Diabete de type 2 : attention aux troubles du rythme.

Le diabète de type 2 est une maladie de plus en plus fréquente dans nos sociétés et ses complications sont de mieux en mieux étudiées. Aujourd’hui, c’est un trouble du rythme cardiaque qui attire l’attention, la fibrillation auriculaire.
 
Le cœur qui cogne dans la poitrine, qui galope et ralentit et repart à toute vitesse mais de façon anarchique. La sensation d’oppression dans la poitrine, l’essoufflement, parfois le besoin d’aller uriner plus que d’habitude. Autant de signes qui évoquent une trouble du rythme cardiaque appelé fibrillation auriculaire (FA) et qui correspond à une contraction anarchique des oreillettes cardiaques, entrainant une contraction anormale des ventricules.
 
Cette pathologie est assez fréquente chez les patients diabétiques, deux fois plus fréquente que dans une population générale et encore plus prévalente quand il existe une hypertension artérielle.
 
Une étude sur l’effet d’un abaissement de la pression artérielle baptisée ADVANCE a concerné 11140 patients répartis en deux groupes. L’un recevait la combinaison perindopril- indapamide, le second un traitement placebo.
 
Dans cette population étudiée, 847 personnes présentaient une FA au moment de leur inclusion dans le protocole.
 
ADVANCE avait montré l’intérêt d’abaisser la pression artérielle chez les diabétiques de type 2. Elle vient de souligner que la FA représentait un facteur aggravant dans cette population.
 
Ainsi le risque de mortalité, toutes causes confondues est augmenté de 61 % en cas de FA., 77% pour les décès liés à une cause cardiovasculaire et 68 % pour la mortalité par insuffisance cardiaque.
 
Le sur-risque concernant les accidents coronariens était de 27 % mais celui des accidents vasculaires cérébraux aussi bien hémorragiques qu’ischémiques, c’est à dire liés à un caillot, était de 68 %.
 
 
Cette étude montre donc à quel point il faut rechercher et tenir compte de l’existence d’une fibrillation auriculaire chez les patients diabétiques
 
Et il est important pour ces mêmes patients d’évoquer avec les médecins qui les suivent des symptômes comme ces palpitations, ces rythmes anarchiques, même s’ils sont fugaces et espacés dans le temps

Référence de l’étude :

Xin Du et al.

Risks of cardiovascular events and effects of routine blood pressure lowering among patients with type 2 diabetes and atrial fibrillation: results of the ADVANCE study

European Heart Journal

doi:10.1093/eurheartj/ehp055

 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Diabete de type 2 : attention aux troubles du rythme.

  1. une Tunisienne dit :

    je vous félécites apropos ce blog vous avez bien fait 🙂

  2. diabète type 2,troubles du rythme et nycturie font également redouter, avec la surcharge pondérale et l’insulinorésistance associées, un syndrome d’apnée du sommeil aggravant encore le risque cérébral et cardiovasculaire et producteur d’hormone natriurétique,qu’en pensez-vous ?

  3. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A NANCY :

     

    Ce blog n’est pas spécialisé sur un sujet précis, mais un site d’informations. Or, en matière de diabète, l’information sur le diabète de type 2 est nettement plus abondante que pour le DID.

    Mais il n’y a aucun ostracisme de ma part.

  4. JD Flaysakier dit :

    REPONSE A NANCY :

     

    Comme vous pourrez le lire dans la rubrique Info blog, la confidentialité des visiteurs est strictement respect&ée sur ce blog.

  5. Nancy dit :

    merci de ne pas mettre mon adresse mial dans votre site

  6. Nancy dit :

    Pourquoi un seul article sur ce site pour un sujet qui concerne tant de personnes?
    Pourquoi rien sur les DID??

  7. Philippe dit :

    Combien de courriers envoyés à nos politiques de tous bords pour témoigner et dénoncer des faits, des actes dont trop de Français sont les victimes de notre système de santé, et combien de réponses ?

    Messieurs MOSCOVICCI et PEMEZEC se sont proposés d’adresser une correspondance au Ministre de la santé pour l’interpeller (décembre 2007) et ainsi se dire j’ai fait ma Bonne Action, sans chercher, sans vouloir forcément une réponse et sont retournés chahuter sur les bancs de l’hémicycle, retrouver certains confrères qui luttent contre la lourdeur digestive de paupières devenues trop épaisses par le poids des ans.

    D’autres comme Monsieur AUTAIN, vous adressent un courrier dans lequel ils déversent leur incompréhension. Il s’est dit choqué par notre histoire qu’il qualifie d’épouvantable et d’inhumaine, lui au moins dit son indignation, mais cela reste des mots, l’action c’est autre chose…

    Quant à ceux qui vous adressent (la liste est longue) de la compassion, il aurait été préférable qu’ils s?abstiennent car ce n’est pas de la compassion que nous attendons d’eux mais des actions. En sont-ils capables ?

    Que dire de ceux qui ne réagissent pas ? Rien, il est des silences qui vous pousseraient à utiliser des termes qui seraient mal venus dans la langue de Molière…

    Alors, Mesdames et Messieurs les biens-pensants, ne soyez pas surpris lors des élections du nombre d’abstentions, elles sont à l’image de votre inaction et de votre mépris des citoyens car beaucoup l’ont compris, vous n’avez qu’une envie, qu’une obsession, conserver vos acquis et votre pouvoir.

    L’actualité des mois écoulés n’est-elle pas une preuve de votre seul combat ? Celui qui consiste à diriger, à détenir sur l’autre le pouvoir, uniquement le pouvoir, la toute puissance, quel que soit le parti dans lequel vous naviguez, être des êtres à part.

    Beaucoup trop d’entre vous se paufinent une image de « people » alors que le citoyen qui a pris le temps de déposer son bulletin dans l’urne n’attend qu’une chose de vous, que vous remplissiez la mission pour laquelle vous avez été élu: être le garant des droits et du respect des individus qui vous ont fait confiance.

    Trop de plateaux de télévision, trop de discours verbeux, pour donner le bon mot et flater votre égo, alors que celui qui n’a de cesse de vous interpeller ne reçoit que des maux.

    Ôter de votre visage le fard de tant de soupoudrage dont les médias vous ont barbouillé la face pour briller devant les caméras et regardez-vous le matin au réveil sans maquillage devant votre glace sans teint et posez-vous ces questions:

    Qui m’habille de mon beau costume de satin?
    Qui fait que jamais de pain, je ne manquerai?

    La révolution française n’a rien changé, certaines classes ont perdu leurs privilèges, d’autres s’en sont emparées sous prétexte du bien-être du peuple, quelle hypocrisie…

    Les Droits de l’Homme sont devenus les Droits des Politiques.

    Le 10 mars 2009 (article du Parisien), à l’occasion de son déplacement au Mexique, notre Président Nicolas SARKOZY, dans le cadre de l’affaire «Florence CASSEY»,a eu cette phrase symbolique :

    «La France est un Etat de droit, on n’y fera pas n’importe quoi.»

    Je me permets Monsieur le Président de vous contredire et vous dire avec force :

    «que la France est un Etat de droit, dans lequel certains se permettent tout et n’importe quoi »

    Quant aux Associations (elles sont nombreuses) avec lesquelles nous avons eu des échanges et qui ont préféré nous ignorer, ont-elles eu peur de l’institution que nous pointons du doigt ? Je prendrai principalement comme exemple :

    – La Ligue Contre le Cancer : institution qui récolte des fonds pour la recherche et cela est honorable, comme j’ai eu l’occasion de l’écrire à son président en 2006 : il serait honorable aussi lorsque des faits scandaleux sont portés à leur connaissance qu’ils se rangent aux côtés de parents qui leur demandent de les aider à passer des messages à ceux qui sont censés soigner les malades. Il faut savoir mener des combats pour ceux qui luttent contre la maladie et pour ceux qui nous ont quittés dans des situations qui ne devraient exister.

    – La Voix de l’Enfant : que j’avais rencontrée à l’occasion d’une émission sur Direct 8 (voir vidéo sur le blog) en novembre 2007 et qui s’était dit scandalisée par la situation évoquée dans mon témoignage, eux non plus n’ont pas affiché une réelle volonté de passer à l’action… Comme je le leur ai suggéré, pourquoi ne pas renommer votre association «La Voix de Certains Enfants»?

    – Le Défenseur des Enfants : que dire, qu’il s’agit d’une institution de la République qui n’a aucun pouvoir sinon un rôle de médiation, drôle d’institution qui devrait avoir une autonomie réelle et un rôle actif dans la défense des enfants, car il est des faits que la médiation ne réglera jamais? Dernièrement lors d’une émission de radio, sa représentante s’est présentée comme « Le Défenseur de tous les Enfants » permettez que j’en doute, que j’en doute fort suite à notre dernière rencontre.

    Voilà, mon coup de gueule pourrait comporter autant de pages qu’il existe de Députés, de Sénateurs, d’Associations mais nul besoin de noircir plus de papier: ils se reconnaîtront, ceux qui au quotidien ont perdu toute légitimité à mes yeux et aux yeux de beaucoup de Français.

    J’adresse toutes mes pensées à tous ceux qui m’ont rejoint dans ce combat en apportant des témoignages ou des signatures et à ceux qui n’osent le faire et qui souffrent en silence.

    Le Site « santeusagers » est le site de tous, tous ceux qui veulent lutter contre le mépris de nos institutions censées être les garants des droits et du respect de chaque individu.

    « Nos Différences, nos Souffrances, nos Handicaps sont autant de combats, pour nous, pour ceux qui nous ont quittés et pour tous ceux qui se croient à l’abri. »

    Philippe
    santeusagers.over-blog.co…
     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.