Grippe A (H1N1) : les femmes enceintes et les enfants d’abord, comme cibles du virus.

Au moment où le virus de la grippe A (H1N1) semble vouloir respecter la trêve des confiseurs, deux études concernant les enfants et les femmes enceintes viennent nous rappeler le danger de ce virus sur ces populations.
 
La première étude concerne l’Argentine, pays de l’hémisphère Sud, qui a donc connu sa saison de grippe six mois plus tôt que nous.
 
Dans l’édition de cette semaine du New England Journal of Medicine, le NEJM, des équipes de six hôpitaux pédiatriques de Buenos- Aires, ont étudié les cas pédiatriques de grippe A(H1N1) qui ont nécessité une hospitalisation.
La zone géographique étudiée dessert une population de 1,2 millions d’enfants.
Il y a eu, au total, 251 enfants hospitalisés à cause de symptômes respiratoires liés au virus, soit deux fois plus que ce qui avait été constaté un an plus tôt avec la grippe saisonnière.
 
Le transfert en unité de soins intensifs a concerné 19 % de ces enfants, 17 % nécessitant la mise sous ventilation artificielle.
 
Treize enfants sont morts, alors que la grippe saisonnière n’avait entrainé aucun décès l’année précédente et un seul décès en 2007.
 
Pour la seule zone urbaine concernée, donc, on a constaté une mortalité dix fois plus élevée que pour la grippe saisonnière.
 
 
La seconde étude concerne les femmes enceintes et les jeunes accouchées, deux semaines ou moins, de Californie.
 
L’étude, également publiée dans le NEJM, s’étend du 23 avril au 11 août 2009.
Au total, les hospitalisations pour forme sévère de grippe ont concerné 94 femmes enceintes et 8 jeunes accouchées.
 
89 des 94 femmes enceintes étaient dans le deuxième ou le troisième trimestre de grossesse.
Parmi ce groupe de 102 femmes (94+8), 34 % avaient une pathologie sous-jacente, comme un asthme, un diabète de type 1, un diabète gestationnel ou une pathologie rénale.
 
Plus d’une femme sur cinq, 22 % exactement, a du être admise en réanimation.
Il y a eu 8 décès, six femmes enceintes et deux femmes en post-partum.
Six accouchements ont eu lieu durant le séjour hospitalier dont quatre naissances avec césarienne en urgence.
 
Le taux de mortalité maternelle directement liée à cette grippe est de 4,3 pour cent mille enfants nés vivants. Cela équivaut au quart des causes de décès maternels en Californie, un résultat anormalement élevé.
 
Lors du suivi, par exemple, de 4000 femmes enceintes entre 1974 et 1993 dans le Tennessee, il y a eu 104 décès liés à des problèmes cardio-pulmonaires pendant les saisons grippales.
Aucun de ces décès n’a été imputé au virus saisonnier.
 
L’étude californienne a montré également que le fait de donner des antiviraux au maximum deux jours après le début des symptômes réduisait le risque de voir la femme enceinte admise en unité de soins intensifs.
 
Les auteurs plaident donc pour une prise en charge rapide de ces femmes et, bien sûr, pour une vaccination préventive.
 
 
Références des études :
 
Romina Libster et al.
Pediatric hospitalizations associated with 2009 pandemic influenza A (H1N1) in Argentina
Published on 23 December, 2009, at NEJM.org
doi :10.1056/NEJMoa0907673
 
 
 
Janice K Louie et al.
Severe 2009  H1N1 influenza in pregnant and postpartum women in California
Published on 23 December, 2009,  at NEJM.org
doi :10.1056/NEJMoa0910444
 
 
 
 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Grippe A (H1N1) : les femmes enceintes et les enfants d’abord, comme cibles du virus.

  1. buffy50 dit :

    Les services de santé se plaignent du peu de gens qui se font vacciner; encore faudrai-il avoir reçu notre bon de vaccination.
    J’habité Valenciennes et autour de moi, peu de gens l’ont reçu

    Les services de la sécurité sociale ne sont pas pressés de nous l’adresser.

    Madame la Ministre de la santé faites quelque chose pour résoudre ce probléme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.