Le froid et ses dangers et des généralistes en froid avec leur ministre à cause de la grippe..

Vous pouvez retrouver l’étude sur la surmortalité liée au froid en cliquant ICI.

D’autre part, la zizanie entre pouvoirs publics et médecins généralistes n’est pas en voie d’extinction !

Le Collège national des généralistes enseignants, le CNGE, refuse de suivre à la lettre les dernières recommandations de la Direction générale de la santé qu’on peut consulter ICI.

Ces médecins sont des généralistes qui participent à la formation des étudiants en médecine aussi bien dnas les services hospitaliers qu’en les accueillant en stage dans leurs cabinets.

Le Collège National des Généralistes Enseignants (CNGE) ne recommande pas
l’utilisation systématique de médicaments antiviraux en cas de suspicion de grippe
A/H1N1 2009.
Les données disponibles pour la grippe saisonnière ne sont pas en faveur de l’utilisation systématique
des inhibiteurs de la neuraminidase (IN) pour les patients présentant des signes cliniques de grippe.
Les dernières publications confirment et précisent les données antérieures :
– Selon les preuves disponibles actuellement, les IN ne permettent pas de prévenir les
complications et les formes graves de la grippe chez les patients avec ou sans facteur de
risque.
– L’utilisation précoce d’IN (avant 48 heures d’évolution et de préférence dans les premières
heures suivant l’apparition des symptômes) permet une réduction de moins d’une journée de
la durée des symptômes.
– La tolérance des IN est globalement acceptable, mais ils provoquent un nombre significatif de
cas d’effets secondaires, notamment des nausées/vomissements, avec l’oseltamivir.
Pour la grippe A/H1N1, les données actuelles sont trop fragmentaires et de très faible niveau de
preuve. Il n’y a pas de donnée plaidant en faveur d’une efficacité supplémentaire des IN sur le virus
A/H1N1 2009. Par ailleurs, l’impact d’une diffusion massive des IN sur la souche virale pandémique est
inconnu.
La nouvelle directive de la Direction Générale de la Santé recommandant l’utilisation systématique des
IN pour tous les cas de grippe sans autre précision ni arguments est donc pour le moins contradictoire
avec l’ensemble des données scientifiques publiées. Le CNGE demande à la DGS d’indiquer les
arguments scientifiques et les niveaux de preuve sur lesquels s’appuie ce changement soudain de
recommandation.
Dans l’immédiat, compte tenu du risque très faible de complication pour les sujets en bonne santé, de
l’absence de preuve de bénéfice des IN dans cette situation, du risque tangible de mauvaise tolérance
notamment digestive, le CNGE recommande de ne pas prescrire systématiquement les IN en cas de
suspicion clinique de grippe.
Compte tenu des informations scientifiques disponibles, le CNGE ne voit aucune raison de modifier
les recommandations existantes.
Même si aucune donnée solide ne permet de recommander l’utilisation des IN chez les patients à
risque, les réserver aux situations à risque, aux femmes enceintes et aux sujets à risque est recevable.
Dans ces cas, les IN doivent être prescrits le plus précocement possible, de préférence dans les 24
heures après le début des symptômes. Ils peuvent aussi être prescrits dans les formes graves en
l’absence d’alternative thérapeutique.
Le CNGE rappelle que la vaccination anti A/H1N1 reste le meilleur moyen pour éviter la grippe et
donc les formes graves, en particulier pour les sujets à risque.
 
 
Ils ont, en outre, publié un long argumentaire pour défendre leur position.

 

 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Le froid et ses dangers et des généralistes en froid avec leur ministre à cause de la grippe..

  1. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A BERNARD :

     

    Vous avez raison. ne disons rien et comptons les morts comme cela s’est passé l’hiver dernier en début de cette année.

    C’est important de rappeler à des personnes très fragiles qu’elles ne sont pas obligées de courir un risque.

    Que cela vous déplaise m’importe franchement très peu comme vos attaques bas de gamme.

    mais je vous souhaite quand même une bonne santé.

  2. REPONSE A BERNARD : dit :

     

  3. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A FAIVRE :

    Je n’invite pas à la vaccination. Je précise que chacun est libre de son choix. Vous devez confondre avec quelqu’un d’autre !

    En ce qui concerne les personnes sous anticoagulants, les médecins sont informés de la nécessité d’injection en sous-cutané et non en intra-musculaire. Il suffit de signaler le traitement en cours au médecin du centre.

  4. faivre dit :

    Docteur,
    Je me permets de vous écrire afin que vous précisiez que dans votre invitation au vaccin de la grippe A sur l’antenne de France 2,vous ne faites pas mention les risques d’hématome chez les personnes sous traitement anticoagulant (Previscan,sintron etc …).
    Les cardiologues n’en ont pas connaissance.
    Nous hésitons à nous faire vacciner à cause de ce risque(s’il existe?)
    Merci de votre réponse et /ou mise en garde sur l’antenne
    mes rspects
    P.F

  5. bernard dit :

    Bonjour Docteur

    Choqué moi aussi par votre intervention TV du 14/12. Vos propos alarmistes (ce ne sont pas les premiers) incitera tout un chacun à ne plus oser "bouger" pensant ainsi se protéger de toutes les agressions orientées vers notre capital santé ; vous êtes à fond dans le système du : attention ! "yzontdit". Il faut bien justifier les revenus de "ceux qui causent" à la télé …
    Un malade coronarien qui continue à vivre pleinement sa vie ..
    Respectueusement vôtre.

  6. claudine le chatal dit :

    je suis assez scandalisée par deux choses :
    1) ce soir (14/12) au JT, on dit que l’épidemie régresse partout sauf en france, ceci à cause du froid, le froid est arrivé depuis hier et je pense qu’il touche à peu près toute l’europe…

    2) mon petit neveu âgé de 7 ans 1/2 à l’hopital de voiron (isère) depuis 3 jours est dans un état gravissime (épanchement pleural total dans un poumon, partiel dans le deuxième, septicémie, fièvre à + de 40, veines qui éclatent au passage des antibiotiques, divers antibiotiques utilisés car on ne sait lequel va faire effet -quid d’un antibiogramme et des hémocultures- etc). Cet après midi, il vient d’être transferé à Grenoble où il a été admis en réa, ensuite parti au bloc où l’on essaie de lui poser un drain vraisemblablement d’un effet nul car formation de fibrine, ensuite en cas d’échec, on propose demain de faire une intervention pour évacuer l’épanchement. Sait-on vraiment soigner cette grippe ? Qu’est-ce que ces hopitaux de campagne où visiblement officie une équipe de bras cassés ? Je comprends que de bons praticiens ne veulent pas exercer dans de petits hopitaux, mais qu’en cas de grosse difficulté, on n’hésite pas à transferer les malades, il n’y a aucune honte à avouer que l’on ne sait pas, par contre c’est totalement inadmissible de laisser un petit bonhomme souffrir d’une telle façon pour arriver à une fin qui malheureusement ne sera pas heureuse, compte tenu d’un tel tableau clinique.

  7. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A DIEGO :

     

    Votre médecin est seuk juge de l’opportunité de prescrire du Tamiflu.

    ce médicament n’est pas un produit miracle et n’est efficace qu’au tout début de l’infection.

  8. Diego dit :

    je suis actuellement malade de la grippe(saisonnière ou A) et mon médecin ne pas prescrit de Tamiflu, est ce normal?
    Merci

  9. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A MATHIEU :

    Je suis navré de ne pas vous satisfaire dans ma façon de présenter les choses.

    J’ai peur, malheureusement, de ne pas changer malgré tout,

    Respectueusement

    JDF

  10. Mathieu dit :

    Bonjour,
    Je me permet de réagir vivement à vos intervention aux déférent JT que je trouve très souvent IRRESPECTUEUSE !
    Je précise mon propos : votre intervention il y à quelques minutes sur les conséquences du froid sur l’organisme et la durée de vie. Toutes les informations sont certes véridique, cependant expliquer en 2 minutes que les personnes atteintes de pathologies coronariennes, de bronchites chroniques sont plus susceptible de décéder pendant les période hivernale (je ne conteste pas ces faits) est très dur pour tout les téléspectateurs qui souffrent de ces pathologies. Je ne sais pas si vous mesurer complètement l’impact de certains propos que vous tenez. Je pense qu’il y avait surement d’autres moyens de traiter votre sujet sans favoriser un sentiment de frayeur que vous, les médias, provoquez constamment sur vos interventions… Mesurez-vous ce que peuvent penser ces personnes et leurs familles qui les savent malades, sans connaitre réellement les conséquences de ces maladies ???

    Bien souvent les médias influent sur les gens, avec des informations mal expliquée ou mal interprétés. En tant que médecin, il me semblerai normal que vous vous posiez ce genre de question en préparant vos interventions…

    Et j’ajouterai pour terminer que mes propos sont également valables pour bon nombre vos intervention (sur la Grippe A notamment).

    J’espère que vous prendrez acte de mes commentaires,

    Mathieu B. Infirmier Diplômé d’État

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.