VIH/SIDA CROI20 : l’échec inattendu de l’essai du vaccin HVTN 702

C’est encore, hélas ! un échec. L’essai de vaccination pour prévenir l’infection par le virus VIH, baptisé HVTN 702et mené depuis 2016 en Afrique du sud a été interrompu en janvier 2020, faute d’efficacité. Il faut maintenant essayer de comprendre les raisons de cet échec ont annoncé les responsables de l’essai lors d’une communication faite pendant la conférence virtuelle CROI2020.


La déception est à la hauteur des attentes. Les promoteurs de cet essai vaccinal HVTN 702 s’étaient appuyés sur les résultats publiés en 2009 d’un essai mené en Thaïlande, baptisé RV144 Cet essai était la combinaison de deux vaccins, le premier canarypox, virus aviaire inoffensif chez l’humain, qui transporte trois gènes du virus VIH et lisant comme support ALVAC, le second AIDSVAX qui contenait la protéine d’enveloppe gp120 du virus.


Après 42 mois de suivi, l’essai avait montré une efficacité supérieure de 31 % par rapport au groupe placebo. Résultat on ne peut plus modeste mais qui, pour des raisons essentiellement politiques a été présenté comme un succès.


En 2016, on a adapté le protocole du RV144 pour débuter un essai en Afrique du Sud.
La population visée, âgée de 18 à 25 ans, femmes et hommes séronéatifs pour le virus VIH, a té divisée en deux groupes d’environ 2700 personnes chacun.


Le vaccin proposé contenait donc des modifications par rapport au RV144. D’abord la présence d’un adjuvant MF59 pour booster l’immunité. Ensuite la présence d’antigènes spécifiques du type de virus rencontré en Afrique, le clade C, différent des types asiatiques.


Enfin un protocole vaccinal lui aussi renforcé avec le schéma vaccinal suivant :
Injection au mois zéro puis au mois 1 et ensuite aux mois 3,6,12 et 18., ces deux derniers rappels ayant été ajoutés.

Tout au long de l’étude, à laquelle les deux groupes ont bien adhéré, avec 85 % des femmes et des hommes allant jusqu’au bout des injections, il a été proposé l’utilisation de préservatifs et le recours à la PrEP, c’est à une prophylaxie préexposition constituant en la prise régulière d’antirétroviraux avant et après des rapports sexuels non protégés. Cette PrEP a rencontré une très faible adhésion, de l’ordre de 3 £.

En janvier 2020, le comité indépendant chargé de suivre l’étude a demandé qu’elle soit interrompue. La raison était la mise en évidence de la non-efficacité de la vaccination mesurée par le fait que le taux de contamination était de 137 personnes dans le groupe vacciné et de 130 personnes dans le groupe placebo.
Echec donc, d’autant plus inattendu que tout avait été fait pour pallier les déficiences de l’essai RV144.
Pour Lawrence Corey, du Fred Hutchinson Cancer center de Seattle, les raisons de l’échec sont sans doute multiples et les pistes à explorer ne manquent pas.
Il est possible que la préparation des éléments vaccinaux soit en cause, a

vec une variabilité entre les lots. Mais ce peut être aussi dû à la spécificité du type viral présent, le clade C. Ce clade serait beaucoup plus hétérogène que le clade asiatique, entrainant des réactions immunes plus atténuées.
Autre point concernant le virus, sa forte prévalence dans l’environnement des sujets, contrairement là encore à ce qui avait été constaté en Thaïlande. La moitié des femmes et 70 % des hommes déclaraient avoir plus d’un partenaire, un quart des femmes disait avoir des relations sexuelles tarifées.


Enfin, concernant les hôtes, des différences dans l’expression de certaines expressions HLA ont aussi été constatées.
Beaucoup de travail donc pour décortiquer cet échec et essayer de comprendre. Pendant ce temps, trois évaluations d’efficacité vaccinale continuent, les études AMP, HVTN 705 et 706, avec des premiers résultats attendus à l’automne.

Etude présentée lors du meeting virtuel de la CROI 2020.
L’intégralité sera disponible en ligne à compter du 18/03/2020 sur retroconference.org

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Maladies infectieuses, VIH/SIDA, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.