Médicaments : comment faire prescrire par la presse .

Quand on veut promouvoir un médicament, il y a deux solutions : amener les médecins à le prescrire ou en faire parler dans la presse pour que le médecin soit quasiment obligé de le prescrire.
 
Dans quelques jours débutera à Stockholm, le congrès scientifique de la Société européenne de cardiologie, l’ESC, sans doute l’un des plus importants mondialement pour cette discipline.
 
Une discipline que les medias grand public relaient peu souvent tant cette spécialité est devenue technique et très pointue dans certains domaines.
 
Mais cela n’arrête pas pour autant les velléités de certains qui veulent se servir de la presse pour forcer la main aux médecins.
 
La semaine dernière, une de mes collègues de travail, absolument pas spécialisée dans le domaine médical, me dit qu’elle a été appelée par une attachée de presse qui lui a parlé du congrès à venir et surtout d’une pathologie, la fibrillation auriculaire pour laquelle existerait une grande avancée médicamenteuse.
 
Je lui fais part de mon scepticisme, car dans le traitement pur de cette maladie, il n’y a rien de révolutionnaire. Mais, je lui cite le nom d’un médicament et son nom commercial. Je lui cite également le nom d’une agence. Bingo !
 
En fait, le coup de fil émane d’une agence de relations publiques qui travaille pour l’industrie pharmaceutique et qui veut placer un nouvel anticoagulant.
 
Cette agence est sans doute ce qui se fait de plus caricatural sur le marché : elle ‘arrose’ de déjeuners et de cadeaux médiocres les journalistes en position hiérarchique intermédiaire dans les services de l’audiovisuel, en espérant un retour sur investissement ! Et, en général, cela ne marche pas trop mal, certains journalistes étant flattés d’être ainsi hautement considérés !
 
Une des responsables de cette société qui négociait le budget ‘relations publiques’ d’un grand groupe pharmaceutique a dit à l’un des dirigeants ‘ Vous savez, France 2 nous mange dans la main !’
J’ai bien ri car cela fait es années que j’ai interdit à cette agence de m’envoyer quoi que ce soit et de m’appeler.
 
D’ailleurs les journalistes de mon service répondent à leurs attachées de presse ‘Parlez en avec JD Flaysakier’. Inutile de vous dire que l’affaire s’arrête là.
 
Mais je suis certain que dans les jours qui viennent, il y aura des sujets sur ce médicament, utile, certes, qui représente un progrès indéniable, mais qui n’est pas paré de toutes les vertus.
 
Et ce n’est pas au patient d’arriver chez le médecin en disant ‘je veux ça’. Jusqu’à preuve du contraire la prescription médicale relève d’une décision du médecin après avoir, théoriquement, pesé avantages et bénéfices du traitement qu’il va prescrire ou substituer.
 
Je sais que je suis sans doute un peu utopique sur ce dernier point, mais enfin !
 
En tous cas, de plus en plus souvent, nous sommes sollicités dans de multiples domaines pour promouvoir des traitements dont certains ne sont pas encore sur le marché. On nous utilise pour forcer la main aux autorités sanitaires également.
 
Tout cela n’est pas très sain et même si ces agissements restent limités à certains labos et certaines officines de relations publiques, il me semble important de le signaler.

PETITE NOTE SANS RAPPORT

La FDA a donné un avis défavorable au JZP-6 ou oxybate de sodium des laboratoires Jazz Pharmaceutical.

Ce produit avait été testé dans la fibromyalgie et avait donné des résultats intéressants sur les douleurs.

Mais sa formule chimique est très proche du GHB, ce produit baptisé ‘drogue des violeurs’. D’ailleurs, dans la commission chargée de se prononcer siégeait une représentante du FBI.



A LIRE A LIRE



Les soins palliatifs qui améliorent la qualité de vie et prolongent la vie, c’est une étude fondamentale à lire  ICI

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Médicaments : comment faire prescrire par la presse .

  1. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A M.REBEAUD :

    sans préjuger de votre cas, je vous signale que l’exposition au soleil est fortement contre-indiquée en cas d’application de gel de ketoprofène.

  2. rebeaud dit :

    Bonjour

    Aujourd?hui, dans vos différents journaux, vous évoquez les dangers du Médiator. A un niveau moindre mais quand même dangereux, connaissez-vous les dangers du gel Ketum et de ses conséquences ?
    Juin 2009, je glisse et me fais une tendinite du genou que mon médecin me propose de soigner avec du gel Ketum. Un mois après je présente une allergie à ce produit entrainant une hospitalisation de quelques heures et me gâchant mes vacances. Demandant un dédommagement au laboratoire MENARINI, qui produit et vend le gel Ketum, celui-ci a commencé par m?amuser puis a demandé une expertise par un expert qu?il a mandaté avant de réfuter les conclusions de cet expert car elles ne lui convenaient pas.
    Or une allergie au gel Ketum vous interdit toute exposition au soleil, l?utilisation d?anti-inflammatoire, et de fibrates (médicament contre le cholestérol).
    Je me tiens à votre disposition pour plus de renseignements, voire vous envoyer les résultats de l?expert.
    Recevez mes salutations

    REBEAUD Hervé

     

  3. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A BENJAMIN :

    Il faut dire que certains medias les aident bien ! Et même, helas dans des medias de service publi. En ce qui concerne le produit dont je parle, ce n’est en aucun cas de la poudre de perlimpinpin, mais un produit eficace. cela n’empêche que ce n’est pas à la presse de le prescrire !

  4. Benjamin dit :

    Encore une fois , bravo mr Flaysakier pour votre professionalisme, une personne non corrompue par le systeme commercial de cette société fait plaisir à voir ! Je pense que dans d’autres médias commerciaux il ne doit pas en etre de meme…Merci de dénoncer ce genre de corruption de la part des grands Labos qui se croient invulnérables et prets à tout pour vendre leur poudre de Perlimpimpim…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.