SABCS16/ Cancer du sein : l’immunothérapie pourrait changer le traitement de certaines formes de cancer du sein

 

Depuis quelques années, les traitements par des anticorps qui ciblent la relation entre cellules de défense et tumeurs cancéreuses, permettent de progresser dans le traitement de plusieurs cancers, dont le mélanome et le cancer du poumon Le tour du cancer du sein va peut-être arriver si l’on en croit les études présentées à San Antonio lors du SABCS

 

Ce ne sont que les prémisses, les premières études, mais un nouvel acteur entre dans l’arsenal thérapeutique du cancer du sein, l’immunothérapie. Ces molécules jouent sur la relation entre cellules de défense de l’organisme et la tumeur cancéreuse, en libérant les cellules tueuses de l’emprise exercée sur elles par le cancer.
Mais pour le moment ce ne sont pas toutes les formes de cancer du sein qui sont concernées.

 
Le cancer du sein n’est pas une entité unique Il en existe plusieurs types : luminal A, luminal B, HER enrichi, et triple négatif
Si les deux premiers se caractérisent par la présence de récepteurs hormonaux aux estrogènes et à la progestérone, les deux autres ont des caractéristiques particulières

Dans le cancer HER2, un récepteur, appelé aussi ERBB2 se trouve amplifié sur la surface des cellules et devient ainsi susceptible de provoquer une cascade de séquences conduisant à la prolifération des cellules tumorales.

Le « triple négatif » ou TN est une tumeur dans laquelle on ne retrouve ni récepteurs hormonaux, ni surexpression de HER2.
En revanche, ce cancer est souvent caractérisé par la présence d’une mutation d’un gène réparateur de l’ADN, le BRCA1.

 
Pour les luminal A et B le traitement repose sur la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie, Un traitement antihormonal est mis ensuite en place.
Les cancers HER2+ et TN ne rentrent pas tout à fait dans le cadre classique.

 

 
Pour le HER2+ on dispose depuis plusieurs années de traitements spécifiques qui vont bloquer le récepteur fautif. Le premier traitement a été le trastuzumab (Herceptin®), d’autres ont suivi, avec des mécanismes d’action différent mais tous appartiennent à ce qu’on appelle les thérapies ciblées. Ces traitements sont donnés en même temps qu’une chimiothérapie.

 
Le cancer TN pose de vrais problèmes de traitement. La chimiothérapie est, actuellement la seule modalité ayant un effet sur la tumeur. Des molécules appelées inhibiteurs de PARP-1, dont le veliparib, sont testées en même temps que la chimiothérapie quand il existe une mutation BRCA1

 

Mais les tumeurs HER2+ et TN vivent dans un microenvironnement un peu particulier, qui fait l’objet d’intenses recherches.
On trouve autour de la tumeur des cellules de défense qu’on appelle des TILs, acronyme anglais pour « lymphocytes infiltrant la tumeur ». Elles sont là en grande quantité.
Il y en a qui jouent un rôle bénéfique, comme les TCD8+, d’autres un rôle négatif, comme les Treg.
Plusieurs essais sont en cours actuellement pour favoriser l’action des cellules T susceptibles d’attaquer la tumeur.
Plusieurs molécules sont évaluées dans ces deux formes de cancer mammaire : avelumab, pembrolizumab, atezolizumab.
Elles sont utilisées avec la chimiothérapie dans le cadre de rechutes, mais les avancées en matière d’écosystème des tumeurs laissent à penser qu’elles seront plus efficaces en traitement de première ligne, c’est-à-dire d’emblée.

 
On s’est aperçu, par ailleurs, que ces immunothérapies voyaient leurs effets d’autant plus puissants que la flore intestinale fonctionnait normalement. Ce qu’on appelle le microbiome intervient non seulement dans l’intestin mais il est aussi impliqué dans la régulation de notre système immunitaire.

 
Ces deux formes de cancer du sein représentent environ 30 % des tumeurs. Et le cancer TN est vraiment le parent pauvre de la prise en charge de ces cancers.

 
On attend donc avec impatience les résultats des essais en cours pour savoir si on tient une arme nouvelle si nécessaire.

À propos de docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

5 réponses à SABCS16/ Cancer du sein : l’immunothérapie pourrait changer le traitement de certaines formes de cancer du sein

  1. Maheux dit :

    Existe t-il en ce moment un traitement pour her2+ stade 4 métastatique. Ma fille en est atteint et aucune chimio ne fonctionne.

    • docteurjd dit :

      Les traitements sont mis en œuvre par les oncologues en fonction de l’evolution. Il peut etre necessaire de refaire des biopsies pour verifier si les metastases diffèrent ou non de la lesion primitive. Mais pas de traitement standard

  2. Tosoni dit :

    Sous katcyla depuis 8mois ( après 4,5ans sous pertuzumab( pour un cancer du sein HER +++, non hormonodependant, et génétique,( BRCA 1) je voudrais recevoir les informations et suivre les avancées de l’immunothérapie ….. merci. Cordialement

    • docteurjd dit :

      Il y a plusieurs essais en cours, notamment dans la forme dite «  triple négative », ce qui n’est pas votre cas. Sur ce blog j’essaie de publier les travaux scientifiques dès qu’ils sont sortis.

  3. Ping : SABCS16/Cancer du sein: l'immunothérapie pourrait changer le traitement de certaines formes de cancer du sein - Cancer & Co

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.