Allergies : les pollens sont déjà là.

 
 
C’est reparti ! Les pollens ont commencé à entrer dans nos narines depuis quelques semaines et ce n’est pas fini !
 
Malgré le froid de ces dernières semaines, les médecins de famille et les allergologues n’ont pas chômé. Cela fait, en effet, trois semaines que les pollens d’arbres poussés par les vents ont frappé.
Noisetiers et aulnes ont commencé à polliniser dès la mi-janvier. Ce sera le tour maintenant des charmes, des frênes et des bouleaux au nord de la Loire.
Dans le sud, les cyprès ne devraient pas tarder à faire parler d’eux.
Voici des essences qu’on trouvait d’habitude dans quelques lieux précis, notamment les cimetières. La frénésie des bâtisseurs de lotissements pavillonnaires a fait que ces arbres se sont retrouvés transformés en haies chargées de limiter les terrains et que les allergies aux cyprès ont explosé !
Il faut traiter les yeux qui piquent et les nez qui coulent. Il faut aussi ne pas négliger les manifestations qui peuvent laisser penser à un asthme comme des sifflements dans la poitrine, une toux sèche répétée et une gène respiratoire.
L’asthme n’est pas une chose à traiter par le mépris car l’asthme peut tuer quand il se manifeste sous la forme d’un état de mal.
Il est donc important de consulter, encore plus important de se traiter en suivant bien les prescriptions et en n’oubliant pas ses petits aérosols de bronchodilatateurs et de corticoïdes.
On peut également consulter le site du Réseau national de surveillance aérobiologique qui donne un calendrier détaillé et actualisé des pollens par ville, ce qui est bien utile quand on a à se déplacer.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Allergies : les pollens sont déjà là.

  1. Guido Santé dit :

    Bonjour,
    Je ne suis ni médecin, ni professionnel de la santé, mais simplement passionné et un humain soucieux de sa santé. Concernant les allergies, j’ai remarqué plusieurs phénomènes. L’expérience personnelle, m’a montré que la nourriture, la qualité du sommeil, l’état psychologique et le fait de consommer ou non de l’alcool/tabac/café permettait de faire varier terriblement les attaques des pollens. A partir du jour où j’ai commencé à surveiller mon alimentation dans son ensemble (éviter les farines principalement blanches, les viandes, les produits sous pvc?), et être certain que ce n’était pas asthmatique, j’ai remarqué un changement radical à l’arrivée des pollens. Pour les produits disponibles en pharmacies et les conseils des pharmaciens, j’ai trouvé des professionnels intéressants et qui ne me dirigeaient pas que vers des médicaments chimiques, mais aussi vers une sensibilisation à mon comportement, mon mode de vie. Je pense que le moral y fait aussi pour beaucoup, car avec la nourriture, si tout est brinqueballant, nos défenses naturelles sont faibles, même si le « terrain » de chaque être est bien différent. Enfin, je dirais que j’ai rencontré plus de pharmaciens intéressants et de bon conseils que de médecins, mais c’est mon expérience personnelle. A bientôt et bravo pour le blog !

  2. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A ALEXDEPOIT :

    je comprends fort bien votre irritation et je présente mes excuses à tous les pharmaciens qui font correctement leur travail de conseil.

    Mais permettez moi de vous dire  que ce n’est pas une expérience ponctuelle qui me fait dire cela, mais sans doute le prisme déformant de mon expérience parisienne et aussi de ce que je peux parfois voir dans des villes de province où il est plus facile d’avoir un conseil sur un cosmétique que sur un produit OTC.

  3. Alexdepoit dit :

    Bonjour Mr Flaysakier
    Je suis pharmacien, et j’écoute fréquement avec attention vos chronique dans le JT de France2.
    Si je vous écris aujourd’hui c’est que je viens d’entendre quelque chose qui me plaît moyennement: si j’ai bien entendu, selon vous, parceque certains médicaments anti-histaminiques sont déremboursés, il sont en vente libre et leur dispensation se fait avec le minimum de conseil…Ceci est archi faux! Bien au contraire: quand les patients viennent chercher ce type de produit en officine, c’est soit qu’il l’ont déja utilisé, et qu’il n’ont pas besoin de conseil, soit que justement ils viennent chercher une solution à leur problème, un conseil. Dans l’arsenal thérapeutique disponible en officine, on leur proposera parfois en effet des anti-histaminiques en vente libre, en s’assurant qu’ils ont pris connaissance de la posologie, et en leur donnant toutes les informations utiles à leur bonne utilisation (effet secondaires etc.). Il est impensable selon moi de laisser un patient avec un produit qu’il n’a jamais manipulé!
    Je vous prierais d’éviter à l’avenir de généraliser à l’ensemble d’une profession, ce qui me semble être le fruit d’une expérience ponctuelle.
    Cordialement
    Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.