Cancer :l’impressionnante leçon de courage et de dignité de Jimmy Carter

Jimmy Carter souffre d’un cancer, un mélanome malin qui a métastasé au foie et au cerveau. Et il a choisi d’en parler ouvertement aujourd’hui à Atlanta, dans son état natal. Un moment impressionnant de dignité et d’émotion.

Il y a des moments de télévision inoubliables et celui que je viens de vivre cet après-midi du 20 août 2015 en regardant la chaine américaine NBC restera sans doute longtemps dans ma mémoire.
Le décor était pourtant très simple, un podium, une table un micro et un homme, seul face à des journalistes et à des caméras.

Cet homme c’est James Earl « Jimmy » Carter, 91 ans, qui servit comme 39ème président des Etats-Unis d’Amérique de 1977 à 1981. Un homme qui commença son mandat en étant moqué comme producteur de cacahuètes et qui le finit avec la tragédie des otages américains retenus 444 jours dans l’ambassade US de Téhéran sur ordre de Khomeiny.

Carter a décidé aujourd’hui de tout dire sur un cancer dont il avait déjà connaissance depuis mai dernier.

Les médecins de l’université Emory d’Atlanta l’ont d’abord opéré pour une métastase unique découverte sur son foie.

A ce moment, régnait un certain optimisme, car enlever une tumeur unique sur un foie est souvent synonyme de guérison, s’il s’agit d’une localisation primitive, c’est à dire d’un cancer à point de départ hépatique. Mais Jimmy Carter a du vite déchanter.

L’analyse a montré qu’il s’agissait d’un mélanome malin dont la localisation initiale reste inconnue à ce jour.

Carter a dit cet après-midi qu’outre la localisation hépatique, les examens avaient mis en évidence quatre métastases au cerveau. ‘Je vais d’ailleurs commencer aujourd’hui la première séance de radiothérapie » a-t-il ajouté, donnant même le programme de ses séances.

Et il a annoncé également qu’il devrait débuter un traitement par immunothérapie, ces thérapeutiques récemment commercialisées qui donnent des résultats étonnants dans le mélanome et le cancer du poumon. Il recevra des perfusions de Pembrolizumab, qui appartient à la classe des anti-PD-1

On sent que l’homme n’est dupe de rien, mais, au passage, il vante ce type de traitement pour que celles et ceux qui en bénéficieront aient un espoir.

Carter connait hélas bien la maladie cancéreuse : sa mère, son père et ses deux sœurs en sont morts.

Mais à aucun moment de cette intervention il n’a laissé transparaitre un quelconque désespoir ou abattement. Il a plutôt parlé de « nouvelle aventure « , et n’a pas hésité à plaisanter sur les anciens présidents qui l’ont appelé avec plus ou moins de sincérité.

Comment imaginer une seconde la même situation chez nous ? Il n’est pas rare de lire encore des termes comme « longue et cruelle maladie ». Ou bien encore être abreuvés de faux bulletins de santé.

C’est une des raisons pour lesquelles on n’a jamais compris ici l’aura qu’avait Lance Armstrong aux Etats-Unis avec cette façon de parler de la maladie, de la victoire sur le cancer, sur le besoin de soutenir les autres, malades et familles aussi.

Jimmy Carter a fait un show et une démarche pédagogique en montrant qu’être nonagénaire n’interdisait pas d’être traité pour un cancer.

Patron d’une fondation qui œuvre dans le monde pour la santé des plus démunis il a terminé sa conférence par un joli clin d’œil. Evoquant une maladie parasitaire qui fait beaucoup de ravages, la filariose ou draconculose, causée par un parasite, le ver de Guinée, il a dit « J’espère que le dernier ver de Guinée mourra bien avant moi «

Take care and Good Luck, Mr President.

 

EN SAVOIR PLUS SUR L’‘IMMUNOTHERAPIE DES CANCERS

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.