Le ski c’est exquis mais à condition de ne pas oublier certaines règles !

Dans quelques jours la transhumance des citadins vers les alpages va débuter. Même si les séjours à la neige concernent une petite portion seulement de la population, il n’en reste pas moins que ces vacances sont de grosses pourvoyeuses de pathologies diverses, au premier plan desquelles les traumatismes osseux.
 
Première évidence, partir skier suppose qu’on s’y soit préparé. Si on pratique une activité physique régulière au cours de l’année, les choses sont simples. L’habitude de s’échauffer au moins 30 minutes avant de faire un effort est bien comprise.
 
Pour les autres, il est un peu tard pour débuter l’entrainement mais on peut réhabituer les articulations à travailler plus que d’habitude. C’est le cas des genoux, par exemple. Des capteurs de position existent dans toutes nos articulations et il faut leur redonner le goût de fonctionner et de pouvoir sentir ce qui se passe et si un danger imminent se présente.
 
Le plus simple c’est d’oublier l’ascenseur et de retrouver la joie des escaliers à monter et à des cendre. Ainsi les capteurs sensoriels seront mis à l’épreuve. Et penser absolument, là encore, à s’échauffer avant de skier. On ne se jette pas sur les pistes dès la sortie du train !
 
On s’échauffe et on s’alimente ! Pas question d’aller skier le ventre vide. Gros petit-déjeuner et on emporte des barres de céréales ou autres aliments énergétiques sur les pistes.
 
Et on s’hydrate ! L’activité physique fait transpirer, d’autant plus qu’on est couvert. D’autre part, l’altitude joue sur la composition du sang, en provoquant une concentration. Il faut donc augmenter les apports liquidiens afin de ‘fluidifier’ le sang.
 
Deuxième point important : la montagne c’est comme la plage ! Cela veut dire qu’il faut savoir se protéger des UV. La neige, les rochers et le béton des immeubles réfléchissent ces rayons et augmentent donc la dose de rayonnement. Il faut savoir protéger les yeux et la peau, comme au bord de la mer.
 
Mais, à la différence de la mer, il faut aussi protéger la peau du froid.
 
Enfin et surtout, pensez à protéger la tête des  enfants. Ils ont une visibilité moindre des obstacles du fait de leur taille et les autres skieurs les voient moins également. Ils paient donc un lourd tribut aux traumatismes crâniens.
 
Au ski, comme à vélo, on met donc un casque !
 
 
Oetite note polémique pour terminer : la zone C est en vacances tout juste 4 semaines après les congès de Noël et les autres zones vont suivre au cours du mois. Les vacances de février ainsi étalées servent-elles à aider les enfants à récupérer ? Sans doute, mais on peut se demander si elles servent également aux loueurs de chalets et de studios ainsi qu’aux restaurants d’altitude à rentabiliser leurs investissements !
 
Ce serait intéressant, à mon humble avis, que ce soit le bien-être des enfants qui prime, notamment en leur permettant d’avoir des rythmes scolaires qui répondent à leurs besoins plutôt qu’aux nécessités économiques de l’industrie du tourisme .

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Le ski c’est exquis mais à condition de ne pas oublier certaines règles !

  1. gamma dit :

    Tout à fait d’accord avec le dernier point!!
    Le rythme 7 semaines/2 semaines est complètement oublié!! et ce ne sont pas les dernières commissions qui vont établir cette alternance!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.