Chambéry : la bactérie a été identifiée mais le mystère reste entier.

On connait la bactérie à l’origine des chocs septiques qui ont tué les nouveau-nés de l’hôpital de Chambéry. Mais, pour autant, on n’a pas encore compris comment ce drame a pu se produire.

C’est une bactérie extrêmement rare qui appartient à une famille d’entérobactéries qu’on ne connait que depuis une trentaine d’années. Elle appartient, cependant, à une nouvelle famille apparentée à la bactérie Ewingella americana et c’est ce qu’on appelle un germe environnemental.
Elle peut se trouver dans l’air, mais aussi dans le sol et dans l’eau. Parfois même dans les systèmes de climatisation.
Elle donne très rarement des infections chez l’être humain sauf quand les défenses immunitaires sont défaillantes comme c’est le cas chez des prématurés par exemple.

On ne sait toujours pas comment ce germe a pu se retrouver à l’intérieur des poches. Aucune faute notable n’a été relevée contre le laboratoire.
Mais c’est justement toutes ces inconnues qui ont amené Marisol Touraine à décider par mesure de précaution de la suspension à titre conservatoire de tous les produits issus du laboratoire Marette.

Précision importante : les enfants qui ont reçu des poches identiques à celles de Chambéry mais qui n’ont présenté aucun symptôme ne courent aucun risque.
Les chocs septiques sont survenus dans les deux heures qui ont suivi l’administration des solutions de nutrition parentérale.

Il n’y a donc aucune inquiétude à avoir.

 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.