Champix : le laboratoire aurait mégoté pour rapporter les cas de suicide.

Le suicide comme effet secondaire mineur et attendu ! C’est la pilule que le fabricant de la varenicline (Champix®) a voulu faire avaler aux autorités sanitaires américaines selon  ISMP, une organisation américaine de protection des consommateurs.

La varenicline est un médicament qui fait beaucoup parler de lui. Vendu chez nous sous le nom de Champix et aux Etats-Unis sous l’appellation Chantix, ce produit est prescrit aux patients qui souhaitent arrêter de fumer.

Il ne s’agit pas d’un substitut nicotinique mais d’un produit agissant sur des récepteurs cérébraux.

Ce produit a très vite généré de nombreux signalement de pharmacovigilance, au point qu’il était même le médicament le plus cité dans les registres d’effets adverses aux Etats-Unis.
Il a ainsi tenu la tête du ‘hit-parade’ des produits impliqués dans des actes de violence comme on peut le lire dans cet article.

Les effets psychiatriques liés à la varenicline ne semblaient pas inquiéter Pfizer, le fabricant. Le laboratoire estimait que le sevrage tabagique pouvait expliquer à lui seul les signalements très fréquents faits aux autorités sanitaires. Mais, en 2009, la FDA a imposé à Pfizer de prévenir prescripteurs et utilisateurs du risque de survenue de ces troubles parfois très sévères.

L’ISMP, Institute for Safe Medications Practices, est une organisation qui, comme l’indique son nom, lutte pour un usage sécurisé des médicaments. Pour cela, cette organisation surveille les rapports d’effets adverses signalés aux autorités.

Et l’ISMP tire à nouveau le signal d’alarme sur la varenicline au vu des données du troisième trimestre 2010. Le produit dépasse toutes les autres molécules en signalement et représente le double des cas de suicides ou de morts sans qu’on puisse, cependant, formellement conclure à un lien de causalité.

Parmi ces 1055 signalements, un recors, l’ISMP a découvert que 589 cas provenaient, en fait, d’événements antérieurs, certains remontant à 2006.

Et parmi ces effets adverses, on a vu apparaître 150 suicides ‘réussis’. Une bagatelle ! En une fois, le nombre de suicides mettant en cause la responsabilité du Champix faisait plus que doubler les statistiques déjà connues avec 122 cas !

L’ISMP a interrogé Pfizer sur ces déclarations tardives. Etonnamment, le laboratoire a choisi de ne pas répondre à l’organisation ! Dommage, car comme le soulignent les auteurs du rapport, il aurait été intéressant de savoir pourquoi des suicides, des tentatives de suicides et des troubles psychotiques ont pu être classés au milieu de 26000 autres événements considérés comme ‘mineurs ‘ ou ‘attendus’ (sic)

Les événements aussi graves que des tentatives de suicide et des suicides doivent, aux Etats6Unis, être signalés sous quinze jours aux autorités sanitaires. La FDA a constaté que Pfizer n’avait non seulement pas respecté cette règle mais encore avait minimisés certains événements en les classant dans des rubriques moins sévères.

La FDA a adressé une lettre de six pages au fabricant pour lui rappeler les règles et lui signaler ses manquements.
La varenicline est également vendue en Europe et en France, bien sûr. Un plan de gestion des risques a été mis en place par l’Afssaps. Une surveillance renforcée est en place en raison des risques de troubles psychiatriques et de conduites suicidaires

Mais la fiche mise à disposition du public par l’Agence Européenne du médicament est très peu informative quand aux risques psychiques liés au produit.

Ce travail de l’ISMP, comme le rôle de l’association ‘Which’ en Grande-Bretagne ou de la revue ‘Prescrire’ chez nous montre que les systèmes de pharmacovigilance officiels permettent encore trop souvent aux laboratoires de tricher et de ne pas respecter les règles.

La succession des affaires et des scandales amènent quelques corrections mais pas assez radicales ni contraignantes.

Une question de courage politique sans doute.

Le rapport de l’ISMP est consultable en ligne

 

NOTE D’ACTUALITE DU 31/05/2011

Xavier Bertrand, ministre de la santé, a annoncé ce matin sur France 2 la fin du remboursement du Champix, mettant en avant les incertitudes liées aux effets secondaires du produit.

 

NOTE D’ACTUALITE DU 03/11/2011

Une nouvelle étude publiée dans la revue PLoS ONE met en évidence un risque légérement élevé de dépression et de suicide chez les utilisateurs de varenicline (Champix).

Cette étude peut être consultée librement  ICI

 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à Champix : le laboratoire aurait mégoté pour rapporter les cas de suicide.

  1. Konieczny dit :

    Je cherche 3900 euros pour l expertise médical j ais fait un appel au dons(gofundme)ma vie est détruite les premiers symptômes on commencé 3 jours après l arrêt du champix il Ya dix ans crises d angoisse morbidité psychose dépression plain de symptômes au bout de 8 ans j ais été déclaré schizophrène mes nouveaux symptômes son ne plus savoir parler marché ou je me retrouve comme un légume voilà mon histoire

  2. Bonjour je m appel Konieczny Christophe j ais prix du champix il Ya dix ans et je suis devenu schizophrène ma vie et un enfer je suis en procès avec le laboratoire pfizer

    • docteurjd dit :

      Le lien de causalité n’a jamais été démontré pour la schizophrénie. Avez vous une expertise en ce sens ?

      • Konieczny dit :

        Je cherche 3900 euros pour l expertise médical j ais fait un appel au dons(gofundme)ma vie est détruite les premiers symptômes on commencé 3 jours après l arrêt du champix il Ya dix ans crises d angoisse morbidité psychose dépression plain de symptômes au bout de 8 ans j ais été déclaré schizophrène mes nouveaux symptômes son ne plus savoir parler marché ou je me retrouve comme un légume voilà mon histoire

      • Konieczny Christophe dit :

        J ais des papiers médicaux parlant de pharmaco psychose et de schizophrènie post champix et un papier expliquant que je ne suis pas le seul que la varenicline aurais empêcher la circulation d hormone (dopamine ) ce qui expliquerait mon état

  3. mimil dit :

    De mon côté il se trouve que j’ai été sous champix d’une grande agressivité, mon conjoint a failli me quitter, j’ai eu envie de me suicider, et finalement j’ai eu une altercation avec une automobiliste pour laquelle je vais être entendue prochainement, je ne remet pas la faute à ce médicament, quoi que il est évident que je ne m’étais jamais vue comme ça, j’ai arrêté le traitement et suis redevenue normale

  4. céline dit :

    Bonsoir,
    Voilà… IRM c’est confirmé ! tumeur de 14 mm au niveau de l’hypophyse.
    quoi en penser ??? Champix, pas champix….

  5. Jeanne dit :

    bonjour à tous,
    j’ai arrêté de fumer il y a maintenant 7 mois avec Champix. mais je peux vous garantir que j’en ai bavé et fait baver autour de moi. la depression, le suicide, l’hypertension, les douleurs dans la poitrine dans les jambes… tout y est passé.
    mais le pire est pour ma nièce après 3 jours de traitement, elle a déclaré un diabète insipide, une grosseur à l' »hypophyse », et un arrêt de fonction de la thyroïde. aujourd’hui elle est sous contrôle médical à bordeaux, mais les médecins ne se prononcent pas par rapport à Champix.
    il faut absolument que nous recoupions toutes ces infos pour faire évaluer les vrais risques de ce médicament.

    • celine dit :

      Bonjour Jeanne,
      Je me suis arrêtée de fumer il y a plus de 2 ans « grace » au Champix…
      L’arrêt du tabac a-t-il été bon pour ma santé ???
      Dépression, insomnie, migraine, obésité, problème de tyroïde, de l’hypophyse, glaucome….. et rien est dit sur ce fichu poison ! tu as raison, il faut se réunir ! merci pour ton témoignage, je me sent moins seule.
      A bientôt.
      Céline

  6. C’est bien joli. N’empèche que sans le Champix, je continuerai de fumer (à 64 ans) comme je le fais depuis l’âge de 18 ans, c’est à dire trente Gauloises par jour.

    Il y a des risques, certes, mais il y a aussi des réultats (je ne fume plus depuis deux ans 1/2). Par contre, j’en ai plus appris sur le Champix à mon médecin trainant et ses effets secondaires (y compris les risques de suicide) qu’il ne l’a fait lui-même. C’est peut-être une partie du problème.

    Parce qu’enfin, qui peut réellement croire qu’on puisse sevrer un addict à la nicotine avec des patches de la même substance et largement plus dosés qu’un paquet de cigarette ? A-t-on déja sevré un alcoolique avec des patches à l’alcool ou un héroinomane avec des patches à l’héroine ?

    Enfin, ce que j’en dis…
    Jean-Luc

  7. programme dit :

    C’est bien gentil mr bertrand
    ce produit est purement et simplement à retirer de la vente.
    hormis les tendances suicidaires constatées, il est
    également nocif pour la vue (voir posologie : l’oeil peut se mettre à « tourner » dans tous les sens et dans ce cas arrêter ! ) et quid des effets à court terme ( dans les mois qui suivent) ?
    « nous n’avons pas de réponse à votre question, les cas ne sont pas étudiés, ceci nous parait minime etc »
    dans le doute…

  8. Nolle Géraldine dit :

    suite a la prise du champix,j’ai été victime d’une fissure d’anévrisme,sans que ce médicament soit clairement impliqué mais je me pose des questions a ce propos,est ce que mes doutes sont raisonnables ,il a t-il eu des recherches a ce sujet Merci !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.