Grippe porcine « mexicaine » : le niveau d’alerte est remonté .

Le Dr Margaret Chan, Directrice générale de l’OMS, vient de déclarer le niveau 5 de l’alerte pandémique.

C’est le dernier stade avant la déclaration officielle de l’état de pandémie.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Grippe porcine « mexicaine » : le niveau d’alerte est remonté .

  1. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A MICHEL :

    Si vous les pelez, bien sûr. Il n’y a pas de transmission alimentaire. Le seul risque, et encore est-il vraiment hypothétique et de l’ordre de 1 sur un milliard, serait une contamination manuportée.

    Donc, pelez les fruits, d’où qu’ils viennent, d’ailleurs et vous serez rassuré !

    Bon appêtit.

  2. Michel dit :

    Peut-on manger des fruits et légumes en provenance du Mexique?

  3. Anonyme dit :

    Cette grippe est moyennement contagieuse et un petit peu mortelle, comme une grippe saisonnière. Ne vaudrait-il pas mieux l’avoir maintenant et être immunisé pour l’automne ? la grippe espagnole est arrivée en plusieurs vagues: une toute petite au printemps puis deux grosses en hiver.

  4. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A ANONYME :

    Merci de votre  description napolitaine !

    Juste une petite précision : je suis entré à la télévision en 1985, un peu plus tard que ce que vous pensiez !

  5. Anonyme dit :

    Celà fait toujours plaisir de vous retrouver depuis des années (en 1970 vous étiez déjà sur la 2ème chaine?)…
    Maintenant, en vous écoutant hier soir sur TV5, je me suis demandé qu’est ce qui se passerait si l’alerte gagnait une ville « pseudo » européenne (en paroles pas en faits!) comme Naples :
    les rues de la cité ne sont jamais lavées – je dis bien jamais – on sort de temps en temps les 2 ou 3 voitures ad hoc pour la frime quand il y a quelque visite officielle – le reste du temps on compte sur l’eau du ciel ( il faut bien que le personnel ait du temps pour jouer aux cartes!), ce qui n’enlève pas toutes les micro-poussières résultantes d’un traffic automobile en folie… le metro est seulement un « musée » où de temps en temps passe un train (15 à 40mn en été)…
    Quant aux hopitaux, on peut faire une chronique infinie de tout ce qui ne fonctionne pas. Il n’y a pas de jour sans une nouvelle du type : »la Tac de l’hopital X est hors d’usage… », « il n’y a plus de scalpels et de coton hydrophile… » « une erreur d’anesthésie …. »(très fréquent vu comment se sont faits certains examens universitaires: avec un parent médecin présent à l’épreuve comme candidat en même temps que le fils ou la fille …), une « erreur de diagnostic » avec fin léthale, patients abandonnés dans un couloir des heures et des heures (anciens maltraités, entre autre), parents de malades envoyés en pharmacie pour acheter le mèdicament qui manque (je l’ai vu de mes yeux plus d’une fois) etc.etc.
    Un centre comme celui de la Croix de Malte, tout neuf et fonctionnant bien, est ferméau bout de quelques mois avec des fallacieux pretextes bureaucratiques.
    Et puis il y a la mentalité des citoyens. Sur la chronique locale d’hier, les quelques Napolitains rentrés du Mexique (sans aucun controle à l’aéroport, semble-t-il) se lamentaient de ne pas avoir pu visiter ce qu’ils voulaient, et du fait que leurs employeurs leur avaient demandé de ne pas venir au travail pendant une semaine!
    Le résultat est que pour une personne sensée, mieux vaut mourir à la maison que finir dans un hopital napolitain ( les cliniques privées sont encore pires).
    Quant aux jeunes diplomés sérieux et compétents … ils s’en vont ailleurs en Europe (pour ne pas être payés 800 euros par mois pour un jeune chercheur non pistonné)
     

  6. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A SOPHIE :

     

    Il n’y a aucun risque de transmission alimentaire du virus. c’est seulement un risque par voie respiratoi ou manuporté.re

  7. Sophie dit :

    Les autorités en France, contrairement aux autorités du Brésil, ne prennent pas assez de précautions avec le risque de propagation dans notre pays de la grippe porcine. Le maire de Mexico n’a pas hésité à fermer écoles, lieux publics…En France, personne n’aura le courage de le faire. Comprenez-vous, il y a des enjeux financiers… plus importants que la santé des français. Pourquoi fait-on prendre la même sortie par les passagers en provenance du Mexique et les passagers en provenance d’autres pays à Roissy?
    Monsieur Flaysakier, j’ai vu dans un Franprix à Paris il y a 2 jours des cartons de bananes provenant du Mexique (c’était écrit sur le carton: l’importateur est anglais, l’exportateur de Mexico). Est-ce que pendant cette période à risque, les autorités françaises ne peuvent pas suspendre l’arrivée de produits alimentaires en provenance du Mexique?

  8. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A ANONYME :

    Symptoms are those of a common flu with, sometimes bouts of diarrhoea and  couhing  and a running nose

  9. Anonyme dit :

    How do we know that we have the symtoms, could you at least explain that to use because we know about the cold porcine but we d’ont know anything else.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.