Cancer/ASCO 10 : c’est le 4 juin et voici ce qu’on en attend

A quelques heures du début de l’édition 2010 de la conférence de l’ASCO, petite revue des résultats attendus.
 
Cette année, sera, sans aucun doute, l’année du mélanome. Les résultats fort attendus de l’anticorps monoclonal entièrement humain Ipilimumab alimentent blogs et sites boursiers. C’est un signe.
Comme je l’ai rappelé il y a quelques jours ici, ce produit agit en bloquant une réaction de l’organisme, laissant alors plus de liberté au système de défense pour aller attaquer la tumeur.
Cette libération a un prix, des réactions inflammatoires et le risque de survenue de pathologies auto-immunes.
 
Deuxième nouvelle attendue, c’est le rôle bénéfique du bévacizumab dans la prise en charge des cancers de l’ovaire métastatiques.
Même si l’on dispose de plusieurs molécules actuellement pour traiter les rechutes de ce cancer, on est toujours à la recherche d’une arme plus puissante. Il semble que l’anticorps anti VEGF connu sous le nom commercial d’Avastin® se positionne comme une des molécules de référence dans cette pathologie.
 
Autre nouvelle intéressante, elle concerne le myélome multiple, maladie hématologique qui pourrait bénéficier de la mise en place d’un traitement d’entretien à base d’un dérivé du thalidomide, le lenalidomide ou Revlimid®.
Ce traitement d’entretien a pour but de limiter la survenue de rechutes. Une étude internationale piloté par le professeur Michel Attal, du CHU de Toulouse, apportera un nouvel éclairage dans la prise en charge de cette pathologie.
 
Nous avons aussi évoqué ici une autre étude sur les bienfaits des traitements d’entretien, dans le cadre du lymphome folliculaire.
Une étude internationale comprenant 25 centres et coordonnées par le Pr. Gilles Salles (CHU Lyon-sud) a montré que l’adjonction du Rituximab ( MabThera®) en traitement d’entretien divise le risque de rechute par 2. (Sujet dans le JT de 13 heures du vendredi 4 juin)
 
Toujours dans le domaine de l’hématologie, la prise en charge des leucémies myéloïdes chroniques, LMC, qui échappent à l’imatinib (Glivec®) devrait bénéficier de deux nouvelles molécules au moins, dasatinib et nilotinib.
 
S’il y a peu de grandes avancées à attendre dans le domaine du cancer du sein ou du côlon, on devrait apprendre pas mal de choses concernant le cancer du poumon, dans sa forme la plus fréquente, dite ‘non à petites cellules’.
Pas de miracle, hélas, mais des avancées dans des formes particulières.
De plus en plus, en cancérologie, les découvertes concernent des ‘niches’, c’est-à-dire des formes où un gène est muté ou bien absent ou surexprimé.
 
Ainsi, le crizotinib est une molécule destinée à environ 7 % des patients atteints de cancer du poumon avec une mutation d’un gène particulier, ALK. Là encore, les résultats présentés à l’ASCO sont très attendus.
 
Vous trouverez chaque jour sur ce blog plusieurs comptes-rendus des présentations. Vous pourrez lire également un article de synthèse quotidien sur le site info de France2.fr.
 
Enfin, n’hésitez pas à me rejoindre sur Twitter:  @jdflaysakier.
 
 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.