Vaccination : expliquer, informer, débattre avant d’imposer

L’annonce par la ministre de la Santé d’une réflexion sur la mise en place d’une vaccination obligatoire pour onze pathologies a, comme prévu, suscité des réactions contrastées. Point rapide sur la situation.

Contrairement à ce qu’on entend et lit parfois, la vaccination obligatoire n’est pas une exception française.
En Europe, la situation est très contrastée, certains pays conseillant les vaccinations, d’autres la rendant obligatoire pour un nombre variable de pathologies. La Slovénie impose ainsi neuf vaccinations, des pays de l’ancien bloc de l’Est sont assez vaccinateurs également de façon obligatoire.
L’Europe du Nord est plus « libérale ».L’Italie est en train de resserrer l’obligation vaccinale en raison d’une mauvaise couverture pour certains vaccins.
Ailleurs quelle est la situation ? Trois des dix provinces canadiennes ont une politique d’obligation vaccinale, aux Etats-Unis tous les enfants doivent être vaccinés avant l’entrée au primaire. Mais il existe des exemptions pour raisons médicales et religieuses ou philosophiques !

En Australie, pas de vaccin obligatoire mais si l’enfant a rempli toutes ses obligations vaccinales, les parents touchent une prime de 90 euros environ. Et en cas de maladie liée à l’absence de vaccin, l’enfant est retiré de l’école de façon obligatoire.

Alors qu’il y a cinquante ans, les vaccins ont permis de faire disparaitre de nos pays la poliomyélite, la diphtérie ou diminuer de façon drastique la mortalité liée au tétanos, on observe actuellement un mouvement inverse. Les vaccins sont considérés dans l’opinion publique comme des produits pas forcément sains et même par certains dangereux.

La disparition des grandes épidémies a fait oublier les dangers que représentaient ces pathologies.
Les femmes enceintes avaient, par exemple, la hantise de la rubéole. Le virus transmis au fœtus pouvait être à l’origine de graves malformations, comme des cécités.
Certaines bactéries, comme le pneumocoque ou l’Haemophilus influenza B ont provoqué de nombreux cas de méningites ou de surdité définitive pour le pneumocoque.
Si les chiffres ont baissé de façon drastique c’est qu’on a pu assurer une couverture vaccinale d’au moins 95 % de la population, seuil à partir duquel apparait un effet protecteur.
Mais la réticence face aux vaccins apparue ces dernières années fait baisser ce seuil et pose le problème de la résurgence de ces pathologies.
Le meilleur exemple en est la vaccination contre la rougeole, associée à la vaccination anti rubéole et anti oreillons dans le vaccin ROR.

Il y a quelques années, un médecin anglais, Andrew Wakefield avait publié dans The Lancet une étude montrant l’existence d’une association entre le vaccin rougeole et la survenue de syndromes autistiques.
L’affaire fit grand bruit. Elle en fit encore plus quand on constata que les données de Wakefield étaient volontairement fausses et qu’il voulait vendre un test permettant d’affirmer ses dires, test bâti sur des résultats faux évidemment.

Wakefield a été radié à vie de l’ordre des médecins britannique et sa publication retirée du Lancet. Il est aux Etats-Unis où il continue sa sale besogne.
Il est allé ainsi récemment contacter des réfugiés somaliens leur déconseillant la vaccination sous peine de voir leurs enfants devenir autistes. Le résultat ne s’est pas fait trop attendre, l’épidémie de rougeole a flambé dans ces communautés dont les enfants sont souvent très affaiblis.
Or la rougeole n’est pas naturellement bénigne. Il y a des atteintes pulmonaires, mais aussi neurologiques et même des décès.
En France il y a eu dix morts ces huit dernières années liées à la rougeole !
Et il y a de temps en temps des petites bouffées épidémiques, notamment dans l’est de la France où certains mouvements anti-vaccinaux sont puissants et font des échanges scolaires avec des groupes de même philosophie allemands.

On notera au passage que la députée européenne Michèle Rivasi a choisi de promouvoir un documentaire du faussaire Wakefield. Confrontée à la réprobation jusque dans son propre camp, notamment par les élus écologistes anglais, elle a prétendu ne pas savoir qui est Wakefield !

La question qui se pose est de savoir si on peut imaginer qu’avec une information raisonnée, honnête, accessible et bien faite, on peut amener plus de parents à retrouver la confiance dans les vaccins et éviter ainsi d’avoir à allonger la liste des vaccins obligatoires.
La coercition n’est pas vraiment un argument idéal.

Mais il faut aussi se rappeler qu’il y a des raisons d’avoir besoin de taper du poing sur la table.

Il y a deux ans, un gamin de huit ans a passé deux mois en réanimation et soins intensifs au CHU de Tours pour un tétanos ! Cet enfant avait fait une chute de vélo qui avait provoqué une plaie.
Le carnet de santé de l’enfant laissait croire que ses vaccins étaient à jour. Or les parents consultaient un praticien opposé à la vaccination. L’enquête administrative a estimé que le médecin avait fait un faux. Il est radié définitivement.
L’enquête judiciaire est en cours et pourrait conduire à un procès.
Ce faux vaccin aurait pu avoir des conséquences dramatiques, voire tuer cet enfant.
Plus froidement, on notera que ces deux mois de séjour en unité très spécialisée a couté des centaines de milliers d’euros à la collectivité parce que des parents ont fait le choix de ne pas vacciner leur enfant avec un produit utilisé depuis des décennies sans aucun risque.

À propos de docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans MALADIES INFECTIEUSES ET PARASITAIRES, MEDIAS INFORMATION DES PATIENTS, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

23 réponses à Vaccination : expliquer, informer, débattre avant d’imposer

  1. ANNIE HAMEL dit :

    MENINGITES, MALADIE QUI TUE ET HANDICAPE … – Scoop.it
    http://www.scoop.it/t/la-meningite-fleau-du-xxieme-siecle
    MENINGITES, MALADIE QUI TUE ET HANDICAPE : VACCINS RECOMMANDES NON FACULTATIFS POUR SE PROTEGER ET PROTEGER LES AUTRES …

  2. bonnet dit :

    Si les vaccinations sont une évidence pourquoi les rendre obligatoire ?
    Elles doivent être discutées …
    Les experts ?beaucoup trop de conflits pour être neutre…

    • docteurjd dit :

      Il faut un cadre réglementaire pour notamment les rembourser. De même que ce peut être l’occasion de mettre en place un systeme de recueil des effets indésirables et un systême de’indemnisation.
      Discuter certes, mais puisque vous fustigez les experts, sachez que l’honnéteté intellectuelle n’est pas forcément le marqueur de tous ceux qui réfutent les vaccins. Et voir Mme Rivasi servir d’impresario à l’escroc Wakefield la disqualifie à mes yeux pour intervenir dans ce débat

      • bonnet dit :

        Il y a des escrots partout ..Tout n’est pas noire ou blanc. …en tout cas quand on impose la coercition il n’y a plus de respect du patient…Et je ne sais pas comment on peut pratiquer cette médecine là. .

        • docteurjd dit :

          En termes de vaccinations on s’adresseà des gens a priori en bonne santé donc pas des patients. D’autre part puisque voussemblez vouloir avancer des arguments philosophiques n’oubliez pas que l’on se vaccine pour soi mais aussi pour protéger les autres. Une maladie contagieuse ce n’est pas une affaire individuelle. Si vous aviez une rubéole et étiez en contact avec une femme enceinte non protégée, si cette femme contractait la rubéole et accouchait d’un enfant aveugle ou avec des atteintes neurologiques, vous viendriez me parler de coercition et d’atteinte à vos libertés ?

        • bonnet dit :

          Il y a peut être d’autre manière d’appréhender la vaccination. ..Peut être que c’est du rôle du médecin d’informer leur patiente que si il y a un projet de grossesse .il est impoptant de vérifier si elles sont immunisées…Plutôt que d’avoir la main mise sur les nourrissons ..immunisation pour combien de temps?

          • docteurjd dit :

            Si vous voulez réecrire la santé publique, modifier l’épidémiologie et expliquer aux agents infectieux qu’ils doivent attendre, n’hésitez pas

    • M. Osei-Asibey dit :

      exactement, on sait ce que valent les « experts » et les journalistes .. qui re-produisent ces expertises.. Vous avez « tapé du poing sur la table » aujourd’hui DrJD au point de vous discréditer définitivement à mes yeux.

      La confiance dans la médecine et les politiques de médecine a été abusée en France par des POLITIQUES insensées de survaccination ou d’imposition des dictats de l’industrie qui n’ont que trop duré. La résistance va s’organiser, ne vous en déplaise, pour ne pas aller dans le sens que vous désirez.

      • docteurjd dit :

        Cher Monsieur,
        Me discréditer à vos yeux est franchement le dernier de mes soucis.
        Votre intolérance et votre esprit complotiste sont d’un tel ridicule

        • docteurjd dit :

          Si vous avez encore un Larousse avec des pages roses, vérifiez. Vous verrez que c’est « primum non nocere », pas prima.
          Vous me semblez d’une formidable incompétence en santé publique. Et vos éructations sont sans doute un soulagement pour vous mais ne présentent pas un intérêt fondamental.

  3. Agathe dit :

    Bien sûr pour les vaccinations contre la poliomyélite, le tétanos, la diphtérie, la coqueluche, la rougeole, la rubéole.
    Mais vraiment, qu’en est-il de la nécessité de rendre obligatoire les vaccinations contre les oreillons et l’hépatite B ??
    Ou encore le méningocoque C ?
    Franchement ?
    Cette ministre qui considère que les liens d’intérêt entre experts et laboratoires pharmaceutiques sont un gage de compétence !!
    Et en pleine pénurie [qui n’a jamais été résolue depuis 2015] des valences à 3, 5 vaccins ??

    • docteurjd dit :

      le problème de vacciner contre la méningite à méningocoque C c’est qu’on n’a aucune protection contre la B aussi fréquente. La question qui se pose c’est alors celle du quadrivalent plud le vaccin anti B

  4. Gossiome Bonneau Eliza dit :

    Bonjour,
    Je vous remercie infiniment pour votre intervenions de ce jour sur le journal de la 2.
    Je suis présidente d’association depuis 1997, nous luttons contre la PESS, encéphalite dû au virus de la rougeole. Depuis cette date j’ai accompagné jusqu’à la phase finale 12 enfants dont le mien atteint de cette pathologie. Des enfants qui ne parlent plus, ne marchent plus avec des lésions cérébrales irréversibles. Ces enfants ont contracté la rougeole avant l’âge de la vaccination. Donc oui je pense que la vaccination doit être obligatoire et éviter qu’un enfant ne fréquente un milieu social avant l’âge de la vaccination. Alors oui, le vaccin peut donner un peu de fièvre et autres complications mineures mais peu de choses à côté de la mort !
    Mon fils a contracté la rougeole en crèche à 7 mois et le virus s’est réactivé à l’âge de 8 ans, la maladie, le handicap jusqu’à l’âge 17 ans.
    Nous ne devons pas d’aire courir ce risque à nos enfants et j’encourage les parents à réfléchir, la vaccination est un acte solidaire, la rougeole est une maladie très contagieuse.
    Merci pour vos intervention et ce blog.

  5. gaillard dit :

    Bonjour,
    Les ministre seraient-il devenu des prescripteurs pour délivrer (imposer) des ordonnances vaccinales ?
    N’est-ce pas plutôt les médecins qui devraient décider du bien fondé d’une vaccination en fonction de leur connaissance de chacun de leur patients
    Pourquoi l’aluminium dont on connaît désormais les dangers pour la Santé a-t-il été retiré des vaccins vétérinaires, et pas des vaccins pour l’enfant ou l’adulte ?

  6. guerin dit :

    bonjour
    je fais la PROMOTION DE LA VACCINATION ET DE LA RECHERCHE MEDICALE AU TRAVERS D UN DOCUMENTAIRE / LA VIE DE MON ARRIERE GRAND-PERE CAMILLE GUERIN intitulé « Camille Guérin et le B.C.G ».
    Camille Guérin exploitait le TIMBRE ANTITUBERCULEUX, aujourd’hui, on utilise les outils d’aujourd’hui comme le documentaire.
    si vous souhaitez une PROJECTION je vous invite à CONTACTER L ASSOCIATION CAMILLE GUERIN TEL 05 49 85 10 40.

  7. Agacée dit :

    Je viens de voir votre intervention sur France 2 à propos de la vaccination. Je trouve absolument scandaleux que ne soient intervenus que des personnes favorables à l’obligation vaccinale. Comme il est tout aussi scandaleux de prétendre que les personnes réticences sont systématiquement contre la vaccination. Certes, il y a des positions sectaires, mais elles ne sont pas une généralité. On peut admettre la vaccination DTPolio et avoir quelques doutes sur le bien fondé d’injecter 11 vaccins a des nourrissons dont le système immunitaire n’est pas terminé. Enfin, une autre chose m’interpelle : quand un « expert » intervient sur un sujet touchant à la santé publique, pourquoi ne lui est-il pas demandé s’il a des liens avec l’industrie pharmaceutique ? Cela se fait à la radio et cela me paraît normal

    • docteurjd dit :

      Si l’expert m’est destiné, sachez que je suis journaliste à France 2 et que nortre charte interdit toute relation de quelque nature que ce soit avec une société commerciale.
      Nous ne voyageons pas par exemple aux frais des laboratoires quand nous couvrons un congrès scientifique.
      N’hésitez pas à interroger les radios dont vous parlez pour vérifier si cette politique est la leur.

  8. bonnet dit :

    Je ne suis pas du tout d’accord avec vous concernant le vaccins contre le pneumoccoque. .
    L’un des chercheurs de l’inserm avait mis en évidence l’augmentation des méningites à pneumocoques sous l’effet de la vaccination des souches plus virulentes sont apparues notamment19a. .Nous avons tiré peut de bénéfices de cette vaccination encore faut il qu’il y en ait eut
    Cordialement

    • docteurjd dit :

      Si vous le dites ! Je pense que les enfants qui ont échappé aux méningites et aux surdités auront peut-etre un avis différent

  9. Le Moign Christine dit :

    Je suis entièrement d’accord avec l’obligation de certains vaccins, je connais des cas d’enfants non vaccinés, et après plusieurs semaines de toux, un médecin a trouvé ils avaient tous les trois une coqueluche …le premier médecin vu pensait qu’ils étaient vaccinés…et combien d’enfants sont touchés ainsi parce que leurs parents ne croient pas au vaccin….et certaines maladies sont très graves…qu’en est-il du BCG, les immigrés malheureusement ayant vécus souvent dans des conditions d’hygiène pas tellement bons arrivent porteurs de la tuberculose…protégeons nos enfants …

  10. Auzou dit :

    Je n’ai aucune idéologie « anti-vaccination » et pourtant notre fils (aujourd’hui 18 ans) est autiste . Après avoir été un nourrisson enjoué, essentiellement dans le regard ,son comportement a changé du tout au tout après le fameux ROR qui lui avait occasionné une forte fièvre.Je vous admire de pouvoir nier la possibilité de ce fait!

    • docteurjd dit :

      Je ne vois pas en quoi vous m’admirez.
      Tous les travaux faits à partir des publications de Wakefield ont montré l’absence d’association entre ce vaccin et les syndromes autistiques.Cette désinformation a servi à des enjeux commerciaux scandaleux.
      je comprends votre colère et le drame dans lequel vous avez été plongée. mais je ne crois pas que mettre en cause le vaccin soit l’explication de ce que votre enfant vit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *