Cancer et cannabis : le THC joint l’utile à l’agréable.

Le cannabis pourrait faire son entrée dans l’arsenal des soins de support en cancérologie si les résultats d’une étude canadienne se confirment. L’un des composés de cette plante semble, en effet, redonner du goût et de l’odorat aux patients en chimiothérapie.
On l’appelle communément le THC, un acronyme plus facile à prononcer que le nom complet : delta-9-tetrahydrocannabinol.
C’est l’un des 60 principes actifs présents dans la plante de cannabis et les médecins le connaissent depuis longtemps. Il a été testé en cancérologie pour prévenir les vomissements.0 mais il n’a pas convaincu en tant qu’antiémétique.
Il a été aussi largement étudié par les centres antidouleur mais, aujourd’hui, il revient dans une nouvelle indication à l’occasion d’un essai clinique canadien.
Le THC a été évalué face à un placebo chez des patients en chimiothérapie, atteints de cancers avancés, et qui souffraient de troubles du goût et de l’odorat, des atteintes dites ‘chimiosensorielles’.
Le but de ce travail mené dans deux hôpitaux canadiens et publié aujourd’hui dans la revue Annals of Oncology était de démontrer qu’avec le THC, les patients retrouvaient de l’appétit, augmentaient leur prise calorique et retrouvaient une certaine qualité de vie.
Les patients étaient soumis à un questionnaire pour évaluer, en 14 items, leurs troubles, comme leur perception de l’amer ou de l’aigre.
Une fois inclus dans l’étude ils recevaient soit du THC sous forme de dronabinol à 2,5mg par gélule, soit un placebo.
Les patients pouvaient prendre deux gélules par jour, une avant chaque repas, mais pouvaient monter jusqu’à huit gélules par jour.
Des 111 patients éligibles pour l’étude de phase 2, 21 ont été finalement évalués, 11 dans le groupe THC et 10 dans le groupe placebo
L’analyse de cette enquête apporte plusieurs enseignements particulièrement intéressants, même si cet échantillon est très faible.
Globalement, le taux de plaintes pour troubles sensoriels n’a pas été différent entre les deux groupes.
Mais, en revanche, l’amélioration a été évidente dans le groupe THC quand on a évalué les progrès en matière d’odorat et de goût.’ Mon goût a changé’ ou ‘mon odorat a changé’ étaient plus fréquemment constatés dans le groupe THC (36 %) que dans le groupe placebo (15%).
 La majorité des patients du groupe THC (73 %) ont globalement mieux apprécié la nourriture que le groupe placebo (30%). Plus de la moitié du groupe THC, 55 % ont trouvé que la nourriture avait meilleur goût alors que ce sentiment n’était reconnu que chez seulement un patient sur dix du groupe placebo.
Et la moitié des patients sous THC ont décrit la disparition de sensation d’odeurs déplaisantes qu’ils éprouvaient face à la nourriture au début de l’étude.
Pouvoir faire le tri entre les différents goûts et odeurs était redevenu possible chez 73 % du groupe traité alors que dans le groupe placebo, 60 % n’ont noté aucun changement et 20 ù ont ressenti une aggravation du phénomène.
Sept des onze patients THC ont déclaré avoir eu meilleur appétit, un état non rencontré dans le groupe placebo.
Mais ce qui semble très intéressant c’est que le groupe sous THC a accru sa consommation de protéines et son apport total de calories de façon non négligeable par rapport au groupe placebo. C’est surtout sur l’envie et la consommation de viande qu’ont porté les changements.
L’apport protéique permet de combler la fonte musculaire et aide à la restauration des défenses immunitaires.
Enfin, en termes de qualité de vie, le groupe THC a décrit une nette amélioration de la qualité de sommeil et de relaxation. Il n’y avait pas de différence, en revanche, dans la lutte contre les nausées.
Les effets secondaires et les incidents ont été peu nombreux et aucun effet grave n’a été constaté.
Parmi les effets indésirables constatés dans le groupe THC,  il y avait des palpitations cardiaques, des troubles de l’équilibre, des vertiges, des membres lourds, et des douleurs abdominales.
Comme signalé plus haut, les effectifs de cette étude sont très faibles, 21 patients. Il faut donc ne pas tirer de conclusions définitives de ces résultats.
Mais on peut déjà constater que la prise de THC a eu des effets bénéfiques sur la prise alimentaire, la quantité de calories absorbées, l’augmentation de l’apport protéique.
C’est donc une piste très intéressante à explorer tant l’enjeu nutritionnel est important dans la prise en charge des patients atteints de formes avancées.
L’impact sur la qualité du sommeil et sur la relaxation mérite également d’être souligné.
Mais, en France, l’usage du dronabinol (Marinol®)  reste interdit sauf dans le cadre d’ATU, c’est-à-dire d’autorisations temporaires d’utilisation. Il s’agit d’autorisations délivrées au cas par cas et même au compte-gouttes.
Cela devrait compliquer la tâche des équipes qui souhaiteraient éventuellement se lancer dans une évaluation à grande échelle.
Référence de l’étude :
T. D. Brisbois et al. 
Delta-9-tetrahydrocannabinol may palliate altered chemosensory perception in cancer patients: results of 5 a randomized, double-blind, placebo-controlled pilot
trial
Annals of Oncology. doi:10.1093/annonc/mdq727

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Cancer et cannabis : le THC joint l’utile à l’agréable.

  1. Mauvaise Herbe dit :

    Bonjour,
    C’est marrant de remarquer que l’on publie de plus en plus d’articles sur le cannabis à l’approche des présidentielles… Coïncidence ? ou peut-être essaye-t-on de nous enfumer avec des belles promesses ?

  2. Hélène dit :

    Ce qui me désole, c’est que tout ça est bien connu et depuis fort longtemps. Lors de mon premier cancer, en 2002, mon crabologue m’a gentiment dit sous cape de consommer du cannabis pour tenter de retrouver l’appétit. Il m’a cité alors l’exemple d’un de nos voisins européens où l’utilisation de cette plante était courante dans les soins post-chimiesques. Parfois, la lenteur de l’évolution des mentalités est « stupéfiante »!!!

  3. alain dit :

    Cher J Daniel
    alain marty cancer des poumons non petite cellules stage 4
    Je viens de lire avec attention votre article et vous confirme que Marinol a marcher pour moi. Au mois de juillet 2010 j’ai eu une grosse perte d’apettit je suis tomber a 41 kl et de gros problemes pour m’alimenter . perte du gout et ( surtout pour la viande)mon odorat aussi me posais de gros problemes car tout ce que je sentais etais bisarre. Ma cancerologue a New York ma mis sous Marinol 10 mlg par jour et apres 2 semaines mon appetit est revenu et j’ai reussi a la fin decembre a remonter a 48kl. J’ai arretter Marinol en decembre je n’est eu aucun effet secondaire . Recement je recommence a p[erdre du poid et trouve un degout a tout ce que je mange. ma cancerologue me vois le 28 fevrier et pense me remettre sous Marinol pour quelques semaines.Ici a New York il n’y aucun probleme pour les malade du cancer comme moi de ce procurer Marinol.
    Merci pour votre article tres interessant
    alain marty

    • tardieu cédric dit :

      j’ai regardé votre réflexion au journal de 13h sur France 2 comme quoi le cannabis était dangereux etc…. et dans votre article on voit qu’on pourrait le proposer aux personnes cancereuses etc… Vous nous prenez pour qui? Vos études de medecins sont bien, mais regardez juste un reportage qui s’appel la conspiration du cannabis, ou comment les gouvernements et les états contrôle ce commerce. Beaucoup de multinationales Américaines et Européennes ont interdit le cannabis simplement car cela nuirait à beaucoup de sociétés (textile, tabac, papeterie, huile etc..). C’est une supercherie et vous participez à cela. Certes la déontologie de medecin vous dit de dire que c’est mauvais, mais pourquoi allez vous en donner aux malades si c’est aussi mauvais? Pour ma part je fume depuis plus de 20 ans et je ne suis pas un débile ou un attardé. Alors s’il vous plait, arrêtez de prêcher la bonne si ce n’est que pour tromper et duper les gens. Regardez le nombre de pays qui étaient contre et comment en temps de crise ces gouvernements en voient tous les bien fait (argent rapporté). Vous dites une chose à la télé et une autre sur votre blog, il faudrait savoir sur quel pied vous dansez monsieur. bien à vous

      • docteurjd dit :

        QApparemment la fumette vous empèche de comprendre ce que vous lisez ! L’usage thérapeutique n’a rien à voir avec la consommation de cannabis.
        Mais je pense inutile d’essayer de vous expliquer, vous semblez hors d’atteinte de tout raisonnement logique

        • aline dit :

          Je me suis faite la même réflexion que vous Docteur !
          Ce lecteur fume depuis 20 ans , avec les effets que cela entraîne.

          J’ai remarqué aussi qu’un lecteur confond le » shit » avec le THC !
          Je souhaite et j’espère que cette molécule soit prescrite pour toutes les pathologies entraînant des douleurs chroniques comme la polyarthrite rhumatoïde pour ne citer que celle-ci et bien sûr pour palier à tous les effets secondaires de la chimiothérapie.

          Pourquoi est-on si fébrile en France à autoriser un médicament qui a fait ses preuves dans d’autres pays?
          Il faut aller de l’avant et jeter aux oubliettes certains préceptes judéo chrétiens !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.