Infections hivernales de l’enfant : soyez tout miel.

En ces périodes hivernales propres aux infections respiratoires, les parents se désespèrent quelque peu. Mais la plupart de ces infections sont virales et les traitements se réduisent à peu de choses.

 
Première chose à savoir, chez les jeunes enfants de moins de deux ans, l’usage des antitussifs sous quelque forme que ce soit est déconseillé fortement. La toux rencontrée lors de ces infections virales cédera d’elle même en une à deux semaines.
 
Mais on peut utiliser le miel sous toutes ses formes pour aider les enfants et soulager leur toux. Plusieurs travaux ont montré les bienfaits et surtout l’efficacité du miel dans cette indication. Selon les variétés, le miel contient aussi des antiseptiques, comme le thymol.
Il faut neanmoins noter que par précaution, le miel est contre-indiqué chez l’enfant de moins d’un an. Il y a eu de rares cas de botulisme infantile, lié à la présence de la bactérie responsable de cette affection neurologique.
 
Du miel à la propolis, il n’y a qu’un pas. Cette substance est un mélange de résines de cire et de pollens que les abeilles utilisent pour protéger leurs ruches. On attribue de nombreuses vertus antiseptiques et bactéricides à ce produit. Il est utilisé en pulvérisations nasales.
 
Attention : comme je l’ai indiqué plus haut, il y a des pollens dans la propolis. Et chez un enfant allergique aux pollens, l’administration de ce produit peut avoir des effets graves, allant jusqu’à des chocs anaphylactiques.
 
La vitamine C à haute dos n’a aucun intérêt chez l’enfant et son emploi n’est donc pas justifié.
Une alimentation variée et un apport de fruits et légumes aident à acquérir la dose de vitamine C nécessaire aux besoins quotidiens.
 
En ce qui concerne les probiotiques, c’est-à-dire les bactéries vivantes ajoutées à certains aliments, dont des yaourts à boire. la science avance doucement . Actuellement rien ne permet d’affirmer formellement leur efficacité, mais l’utilisation combinée de certaines substances dites ‘prébiotiques’ et des probiotiques fait l’objet de recherches intenses.
 
Je n’évoquerai pas ici l’homéopathie pour la raison que je suis parfaitement incompétent dans ce domaine. Je n’ai aucun apriori contre ce mode de prise en charge des affections de l’enfant, surtout quand on peut éviter les antibiotiques.
Et même si c’est seulement un effet placebo qui, selon certains, explique les résultats de l’homéopathie, il faut savoir que cet effet placebo est loin d’être négligeable et qu’il a été récemment démontré que dans certaines atteintes digestives, un placebo donnait de bons résultats.
Comme le disait d’ailleurs Balint, médecin hongrois, le premier médicament que le médecin prescrit c’est lui-même.
 
Enfin, la bonne nouvelle pour les parents lassés de ces infections hivernales à répétition, c’est qu’elles semblent protéger l’enfant contre d’autres désordres immunitaires.
On a ainsi constaté que ces enfants faisaient, plus tard, beaucoup moins d’allergies que ceux qui n’avaient pas eu ces infections à répétition.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Infections hivernales de l’enfant : soyez tout miel.

  1. Kathy dit :

    Pour les rhumes ou les mauvaises respirations j’ai trouvé un inhalateur à ultrasons ma fille fait de l’asthme et ça lui fait vraiment du bien

  2. Pascal Favenin dit :

    J’ai beaucoup appris sur votre blog qui est vraiment très professionnel. Le passage sur la vitamine C m’a surpris, mais quand on y réfléchis c’est bien vrai qu’on en abuse à tort et à travers, en tout cas bravo et merci.

  3. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A LEPIOTE :

     

    Et bien c’est vraiment très gentil ! Merci

  4. Lepiote dit :

    Je tenais également à vous féliciter pour vos chroniques toujours intéressantes, claires et précises mt compréhensibles par les non initiés à la médecine. Et avec la petit dose d’humour qui va bien c’est un régal.
    En un mot : bravo !!

  5. stephanie dit :

    Merci pour votre reponse :))

  6. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A STEPHANIE :

    Il y a du thymol dans le miel de thym ou contenant du thym.

  7. stephanie dit :

    Pareil que le Monsieur qui a commente précédemment :)) je vous ai connue toute petite (ahem pardon si ca ne vous rajeuni pas 😉 )

    Juste une question, On parle beaucoup de l’effet du thym sur les secrétions bronchiques, y ‘a t’il dans le thym du thymol ou est ce juste un hazard?
    que pensez vous des effets du thym sur les affections respiratoires ?

    Une maman lassée des infections respiratoires hivernales…

  8. Mikael Herault dit :

    Bonjour,

    Je voudrais vous remercier pour le travail que vous accomplissez, votre gentillesse et votre humour.
    Je vous suis depuis tout petit j’aime vos chroniques!
    Bonne continuation! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.