Le Diesel n’est pas l’ami de nos artères. Cardiologie AHA 2007

La pollution n’est pas bonne pour le cœur et les vaisseaux.

On le savait déjà grâce à un certain nombre d’études menées notamment par les équipes du CHU de Dijon

Cardiologues et neurologues de la capitale bourguignonne ont montré qu’il existait une corrélation entre le niveau de pollution urbaine et la survenue d’infarctus et d’accidents vasculaires cérébraux.

Mais ces études, dites observationnelles, peuvent toujours faire l’objet de critiques, tant les facteurs sont nombreux dans la survenue d’accidents cardiovasculaires.

Une étude présentée à Orlando au congrès de cardiologie et une publication d’une équipe française, toutes les deux sur des volontaires sains, mettent en évidence de façon irréfutable les risques que la pollution, particulièrement celle liée aux émissions des moteurs Diesel, font courir à notre cœur et à nos vaisseaux.

Andrew Lucking et ses collègues à Edimbourg ont construit une artère endommagée par une plaque de cholestérol prête à se fracturer, comme on en trouve chez les patients atteints de maladies cardiovasculaires. Ils ont fait passer du sang de volontaires sains dans cette artère. Ce sang a été exposé à des émissions venant de moteurs Diesel. Et au bout de deux heures, les chercheurs ont vu se former dans ce vaisseau des caillots composés de cellules sanguines, les plaquettes accolées à des globules blancs. Tout ce qu’il faut pour faire un infarctus ou un accident vasculaire cérébral.
Le Dr Lucking ne sait pas si ce sont les gaz du Diesel ou les particules émises par ces moteurs qui sont en cause. Mais ce qui est sûr c’est que cette pollution représente un risque réel pour les personnes fragiles et dont les artères sont en mauvais état.

Une équipe française, sous la conduite du Professeur Pierre Boutouyrie de l’INSERM a réalisé un travail allant dans le même sens.
Ils ont pu mesurer le flux sanguin et la capacité de dilatation des vaisseaux chez des volontaires sains exposés là encore à la pollution urbaine.

Leurs travaux sont publiés dans la prestigieuse revue « Hypertension. ( Hypertension. 2007;50:970-976.) et on constate que les gaz retrouvés dans l’air urbain pollué jouent sur la circulation du sang en altérant la fonction de la paroi des gros vaisseaux. Les particules émises par les gaz d’échappement vont agir sur les petits vaisseaux en les faisant se dilater exagérément, interférant ainsi avec une bonne distribution du sang dans les divers tissus de l’organisme.

En France aujourd’hui une voiture sur deux est équipée d’un moteur Diesel. Il va devenir difficile devant l’accumulation de tant d’évidences de ne rien faire ou dire. Il faudra trouver les moyens d’informer les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires même si les seuils destinés à la population générale ne sont pas atteints. Les
nformer à défaut de pouvoir les protéger

PS : l’article de Pierre Boutouyrie et al. est accessible à l’adresse

http://hyper.ahajournals.org/cgi/content/full/50/5/970

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Le Diesel n’est pas l’ami de nos artères. Cardiologie AHA 2007

  1. berryvolk dit :

    je suis commercial et gros rouleur (en véhicule diesel – 60/70000km/an). Je suis donc très exposé aux micro-particules émises par les moteurs diesel – celles émises par mon véhicule et celles émises par les autres véhicules.
    A presque 60 ans et depuis 7 ans je "fais" de l’hypertension.
    Je sais que les causes de ce risque sont multiples mais peut-on considérer que mes déplacements professionnels pourraient éventuellement être la cause ou participer à cette augmentation de ma pression artérielle………….Ce qui pourrait presque constituer une bonne nouvelle, car dans 1 an, à la retraite, je roulerai beaucoup moins et donc serait moins exposé.

  2. JD Flaysakier dit :

    REPONSE : Votre cas est particulièrement important. Il ne fait aucun doute que des pathologies jusque là mises sur le compte d’autres facteurs vont se révéler avec le temps. Même si votre maladie ne rentre pas dans le cadre strict des tableaux de maladies professionnelles, rien n’empèche votre médecin de faire une déclaration de maladie à caractère probablement professionnelle. Bien sûr la CPAM diligentera une enquête. mais il y a aujourd’hui nombre de travaux scientifiques qui plaident pour un rôle nefaste des emissions liées au Diesl. je vous communiquerai directement sur votre messagerie certains contacts utiles.

  3. pascal mallet dit :

    bonjour, je voudrais vous apporter mo témoignage suite à cet article. J’ ai 48 ans , je suis sportif ne fume pas et j’ai 1,86 de colhesterol. Je viens de faire un infarctus. Je suis contrôleur technique automobiles et je suis donc exposé aux gaz d’échappement à longueur de journée, je pense que mon infarctus est lié à mon métier le problème c’est que dans 1 semaine je reprend et j’ai peur de refaire un accident cardio vasculaire. Pour l’instant personne ne veut reconaitre ce lien. je pense ne pas être le seul contrôleur dans ce cas mais je n’ais aucun moyen de le savoir. En moyenne sur une journée de 8 heures en passant 15 voitures nous sommes exposés pendant 4 heures aux gaz d’échappement.
    Je vous remercie de votre attention

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.