Nobel de médecine 2011 : la victoire de la police de proximité.

Si je devais prendre une image je dirais que le Nobel récompense la police de proximité. Ce qu’on découvert ces chercheurs c’est la façon dont nos défenses réagissent à une présence étrangère indésirable, un microbe par exemple en première intention. C’est ce qu’on appelle l ‘immunité innée.

Des cellules patrouilleuses qu’on appelle macrophages ou cellules dendritique vont reconnaitre l’intrus, l’immobiliser chimiquement l’avaler et le découper en morceaux.

Ensuite les morceaux intéressants sont mis à la surface de la cellule pour être identifiées par des brigades spécialisées, des cellules appelées lymphocytes qui vont garder à vie en mémoire la tête de l’intrus et le bloquer en cas de nouvelle intrusion grace à des anticorps spécifiques, sorte de ‘menottes ‘ sur mesure
Cette découverte sert de base aujourd’hui aux recherches pour la mise au point de vaccins anti cancer et anti VIH le virus du sida. On met des fragments de virus ou de tumeurs dans les cellules dendritiques pour que l’organisme apprenne à les combattre.

Actuellement un premier vaccin de ce type est sur le marché, aux Etats-Unis. Il s’agit d’un traitement destiné aux formes avancées de cancer de la prostate. C’est un traitement onéreux dont l’efficacité reste encore assez limitée.

Pour en savoir plus, lisez l’article que j’avais écrit en avril 2011 sur le blog santé de France 2

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans VARIA, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à Nobel de médecine 2011 : la victoire de la police de proximité.

  1. DASSY dit :

    Bravo pour votre professinalisme,excellente explication qui m aide beaucoup a l école d’infirmier.Merci

  2. klodwain dit :

    votre parabole policière m’a donné l’impression que vous croyez le téléspectateur infantile et ignare du b-a ba de l’immunité, avec ses termes si compliqués d’anticorps, de protéine ou de lymphocyte.
    Ce n’est pas terrible pour un consultant scientifique, qui devrait s’attacher au contraire à élever le niveau culturel de la ménagère de cinquante ans.
    Vous auriez pu aussi parler du salaire mirobolant de notre prix Nobel CNRS ou INSERM, dont l’énormité va sûrement attirer un tas de jeunes vers la recherche.
    Quant au traditionnel noeud papillon, il est bien passé de mode dans notre univers médical du 21e siècle paupérisé et multi-culturalisé.

    • docteurjd dit :

      Je suis certain qu’en 50 secondes vous sauriez trouver bien mieux que moi les mots pour expliquer cette decouverte. N’hesitez pas a proposer vos services a ma direction. C’est tellement rare des gens comme vous. Et votre remarque sur le noeud papillon montre bien que la mediocrite vous est etrangere !

  3. Martine JANTET dit :

    Merci pour la clarté de vos explications.

  4. kinou dit :

    Bonjour. Félicitations à ces chercheurs qui, dans l’ombre parfois, travaillent pour nous. Et, merci à vous de nous rendre tout cela accessible grâce à des explications simples.
    Outre les « attaquent » extérieures, j’espère que ces découvertes permettront aussi de faire la lumière sur les maladies auto-immunes. Lorsqu’on est atteint, il est bien difficile de comprendre et d’admettre qu’un organisme puisse considérer certains de ses propres composants comme des intrus et se retourner contre lui-même.
    @ bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.