Asthme : le nouveau souffle de l’éducation thérapeutique des patients

Ce 2 mais est la Journée mondiale de l’asthme. Cette affection chronique est encore souvent sous-diagnostiquée et les patients ne savent pas toujours comment se prendre en charge. D’où l’importance de l’éducation thérapeutique.

On peut vivre avec un asthme et on peut aussi en mourir. En France, chaque année, la forme la plus sévère de la maladie, l’état de mal asthmatique est responsable de mille décès environ.
Et pourtant il n’y a aucune fatalité derrière ces chiffres, juste un problème d’éducation.

Cette affection se traduit par une réduction du calibre des bronches, liée à une inflammation avec apparition d’un œdème ; en même temps se met en place une hypersécrétion bronchique de mucus qui va encore accentuer la diminution de calibre des bronches et provoquer ce sifflement si classique bien connu des asthmatiques et de leurs proches.

L’asthme ne connait pas une cause unique, mais des origines diverses, principalement allergiques et qui peuvent être aggravées par des agents extérieurs, comme le tabac ou encore la pollution notamment aux particules fines. Cela est constaté d’ailleurs chez les très jeunes enfants vivant à proximité de voies à trafic dense.

Le diagnostic d’asthme une fois posé, il faut bien comprendre qu’on est face alors à une maladie chronique qui peut nécessiter un traitement de fond et parfois un traitement de la crise.

Et c’est là que le bât blesse souvent car trop d’asthmatiques ignorent encore les règles d’un traitement de fond bien conduit et ignorent aussi comment reconnaitre la crise et ce qu’il faut faire et ne pas faire quand elle survient. On estime à 60 % le nombre d’asthmatiques ainsi insuffisamment informés.

C’est là toute l’importance de ce qu’on appelle l’éducation thérapeutique du patient ou ETP.
On ne peut en effet se contenter d’une simple consultation avec délivrance d’une ordonnance.
Il faut en quelque sorte aller à l’école de l’asthme. Les séances d’information sont faites par des infirmières spécialisées, avec, parfois, participation de « patients experts », des asthmatiques qui peuvent faire bénéficier les nouveaux patients de leur expérience et de conseils pratiques, le tout sous la supervision du médecin spécialiste.

Ces séances permettent de découvrir la nature des traitements, de voir quels sont les systèmes les mieux adaptés à chacun entre inhalateurs, sprays ou chambres d’inhalation. Il n’y a pas de dispositif standard, mais divers modèles adaptables à chacun en fonction de ses capacités à bien se servir des instruments. Une main percluse d’arthrose n’aura pas la même agilité que la main d’un enfant de huit ans par exemple.

Bien comprendre les bases du traitement de fond et bien comprendre ce qui se passe quand on sent que ça ne va pas, parce que
On est essoufflé, on n’arrive pas à finir une phrase sans devoir reprendre son souffle
On a une toux sèche qui ne se calme pas,
Une oppression dans la poitrine,
Ça siffle beaucoup
Parfois tout cela ensemble.
Face à cette crise qui survient il y a des choses à faire, comme prendre des bouffées de bronchodilatateur, mais aussi apprendre à rester calme et savoir quand il est nécessaire de faire appel aux secours.
Point très important : il ne faut jamais tenter de rallier l’hôpital par ses propres moyens en cas de crise sévère mais appeler le 15 ou le 112.

Etre asthmatique n’est en aucun cas une infirmité et grâce au traitement de fond on peut prévenir la survenue des crises et avoir une qualité de vie quasi normale.

Cela concerne en particulier le sport, surtout chez les plus jeunes. Bien compris et bien conduit, le traitement permet une pratique sportive en dehors de quelques exceptions de sports à haut risque respiratoire.

Il ne faut pas surprotéger un enfant asthmatique qui veut faire du sport, au risque d’ajouter une composante psychique à sa maladie et de faire se répéter les crises.

Une carte comportant des conseils en cas de crise et une application pour smartphone sont disponibles sur le site www.asthme-allergies.org

 

À propos de docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans ENVIRONNEMENT TOXICOLOGIE, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Asthme : le nouveau souffle de l’éducation thérapeutique des patients

  1. gwendoline storr dit :

    Merci beaucoup docteur Flaysakier,articles épurés,accecibles,et il en résulte de ma part une confiance!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *