Motilium : suspendre ou encadrer la prescription, telle est la question

Le dompéridone, vendu sous le nom de Motilium fait l’objet d’une demande de retrait du marché par la revue Prescrire. Une information relayée par les médias sans, la plupart du temps, la moindre distance par rapport à la situation.

Quels sont les faits ? Dans quelques jours les experts de l’Agence Européenne du Médicament, EMA, vont rendre leurs conclusions sur une demande d’arbitrage concernant le dompéridone.

Très opportunément, la revue Prescrire se manifeste donc à proximité de l’échéance pour faire valoir sa position. Position qui ne semble pas être celle vers laquelle s’oriente l’EMA.

Prescrire veut que le dompéridone ne soit plus sur le marché. Pour cela la revue s’est livrée à de savants calculs.

Les auteurs ont utilisé deux études, l’une canadienne, l’autre hollandaise, des études dites ‘cas-témoins’
A partir de ces études ils ont regardé le nombre de prescriptions en France, le nombre de décès par mort subite et ils en ont tiré une fourchette allant de 25 à 125 morts qu’ils imputent à l’usage du médicament.

Mais ce travail rencontre un certain nombre de critiques quant à la méthodologie employée et laisse nombre de spécialistes un tantinet sceptiques même si les risques du produit sont bien connus et indiscutables.

On en trouvera une remarquable illustration dans un article du ‘blog de Michaël’ dont la référence est en bas de page.

L’EMA va donc se prononcer à la mi-mars et, semble t-il, aller dans le sens d’une restriction d’usage du médicament avec un rappel des dosages à ne pas dépasser. Cela devrait conduire à des restrictions de prescriptions en France.

Rappelons une évidence : le Motilium est un médicament prescrit par un médecin dans une situation bien précise.
Les médecins savent depuis des années que ce médicament peut , très rarement, provoquer des troubles du rythme parfois graves surtout chez des personnes de plus de 60 ans et chez des patients ayant certaines pathologies cardiaques et si on l’utilise à des doses élevées, supérieures à 30mg.
Il est donc hors de question de décider soi-même d’en prendre ou d’en donner à quelqu’un sans un avis médical.

Et surtout il ne faut surtout pas le prendre comme moyen d’aide pour allaiter. Ca ne marche pas et c’est dangereux.

Se rappeler que si jouer au docteur peut avoir des côtés agréables, cela peut aussi devenir dangereux si on veut manipuler soi-même des médicaments délivrés sur ordonnance.

 

A LIRE :Le blog de Michaël

 

Références des études utilisés par Prescrire

van Noord et al.
Domperidone and ventricular arrhythmia or sudden cardiac death: a population-based case-control study in the Netherlands.
Drug Saf. 2010 Nov 1;33(11):1003-14. doi: 10.2165/11536840-000000000-00000.

Johannes CB et al.
Risk of serious ventricular arrhythmia and sudden cardiac death in a cohort of users of domperidone: a nested case-control study.
Pharmacoepidemiol Drug Saf. 2010 Sep;19(9):881-8. doi: 10.1002/pds.2016.

 

 

À propos de docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans MEDICAMENTS, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Motilium : suspendre ou encadrer la prescription, telle est la question

  1. Il est facile de rayer le motilium de sa liste et les patients ne s’en portent pas plus mal.
    Alors pourquoi ne pas le faire?

  2. AnneD dit :

    @maman : je crois que pour le RGO, le SMR de la dompéridone (neuroleptique, quand même) est classé insuffisant, et qu’il y a d’autres médicaments plus indiqués… A voir.
    @jdf : « Les médecins savent depuis des années… », cette affirmation me semble péremptoire! Et que dire des patients qui, voyant la facilité avec laquelle c’est prescrit, se refilent du Motilium pour les gueules de bois, les trajets en voiture… C’est devenu un remède de consommation courante, au point que j’étais persuadée qu’il était en vente libre!

  3. maman dit :

    ma fille a un reflux gastro oesophagien depuis sa naissance, elle a d abord eu du prepulsid qui etait tres efficace puis retire du marche en 2011. On est ensuite passe au motilium certe moins efficace mais qui permet a ma fille de manger, grossir a peu pret normalement et surtout de ne plus tousser toute la nuit et d enchainer les infections à cause des remontees acides. Prescrire esttrop radical dans ces propos les medecins ont qu a mieux surveiller leur prescripton en ne donnant pas des doses enormes, arrêter d en prendre pour l allaitement (detournement de fonction du medicament), et ne pas le donner a des personnes cardiaques ni en association avec desmedicaments augmentants la biodisponibilite de celui ci. Si il etait amene a etre ssupprimé la vie de ma fille serait un enfer et je pense ne pas être la seule dans ce cas puisqu il n y a plus dalternative (suppression prepulsid et primperan pour les moins de 18 ans.) alors proposer des solutions efficaces face aux gens démunis comme moi au lieu de faire paniquer les gens.

  4. Ping : Le petit monde de Dom Péridone | Le blog de MimiRyudo

  5. NJ dit :

    Vous avez raison de préciser qu’il est très difficile d’imputer la survenue d’un symptôme à un médicament. Les récentes polémiques sur le gardasil et de façon plus lointaine sur l’Engerix nous l’ont appris! Ceci dit, je pense que le Motilium est avant tout un médicament très peu efficace…en ce qui me concerne, il y a bien longtemps que je ne le prescris plus en particulier dans les gastro entérites et en particulier chez les nourrissons. Cela permet aussi un peu de pédagogie : traiter une gastro c’est avant tout lutter contre la déshydratation. Mes petits patients sortent avec une ordonnance de soluté de réhydratation et du paracétamol…..voire du tiorfan si je sens la mère complètement flippée à l’idée de ne pas avoir de médicament contre la diarrhée. Prescrire va parfois un peu loin dans ses avis très tranchés mais a le grand mérite de nous faire réfléchir sur le sens donné à nos prescriptions et savoir rester dans le domaine des traitement qui ont fait leur preuve d’une efficacité. Comme toujours votre intervention sur France 2 était pédagogique et de bon sens. je n’en dirais pas autant du Pr E. qui intervenait quelques minutes avant vous sur canal et dont le discours a été très anxiogène ( comme d’habitude). Merci aussi de remettre au cœur de la relation de soin le rôle du médecin traitant. c’est suffisamment rare pour devoir être souligné! Très confraternellement.

    • docteurjd dit :

      Ce pneumologue a sans doute manié autant le domperidone que les statines ! Je suis un farouche défenseur du médecin de famille. Merci de votre appréciation.

  6. CHRISTINE dit :

    Bonjour Docteur jd !
    Une nouvelle fois , je tiens à vous dire Merci pour vos précisions cher DOCTEUR ….Comme je l’avais déjà précisé une fois , je tiens à vous dire combien vos bonnes paroles sont rassurantes car parfois pour nous, d’entendre comme aujourd’hui qu ‘un médicament connu depuis très longtemps risque d’être supprimé , si on n’avait pas vos explications , on s’inquièterait tout de suite pour rien. Alors comme dirait votre collègue Elise Lucet : Merci encore pour toutes vos précisions et à un autre fois lors d’un autre journal télévisé ( même lieu , même heure comme dirait Elise!!) . Bonne journée .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *