CROI 2010 VIH/SIDA : Désintégrer l’intégrase

C’est aujourd’hui mardi que débute la dix-septième édition de la Conference sur les rétrovirus, la CROI. Pendant trois jours, toutes les nouveautés de la recherche sur le VIH/Sida seront présentées. Petite séance de révision avant les premières nouvelles importantes attendues demain.
 
Et comme je le mentionnai il y a deux jours, les résultats les plus importants, même si les études sont loin d’être finies, concerneront une famille de médicament appelés « anti-intégrase ».
De quoi parle-t-on ?
Comme on le sait bien maintenant, le virus a besoin des cellules qu’il infecte pour se reproduire à l’infini. Mais ce virus a plusieurs problèmes. Le premier c’est que son programme de fonctionnement n’est pas dans la même langue que le programme de la machinerie cellulaire. La cellule parle en ADN et le VIH en ARN.
 
Qu’importe ! Au moment où il fusionne avec la cellule qu’il va parasiter, il dépose son programme et une interprète sous la forme d’une enzyme appelée « transcriptase inverse » ou, pour les anglo-saxons « reverse transcriptase ».
 
Historiquement, c’est cette interprète qui a été la cible du premier médicament officiellement utilisé dans les infections liées au VIH, l’AZT.
 
Une fois son programme traduit en ADN, le virus doit encore l’amener dans le noyau de la cellule et l’incorporer à l’ADN de la cellule-hôte.
 
Là encore, le VIH n’est pas venu les mains vides puisqu’il a apporté une autre enzyme, une sorte de paire de ciseaux, appelée intégrase et qui va insérer le petit ruban d’ADN viral au milieu du long ruban d’ADN cellulaire.
 
Le tour joué, il suffira de laisser tourner la machine et la cellule va, à son insu, produire des dizaines de milliers de particules virales qui vont utilisé l’enveloppe de cette cellule pour être définitivement habillées et prêtes à sortir. En partant, elles tueront la cellule nourricière, une forme élégante de remerciement !
 
On dispose déjà d’un médicament capable de s’attaquer à l’intégrase et empêcher ainsi l’insertion du programme viral dans le matériel cellulaire le raltegravir. Un autre produit, l’elvitegravir est actuellement évalué en association avec une molécule dite « booster », chargée de renforcer son action. Un troisième produit, connu sous le nom de code de
S/GSK1349572 fait l’objet d’études dont les résultats seront présentés ici à San Francisco.
 
Mais pour bloquer l’insertion de l’ADN viral dans le patrimoine de la cellule, on peut aussi choisir de ne pas cibler l’intégrase directement.
On sait, en effet, depuis quelques années que dans son génie diabolique, le virus VIH a su trouver des collaborations au sein même des cellules qu’il infecte. Alors que tout existe pour le détruire, ce virus arrive à cacher ses intentions maléfiques et à convaincre près de 300 protéines de la cellule-hôte à travailler pour lui !
 
L’une d’entre elles est le LEGDF/p75, que nous appellerons plus simplement p75.
Ce facteur de croissance devient un véritable « collabo » et va aider l’intégrase du VIH à venir coller son ADN sur celui de la cellule.
 
Expérimentalement, on a montré qu’en attaquant certaines parties de cette p75, on pouvait bloquer l’intégration du génome viral et freiner ainsi la reproduction du virus.
On découvrira mercredi à la CROI, des résultats encore plus avancés sur cette nouvelle piste prometteuse.
 
Désintégrer l’intégrase devient donc un des objectifs majeurs.
Je vous raconte la suite demain !
 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à CROI 2010 VIH/SIDA : Désintégrer l’intégrase

  1. Marc dit :

    L’effet d’annonce détruit toujours sur le moment, la terre s’arrête même de tourner.

    Il faut quelques mois pour émerger de cette torpeur.

    Soignez-vous, faites-vous suivre sérieusement par un médecin compétent et ayez une bonne hygiène de vie, la vie reprendra alors son cours.

    La gestion de cette maladie est proche d’autres maladies chroniques. Elle se gère mieux qu’il y 10ans.

    Prenez-soin de vous, c’est votre nouveau programme.

    La nouvelle de cet article apporte en effet beaucoup d’espoir.

    Marc

  2. sauveznous dit :

    Jai hate de lire la suite… Grace a vous j espere un jour retrouver ma joie de vivre… Je lis tout ce que je peux sur les avancees de la Recherche… Il n y a que vous qui pourrez nous sauver la vie… J ai 30 ans je viens d apprendre ma seropositivite… Je ne my attendais pas du tout… Je nai pas une sexualite a risque comme on dit… Cette annonce ma detruit… Je suis sure que vous arriverez un jour a nous sauver la vie… N attendez pas trop qd mm jai 30ans… Et j aimerai bien vivre… Merci pour tt ce que vs faites, jai confiance en la Science… Sauvez nous s il vous plait…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.