CANCER/ASCO16 : cancer du sein métastatique, des patientes partenaires de la recherche.

Le cancer du sein métastatique reste un parent pauvre de la recherche sur le cancer du sein même si l’arrivée de nouvelles molécules est en train de faire un peu bouger les choses. Une initiative américaine pour développer la recherche fait appel directement aux patientes concernées.

 
L’apparition de métastases n’est jamais un bon signe en matière de cancérologie car on ne sait pas guérir ces extensions de la maladie initiale.
Pour le sein on estime qu’un peu plus de la moitié des patientes sont vivantes trois ans après l’apparition des métastases.
Mais depuis quelques années on sait mieux les contrôler et même minimes les gains en survie sont réels, 2 % par an estime-t-on.
Les métastases n’ont pas une histoire uniforme. Il y a des cas où les métastases apparaissent quasiment d’emblée, des cas où ce sont de jeunes femmes qui sont touchées. Et il y a aussi des patientes qui répondent de façon exceptionnelle aux traitements.

Pour essayer de mieux cerner ce qui fait ces différences, des chercheurs du Dana Farber Cancer Institute de Boston ont décidé de se lancer dans une étude « participative » orientée par et pour les patientes.
Leur but : récolter divers spécimens biologiques afin de conduire des analyses génomiques pour identifier les mécanismes derrière l’évolution des tumeurs primitives.
Ils ont parlé de leur projet sur les réseaux sociaux, Twitter et Facebook, demandant aux personnes concernées d’aller sur un site web, MBCprojet.org (metastatic breast cancer project).afin de prendre connaissance de l’étude et de s’y inscrire si elles le souhaitaient.
Participer à l’étude suppose d’envoyer un prélèvement de salive et un échantillon de la biopsie initiale et son dossier médical.
Bien entendu envoyer l’échantillon de tissu ne peut être fait que par le centre médical qui a conservé les prélèvements faits lors du diagnostic.

Tous ces matériels biologiques seront analysés par les méthodes les plus récentes de séquençage.
Et, point particulièrement important, tous les résultats seront partagés avec les scientifiques travaillant dans le même domaine.
En à peine sept mois plus de 2000 femmes se sont déjà inscrites sur le site pour aider à cette recherche.
Cette initiative est particulièrement importante car l’arrivée de nouveaux traitements, comme les inhibiteurs de cyclines kinases, aident à mieux contrôler la maladie métastatique et à redonner du temps sans trop grever la qualité de vie.
D’une façon plus globale, le cancer du sein métastatique bénéficie, outre-Atlantique d’une vraie attention avec, notamment des associations puissantes et motivées, indépendantes de l’industrie pharmaceutique.
Une telle initiative à l’échelle européenne serait, à n’en pas douter la bienvenue, d’autant que sous l’impulsion du Dr Fatima Cardoso la conférence ABC de Lisbonne a élaboré un rapport sur les aspects sociaux médicaux et politiques de ces cancers avancés.

 

Le site destiné aux patientes 

La conférence annuelle de l’ASCO, du 3 au 7 juin 2016 réunit près de 35000 spécialistes dans le domaine de la cancérologie.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.