Barack Obama a deux mauvaises notes sur son bulletin… de santé !

Au moment où Barack Obama se bat pour améliorer le système de santé des Américains, on s’aperçoit que son propre bilan de santé a fait appel à des examens coûteux et pas franchement utiles. Pas la meilleure façon de montrer l’exemple !

 
Ah la dure vie de Président ! Surtout quand vous jouez la transparence et que vous acceptez de voir publier un bulletin de santé très complet.
Vous l’aurez compris, nous ne sommes pas en France, mais aux Etats-Unis et Barack Obama a subi, le 28 février dernier, son premier examen médical complet en tant que président .Supervisé par le capitaine JeffreyKuhlman, médecin du président, ce bilan exhaustif est publié en ligne sur le site de la Maison-Blanche, avec l’accord de Barack Obama.
 
Bila complet, donc, qui ne laisse rien dans l’ombre, de la tête aux pieds, en passant par une rotule gauche douloureuse, une prostate normale, une légère myopie qui ne nécessite aucune correction.
Seul petit point à revoir dans ce « contrôle technique » : une recommandation pour abaisser le taux de LDL-cholestérol sous 1,30g/l contre 1,36g/l actuellement.
 
Conclusion du médecin militaire : le Président est en excellente santé et apte pour le service.
 
Tout irait donc pour le mieux dans le meilleur des mondes ? Pas tout à fait si l‘on en croit le Dr Rita Redberg, de l’université de Californie à San Francisco, et qui est également la rédactrice en chef de la revue Archives of Internal Medicine, qui appartient à la très puissante AMA, l’Association médicale américaine.
 
Ce qui fâche Rita Redberg, c’est que le bilan de santé présidentiel a comporté deux examens réalisés par tomodensitométrie, ce que nous nommons en franglais un scanner !
 
Deux examens très sophistiqués : la mesure du score de calcium coronaire et une coloscopie virtuelle.
Le premier de ces examens permet d’établir une mesure des plaques calcifiées à l’intérieur des artères nourricières du muscle cardiaque, les artères coronaires.
 
Cet examen est fait chez certains patients diabétiques par exemple. Il évite de devoir faire une coronarographie qui impose de monter une sonde depuis l’artère fémorale ou l’artère radiale avec injection d’un produit de contraste.
 
Mais cet examen n’est absolument pas considéré comme un examen suffisamment bien évalué pour être fait en routine, en particulier chez un sujet ne présentant pas, a priori de facteurs de risques cardiovasculaires majeurs.
L’électrocardiogramme, le bilan lipidique, le taux de CRP ultrasensible de Barack Obama montraient des résultats normaux.
 
Deuxième raison de l’ire de ma consœur, on constate que le président, âgé de 48 ans, a bénéficié d’une coloscopie virtuelle. Cela signifie que l’on n’a pas introduit de fibroscope dans l’anus présidentiel, mais, qu’une fois encore, c’est un scanographe qui a réalisé l’examen. Des coupes au scanner ont été reconstituées sous la forme d’images en 3D avec une animation qui simule le trajet du fibroscope.
 
Belle technique, qui nécessite malgré tout une préparation comme pour la coloscopie, et qui peut passer à côté de certaines petites lésions planes.
Là encore un examen qui est loin d’être entré dans la routine.
 
Le Dr Redberg remarque que cet examen fait chez un homme de 48 ans ne correspond pas aux recommandations des autorités sanitaires. Aux USA comme chez nous, en dehors d’un contexte familial spécifique, le dépistage du cancer colorectal débute à l’âge de 50 ans avec une recherche de sang occulte dans les selles et, si nécessaire, une coloscopie.
 
Deux examens au scanner qui, de plus, ont exposé Barack Obama à des taux d’irradiations supplémentaires absolument pas nécessaires.
Or, même extrêmement faible, l’exposition aux radiations à la suite d’un scanner augmente le risque de cancer radio-induit.
 
Examens pas du tout pertinents et surtout coûteux, rappelle Redberg. Un gaspillage qui fait un peu mauvais genre dans le contexte local. Comme le remarque perfidement le Dr Redberg, le président n’aura aucun mal à faire prendre en charge ces examens très chers par ses assureurs.
 
Ce n’est évidemment pas le cas de nombre d’Américains, surtout quand on sait que près de 40 millions d’entre eux ne disposent quasiment d’aucune couverture sociale.
 
En publiant ainsi de façon transparente un bulletin complet, Barack Obama a à son insu montré que l’exemple ne venait pas toujours d’en haut.
Mais, au moins, il accepte que ses concitoyens sachent quel est son état de santé.
 
Et on apprend aussi, en lisant ce document, que si le Président mâche parfois du chewing-gum, ce n’est pas parce qu’il est Américain mais parce qu’il essaie d’arrêter de fumer et que cette gomme à mâcher est, en fait, un substitut nicotinique.
 
Et si Barack Obama arrive à cesser de fumer, nul doute que ce sera un autre bon exemple pour ses concitoyens.
 
 
Référence de l’éditorial :
 
Rita F.Redberg
 
First Physical
Arch Intern Med; 170, 7. Published Online:March 8, 2010 (doi:10.1001/archinternmed.2010.81).
 
 
Lire le bulletin de santé du 28/02/2010 sur le site de la Maison-Blanche.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Barack Obama a deux mauvaises notes sur son bulletin… de santé !

  1. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A F BERNARD :

    Pour les appareils ils sont deja en place dans divers hôpitaux français à Lille, Marseille et Paris et dans des centres privés.

    Pour Obama, c’est certes anecdotique mais montrer qu’on peut être transparent c’est utile aussi.

    Pour la grève, je ne suis pas rédacteur en chef des éditions du JT et ce sont ces personnes qui décident du choix des sujets.

    Je vous propose donc de leur écrire.

  2. Bernard F dit :

    Bonjour
    Plutot que de s’occuper d ‘Obama et de la medecine USA et sachant que la medecine generale est au plus mal et que demain 11/3/2010 est un jour de greve pas un mot dans le journal ,juste pour nous parler d’une radio debout qui n’existe pas encore en France et que la secu ne pourra pas rembourser …. vraiment quel mepris pour les generalistes population en voie de disparition… c’est sur que la grippe ça fait mieux vendre,,,,??????
    Confraternellement,a part ça j’aime bien votre humour
    F Bernard

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.