Tétraplégie : une nouvelle avancée dans la récupération de certains mouvements.

Une nouvelle recherche américaine montre que l’utilisation de l’informatique couplée aux extraordinaires fonctions du cerveau permet de trouver des débuts de solution pour améliorer la qualité de vie des personnes tétraplégiques. C’est ce que rapporte la revue britannique « The Lancet ».

Il y a bientôt neuf ans Bill Kochevar, aujourd’hui âgé de 54 ans, partait pour une grande randonnée à vélo de plus de 230 kilomètres. Il pleuvait et devant lui il y avait un camion postal.

Le camion s’arrête sans trop prévenir pour effectuer la livraison d’un paquet. Bill Kochevar ne put freiner à temps et s’encastra dans l’arrière du véhicule.

Résultat, une lésion de la moelle épinière à hauteur de la quatrième vertèbre cervicale allait le clouer au fauteuil avec une tétraplégie, aucun mouvement n’étant possible des épaules jusqu’aux orteils.
En 2014, Bill a été pris en main par une équipe de la Case Western Reserve University, à Cleveland dans l’Ohio, aux USA.
L’équipe de chirurgiens et d’ingénieurs ont implanté dans son cerveau 192 micro-électrodes dans la zone motrice qui, normalement, commande les mouvements de la main et du poignet.

Un cerveau toujours  capable d’imaginer

Le but était d’enregistrer les informations délivrées par cette zone au cours d’exercices.
On installait le patient devant un écran et une image en 3D apparaissait, celle d’un membre supérieur qui faisait certains mouvements.
On demandait alors à Bill d’imaginer ces mouvements dans sa tête. Il faut savoir que, même si le patient est tétraplégique, le cerveau envoie des impulsions comme s’il voulait commander un mouvement.

Ce sont ces impulsions qu’ont captées les 192 micro-électrodes implantées plus tôt.
Après plus de quatre mois d’entrainement, les chirurgiens ont implanté 36 électrodes sous la peau du patient, des électrodes capables de déclencher des contractions musculaires.
Dispositif cérébral et électrodes du membre supérieur droit ont été reliés. Et après de longues semaines d’entrainement à raison de plusieurs heures par semaine, l’équipe a pu tester les capacités de Bill.

Il a pu tendre le bras, le lever quelque peu, il a réussi à prendre une grande tasse, un mug, par l’anse. Et il a mangé seul quelques cuillers e purée.

Des gestes qui, avec le temps, sont devenus de plus en plus précis et efficaces, le patient réussissant ses exercices dans 80 à 100 % des cas.
Quand pendant des années on vit cloué sur un fauteuil, dépendant des autres pour se tourner un peu, demander à boire, attendre qu’on vienne vous faire manger, on comprend la joie de Bill Kochevar.

L’équipe qui le suit est bien entendu heureuse des progrès constatés.C’est la première fois qu’on obtient ainsi un mouvement impliquant main, poignet et épaule.

C’est aussi l’association des capteurs cérébraux et la stimulation fonctionnelle par les électrodes sous-cutanées qui est une nouveauté

Encore très expérimental

Mais elle rappelle, avec beaucoup d’insistance, qu’il s’agit là d’une expérience impliquant un seul patient avec des gestes encore pas assez précis. Les mois passés à entraîner le patient, la performance chirurgicale et d’ingénierie nécessaires pour arriver à ces résultats font que la technique ne peut, en l’état actuel, être proposée en routine.
Il faut surtout arriver à pouvoir obtenir un système totalement sans fil entre les capteurs cérébraux et le reste de l’installation

Il est fort probable que cela arrivera dans les années toutes proches.
Aujourd’hui on ne sait toujours pas réparer une lésion de la moelle épinière de façon efficace. Alors on tente de la contourner avec des moyens qui peuvent paraître très lourds mais qui, à terme, permettront à des femmes et à des hommes tétraplégiques de retrouver une qualité de vie légèrement améliorée, ce qui est énorme pour ces personnes.

Référence de l’étude :

A Bolu Ajiboye et al.
Restoration of reaching and grasping movements through brain-controlled muscle stimulation in a person with tetraplegia: a proof-of-concept demonstration
www.thelancet.com Published online March 28, 2017 http://dx.doi.org/10.1016/S0140-6736(17)30601-3
Lien vers l’article à partir du 29/03/2017 à 00h30 

Editorial:
Steve I Perlmutter
Reaching again: a glimpse of the future with neuroprosthetics
www.thelancet.com Published online March 28, 2017 http://dx.doi.org/10.1016/S0140-6736(17)30562-7

Le reportage diffusé dans le JT 13h de France 2 du 29/03/2017 ( images@Case Western Reserve University)

À propos de docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans NEUROLOGIE, VARIA, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *