Sport et performances : la prime aux tenues qui compriment

La combinaison d’Alain Bernard, recordman du cent mètres nage libre, aura beaucoup fait parler. Mais aux prochains Jeux Olympiques nombre de disciplines verront apparaître des vêtements censés améliorer les performances.

Trois records du monde en deux jours, les championnats d’Europe auront permis au nageur d’Antibes d’exploser.
La musculature du tronc et des membres supérieurs du nageur a suscité nombre de commentaires, voire d’insinuations, mais pas autant que sa combinaison Speedo « magique ». Et chacun d’y aller de son commentaire. On aura entendu ou lu ça et là que le gain de temps ainsi obtenu allait de 0,1 à une seconde selon les medias.

Il est loin où, vêtus de simples maillots de bain, les nageurs se rasaient du crâne aux pieds pour grappiller quelques poussières de secondes.

Cette combinaison est-elle aussi formidable que cela ? On verra bien ce qui se passera à Pékin quand tous les grands auront enfilé leurs casaques respectives.

A ceux qui s’étonnent, voire s’indignent, il suffit de voir ce qui s’est passé en athlétisme. A combien serait le record du 100 mètres plat si on courait encore sur de la cendrée et avec les chaussures des années cinquante ?

Mais la course à l’armement ne s’arrête pas à la piscine. Plusieurs fabricants développent des tenues destinées aux athlètes dans un marché qui atteint aujourd’hui 2 milliards d’euros pour les seuls Etats-Unis selon lasociété d’études Sports One Source

Le précurseur a été la société Under Armour. Elle a sorti des tenues faites de tissus qui exercent une compression sur le muscle. Cela est supposé aider le muscle à se drainer et favoriser la circulation sanguine, à la façon des bas de contention utilisés pour traiter les pathologies veineuses des membres inférieurs. Les tissus de cette société sont également conçus pour ne pas conserver la sueur.

Tous les grands du sportswear se lancent dans la bataille. La compression musculaire est censée permettre d’éviter la stagnation de l’acide lactique, une substance provenant de la dégradation des « carburants » du muscle et dont l’accumulation entraine fatigue et crampes.

Un fabricant japonais, Wacoal, sort des tenues très moulantes avec des systèmes proches du strapping, Ce sont des supports placés dans le vêtement et qui renforcent les tendons au niveau du dos, des hanches et des genoux.

Aucune étude n’a réellement prouvé un quelconque bénéfice à utiliser toutes ces tenues très près du corps. Maïs nous sommes dans un domaine où l’irrationnel est roi et où croire qu’on va aller plus vite ou lancer plus loin parce que le tissu est révolutionnaire, ça ne se discute pas plus que cela ne se justifie.

Ce qui importe c’est que ce soit un marché ! On est loin des gris-gris habituels, des superstitions du genre short ou sous-vêtement qu’avec lesquels on a gagné une fois et qu’on a toujours dans le sac.

E même si les bénéfices pour les athlètes sont seulement dans la tête, c’est mieux que d’avoir recours à des produits plus ou moins indécelables ! Mais là, je rêve sans doute.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.