Cancer/ ESMO10 : L’horizon s’éclaircit dans certaines formes de cancers du poumon.

C’est à la fois une mauvaise et une bonne nouvelle. Le nombre de cancers du poumon chez des personnes n’ayant jamais fumé augmente. Mais ces cancers se soignent mieux que les autres grâce aux nouvelles molécules de thérapie ciblée. C’est ce que confirment les spécialistes réunis actuellement à Milan dans le cadre du 35ème congrès de l’ESMO.
 
Quand on n’a jamais allumé une cigarette de sa vie et qu’on apprend un jour qu’on est atteint d’un cancer du poumon, il y a de quoi maudire la terre entière.
 
On constate depuis quelques années que ce type de cancer se rencontre de plus en plus souvent, notamment auprès d’une population féminine. On a impliqué, et on implique encore, les effets du tabagisme passif chez les femmes dont le conjoint est fumeur.
 
Mais il y a également des cas qui surviennent chez des personnes qui n’ont pas de fumeur dans leur entourage proche. Le cancer dont elles souffrent est généralement un cancer dit ‘non à petites cellules’ (CBPNPC) dans une forme appelée adénocarcinome. La tumeur a tendance à se développer assez loin des grosses bronches, dans la profondeur du poumon.
 
Les cancérologues pensent qu’il s’agit d’une maladie totalement différente du cancer du poumon ‘classique’ comme on en trouve chez les fumeurs.
 
La particularité de ces cancers c’est que les cellules tumorales sont souvent le siège d’anomalies biologiques bien particulières.
Du fait de modifications dans la structure de leur patrimoine génétique, elles vont avoir tendance à abriter à leur surface ou dans leur cytoplasme des protéines anormales soit dans leur aspect, soit quantitativement.
 
Cela est dû à la mutation ou à la surexpression de certains gènes.
Il se trouve que, paradoxalement, ces défauts représentant un certain avantage aujourd’hui. On s’est, en effet, aperçu que certaines nouvelles molécules, ciblant les produits de ces gènes, fonctionnent d’autant mieux qu’il existe des anomalies de ces structures.
 
L’une des plus courantes porte sur le récepteur du facteur de croissance épidermique ou EGFR.
Ce récepteur, situé à la surface de la cellule tumorale, reçoit la’ visite’ de ce qu’on appelle un ligand. Une fois l’accrochage réussi, une cascade de réactions se déclenche qui conduisent la cellule à se diviser frénétiquement, entrainant une croissance de la masse tumorale et le développement anarchique de vaisseaux sanguins.
 
On dispose de plusieurs molécules capables de s’attaquer à cet EGFR défectueux, comme l’erlotinib, le gefitinib ou le cetuximab. On teste actuellement de nouveaux produits, comme le motesanib ou l’afatinib.
 
Des résultats d’essais cliniques prometteurs sont d’ailleurs attendus dans les prochains jours avec l’afatinib.
 
Avec plusieurs de ces molécules on a déjà constaté que chez des personnes non fumeuses, porteuses des mutations de l’EGFR et dont le cancer avait évolué, des allongements de l’espérance de vie plus que doublées par rapport à des personnes n’ayant pas l’anomalie moléculaire, et au même stade d’avancement de la maladie.
 
Cela implique que l’on dispose d’instruments très fins de diagnostic, permettant de faire des analyses moléculaires sophistiquées, à la recherche de modifications de cet EGFR ou d’une anomalie encore plus rare, 4% des cancers environ, concernant la protéine ALK. Une molécule présentée en juin dernier au congrès américain de cancérologie, le crizotinib , semble capable également de bloquer cette protéine défectueuse.
La France vient de se doter de plateformes réparties dans les diverses régions du pays afin de se donner les moyens de réaliser ces diagnostics haut de gamme.
 
Conjugués à l’émergence de nouvelles molécules ciblées, ces outils devraient permettre dans un nombre de cas faibles, certes, mais pour autant non négligeables, de modifier favorablement le pronostic de certaines formes de cancers broncho-pulmonaires.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.