PMA : Ces questions qu’on n’évoque pas et dont on ne peut faire l’économie.

Le Comité consultatif national d’éthique, CCNE a rendu un avis favorable ce 27 juin 2017 concernant l’accès à l’assistance médicale à la procréation, AMP, pour les femmes seules et les couples lesbiennes.

Cet avis est, rappelons-le, consultatif et n’a donc pas de valeur autre. Ce n’est pas une décision réglementaire et l’exécutif peut suivre ou ne pas suivre.

Il semble cependant évident que le Président de la République attendait cet avis avant de se prononcer officiellement et de faire voter une loi en ce sens.

Au-delà du débat politique et philosophique qui ne va pas manquer d’être agité, il y a au moins deux points sur lesquels il faudra apporter de toute façon des réponses.

 

Dons en quantité iinsuffisante

Le premier point concerne l’IAD, l’insémination artificielle avec donneur. Le donneur est anonyme, le don est bénévole. Le sperme recueilli a subi une série complexe et complète d’analyses bactériologiques et virales afin de s’assurer de sa qualité.

Ce type de traitement est actuellement réservé aux couples dont le conjoint masculin est stérile ou s’il existe parfois une forme d’allergie au sperme de ce conjoint.

Le gros, voire très gros problème en France, c’est la rareté des donneurs. Il faut qu’il soit déjà père d’enfants en bonne santé et, redisons-le, le don est anonyme, bénévole et le nombre d’utilisations à partir d’un même donneur est limité pour éviter un risque hypothétique de consanguinité.
Ce qui fait que des couples ayant une stérilité médicale établie doivent attendre longtemps pour pouvoir espérer bénéficier de l’IAD. le délai actuel est d’environ 18 mois.

le coût varie selon les établissements et les dépassements d’honoraires éventuels. la fourchette est d’environ 100o à 1500 euros.

Une fois la procédure ouverte à toutes, comment va-t-on fixer les priorités ? Il faudra bien, si la pénurie dure, faire des choix.
Entre une stérilité médicale avérée et un désir d’enfant non rempli en raison de conditions autres que médicales, qui doit passer en première ?

Autre technique d’AMP, la fécondation in vitro ou FIV.

Elle fait appel à une technique beaucoup plus lourde, au cours de laquelle des ovocytes de la femme, après stimulation médicamenteuse ovarienne sont  recueillis par des techniques de ponction de l’ovaire , au moyen d’une sonde traversant la paroi du vagin sous repérage échographique.  Ils seront ensuite fécondés en laboratoire par des spermatozoïdes du conjoint ou d’un donneur.

 

Une fois fécondés, les ovocytes sont implantés dans l’utérus afin de se développer et de donner une grossesse.
Cette technique, assez lourde et pénible pour la femme en raison des stimulations ovariennes, est prise en charge par l’assurance-maladie dans la limite de quatre tentatives et pas au-delà de 43 ans pour la future mère.

Chaque cycle complet de FIV revient environ à 4000 euros, donc 16000 euros pour les quatre tentatives actuellement couvertes. Sans garantie de réussite, bien évidemment.

Prise en charge solidaire ou personnelle

Là se pose une question économique : face à ce qui n’est en aucun cas une ou une infertilité d’un des membres du couple, mais qui correspond à ce qu’on nomme désormais une « stérilité sociétale », qui doit payer les sommes impliquées dans la réalisation d’une procédure d’assistance une fois encore « médicale » ?

Est-ce un geste qui ne doit pas être pris en charge, créant de fait une distorsion et une inégalité entre les couples féminins en fonction de leurs revenus.
Faut-il moduler la prise en charge en fonction des ressources ?

Faut-il enfin faire supporter le coût à la collectivité ? Dans ce cas, comment expliquer alors que d’autres situations pathologiques soient moins bien prises en charge ? On ne coupera pas à des arguments concernant, par exemple, les soins dentaires ou la prise en charge des lunettes.

A partir du moment où une technique, mise au point pour traiter une pathologie comme la stérilité de couple, devient une méthode pour répondre à une demande sociétale sans considération médicale, on ne peut éviter certains débats liés à notre système de prise en charge solidaire et aux choix à faire en situation de pénurie.

Les mentionner est une obligation et les réfuter au prétexte qu’ils vont à l’encontre des droits des personnes homosexuelles serait une erreur.

Il y a un vrai besoin de dialogue et d’explications plutôt que de voir s’affronter deux camps à coups d’insultes et d’anathèmes.

À propos de docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans ETHIQUE/DEONTOLOGIE, GYNECOLOGIE-GROSSESSE, VARIA, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à PMA : Ces questions qu’on n’évoque pas et dont on ne peut faire l’économie.

  1. Sabine dit :

    Franchement je trouve que 1500 EUROS (coût de l’IAD) est très cher pour un couple homosexuel en bonne santé et fertile

  2. tournicoti dit :

    De plus on peut pré-supposer que la grande majorité des couples homosexuels et femmes seules n’auront pas besoin de FIV puisque leur stérilité n ‘est pas physiologique. Une IAD suffira dans la plupart des cas.
    Alors pourquoi ne donner que le prix d’une FIV si ce n’est pour effrayer et orienter le débat ? Dommage…
    Les dons sont surtout rares et compliqués pour les ovocytes. Le manque de don de sperme (geste simple, aucune intervention médicale, moins invasif qu’un don de sang..) est uniquement du au manque de campagnes de sensibilisation.

    • docteurjd dit :

      Actuellement , les inséminations non médicalisées sont souvent faites à partir du sperme d’un ami plutôt que celui d’un parfait inconnu. Sauf bien sûr pour les femmes seules qui à l’étranger, peuvent utiliser des catalogues.
      La question est celle de la sécurité bacteriologique et virale, qui a un coût. Et croire que c’est à coup de campagnes de sensibilisation qu’on va ramener les donneurs me laisse dubitatif. L’altruisme que cela impose n’est pas trop tendance actuellement.

      je trouve étrange que vous voyiez quelque malice à ce que je donne une idée de grandeur de prix. mais ,pourquoi ne pas le faire. La FIV coûte cher et son financement sera évidemment un sujet de débats.
      Il faudrait donc ne rien dire et laisser les intox et les rumeurs les plus folles circuler ?
      J’essaie de faire un boulot d’information, je ne milite pas. Ni dans un sens ni dans l’autre.

      • tournicoti dit :

        Donnez le coût une IAD alors puisque c’est logiquement celles-ci qui seront utilisées majoritairement. Ces patients n’ayant a priori pas de stérilité physiologique ils n’auront pas besoin de FIV…

        • docteurjd dit :

          C’est étonnant cette insistance à ne pas vouloir entendre parler du prix de la FIV

          • tournicoti dit :

            Disons que c’est un peu hors-sujet, vu que ces personnes ont besoin d’une IAD et non d’une FIV, vous n’êtes pas d’accord avec moi ?

          • docteurjd dit :

            Non absolument pas car vous ne pouvez pas préjuger de ce qui sera nécessaire . Donc il y aura aussi des FIVG

          • Linouchka dit :

            Néanmoins : combien coûte une IAD, environ, s’il vous plaît ? C’est une information intéressante, et si vous donnez l’une, il me semble en effet logique que vous donniez aussi l’autre. Merci.

          • docteurjd dit :

            Je pense que vous avez du lire rapidement ! C’est marqué

  3. tournicoti dit :

    Heu… Les ovocytes ne sont pas du tout recueillis par cœlioscopie…

  4. istolano dit :

    Les questions sont intéressantes. Le faible nombre de donneur de sperme en France pourrait augmenter si des campagnes de sensibilisation en peu plus fortes étaient envisagées. Une ré-assurance sur la non-retroactivité de cet anonymat serait également une bonne idée (le droit aux origines biologiques dont on a beaucoup parlé pour les enfants issus de dons de gamètes peut faire peur à des donneurs potentiels).
    Par contre l’opposition entre couples stériles pour des raisons médicales et les couples homosexuels ou femmes seules me semblent plus bancale. En quoi le fait de vouloir un enfant n’est pas un choix de société dans tous les cas ? Un couple stérile ou homosexuel peut très bien physiologiquement vivre sans enfant.
    En quoi l’homosexualité est elle un choix ? Les personnes homosexuelles sont homosexuelles (lapalisse inside), elles n’ont pas choisie d’être homosexuelle (tout au plus elles ont choisies d’assumer cette homosexualité).
    On peut donc sincèrement se demander pourquoi il y aurait lieu de faire une différence entre un couple stérile qui fait le choix de vouloir un enfant et un couple homosexuel qui n’a pas plus choisi son attraction sexuelle (et la stérilité qui va avec) et qui fait le choix de vouloir un enfant ?

    • docteurjd dit :

      A une époque où la demande est de plus en plus forte de pouvoir connaitre ses origines, notamment son père biologique, je ne vois pas comment, en même temps, offrir un anonymat renforcé aux donneurs.

      Pour le second point je pense qu’il faut comprendre qu’il n’existe pas au sens strict de la loi un « droit à l’enfant », quelle que soit sa sexualité.
      Il y a un désir d’enfant et c’est tout, si je peux dire.
      l’autre point c’est le « M ». Ce M est là pour signifier qu’on est dans une technique médicale, donc pour prendre en charge une pathologie ou une situation vécue comme telle.
      La stérilité d’un des partenaires du couple peut donc potentiellement bénéficier de cette technique médicale.

      Technique qui ne réussit pas forcément, qui peut nécessiter de longs mois d’attente comme actuellement et qui a un coût non négligeable.
      La demande sociétale n’est a priori pas liée à une pathologie.
      D’où les questions que je souligne : face à deux demandes d’insémination en situation de pénurie, comment fixer une priorité s’il doit y en avoir une.
      face au coût généré à chaque tentative de FIV qui paiera dans un contexte de contrainte des coûts ?

      Je pense que ces questions doivent ête abordées sereinement, sans disqualifier celles et ceux qui pensent autrement. C’est tout

      merci en tous cas de cette contribution

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *