cerveau de nous faire tenir debout.

Tout commence dans ce qu’on appelle l’oreille interne, où se trouvent des structures qui sont sensibles aux mouvements de notre tête. Ces structures reçoivent aussi l’aide de notre système de vision pour les aider à déchiffrer la bonne position.

Et cette information va être transmise au tronc cérébral, à la base du cerveau qui intégrera l’ensemble des données.
C’est donc un dysfonctionnement bénin ou plus sérieux de ces divers organes, oreille interne et tronc cérébral, qui peuvent conduire à l’apparition de vertiges, phénomène fréquent qu’environ 15 % d’entre nous avons éprouvés au moins une fois.

Attention il y a vertiges et faux vertiges. L’hypotension orthostatique en est un bon exemple. Là ce ne sont pas les organes de l’équilibre qui sont en cause mais c’est un problème d’irrigation cérébrale insuffisante. On rencontre ces phénomènes dans les hypoglycémies, la spasmophilie par exemple.

C’est donc le médecin qui déterminera si le trouble est un vertige ou pas.
Il suffit d’un examen clinique précis avec un interrogatoire pour bien faire décrire les signes et les circonstances de survenue. Quelques tests neurologiques simples aident aussi à orienter le diagnostic.

Le plus courant de ces vertiges porte un nom compliqué mais est parfaitement bénin : le vertige positionnel paroxystique bénin ou VPPB.
Ce VPPB est lié à la présence de microcristaux qui se promènent dans une partie de l »oreille interne, les canaux semi-circulaires. Ces petits calculs viennent perturber les sensations perçues par les canaux et entrainent des vertiges au changement de position en fin de mouvement, au coucher ou au lever par exemple.
Le traitement de ces troubles est simple : il suffit de faire ce qu’on appelle une manœuvre libératoire. Le principe est de « briser » ces calculs en basculant rapidement le patient assis face au médecin d’abord du côté du vertige puis de l’autre côté.

Mais il existe des formes de vertige plus sévères comme la maladie de Ménière , où la crise peut durer des heures avec des pertes auditives et des acouphènes. Chez les personnes souffrant de cette affection le stress semble jouer un rôle important dans le déclenchement des crises.

Enfin certains vertiges aigus, d’apparition brutale avec des troubles sévères doivent conduire à la pratique d’examens d’imagerie comme une IRM pour rechercher une lésions vasculaire, notamment un AVC dans la région vertébro-basilaire.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans VARIA, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à Vertiges : les vrais et les « faux »

  1. Vical dit :

    Bonjour docteur ,

    Depuis 3 jours j’ai au Levé du lit des vertiges
    Un exemple :
    Je me lève à 8h ( en prenant mon temps ) je m’assieds
    sur le rebort du lit pendant 3mn et vais aux toilettes qui sont à deux mètres 50 environ Quelques secondes après le vertige vient sans aucun
    autre symptome

    Cela m’est arrivé aussi en me levant hier après midi
    du lit .

    A votre avis hypotension ou problème orl?

    Merci docteur

  2. fontaine marie pierre dit :

    j ai contracté une labyrinthite cote droit en avril 2018 hospitalisé 24 h
    aujourd hui je ressens toujours des vertiges j ai consulté un orl qui m a indiqué que j avais une labyrinthite legere du coté gauche.
    j ai eu un tratement contre les vertiges pensant un mois. j ai ete tranquille une semaine et maintenant ça revient moins fort mais je ne suis pas a 100%
    que dois je faire ?

    • docteurjd dit :

      Je ne suis pas ORL et donc je ne suis pas compétent pour vous répondre. Rapprochez vous de votre médecin traitant qui saura vous orienter

  3. Patrick LLUIS dit :

    bonjour !!
    pour ma part, j’ai été brutalement frappé par une névrite vestibulaire (confirmée par IRM) vraisemblablement causée par un virus: perte brutale et immédiate de toute orientation, nausées ultra violentes, impossibilité de garder les yeux ouverts, SAMU, urgences, hospitalisation, rééducation vestibulaire, 3 mois d’arrêt de travail… Un véritable traumatisme pour moi. Aujourd’hui, je ressent toujours, par moment, des troubles de l’équilibre et certains mouvement de la tête me sont interdits, au risque de me croire sur un bateau… cet événement s’est produit en…2003, et je ne me suis jamais senti totalement guéri!!

  4. ludivine carton dit :

    Bonjour docteur , j ai souvent des vertiges quand je m étends en position debout , mon médecin ne voit pas a quoi cela est dû , dois je m’en inquiéter ? merci.

  5. VERANI Marcel dit :

    Bonjour, docteur.

    Je vous apprécie depuis bien longtemps!! J’ai eu le grand plaisir, l’an dernier, de vous voir informer notre pays avant tout le monde, et très bien, de la rémission -toujours acquise- de la petite Layla traitée par le produit allogène de Cellectis. Je me permets de vous signaler le second cas de rémission après autres « thérapies » inefficaces…

    ………Financial times

    6 mai 2016 15h07
    Cellectis salue le succès à débarrasser infantile britannique de cancer
    ft.com/cms
    Un deuxième enfant avec une forme jusque-là incurable de leucémie a été traité avec succès avec une importante nouvelle thérapie cellulaire développée par un Cellectis, une société française soutenue par Pfizer des États-Unis.
    Cellectis a déclaré que son injection Ucart19 avait débarrasser le 16-month-old fille de la maladie à l’hôpital Great Ormond Street à Londres, offrant encore plus de crédibilité à un produit qui pourrait offrir une nouvelle approche de lutte contre le cancer.
    Le cas se présente comme la première personne compte tenu de la thérapie – une autre fille infantile britannique à Great Ormond Street – approche du premier anniversaire de son traitement, ce qui a fait les manchettes lorsque son succès a été révélé Novembre dernier.
    André Choulika, Cellectis, directeur général, a déclaré que le second cas, révélé lors d’une conférence médicale à Washington le vendredi, « montre que la première fois était non seulement la chance ».
    Le produit Cellectis est surveillée de près car elle implique une technologie rivale à d’autres soi-disant thérapies du cancer Car-T qui ont attiré des milliards de dollars d’investissements au cours des dernières années.
    Car-T est un raccourci pour un type de maladie qui combattent les cellules immunitaires, appelées cellules T du récepteur de l’antigène chimère, qui sont génétiquement modifiées pour chasser et détruire le cancer.
    Cependant, tandis que d’autres, y compris Novartis de la Suisse et Junoand Kiteof aux États-Unis, développent des produits qui utilisent modifié des cellules extraites du sang du patient, Ucart19 est faite en utilisant des cellules provenant de donneurs sains.
    Si cela fonctionne cette approche permettrait Cellectis Nasdaq de fabriquer un produit utilisable « off-the-shelf» par un patient, ce qui pourrait le rendre plus abordable que les thérapies concurrentes qui doivent être adaptées pour chaque personne.
    Novartis, Juno et Kite sont plus proche de marché que Cellectis ayant démontré le succès dans un plus grand nombre de patients sur une période plus longue.
    Cependant, le coût élevé et la complexité de leur approche dite autologue est considérée comme un obstacle à l’adoption à grande échelle; la première génération de thérapies Car-T devraient coûter des centaines de milliers de dollars par traitement.
    Pfizer fait le pari que la technologie «allogénique» poursuivi par Cellectis prévaudra sur le long terme. Le groupe américain possède près de 10 pour cent de la société française et l’année dernière US a acquis les droits de commercialisation Ucar19.
    « Thérapies allogéniques vont être plus abordables et plus disponibles », a déclaré M. Choulika.
    Cellectis utilise la technologie génique d’édition, ou « ciseaux moléculaires », pour produire les cellules T spécialement adaptés qui sont injectés dans le flux sanguin d’un patient, où ils prolifèrent dans une armée de cancer chasse.
    Le produit fait partie d’une vague plus large de traitements « immuno-oncologie» qui «train» le système immunitaire pour attaquer le cancer et ont incité excitation parmi les scientifiques, les patients et les investisseurs de montage.
    Thérapie Car-T a été jusqu’à présent le plus de succès dans la leucémie et d’autres formes de cancer du sang, bien que les essais sont en cours pour évaluer son potentiel dans les tumeurs solides.
    Les deux enfants britanniques qui ont reçu le produit Cellectis avait la leucémie lymphoblastique aiguë, qui avait retourné après des précédents cycles de chimiothérapie et ont été ne répond pas à un traitement ultérieur.
    La deuxième fille a été diagnostiquée à quatre semaines d’âge et a rechuté après neuf mois; elle a reçu Ucart19 Décembre dernier quand elle avait 16 mois et est maintenant libre de la maladie.
    Les deux filles ont reçu le médicament grâce à des programmes « d’utilisation compassionnelle». Le premier essai clinique contrôlé doit commencer cette année et M. Choulika a dit espérer que le produit pourrait atteindre le marché en «moins de cinq ans».
    Les filles ont été traités par des médecins du NHS dirigés par Waseem Qasim, professeur de thérapie cellulaire et génique à l’Institut de l’University College London de la santé infantile. Il devait rapporter le dernier cas à la réunion annuelle de l’American Society of Gene & thérapie cellulaire à Washington le vendredi.

    • docteurjd dit :

      Je vous remercie pour ce message.
      J’avais eu l’information il y a quelques jours .
      Il y a également un essai sur six patients programmé en Angleterre.

  6. serait il possible d’avoir des renseignements, j’ai vu vos explications sur les vertiges car j’en ai souvent. j’ai du tanganil 500 6 par jour. j’ai subi 4 greffes du tympan et je suis epileptique, je suis suivie pour la maladie de reklinghausen et j’ai été opérée d’une hydrocéphalie de l’aqueduc de sylvius, j’ai des maux de tete tout les jours j’ai 43 ans

  7. ferreol didier dit :

    bonjour docteur,
    je viens de voir votre intervention aux infos de france 2
    voila ce qui m’amene.
    il m’arrive regulierement des malaises apres une quinte de toux, celle ci intervient souvent apresz avoir bu et passer par un chemein qui me fait donc tousser, je suis assis le plus souvent, et je tombe de ma chaise et il m’arrive de me faire mal.

    j’ai 53 ans, invalide pour insufisance cardiaque grave.
    j’en ai parlé a mon generaliste, mais celui ci ne m’a en aucune facon guidé vers un specialiste.

    bravo pour vos interventions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.