Formation des médecins : information et communication sont dans un bateau.

L’information destinée aux médecins et, de fait, au grand public devrait être libre de toute considération commerciale. Mais, apparemment, il y a encore du chemin à faire.

Du 8 au 13 septembre prochain se dérouleront les Entretiens de Bichat qui, comme ne l’indiquent pas leur nom, se déroulent à l’hôpital Pitié-Salpêtrière de Paris et pas à l’hôpital Bichat.

Ces entretiens sont censés représenter un moment où les médecins généralistes peuvent parfaire leur formation permanente en venant écouter un certain nombre de conférences.
Le programme est copieux et varié. Mais ce n’est pas faire injure aux organisateurs de dire que cet événement n’a pas le caractère majeur et le lustre d’antan.

Les moyens d’informations des médecins se sont diversifiés et , surtout, ils trouvent près de chez eux ou auprès de la faculté où ils ont été formés, des spécialistes et des sessions de formation qui ne leur imposent plus de « monter » à Paris pour savoir bien soigner.

Mais ce qui ne change pas au cours du temps, et quel que soit le lieu, c’est cette intrication un peu étrange, voire dérangeante, entre information et communication.

Les responsables des Entretiens de Bichat ont déjà adressé aux journalistes le programme de la manifestation de septembre et en parcourant l’opuscule, on découvre une série de tables-rondes programmées sur des thèmes « grand public ».

Prenons l’exemple du 8 septembre à 11h30. On apprend qu’une universitaire du Sud-est de la France parlera du sujet : « Catéchines du thé vert et contrôle du poids ».

Les catéchines sont des substances dont on a montré qu’elles étaient associées à un effet protecteur concernant le risque cancéreux dans des populations chinoises.

Mais là, on parle de perte de poids. Rien d’illégitime donc à ce que des médecins généralistes puissent être informés de ce thème et les journalistes également.
Mais, plus étonnamment, on voit en bas de page que cette table ronde est organisée avec » le soutien » du comité scientifique d’un grand nom du thé.

Le même jour, à quasiment la même heure, on parlera d’un nouveau vaccin contre le papillomavirus, impliqué dans la majorité des cancers du col de l’utérus.
Là aussi cette présentation bénéficie du « soutien » du laboratoire fabricant du vaccin.

Et le lendemain une autre présentation « Que boivent les français ? » sera l’occasion d’entendre des experts parler de l’évolution de nos comportements et devinez quoi ? Un grand fabricant de boissons américain qui s’est également lancé dans le business de l’eau minérale apporte son « soutien » à cette table-ronde.

Ne nous voilons pas les yeux, personne n’est tout blanc ou tout noir, mais, en quoi, y a–t-il besoin d’associer un fabricant de thé à une communication sur le thé ou un fabricant de boissons gazeuses à une table-ronde a priori scientifique ?

Est-ce pour couvrir les frais d’organisation et de voyages des intervenants ? Peut-être.
En tous cas, je trouve que cela fait planer un très léger doute quant à l’objectivité des informations délivrées au cours de ces réunions.

Je fais sans doute un procès d’intention injustifié, mais alors qu’on m’explique cet étrange télescopage.

Dans les grands congrès scientifiques la règle, désormais, est que chaque orateur commence par les « disclosures ». En français cela signifia qu’il dit de qui il a touché de l’argent sous forme d’honoraires ou de crédits de recherche. Au moins les choses sont dites.

J’encourage vivement les organisateurs des entretiens de Bichat à adopter une telle politique.
C’est toujours mieux de dire les choses.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.