Le premier centenaire du professeur Emile Aron

C’est le doyen de l’Académie de Médecine. Depuis le 2 novembre dernier, Emile Aron a cent ans. Naitre le jour des Trépassés, c’est bien sa façon à lui de dire son amour de la vie.

Ce grand médecin est aussi un formidable écrivain et un humaniste hors pair. J’avais envie de lui consacrer quelques lignes, juste pour illustrer ce que peut être un « honnête homme ».

Emile Aron a commencé sa carrière de médecin des hôpiatux en 1933, quand des bruits de bottes sinistres commençaient à résonner de l’autre côté de la ligne Maginot.Tout un symbole pour cet homme qui sera chassé des hôpitaux pendant la guerre, sans le droit de soigner ni d’enseigner, à la demande expresse de certains de ses confrères de l’2cole de Médecine de plein exercice, omme s’appelait à l’époque la Faculté de Médecine de Tours.

Point de médecine, bon! Emile rejoint alors la Résistance. Mais dès la fin de la guerre il retrouve son poste et ses « chers collègues » dont les noms et les courriers infâmes figurent toujours dans les registres de la Faculté.

Médecin,mais aussi chercheur, Emile Aron va ajouter une dimension de santé publique à sa panoplie. Il crée en effet, dès le début des années 50, l’un des tous premiers centres de dépistage des cancers du col de l’utérus de France,à Tours.

En 1962, il obtient que l’Ecole devienne une vraie Faculté. Il en sera le premier Doyen. A cette époque, les Français doivent quitter l’Algérie devenue indépendante et parmi eux de nombreux médecins. Emile Aron propose d’accueillir plusieurs équipes dans cette jeune faculté dont la prestigieuse école de cardiologie dirigée par le professeur Robert Raynaud. C’est lui qui a donné son nom au syndrôme de Raynaud, une affection qui touche les vaisseaux sanguins. celles et ceux qui ont les mains qui bleuissent au froid ou lorsqu’ils trempent les mins dans une eau froide savent de quoi je parle !

Mais trois ans après, Emile Aron est battu d’une voix pour la réelection au poste de doyen. Visiblement, avoir accueilli des confrères dans la détresse n’était pas du goût de tous ses pairs.

il a dirigé son service jusqu’à la limite maximale autorisée, c’est à dire 73 ans, car les années de guerre et son renvoi à cette époque lui ont permis de jouer les prolongations. Et tous les jeunes médecins passés dans son service n’ont pas regretté d’avoir ce Maître à l’ancienne pour les former.

Détail aussi symbolique de l’homme : il avait une consultation privée, comme tous les médecins hospitaliers. mais il prenait le tarif public, pas un sou de plus. « Je suis à l’hôpital, je prends le tarif de l’hôpital » nous expliquait-il à chaque fois que nous venions vérifier si cette histoire était véridique.

Une fois parti de l’hôpital, l’homme n’en a pas moins continué à travailler. Beaucoup de médecins lui demandaient son avis. Puis il a rejoint l’Académie de Médecine.Tous ls mardis, il monte dans le TGV pour se rendre rue Bonaparte à Paris, et il le fera encore la semaine prochaine !

il a aussi beaucoup écrit sur Bretonneau et ses deux élèves, Trousseau et Velpeau, trois médecins originaires de Touraine. Il a commis également un magnifique ouvrage sur le docteur François Rabelais, enfant de Chinon et gand voyageur puisqu’il passa par les facultés de Montpllier, Lyon et Padoue.

Emile Aron a même consacré un livre à l’absinthe, cette boisson mythique des poêtes du dix-neuvième siècle que la France a proscrit pendant la guerre de 1914-1918. Les fabricants quittèrent alors Pontarlier pour aller plus au sud faire du pastis.

Petite anecdote en passant : en ukrainien, le nom de la plante qui permet de faire de l’absinthe se dit Tchernobyl. je vous jure que c’est vrai.

Emile Aron a encore un combat qui lui tient chaud au coeur : il en a assez du racisme anti-vieux ! Il trouve que notre société se conduit très mal avec ses ainés. Je l’approuve entièrement. Une société qui ne respecte pas ses anciens ne se respecte pas.

Vendredi dernier, il a donné une conférence, une « lecture » plutôt selon le terme académique, dans les locaux de la Faculté qu’il a aidé à naître. Il a parlé deux heures, debout ! Il fera une autre conférence vendredi prochain à Tours, ouverte à tous dans les locaux du Conseil général. Il a choisi comme titre « Cet homme nouveau : le centenaire ».

Personne ne m’a marqué au cours de ma vie de médecin comme cet homme, parce qu’il avait une mission: soigner . Parcequ’il nous a appris aussi quelque chose de fondamental : respecter celui qui souffre et qui est allongé devant nous dans son lit d’hôpital.

J’espère pour les futurs médecins et les patients qu’il reste encore deshommes e des femmes comme lui pour apprendre la médecine et ses valeurs à mes jeunes confrères.

J’espère.

 

Pour les mauvais esprits, je précise que contrairement aux apparences, le plus agé des deux, Emile Aron est à droite sur la photo !

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Le premier centenaire du professeur Emile Aron

  1. mf kahn dit :

    Cher JD avez vous des nouvelles du Pr ARON ? Je lui ai adressé mon article sur la PR de Bergson paru dans la Revue du Rhum.( où je le cite et le remercie) mais je n’ai pas eu de retour.Il a donc 103 ans et à cet âge… Sans rapport j’ai noté que vous indiquiez dans un blog a propos de la fibromyalgie qu’un médicament était commercialisé aux USA mais pas en France! Ce n’est pas exact .L’IXEL que Pierre Fabre étudie depuis des années dans cette indication n’a pas eu l’AMM européenne pour cette indication;( a juste titre à mon avis!Je l’avais prévu mais ils ne m’ont pas écouté) Aux USA c’est le Savella qui fait une pub d’enfer.J’ai appris à cette occasion que la FDA est devenue beaucoup plus « coulante » que les instances européennes,quand il y a une forte demande des assoc.de patientes! Toute mon amitié Marcel-francis KAHN

  2. JD Flaysakier dit :

    REPONSE : Je suis heureux de savoir que j’ai appris quelque chose au professeur Patrice Queneau ! D’habitude c’est moi qui apprend de ses enseignements en pharmacologie et en thérapeutique.

  3. Patrice Queneau dit :

    Merci pour cette belle mise au point, concernant un homme merveilleux de vitalité, d’humour, de culture, d’enthousiasme…
    Merci pour m’avoir apporté certaines données sur cet homme d’exception

  4. JD Flaysakier dit :

    REPONSE : je vais le lui demander et je le raconterai ici même. Je précise pour les lecteurs de ce blog qui l’ignoreraient que le Pr Marcel Francis Kahn est un des grands noms de la rhumatologie française et qu’ila décrit un syndrôme qu’on appelle aujourd’hui fibromyalgie. C’est toujours agréable et flatteur pour un éternel étudiant de lire un commentaire envoyé par un grand nom de la médecine qui a bercé mes études !

  5. marcel-francis Kahn dit :

    Je suis plein d’admiration pour ce grand collègue .Je souhaiterais qu’il précise s’il a écrit quelque chose sur un de ses illustres patient Henri Bergson.Bergson,mort début janvier 1941 avait une polyarthrite rhumatoïde sévère et j’avais trouvé une description sommaire de ses mains par E.Aron. Avec l’expression de mon profond respect respect pour un homme qui honore la profession Prof M.F. K A H N

  6. JD Flaysakier dit :

    REPONSE: Et moi je suis ravi d’avoir de tes nouvelles! Se former à l’exercice de la médecine auprès d’un homme comme lui est un moment rare que je suis heureux de savoir que tu as partagé.

  7. Nadine Markiewicz-Djurakdjian dit :

    J’ai été ravie de lire ton article sur Aron pour lequel j’ai toujours eu beaucoup d’admiration.Cet homme a toujours inspiré le respect non seulement par son savoir mais aussi par son exceptionnelle prestance…Il est la preuve même de la nécessité de conserver une activité intellectuelle pour demeurer toujours jeune!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.