Rougeole : la désinformation sur le vaccin terreau de l’épidémie à venir

Les chiffres ne cessent de progresser : il semble que nous allions tout droit vers une épidémie de rougeole en France. Une situation liée à une couverture vaccinale insuffisante, en raison notamment de la circulation depuis des années de fausses informations toujours colportées.

Andrew Wakefield vit désormais aux Etats-Unis. Celui qui fut médecin en Grande-Bretagne est, depuis 2010, radié à vie par les autorités britanniques et interdit d’exercice médical.
Wakefield est sûrement le vecteur le plus « efficace » de propagation de la rougeole. En 1998, avec 12 cosignataires, il publie une étude dans la revue médicale « The Lancet ». Cette étude laisse entendre que le vaccin ROR, rougeole-oreillons-rubéole (en anglais MMR : measles-mumps-rubella) serait impliqué dans l’apparition de syndromes autistiques chez les enfants vaccinés.
Accessoirement Wakefield a développé un test diagnostique !
Très rapidement la rumeur se répand et de plus en plus de parents renoncent au vaccin.
Mais très vite également l’analyse de l’article du Lancet soulève beaucoup de questions et sa pertinence est sévèrement mise en cause sur des critères méthodologiques qui ne peuvent que faire douter de la solidité du travail publié.

Un journaliste, Brian Deer, va se lancer dans un énorme travail d’enquête et de vérifications et montrera la malhonnêteté de Wakefield, sa manipulation des données, ses mensonges.

En 2010 le General Medical Council, l’équivalent de l’Ordre des médecins, prononce la radiation de Wakefield et la revue « The Lancet » va retirer l’article
Il faut dire que de nombreux travaux ont infirmé les thèses de Wakefield et que les études épidémiologiques ont montré l’absence d’association entre le vaccin ROR et l’apparition de syndromes autistiques.

Mais malgré tout cela, malgré les preuves scientifiques la rumeur court. Wakefield lui-même l’entretient. « Grace » à lui, une communauté de migrants originaires de Somalie et vivant aux Etats-Unis a payé un lourd tribut à la maladie.
Et il a des alliés. Il s’est ainsi récemment retrouvé invité à Bruxelles par la députée européenne EE-LV Michèle Rivasi, contre l’avis de ses collègues anglais.

Un ancien pharmacien, qui se prend pour un lanceur d’alerte, veut lui élever une statue et propage ses théories sur les réseaux sociaux en France.
Le résultat de toute cette désinformation c’est que la couverture vaccinale contre le virus morbilleux est loin d’atteindre le chiffre de 95 %, seuil nécessaire à permettre l’éradication de la maladie.
En France, selon les régions, le taux de vaccination à deux injections est de 62 à 88 % selon les régions.
Le résultat c’est l’apparition de cas de plus en plus fréquent avec une progression très rapide.
Les détracteurs de la vaccination disent que la maladie est bénigne. C’est vrai dans la majorité des cas. Mais, même si c’est rare, la rougeole peut tuer. Une jeune femme de 32 ans originaire de la Vienne en est morte récemment.

Et la maladie peut aussi entrainer des séquelles parfois très graves et définitives, séquelles pulmonaires et neurologiques.
Et contrairement à ce que racontent les anti-vaccins, ces complications ne concernent pas seulement les enfants de milieux défavorisés.
Le virus ne demande pas à consulter la déclaration de revenus des parents, pas plus que la liste des courses pour vérifier l’état nutritionnel.
Dans un climat de méfiance généralisé et de complotisme il n’est pas facile de lutter contre le mensonge et la désinformation.
Mais on peut espérer que suffisamment de parents vont comprendre que protéger leurs enfants contre la rougeole est un geste utile pour eux et pour la société.

Et qu’on se rassure, complotistes, sectaires et perturbés divers trouveront sans aucun problème un autre sujet pour cultiver les peurs.

À propos de docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans MALADIES INFECTIEUSES ET PARASITAIRES, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

8 réponses à Rougeole : la désinformation sur le vaccin terreau de l’épidémie à venir

  1. dreamer dit :

    Bonjour.

    Mais d’où sort ce nombre magique de 95% de couverture vaccinale efficace ? Y a-t-il une base scientifique sérieuse qui permette d’établir ce seuil ?

    En vous remerciant.

    • docteurjd dit :

      Ce que vous appelez magique est en fait lié à des modèles très connus en épidemiologie et qu’on appelle le «  herd effect ».

      • dreamer dit :

        Merci

        Dans le cas d’une maladie comme la rougeole, ces modèles tiennent-ils comptes des circulations virales « silencieuses » ou « à bas bruit » du virus parmi les vaccinés ou immunisés (parce qu’ils ont fait la maladie étant plus jeune), étant donné que ces porteurs sont asymptomatiques ?

        Je m’interroge sur la pertinence même de la notion de « couverture vaccinale » et d’ « immunité de groupe » étant donné que chacun disposant d’un système immunitaire qui lui est propre, la durée de cette immunité personnelle présumée varie (donc à l’instant t, la couverture vaccinale « réelle efficace » est forcément inférieure à ce qu’elle est théoriquement), et de toute manière, un vaccin n’étant pas efficace à 100% (disons qu’il l’est à 99%), si 100% des vaccinés représentent 95% d’une population, la couverture « effective » lui sera nécessairement inférieure.

        Auriez-vous de la documentation à me fournir sur le sujet pour approfondir ces notions ?

        Merci

  2. Ping : Rougeole : la désinformation sur le vaccin terreau de l’épidémie à venir – Portail-Veille

  3. DOGARON dit :

    Bonjour Mr Flaysakier, à midi vous avez parlé de la rougeole, j’ai deux questions, peut on malgré être vacciné avoir la rougeole? Y a t’il une « date de péremption », c’est à dire moi qui est 37 ans, j’ai été vacciné à 15 et 16 ans pour la rougeole, il n’y a donc plus du tout besoin d’être vacciné ou bien un rappel doit être fait tous les je ne sais combien d’année?
    En vous remercient. Cdl, Vanessa DOGARON.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *