DMLA Avastin et Lucentis : un médicament très cher pour un traitement à l’oeil.

La DMLA, maladie dégénérative de la rétine liée à l’âge, est un problème de santé qui devient de plus en plus important. D’abord parce que la population vieillit, ensuite parce que l’arrivée de nouveaux médicaments très coûteux  amène des médecins à choisir un substitut aussi efficace et moins cher.

Fin avril 2011, le verdict est tombé. Une étude américaine qui comparait deux molécules très voisines, utilisées pour traiter la forme dite ‘humide’ de la DMLA, a montré que, malgré des efficacités comparables, l’un d’entre eux valait trente fois le pris de l’autre. Le résultat c’est que des médecins utilisent sans autorisation et en le déconditionnant, le médicament le moins cher.

La première chose à signaler dans cette étude comparant le ranibizumab (Lucentis) et le bevacizumab (Avastin) c’est que le financement a été assuré par l’Institut National de la Vision, l’une des branches du NIH, l’Institut National de la Santé américain.

Dans un pays ultralibéral au système de santé très inégalitaire, les autorités sanitaires ont fait ce que nos autorités sanitaires françaises et européennes n’ont pas eu l’idée et surtout la volonté de faire. Une attitude d’autant plus surprenante que ces autorités semblent accepter de débourser trente fois  plus que nécessaire théoriquement.

Le prix du Lucentis est, en effet, dans les mêmes eaux que la verteporfine ou Visudyne, qui fut le premier traitement des formes humides de DMLA ayant montré une capacité à freiner le processus dégénératif.

Théoriquement, dis-je, car l’étude publiée dans le NEJM le souligne bien, les deux médicaments n’ont pas exactement le même profil de sécurité. Les effets adverses sévères sont, en effet, plus nombreux avec l’Avastin qu’avec le Lucentis, un risque d’hospitalisation majoré de 29 %.

Cela s’explique en partie parce que le produit n’est pas destiné  à être injecté en intraoculaire. C’est un médicament anticancéreux conditionné pour être administré par voie intraveineuse.

L’Avastin est réservé à un usage hospitalier et ne peut donc être mis à la disposition des ophtalmologistes libéraux. On imagine mal Roche, le laboratoire propriétaire de Genentech, développer une formule ophtalmique de ce médicament. Il ne va pas concurrencer le Lucentis, autre invention de Genentech dont la licence hors Etats-Unis a été cédée à Novartis, l’autre géant suisse de l’industrie pharmaceutique.

La question qu’on peut donc se poser c’est de savoir si, maintenant que les preuves d’efficacité semblable sont apportées, les payeurs vont demander à Novartis de revoir son, prix à la baisse et de façon substantielle.

Si on tient compte du risque moindre d’effets secondaires sévères et de nécessité d’hospitaliser en cas de complications, il est évident que le Lucentis mérite un prix supérieur à celui de l’Avastin.

Mais il faut sévèrement réduire l’écart entre les deux produits !
On remarquera qu’aux Etats-Unis, c’est sous l’impulsion des sociétés savantes en ophtalmologie que les choses ont bougé.

On peut rêver et penser qu’en France, en particulier, il se passe un phénomène analogue.
Les médecins ne peuvent plus, en effet, se laver les mains des prix exigés et souvent obtenus par l’industrie pharmaceutique face à de telles situations.

Comme je l’ai dit : on peut rêver !

Référence de l’étude :

The CATT Research Group
Ranibizumab and Bevacizumab for Neovascular Age-Related Macular Degeneration
N Engl J Med Published online April 28, 2011. doi: 10.1056/nejmoa1102673

L’éditorial qui accompagne l’article :

Philip J Rosenfeld
Bevacizumab versus Ranibizumab — The Verdict
N Engl J Med Published online April 28, 2011 10.1056/nejme1103334
Lire aussi un article sur le sujet dans le blog santé de France 2

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à DMLA Avastin et Lucentis : un médicament très cher pour un traitement à l’oeil.

  1. casetta dit :

    Comment pouvez vous dire que les fruits et légumes sont chers lors de votre intervention à la télévision sur France 2 le 16/10 alors que ensuite vous passez une minute à faire l’éloge des surimis?

    Combien vaut 1 kilo de surimi comparé à 1 kilo de carottes?

    J’en déduis que vous êtes un adepte de surimi et pourtant vous feriez mieux de manger des pommes et des carottes, c’est bon pour la silhouette!!!!

    • docteurjd dit :

      Que vous dire, hormis le fait que vous n’avez rien compris à ce que j’ai dit? Rien en fait
      Sachez que les kilos ça se perd, le manque d’élégance plus difficilement

  2. linda dit :

    Avastin vaut-il vraiment la peine, les difficultés, l’angoisse que tout ceci provoque chez le patient âgé de 81 ans….

  3. siwar dit :

    est-ce que le produit nécessite une ordonnace, il s’agit du m^me produit pour les tumeurs cervicales, combien ça coute

  4. Roger St-Cyr dit :

    J’ai reçu une troisième injections aujjourd’hui au Lucentis et dois avouer qu’une légère amélioration s’est réflétée suite au deuxième traitement le mois dernier. Si ces légères améliorations s’installent je bénirai mon Rétinologue pour le bon travail qu’il a accomplit.

    • hermann dit :

      Bonjour,

      J’ai été très intéressée par votre témoignage et aimerais obtenir les coordonnées de votre rétinologue.
      Merci.
      Bien sincèrement.
      Françoise Hermann

  5. MEYER David dit :

    Je bénéficie depuis environ un an du traitement avec du LUCENTIS;;
    C’est, effectivement, un produit très cher ! Le laboratoire doit, à mon avis,
    pratiquer une politique de marge franchement abusive! On ne peut croire, en effet, qu’il puisse y avoir, au niveau du prix de revient industriel un écart de 1 à 30 entre les 2 produits, composés, semble-t-il de molécules assez voisines.
    Il faut que le laboratoire arrête d’exagérer ainsi.
    Il reste que le Lucentis présente, sur le plan strictement médical, beaucoup moins d’inconvénients que l’Avastin.
    Merci pour vos articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.