NASH : la maladie dite du la « foie gras humain » est en plein essor

C’est aujourd’hui une cause de plus en plus fréquente de transplantation hépatique et de cancer du foie. La stéato-hépatite non alcoolique ou Non Alchoolic Steato-Hepatitis ou NASH est l’objet d’intenses recherches.

Cela fait un peu plus de trente ans que cette nouvelle entité a été isolée. On avait d’abord mis en évidence le syndrome métabolique qui comporte une obésité abdominale, une hypertension artérielle et une résistance à l’insuline qui se manifeste par un diabète de type 2.
Avec le temps on a constaté que ce syndrome métabolique n’avait pas que des répercussions cardiovasculaires. L’apparition de plus en plus fréquente de cirrhose chez des personnes sans consommation excessive d’alcool et de cancers primitifs du foie, hors de toute infection par les virus des hépatites B et C, a montré que le foie était aussi concerné que le cœur.

De fait, lors des biopsies de foie, on a constaté que les cellules de cet organe contenaient plus de 5 % de graisses et que ces graisses entrainaient un phénomène de ballonisation de la cellule. Les cellules du foie finissent par mourir dans un contexte inflammatoire et la structure du foie, bien en réseau, va finir par se désorganiser à cause de l’apparition de fibrose, un peu comme si on cloisonnait sauvagement un réseau d’évacuation d’eau d’une ville

Cette destruction va entraîner d’abord une cirrhose, et répétons-le sans aucune composante alcoolique. Cette cirrhose peut dégénérer en hépatocarcinome, c’est-à-dire un cancer primitif du foie.

Il faut donc tout faire pour ne pas en arriver là et cela passe par des interventions sur le mode de vie, en privilégiant la perte de poids, action qui n’est pas toujours suffisante.
Ce qui est important c’est que la prise en charge se fasse de façon pluridisciplinaire.
Articulée autour du médecin de famille, elle doit impliquer divers intervenants médicaux et paramédicaux et des intervenants autres.

Un travail d’équipe

Il faut bien sûr qu’un médecin endocrinologue spécialisé dans la prise en charge du diabète de type 2 définisse les modalités thérapeutiques, il faut l’apport de professionnels de la diététique et de la nutrition et une infirmière chargée de l’éducation thérapeutique du patient, ou ETP.
L’appui d’une psychologue peut aider, notamment grâce aux thérapies comportementales. Et cette prise en charge doit inclure l’intervention d’une ou d’un coach sportif capable de mettre en place « sur mesures » des exercices adaptées à la personne, à ses éventuels handicaps et à son mode de vie.
Cette pratique d’une activité physique régulière plusieurs fois dans la semaine joue un rôle non négligeable dans la perte de poids et une meilleure tolérance à l’insuline.
On peut aussi être amené à recourir à une chirurgie de l’obésité, dite chirurgie bariatrique. Ce geste doit cependant être bien préparé en amont et les diverses techniques discutées car il semble que toutes les méthodes aujourd’hui possibles ne donnent pas de résultats équivalents.

En cas d’échec et d’aggravation il faut recourir à la transplantation hépatique souvent liée à une transplantation rénale.

En ce qui concerne les traitements médicamenteux, il n’y a, à ce jour, aucun médicament efficace pour limiter, voire réduire les lésions consécutives à cette NASH.
Mais le champ thérapeutique pourrait bientôt voir fleurir plusieurs produits. La prévalence de l’obésité dans le monde et ses conséquences fait que de nombreuses sociétés cherchent le traitement efficace.

On dénombre actuellement 173 molécules en développement !

Petit point d’actualité :

Dans le JT de France 2 de ce 3 avril 2017 j’ai dit qu’il n’y avait à ce jour aucun médicament sur le marché pour la NASH, ce qui est exact.

les deux produits les plus avancés en développement mais pas attendus avant deux ans sont ceux du français GENFIT et de l’américain INTERCEPT.

Depuis mon passage, il y a un véritable déferlement d’attaques sur Twitter mais aussi sur le fil boursier de Boursorama me visant.

Il s’agit de personnes ayant investi chez Genfit et qui pensaient que j’allais les aider à faire de la plus-value.

J suis donc, selon eux, un âne, un ignare, un incompétent et j’en passe.

Je tiens à signaler l’attitude profondément correcte et digne de la société GENFIT qui m’a dit être totalement étrangère à ces manifestations, apparemment fréquentes dès que les spéculateurs charognards sont mécontents d’un article ou d’un sujet.

GENFIT est une société de biotechnologie de grande qualité .

Elle n’a rien à voir avec des petits groupes d’actionnaires dont le seul but est de se goinfrer sur le malheur des autres.

Publié dans NUTRITION, VARIA | Marqué avec , , | 19 commentaires