Cancer : Un plan 2 dont on espère qu’il ne sera pas un plan B

Le Plan cancer 2 lancé lundi à Marseille par Nicolas Sarkozy va s’atteler à un certain nombre de taches, dont la réduction des inégalités devant la maladie et ce à tous les stades. Car du dépistage au traitement, nous ne sommes pas tous égaux, en France. Etonnant, non ?

 
Quand on regarde la carte de mortalité par cancer 2002-2004 en France, on s’aperçoit que certains départements paient un lourd tribut à la maladie. Il existe, notamment chez les hommes, une sorte de « T » qui comprend des départements des régions Nord-Pas de Calais, Picardie, Lorraine Haute-Normandie pour la barre horizontale et quelques zones de Champagne-Ardenne et de Bourgogne pour la barre verticale.
 
Et l’examen des chiffres montre que les causes sont évidemment multiples, mais que les personnes vues dans ces régions sont souvent vues tardivement dans le cours de la maladie, qu’elles ont des cancers très agressifs et qu’elles appartiennent souvent à des catégories socioprofessionnelles, les fameuses CSP, parmi les moins bien loties.
 
En schématisant à l’extrême, on peut dire qu’il vaut mieux être cadre supérieur qu’ouvrier face au cancer.
 
Mais le paradoxe ne s’arrête pas là. Nous sommes l’un des pays où on soigne le mieux les cancers, avec aujourd’hui près de 60 % de guérison. Mais nous sommes l’un des pays où les politiques de dépistage et de prévention laissent le plus à désirer.
 
Ce qui veut dire que nous pourrions faire beaucoup mieux en termes de survie ou de rémission.
 
 
LES FREINS AU DEPISTAGE
 
 
L’un des objectifs de ce deuxième volet du plan sera donc de s’intéresser aux inégalités et à la façon de les réduire. Comprendre , par exemple, les freins au dépistage.
 
Prenons le cas du dépistage du cancer du sein pour les femmes de 50 à 74 ans. Alors que ce dépistage biennal est gratuit, à peine un peu plus de 51 % des femmes en âge d’en bénéficier se font dépister. Et dans certaines régions ou départements, Paris ou la Corse, on est plus près de 27 % que de 50 %.
 
Il faut donc comprendre ce qui fait que dans le Cher, par exemple, 72 % des femmes répondent aux convocations et seulement 27 % de Parisiennes. Cela suppose de mettre en place des équipes pluridisciplinaires.
 
Par ce mot, il faut entendre que la question n’est plus seulement médicale. Elle repose sur la convergence de savoirs et d’expertises, notamment grâce aux sciences humaines et sociales. Il faut travailler de concert avec des psychologues, des sociologues, des personnes qui connaissent les cités, par exemple et qui peuvent aider à comprendre certains freins ou tabous et donner des clés pour les circonvenir.
 
Le dépistage du cancer du col de l’utérus est un bon exemple de la nécessité de cette approche multiple. Quand on regarde le nombre de frottis faits chaque année, en France, il y a de quoi être satisfait, a priori.
Mais, a posteriori, c’est une autre histoire. Car il y a chaque année un peu plus de 2000 cancers du col et mille décès dont 90 % auraient du être évités.
 
Tout cela parce que beaucoup de femmes à risque pour le cancer du col ne bénéficient d’aucun dépistage pendant que d’autres femmes ont des frottis trop rapprochés et sans vraie utilité.
 
Il faut donc aller vers ces femmes délaissées par la surveillance, d’autant qu’il n’existe aucun dépistage organisé au plan national. Le frottis n’est pas un geste qui est réservé aux seules gynécologues médicales.
Les médecins de famille savent le faire et la loi autorise désormais les sages-femmes à le pratiquer.
 
Ce geste n’est pas une panacée, mais en attendant d’avoir d’autres tests plus performants, il permet de traiter précocement des lésions avant qu’elles ne deviennent cancéreuses.
 
Il faut donc aider le plus grand nombre de femmes à y accéder en luttant contre les corporatismes et les chapelles.
 
En luttant également contre une désinformation sournoise qui laisse croire que la vaccination contre le virus HPV protège contre le cancer du col de l’utérus à 100 %.
 
UNE PREVENTION A COTE DE LA CIBLE
 
 La partie réservée à la prévention va également être mise dans une configuration pluridisciplinaire. Notamment pour ce qui concerne l’environnement au sens large du terme, le monde du travail en particulier.
 
Avoir des réseaux de signalement de tumeurs rares, par exemple, qui peuvent être le résultat de l’exposition à un agent utilisé dans certaines fabrications sans attendre d’avoir vingt morts.
 
Autre difficulté : les cancres liés au tabac. On sait aujourd’hui que le tabac est un marqueur de précarité et de pauvreté. Les cadres ont arrêté de fumer, mais le tabagisme fait de gros dégâts parmi celles et ceux qui sont en situation précaire, notamment les chômeurs.
 
Ces personnes qui ont quasiment tout perdu n’ont aucune envie de décrocher de la cigarette. Et, quand le prix du tabac augmente, ils continuent à fumer et ont encore moins d’argent pout les fameux « cinq fruits et légumes par jour » dont on nous recommande la consommation.
 
Il faudra donc trouver le moyen de sensibiliser ces populations hautement exposées aux cancers liés au tabac par des approches ciblées, là encore un travail où les sciences sociales et humaines viendront aider les professionnels de santé publique.
 
OUBLIER LES EGO POUR MIEUX TRAITER
 
Mais ce Plan va aussi permettre d’accélérer le processus d’autorisation à traiter des patients cancéreux pour les hôpitaux publics et privés.
 
Aujourd’hui, rien n’interdit de fait à un établissement qui opère un cancer du sein par an seulement, de continuer cette activité.
 
Le premier Plan cancer, voulu par Jacques Chirac, avait prévu de donner un « label » aux établissements. Ce label prévoyait qu’il fallait opérer un certain nombre de cancers par an pour pouvoir continuer à le faire. Pour le sein, le nombre était fixé à 30. Or, plus d’un tiers des hôpitaux et cliniques français n’atteignent pas ce chiffre minimal requis.
 
Ders chiffres ont été fixés également pour les cancers digestifs, pour le nombre de patients traités en radiothérapie ou en chimiothérapie ambulatoire en hôpital de jour.
 
Tout cela venait en contrepartie de la mise à disposition pour tous les patients de toutes les molécules innovantes sans aucune restriction.
 
La France a été le premier pays à ainsi ouvrir les vannes des thérapies ciblées, des traitements coûtant plusieurs dizaines de milliers d’euros par an et par patient. Des patients souvent arrivés au bout des possibilités thérapeutiques possibles.
 
Les médicaments ont été rendus accessibles, mais la deuxième partie du contrat n’est toujours pas remplie. Or, à quoi cela sert-il de donner des traitements très ciblés à des patients qui auront été mal opérés ou insuffisamment bien diagnostiqués selon les critères de plus en plus pointus de la cancérologie ?
 
Mais voilà, nous sommes en France et dire à un hôpital ou à une clinique « Vous ne faites pas assez d’ablations de cancers du sein, donc vous n’aurez plus le droit d’en faire » c’était quasiment impossible ! Les baronnies locales priment encore sur la santé et le devenir des patients.
 
Selon certains échos, le Plan Cancer 2 devrait mettre un terme à un certain nombre d’anomalies et concentrer les moyens dans des lieux où la qualité et l’expertise seront assurées aux patients.
 
Et, en matière de cancer, il n’est pas scandaleux de faire 20 km de plus si on est sur de tomber entre les mains de personnes hautement qualifiées.
 
 
 
 
 
 
 

On trouvera sur le site de l’Institut national du cancer, INCa, le rapport sur la situation du cancer en 2009, en France (document du 16/10/2009)

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

6 réponses à Cancer : Un plan 2 dont on espère qu’il ne sera pas un plan B

  1. RAILLON dit :

    HABITANT SUR VANNES 56000

    JE CHERCHE DES SPORTS ADAPTES.

  2. En ce qui concerne l’alcool, ce plan cancer est plus que frileux.
    Pas de mesure spécifique (comme pour le tabac), mais 3 actions qui ne nécessitent que peu de moyens :
    – préciser sur les contenants de boissons alcooliques la quantité d’alcool contenue (demande formulée par la commission Addictions de l’Académie Nationale de Médecine),
    – renforcer les aides aux personnes en difficulté avec leur consommation d’alcool,
    – mettre en application les mesures relative à l’offre d’alcool adoptées dans la loi HPST.

  3. Grillon dit :

    Meri beaucoup M. Flaysakier

  4. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A GRILLON :

     

    je partage totalement votre indignation.

    je l’ai d’ailleurs écrit dans un article de ce blog consultable ICI.

    Il est intolérable de voir une double peine ainsi infligée : le préjudice de la maladie et la punition financière.

    J’ai alerté la Ligue contre le cancer sur ce sujet.

    Je pense que c’est leur rôle d’en parler.

    Mais, pour l’instant, ils ne semblent pas bouger.

  5. Grillon dit :

    Y aura-t-il une charte de bonne conduite ?
    Lu sur un forum : « Aujourd’hui je souhaite bénéficier d’une chirurgie réparatrice dans une clinique privée à Paris. Le chirurgien qui doit d’en occuper est n°1 en france de la reconstruction de l’oreille. (…)

    Le seul souci, c’est qu’elle prend 2500? de frais de dépassements d’honoraires. »

    2500 euros de dépassement ! moi, cela me dépasse… même en clinique privée alors que cette personne est atteinte d’un cancer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.