Prothèses mammaires et cancer : un risque de lymphome extrêmement rare.

L’affaire des prothèses défectueuses de marque PIP est en train d’entrer dans la catégorie très médiatique des ‘scandales sanitaires’. Il semble donc utile de rappeler quelques éléments concernant la survenue de cancers associés au port de prothèses mammaires.

Le premier point concerne la survenue de cas de cancers chez les porteuses de prothèses.
On entend ça et là que les pouvoirs publics refuseraient de reconnaître un lien entre ces cancers et les prothèses défectueuses.
Quitte à passer pour un agent du pouvoir, j’abonde dans le sens de ces pouvoirs publics puisqu’à de rarissimes exceptions le lien entre l’exposition à un produit et la survenue d’un cancer est très difficile à prouver, voire quasi impossible.

Mais, en revanche, certaines expositions peuvent jouer un rôle favorisant dans le développement du cancer, qui est un événement multifactoriel.

Constater des cas de cancer chez des femmes autour de la quarantaine n’est donc pas ‘anormal’, fût-ce des adénocarcinomes, forme la plus fréquente des cancers du sein. Au contraire de la reconstruction après mastectomie, la pose d’implants à visée cosmétique se fait en laissant du tissu mammaire, tissu capable de donner lieu au développement de tumeur.
Des localisations cancéreuses primitives  hors du sein semblent également n’avoir aucun rapport avec la présence de la prothèse.

Ce qui, en revanche, est extrêmement peu fréquent et doit retenir l’attention c’est la survenue d’un type très spécifique de tumeur : le lymphome anaplasique à grandes cellules (LAGC, dénommé en anglais ALCL).
Un seul des huit cas actuellement signalés correspond à ce type de tumeur.

Les lymphomes sont des cancers qui touchent les cellules de défenses appelés lymphocytes ou leurs précurseurs. C’est le système lymphatique qui est concerné par l’accumulation des cellules tumorales, en particulier dans  les ganglions lymphatiques, la rate, la moelle osseuse
et le thymus.

Le plus connu des lymphomes est la maladie de Hodgkin. Les autres lymphomes sont dits ‘non hodgkiniens’ ou LNH. Il en existe une vingtaine de formes environ. Ces LNH représentent, environ 10500 cas par an en France

Le lymphome anaplasique à grandes cellules est développé à partir des précurseurs des lymphocytes T. Il représente entre 0,5 et 2% des cas de lymphomes non hodgkiniens selon les divers registres.

La rareté extrême de cette tumeur chez les porteuses de prothèses est illustrée dans une étude néerlandaise publiée en 2008 dans le JAMA.
Les auteurs de l’étude ont repris tous les cas de lymphomes du sein chez des femmes entre 1990 et 2006. Ils ont trouvé 11 cas de LAGC en 17 ans. Cinq de ces femmes étaient porteuses de prothèses mammaires bilatérales implantées dans un but cosmétique.

Leur analyse les a amené à conclure que le risque pour une femme porteuse de prothèse de développer ce lymphome particulier se situait entre 0,1 et 0,3 pour 100 000.

L’hypothèse derrière la maladie serait une réaction immune indirecte face à un corps étranger, sans qu’il y ait besoin d’avoir fuite de liquide.
Ce serait la capsule de la prothèse qui serait indirectement en cause. L’étude néerlandaise n’a pas montré qu’une marque était spécialement en cause.

En janvier 2011 la Food and Drug Administration, FDA, a publié une revue des cas connus.
La littérature internationale mentionne 34 cas de LAGC sur prothèses. La FDA estime qu’au total, une soixantaine de cas est survenue dans le monde. Il faut mettre ce chiffre en rapport avec environ dix millions de femmes porteuses de prothèses.

Ce qui est important à noter dans le document américain c’est que des cas ont été constatés aussi bien avec des prothèses remplies de solution saline qu’avec celles remplies de gel de silicone.

Cela tend à démontrer une fois encore que ce n’est pas le contenu mais le contenant qui semble être la source d’une réaction de l’organisme envers un corps étranger.

Il y a donc énormément d’inconnues dans ce dossier et quelques indices. Le risque est rarissime, mais il semble néanmoins que l’association entre prothèses mammaires et lymphome anaplasique à grandes cellules soit une réalité.

Ce lymphome se développe dans l’environnement immédiat de la prothèse. Il est constitué de cellules de type T, alors que les lymphomes du sein sont de type B.

Enfin, rappelons le, ces lymphomes se retrouvent avec les deux types de remplissage : solution saline ou gel de silicone.

Il semble constituer une entité à part dans la famille des LAGC, avec des caractéristiques propres .

Les prothèses PIP posent le problème d’une fraude industrielle sur un produit utilisé en santé humaine mais qui est un dispositif médical, pas un médicament.

Cette nuance a des implications en matière d’exigences de contrôle dans les processus de fabrication et de suivi, moins stricts pour ces dispositifs, même si cela est en train de changer au niveau européen.

Il est important que la magnitude du risque soit connue. Ce risque, quelle que soit la marque, est d’environ 3 à 5 cas pour un million.

Pour information, chaque année, en France, trente mille femmes reçoivent des prothèses mammaires pour des raisons esthétiques et beaucoup moins pour une reconstruction après chirurgie pour cancer du sein.

Références des études :

de Jong D,
Anaplastic large-cell lymphoma in women with breast implants.
JAMA. 2008 Nov 5;300(17):2030-5.
En accès libre

Anaplastic Large Cell Lymphoma (ALCL) In Women with Breast Implants: Preliminary FDA Findings and Analyses
January 2011
Center for Devices and Radiological Health
U.S. Food and Drug Administration

À propos de docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans VARIA, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

32 réponses à Prothèses mammaires et cancer : un risque de lymphome extrêmement rare.

  1. Mahmoudi dit :

    Bonjour je recherches de l’AIDE pour ma maman. Elle a etait opérer du cancer du sein. Des implants ont etait installer. Elle est retourner sur la table d’operation 3x la meme année . Ce qui normalement est interdit. Depuis elle a d’enorme douleur de partout voir jusqua ne plus pouvoir marcher certain jours. Elle se retrouve seul pour gerer son dossier qui au passage elle a du reconstituer a elle seul en telephonant et en se déplaçant tant bien que mal. Tout les médecin ainsi que professeur se rejette la responsabilité et disent que rien n’est a signaler et qui les hors de questions de lui enlever la prothese actuelle car le seins et joli. Effectivement le seins est peut etre joli mais la douleur est insoutenable pour elle. Je souhaiterais vraiment de l’aide car nous ne savons plus quoi faire . Je pense qu’une erreur medical a etait faite mais ont essaye de nous le cacher. Je vous en supplie si il reste encore des médecins avec de l’honneur et qui font leur metier en etant neutre par rapport a leurs confrère et qui pourrais nous aider contacter moi. Car ca deviens vraiment trés trés difficile . Je vous en remercie

  2. Ping : Prothèses mammaire et cancers : rebondissement dans une affaire connue depuis quatre ans | Journalisme et Santé Publique

  3. ANNIE MESNIL dit :

    Bonjour,
    Nous déconseillons les implants ALLERGAN (Natrelle) depuis 2011. De plus, nous sommes alertées depuis peu, par des victimes de PIP dont les implants ont été remplacés par des Allergan : elles signalent des RUPTURES et des FISSURES de leurs implants.
    Il faut constater que, suite à « l’affaire PIP » ce fabricant édite une notice de 5 pages de précautions et de mises en garde diverses qui, si on la lit attentivement lui permet de se dédouaner de tous les accidents potentiels !!!. Il serait peut-être temps que les « victimes » d’Allergan se constituent en association comme nous l’avons fait !

    • julia dit :

      Bonjour j’étais porteuse d’implants allergan retirés en juin 2013 : un fendu et l’autre tourné. j’ai des ganglions dits inflammatoires sous l’aisselle gauche et à présent ganglions au niveau du coup. je dois faire une irm prochainement pour savoir si ce sont des ganglions anti inflammatoires dus à du siliconome ou ganglions cancereux…
      Je cherche des témoignages car j’avoue que je suis bien inquiète…
      Merci

      • sylvie dit :

        Dis-moi as-tu eu les résultats de tous tes tests est-ce que cela était cancéreux ? La douleur était-elle autour du sein ? avais-tu de la fièvre? ton bras était-il sensible? le seun était-il sensible au toucher?

      • Bauduin Marie therese dit :

        Je viens pour la troisieme fois d être opéré,pour enlever ma prothèse,qui a cloquer,et en plus cette fois a fuis ,on m’a laisser dans des souffrances pendant un mois ,il fallait faire les examins avant,d accord mais le chirurgien ne comprend pas que j ai mal ,ma prothèse de marque Sebbin,je leur ai téléphoné,ils me répondent,pas possible garantie de 10 ans ,les témoignages disent le contraire.je suis opéré depuis une semaine,et je souffre énormément,je ne comprend pas ,j’avale des calmants que faire.merci

  4. bataille dit :

    Bonjour;
    je vous écris car j hésite à me mettre des implants car jai plus de poitrine depuis mes 2 grossesses et allaitements,
    j’ai 27 ans et votre article, ainsi que les commentaires me freinent.
    Que faire, que penser?
    si je sais que j ai des risques de cancer je préfère laisser tomber.
    On à qu une vie, peut<être qu avoir une plus grosse poitrine ne vaut pas autant d inquiétude.
    Merci pour vos réponses

    • docteurjd dit :

      Le cancer décrit dans cet article est rarissime. Mais le mieux est que vous discutiez avec votre chirurgien et lui posiez toutes les questions que vous souhaitez

  5. Marchal dit :

    Bonjour je recherche une association de victime de prothèse mamaire allergan opéré en2005 une catastrophe prothèse de même type que pip si vous avez aussi eu un cas similimaire pour porter plainte merci mon mail malika9408@hotmail.fr

  6. Marchal dit :

    Bsr je suis victime de prothèse allergan on me la retiré en 2011 suite a une rupture et elle set collé à mon muscle pectoral le chirurgien a était obligé de me couper des lambeau de celui ci pour récupérer la prothèse qui était jaune et granuleuse comme celle des pip et maintenant jais de grve séquelle avec douleur o côte dos o thorax côté droit opéré en 2001 ablation suite a un cancer du sein je voulais pas faire de chirurgie réparatrice et en 2005 on m’a rassuré on m’a dit que je ne risquer rien et que les prothèse en silicone était strictement sans danger résultat je me retrouve mutilé 2 fois une fois le cancer et maintenant le silicońe et la société allergan jais pris contacté avec eux il font les mort l’hôpital ou jais était opèré un chirurgien que je ne connait pas ma dit ça arrive et que fallait pas le faire tout le monde s’en fiche de la mutilation de toute ses femme qui souffre aux cotidient je souhaiterais que nous réunissons pour former une association des victimes contres tout ses escrocs qui se font de l’argent sur la souffrance et la détresse de toutes ses femme et sans compter tout les effet que ça a sur nôtres vie aux quotidiens je vous tend ma main alors je vous attend pour que nous soyons reconnue des victime et qu’il paye leurs erreurs et êtres indemniser a la auteur de nôtres pregudice merci a vous et pour vôtres soutient Malika9408@hotmail.fr

  7. MABILAIS dit :

    Bonjour, j’ai pu entendre votre témoignage sur France 2 aujourd’hui avec la nouvelle: l’aspirine serait un remède pour éviter et guérir le cancer du colon, de l’oseophage et du pancréas. Est-il efficace pour le cancer de l’estomac et pour les métastases qui se sont diffus dans le péritoine et un nodule au foie?
    Merci de me répondre

    MABILAIS Priscilla

    • docteurjd dit :

      On n’a aucune preuve formelle de l’efficacité de l’aspirine et rien n’a été démontré en ce qui concerne l’estomac

  8. janneaud annie dit :

    Je suis sur le point de subir une nouvelle intervention pour remplacement d’une prothèse
    Opérée en 2007 cancer du sein, j’ai bénéficié d’une reconstruction avec une prothèse Mac Ghan. Au fil du temps, cette prothèse s’est « dégonflée »
    Ma dernière mammographie (janvier 2012) fait état d’une rupture sous-capsulaire. Il m’a été conseillé de procéder au remplacement de cet implant avant que les « fuites » ne se dispersent au-delà de la capsule de protection et ne risquent de se disperser dans le corps.
    Bonne précaution.
    Il paraît que ce type de situation représente 3% des cas lorsque l’implant a été placé depuis moins de 5 ans.
    Mes questions : que doit-on penser des prothèses Mac Ghan ?
    Peut-on remplacer l’implant actuel par un autre du même type ?
    Ayant été déjà « charcutée » deux fois (une première fois en 1997 : petite intervention locale, deuxième intervention en 2007 avec ablation totale)
    est-il raisonnable pour moi de recommencer à me faire placer une prothèse et quels en seraient les risques les plus probables ?
    Mon chirurgien potentiel m’a parlé d’hématomes, de nécroses possibles
    Je suis tentée bien sûr mais pas si les risques encourus dépassent le normal raisonnable que l’on peut attendre de toute opération chirurgicale.
    Si retrouver un corps de femme présentable me conduit à prendre des risques pour ma santé, alors bien sûr j’accepte de rester plate !!

  9. Ping : 2012, viendra le temps de… « Gagner sur le cancer, c'est vivre avec

  10. Chapuis dit :

    Bonjour,

    Je suis chaque jour le 13h de France2 et ce jour, je vous ai entendu parler et donner des informations à propos du dossier PIP.Ce qui m’a beaucoup intéressé, ce sont les manquements évidents au niveau des contrôles des implants avant leur mise sur le marché par rapport à un médicament, aussi,vous avez précisé que d’autres marques d’implants pourraient être mises en cause.
    J’ai un témoignage qui pourrait vous intéresser.Je vais résumer mon histoire.
    -Octobre 1991 : Pose d’implants Mentor.
    -Septembre 2005 : changement d’implants sans enlever la capsule ( le tissus dont vous parlez dans l’article ci-dessus, temps d’intervention :1h45.
    -Mars 2008 : un cancer du sein, tumorectomie, chimiothérapie et radiothérapie et c’est là que mes ennuis commencent.Des douleurs qui vont amplifier et me faire chercher les causes de mes problèmes.
    Je vais trouver un chercheur en biomatériaux, canadien, qui connait très bien la silicone et ses effets dans le corps.Ce que vous dites dans votre article, il me l’a appris en 2009.J’ai donc décidé de me faire explanter en novembre 2011( j’insiste pour récupérer mes implants et tous les tissus qui les entourent ) malgré la fatigue et les douleurs qui me submergent.L’intervention durera 3h.
    -L’analyse de mes prothèses est révélatrice, les implants de 2005 sont intacts mais les tissus les entourant contiennent des résidus d’implants de 1991.
    -J’ai obtenu le compte-rendu complet d’analyse et aussi un document sur l’entreprise Mentor qui était dirigée par un escroc qui se verra interdire la vente de ses implants aux Etats-Unis mais qui continuera d’écouler ses stocks en Europe.J’ai donc été victime d’une implantation
    interdite aux USA.
    Le chirurgien qui a changé mes implants en 2005 a mis une étude en ligne que j’ai obtenu moyennant finances, il s’avère que les implants Mentor sont ceux qui présentaient en 2005, le plus de risque de fuite, comment admettre qu’en sachant cela, ce chirurgien me replace des implants Mentor.
    J’ai un document interne à l’entreprise Mentor qui détaille le fonctionnement « voyou » de l’entreprise .Beaucoup de similitude avec PIP.Mentor a été rachetée par Jonhson and Jonhson qui souhaiterait bien se débarasser de l’historique peu reluisant de Mentor.
    Que puis-je faire à l’heure actuelle ?
    Si vous voulez plus de détails, vous pouvez me contacter, si des personnes ont des problèmes avec des implants Mentor, je souhaiterais bien être mise en relation avec elles.
    Merci de me répondre

    • NAHON Pierre dit :

      Madame,
      Votre témoignage est interessant, j’aimerais bien que vous me contactiez.
      Dr Pierre Nahon

      • champel dit :

        bonjour j’ai des prothèses mentor posées en février 2001 et une des deux est fissurée et du silicone s’en est échappé je m’apprete à les faire enlever je suis inquiète car j’ai toujours une douleur inflammatoire coté gauche qui irradie sous les cotes et dans le bras (coté ou la prothèse est fissurée)le chirurgien se dit serein et banalise cela;pouvez vous me donner plus de précisions sur le fabricant de cse prothèses et notamment quel gel les remplissait à cette époque

    • deroche dit :

      bonjour, j’ai pu lire votre témoignage conernant vos prothèses MENTOR.
      MOI même porteuse de prothèses mammaires MENTOR depuis 2 ans, je m’interroge bcp depuis l’affaire PIP. j’ai un suivi régulier avec mon chirurgien et gynécologue mais tjrs dans l’inquiètude car au couché j’ai des douleurs au sein gauche et à l’éco on ne voit rien d’anormal mais je me dis, vu qu’elles sont placées derrière le muscle pectoral je ne sais pas si on peut vraiment les voirs à l’éco moi même je ne les vois pas. Pouvez vous m’en dire plus sur ce labo MENTOR et votre experience personnelle.
      Cordialement. ERIKA DE LYON

    • lascombe dit :

      bonjour
      J’ai des prothèses mentor posaient en 2005 le volume a baissé de moitier et la droite c’est carrement tombé de 2 cm mon chirurgien me les remplaces le 14 JUIN pensez vous qu’il puisse avoir des complications?
      merci de votre réponse
      cdt jennyfair

    • Maria dit :

      Chère Chapuis,
      Merci pour votre témoignage. Vous dites que vous avez appris les informations sur l’effet du sicilne dans le corps. Pourriez vous me dire de quoi s’agit il exactement? Je voudrais me faire poser les implants mais je me pose beaucoup de questions…
      En vous remerciant

    • isabelle dit :

      Bonjour ,comme vous je suis porteuse de prothèses de la marque Mentor ,je viens d’apprendre récemment que l’une d’elles était rompue et cela depuis plus de 2 ans ,je me retrouve avec deux siliconomes assez importants dus à cette prothèse qui fuit (prothèses posées en 2004).En fait ma prothèse a fuit au bout de la 6ème année mais je ne le savait pas ; malgré les echos et mamo on me disait que c’était bénin !C’est une récente IRM qui a permis de déceler la rupture .
      A ce jour le chirurgien me propose d’enlever les prothèses et de ne pas en remettre ,il ne sait encore s’il va devoir enlever les siliconomes car cela implique d’enlever les glanglions lymphatiques et pourrait avoir d’autres conséquences .Je revois la semaine prochaine un autre de ses collègues pour avoir un second avis . Je pense demander le remboursement de la prochaine intervention à Mentor ,le chirurgien qui m’avait opéré m’a dit que je suis la 5ème personne à qui cela arrive .
      Je suis dégoûtée car je me retrouve avec du gel de silicone dans l’organisme et je ne sais pas les effets que cela aura a long terme …..
      Si vous vous retrouvez dans le même cas que moi ,merci de me contacter .

    • BD dit :

      Bonjour,

      J’ai lu votre récit, j’ai des implants marque mentor, fuite d’une prothèse , j’ai vu mon chirurgien n’a pas tenu compte des échographies mammaires, neuf mois après mon sein a doublé de volume , retourné voir chirurgien pour les enlever, ils restaient du silicone dans le sein et dans l’aisselle, je me fais opérer par un autre chirurgien, on m’enlève un ganglion qui avait du silicone, j’ai besoin de vos commentaires car j’ai attaqué le chirurgien en Auvergne et Mentor, j’attend vos dires et commentaires.
      Cordialement

  11. poli dit :

    Ces dames ont pris des risques de toutes évidences. aujourd’hui le devoir de pr »caution est indispensable, mais à ce titre je trouve inacceptable que la Sécurité sociale prenne en charge les 30000 opérations. ‘(OK pour les cas de réparations après cancer). Elles ont payé parfois jusqu’à 6ooo euros, pour un artifice narcissique. Le trou de la Sécu est déjà relativement important, il faut assumer ses erreurs.

  12. Jean-Pierre Boutin dit :

    Je viens d’écouter l’intervention de JDK dans le journal de France 2 de 13h. Comme d’habitude, langage clair, objectivité, dénonciation des lobbies (des chirurgiens notamment!) et de la démagogie des politiques. Bravo docteur, j’espère que vous pourrez continuer à délivrer ce genre de message, c’est tellement rare … En tant que rédacteur adjoint des journaux de FR2, ne pourriez vous pas tenter de relever un peu le niveau des journalistes de votre rédaction qui ne mettent systématiquement en avant, outre les nombreux marronniers, que celles qui mettent en jeu l’émotionnel et les alarmistes même celles qui sont basées sur des allégations farfelues ou notoirement inexactes. Pour rester dans le domaine, que penser de Puijadas qui associe systématiquement problème des prothèses mammaires et cancer? Niaiserie, peut être ; incompétence, sûrement.

  13. Fabrice dit :

    bravo pour votre intervention ce midi au journal de France2
    pas de concession pour les décideurs politiques ni les medeçins opportunistes (et je suis moi meme pédiatre)
    bien daccord avec vous, ce principe de précausion nous coute cher et pas seulement financièrement…
    gardez le cap, votre intégrité et votre honneteté honore notre profession

    confraternellement

    fabrice

  14. Merci , je partage sur notre twiter, notre page face book, ainsi que sur le forum de l’Association.

  15. Comptez sur nous, nous nous y employons… Et merci de propager de l’information « dédramatisée » et replacée dans son contexte.
    Je vous suis également sur twitter, @mesmotspassants. Donc, bon week-end.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.