Cancer et dépassement d’honoraires : la double peine.

L’un des grands arguments pour vanter notre système de santé est son côté égalitaire. Mais la réalité est tout autre dans de plus en plus de situations. Les interventions chirurgicales pour cancer en sont un exemple.

C’est ce qu’on peut appeler vraiment la’ double peine’. La femme est jeune, quarante-cinq ans. Sa gynécologue vient de lui annoncer que la mammographie et l’échographie montraient des lésions dont la biopsie a confirmé la nature : c’est un cancer du sein. Mais le médecin rassure tant que faire se peut sa patiente : elle connait un excellent chirurgien qui va pouvoir la ‘débarrasser’ de cette cochonnerie.

La jeune femme n’a de cesse de se rendre chez le chirurgien qui la reçoit assez rapidement. Il lui explique exactement ce qu’il va lui faire, le plus esthétiquement possible. Mais il lui annonce également qu’il va lui prendre un supplément d’honoraires, un ‘dépassement’ et même un sacré dépassement. Et l’anesthésiste avec lequel elle a rendez-vous va lui demander la même chose. Tout cela très légalement mais avec un bémol : rien ne prouve que la mutuelle couvre la dépense supplémentaire.

Le cancer, le dépassement, tout qui tombe en même temps. Les beaux esprits vous diront que nul n’est prisonnier et qu’on peut aller chercher un deuxième avis, voir un autre chirurgien.

Très facile à dire, autrement plus difficile à faire. Quand le diagnostic vous tombe dessus, que votre médecin vous recommande quelqu’un en lequel il/elle a toute confiance, vous n’avez qu’une envie, qu’on vous enlève cette ‘saloperie’ qui vous mine depuis que vous savez qu’elle est là.

Alors pas le temps d’aller faire son ‘marché’. Ce sera ce chirurgien et cet anesthésiste et ce seront quelques centaines d’euros, voir mille cinq cents ou deux mille, qu’il faudra sortir.

Un paradoxe alors que le cancer entre dans les trente affections de longue durée, ALD, pour lesquelles la prise en charge est totale, du moins pour tout ce qui concerne la maladie.

Cette double peine est une très grande injustice dans le contexte où elle est infligée.
Il est sans doute exact que les actes chirurgicaux ne sont souvent pas assez rémunérés à un niveau convenable lorsqu’ils exigent un très bon niveau de technicité et la conjugaison d’un geste technique et d’une démarche esthétique ou réparatrice.

Mais pourquoi, alors, ne pas négocier une augmentation de ces actes et ne pas imposer aux femmes à qui on va enlever tout ou partie du sein une forme de pénalité financière,

Il serait utile que des associations comme la Ligue nationale contre le cancer se penchent sur ces situations.
Utile aussi que la publicité des tarifs et honoraires soient strictement respectée et affichée afin d’éviter que les patientes ne prennent cette deuxième mauvaise nouvelle de plein fouet.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

16 réponses à Cancer et dépassement d’honoraires : la double peine.

  1. clauss lydie dit :

    j’ai été opérée d’un cancer du sein à l’institut Curie, il y a 19 ans, ablation du sein, la meilleure solution car j’ai 2 amies décédées après plusieurs opérations dont on en retiraient pas le sein une 3ème amie cancer du sein opéré « en partie » 20 ans après cancer dans ce qui lui restait de sein, cette fois ci ablation, elle va bien au fait, j’ai été opérée il y a 19 ans et je préfère cette « ablation », plutôt que le cimetière, je vis très bien avec une prothèse dans mon soutien-gorge n’ayant pas voulu de reconstruction trop compliquée minimum 3 voire 4 opérations, je vous passe les détails, j’avais 57 ans et aujourd’hui je vous écris car une amie de 77 ans doit subir une opération elle est dans une situation financière plus que dramatique son époux vient de décéder, incinéré le 25 avril, elle entre à l’hosto le 26 et le chirurgien salaud qui l’opère lui demande un dépassement d’honoraires, je suis écoeurée, que faire

    • docteurjd dit :

      Elle peut lui dire qu’elle n’a pas les moyens de payer et lui demander l’adresse d’un confrère qui ne fait pas de dépassement.
      Elle peut aussi choisir un hôpital public où on ne pratique pas ainsi.
      La Ligue contre le Cancer pourra la guider

  2. mdn jean dit :

    docteur JDF bonjour et merci de nous permettre de semer a tous les vent du web nos vécus:
    1/ATTENTION //ATTENTION !!!! il y a une bande de chirurgiens (gouniafiers ) a les écouter eux et leurs radios …………………j’avais une tumeur testiculaire et plus tard mon épouse une tumeur mamaire !!!(opération IMMEDIATE !! ) on a rien fait et miraculeusement les tumeurs se sont volatilisées !!!(la sécu pourait nous dire merci car elle aussi se comporte trés mal !!! pour l’opération il y avait un dessous de table chirurgien j’en informe la sécu et que me dit elle oh!! ce n’est pas cher ,il y en a qui prénnent le double (merci sécu de savoir que nos cotisations obligatoire sont si bien gérées )et ne venez plus me demander de faire des économies et de vous tenir au courant d’éventuelles annomalies

    • docteurjd dit :

      Dessous de table ou dépassement d’honoraires? Le premier est une fraude et le second légal

      • mdn jean dit :

        ….ah !! mon bon docteur ,ne jouons pas sur les mots ou alors (c’est un vol obligatoire comis en situation de fragilité rendu ou devenu légal non pas par le législateur mais par la partie dominante ) ………….mais voyez vous cher docteur un seul mot (VOL ) clarifie la situation fin de mon affirmation et merci de ne pas jouer le saint excuse sous la forme bla blateur laissez ca a nos politichiens

        • docteurjd dit :

          Je vous ai demandé une précision pour comprendre la réponse de l’Assurance Maladie. Libre à vous de me répondre comme vous le faites.

          • jean dit :

            …1000 excuses pour ne pas vous avoir compris !!
            oui la sécu et la mutuelle s’en foutent des dépassements sous cette forme (ca vous va ( lol ) et sans rancune ) par contre l’imbécilité de ces systémes (sécu et mutuelle )je recois pour controler les payements chez les divers praticiens quantitées de feuilles de ;; (nous avons payés pour vous )pour vérifier MAIS !! vérifier quoi quand on les informent c’est du coluche (vous avez pas de travail écrivez nous on vous en trouvera genre 1mier e/mail les autres chirurgiens prennent le double !! tous cela c’est du fonctionnaire qui nous tuent

  3. djoghlal dit :

    je sius degouter jai un cancer du sein et aujourdhui il demander 350 euros de depassements d honoraire jsuis sorti aujourdhui de la clinique et jai fai un cheque la je suis ala maison et je sui ecoeurer surtout ke je nai pas cet argent sur mon compte surtout ke je croyer etre prise a 100

  4. Dr Zonder dit :

    « Mais pourquoi, alors, ne pas négocier une augmentation de ces actes et ne pas imposer aux femmes à qui on va enlever tout ou partie du sein une forme de pénalité financière, »

    Parce que le ministère et les décideurs ne veulent pas augmenter la valeur de l’acte… Une consultation d’annonce de 3/4 d’heure est remboursée comme une consultation spécialisée Cs 23 euros… Le plan cancer impose ces consultations (que nous faisions déjà) avec un formalisme et une paperasse supplémentaire (je rappelle qu’aucune étude ne proue qu’un plan personnalisé de soin améliore la qualité de la prise en charge contrairement aux informations et aux textes qui l’impose…).

    Alors, oui, ayant une spécialité sans acte technique rémunérateur, je prends un dépassement d’honoraire que j’estime juste et pas trop lourd pour le patient (50 euros la consultation en général voire moins si ça pose problème)… En revanche, je refuse tout dépassement pour le traitement. Un patient aura à payer de sa poche sur une année moins de 100 euros. Cela fait plus de 20 ans que nous attendons une revalorisation des consultations longues…

    Mon salaire est TRES NETTEMENT inférieur à celui du ministre de la santé (13.905 euros/mois en 2005).

  5. Randall - Paris dit :

    Surdiagnostic ? Selon Bernard Junod, plus de 100 femmes sont mutilées chaque jour inutilement en France C’est un autre scandale : triple peine alors !

  6. Bien évidemment que l’apprenti(e)-cancéreux se fera avoir par la panique de l’annonce, l’envie d’intervenir au plus vite et n’aura même pas l’idée de se mettre en quête d’un second avis. Par définition, son choix est sensé se faire sous le sceau de la confiance établie avec son généraliste. Si ce dernier lui recommande tel ou tel chirurgien, il suivra son avis et ne se préoccupera que trop tard des histoires de dépassements d’honoraires. Ces histoires sont récurrentes et gagnent du terrain de façon inquiétante, particulièrement dans le domaine de la chirurgie réparatrice. A peine plus de 15% des femmes qui subissent une ablation aujourd’hui se lancent dans l’aventure de la reconstruction et même si ce faible pourcentage est la conjonction de plusieurs facteurs (saturation des opérations, des hospitalisations, peur des techniques proposées, doute du résultat esthétique etc.), les questions de « coût » ne participent pas à faire franchir le pas à ces femmes pourtant en souffrance de cette perte de symétrie.
    La ligue a bien du pain sur la planche, car ces double/triple/quadruple peines, contrairement aux bonnes intentions affichées par le plan cancer, ont une nette tendance à se multiplier. L’égalité des soins pour tous, c’est tout simplement devenu une vue de l’esprit. Les dernières « réformettes » (passage de la prise en charge ALD de 10 à 5 ans, augmentation des forfaits hospitaliers, multiplications des baisses de remboursements médicaments , floutage complet sur le remboursement des VSL et j’en passe) ne nous MÈNE pas à une médecine à deux vitesse. Elles nous campent déjà dedans. Clairement.
    Seuls les autrUchiens (ou les bien-portants) n’en ont pas encore conscience.

  7. GRAÏC Yvon dit :

    Les médecins généralistes sont aussi complices , le plan Cancer prévoit la possibilité d’un deuxième avis , le cancer n’est pas une urgence et doit être pris en charge par une équipe (RCP obligatoire)

    Que cette femme contacte la Ligue de son département ou le CISS de sa région.
    Yvon GRAÏC
    Président Ligue contre le Cancer 76

    • docteurjd dit :

      RÉPONSE A YVES GRAÏC :
      Allez donc expliquer à une femme ou à un homme d’ailleurs que la tumeur qui est en eux n’est pas une urgence à enlever ! Évidemment que médicalement il n’y a pas urgence, mais ils vous diront ‘plus vite j’en serai débarrassé mieux ça vaudra’. Et si le deuxième avis est subordonné à un rendez-vous trois semaines plus tard, ils n’attendront pas.
      Je reste persuadé que le dépassement d’honoraires en matière de chirurgie carcinologique est moralement difficile à accepter.

      • GRAÏC Yvon dit :

        je ne dis pas le contraire, mais la prise en charge doit être globale et pas forcément chez le chirurgien d’abord ! vieux réflexe qui entraine des erreurs de traitement.

      • dupont dit :

        bonjour, je reponds avec retard a ce post. chercheur en biologie/cancérologie et ancienne victime d’un cancer du duodenum (ablation par DPC), je ne peux qu’être d’accord avec la position de JD, lorsque on est confronté au cancer, on veut s’en débarasser au plus tôt!
        il est certain que certains profitent du désarroi des patients, en facturant des dépassements d’honoraires…j’ai le souvenir d’un cancérologue très connu qui réclamait 800*€ pour une consultation d’oncologie…bien qu’a présent évincé de certaines instances « du cancer » sans faire des vagues…ce monsieur a ressurgit dans un autre régistre…
        on est bien loin du serment d’hypocrate…
        pour répondre à mr Graïc, bien sur que la prise e charge doit être globale…et malheureusement sur le territoire, les structures sont trop rares…mais comme me le disait mon chirurgien, si une tumeur est opérable..il faut opérer…sans aucun doute…là, je suis d’accord car mon travail en recherche montre que même si il y a des avancées en matière de cancérologie…on est loin de pouvoir régler le problème par la seule prise en charge pharmacologique….toit au plus, on augmente « un peu » la durée de vie mais à quel coût financier et au prix de combien de souffrance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.