«

»

Effets secondaires du Gardasil : prouver une causalité est quasiment impossible

Quelques petites informations pendant la nouvelle tempête médiatique sur le vaccin Gardasil des laboratoires MSD et Sanofi.

Les faits d’abord :

Gardasil est un vaccin conseillé, pas obligatoire.
Il protège contre 4 genotypes du virus HPV qui sont impliqués dans 70 % des cas de cancers du col de l’utérus pas 100 %. Donc les frottis de dépistage doivent absolument être faits régulièrement même si on est vaccinée. Outre les gynécologues, médecins de famille et sages-femmes peuvent faire ces frottis.

Les données concernant la sécurité du vaccin sont suivies par le Centre de Pharmacovigilance du CHU de Bordeaux. Plus de 4 millions de jeunes filles vaccinées en France, plusieurs dizaines de millions dans le monde et à ce jour apparemment aucun cas de sclérose en plaques n’a été relié au vaccin.

Pour autant un vaccin comme toute substance introduite dans l’organisme, médicament mais aussi bactérie ou virus peut entrainer un désordre dans nos défenses naturelles surtout s’il existe une sorte de prédisposition génétique. Ce sont des phénomènes rares mais qui apparaissent évidemment quand on atteint des chiffres de plusieurs millions de personnes vaccinées.

Le mieux donc c’est de discuter avec son médecin de famille qui connait les éventuels problèmes de santé des uns et des autres. C’est à partir de l’information qu’il délivrera que le choix de vacciner ou pas doit se faire calmement et bien à l’abri des effets de manchequ’on fait avec des robes noires.

 

On trouvera ici le bulletin du CDC américain qui reprend 7 ans de surveillance du Gardasil

49 commentaires

Aucun ping

  1. Oustrou a dit :

    Bonjour Monsieur,

    J’ai bien noté avec quel discernement vous abordiez les conséquences avérées ou non (car les rapprochements de cause à effets ne sont pas toujours de première évidence) du Gardasil. Le problème semble plus politique que médical, une fois de plus. En effet, tant que l’agence nationale du médicament n’aura pas une indépendance ou une autonomie clairement affichée, il sera bien difficile aux français d’y voir clair et d’avoir confiance en une instance au dessous de tout soupçon et de ne pas voir en filigrane quelques conflits d’intérêts.

    Respectueusement

  2. N.J. a dit :

    Votre intervention ce midi au JT de France 2 était raisonnée et raisonnable! Je suis MG et déjà confrontée aux premières annulations de RDV qui étaient programmés pour vacciner ou faire les rappels du Gardasil. Quand on sait qu’on peine encore, 20 ans après, à expliquer que non il n’a jamais été prouvé un lien entre vaccination contre hépatite B et SEP, je crains fort que ces 24 heures de battage médiatique réduise à néant nos efforts à conseiller ce vaccin. Je rappelle que même PRESCRIRE en 2012 avait conclu qu’on pouvait raisonnablement faire le pari de cette vaccination. En tout état de cause, votre intervention de ce midi était bien argumentée, non anxiogène pour les patients, avec du recul et de la distance et c’est bien la seule fois depuis que les JT se sont emparés du sujet ce week-end. Bien confraternellement.

    1. docteurjd a dit :

      Merci de cette très sympathique appréciation. J’ai la chance de travailler dans une rédaction qui sait encore écouter ce qu’on lui dit et je pense que laisser au colloque singulier sa vraie place est la meilleure façon d’informer le patient.

  3. L'hénoret a dit :

    Bonjour,

    Je suis étonné que l’on s’en remette si rapidement au colloque singulier, si cher à notre médecine quand il s’agit d’un sujet aussi médiatique et sociale. Ce serait délibérément et facilement nier le fait que la médecine tout entière est sociale. Michel Foucault en parlait déjà dans les années 70. Mais beaucoup de personnes semblent avoir des trous de mémoire. Vous ne pouvez pas conclure sciemment tel que le vous le faîtes.
    Vous qui connaissez bien l’influence exercer par les émetteurs d’information.

    Dans un colloque singulier rentre toujours en jeu les croyances, représentations des patient(e)s. Mais également et complètement le fait social autour d’un objet donné, ici la vaccination.

    Bien à vous

    David L’hénoret

  4. blandine a dit :

    Malheureusement une seule jeune femme a porté plainte … alors évidemment on peut toujours ergoter sur les liens de causalité – mais quelqu’un qui allait bien avant ce vaccin et ne va plus bien du tout après … c’est un peu comme sortir sous la pluie et être mouillé ensuite …
    sans compter les décès qu’il y a eu à travers le monde, et les autres conséquences graves.

    une patiente en colère contre ceux qui jouent avec notre santé.

  5. Cossino a dit :

    Vous semblez affirmer que la pharmacovigilance ne mets pas en évidence d’effets graves.

    J’avoue être dubitatif après avoir lu ceci :

     » Les dernières données du VAERS (Vaccine Adverse Event Reporting System), le registre américain de pharmacovigilance, sont de plus en plus inquiétantes :

    - en août 2011, on comptait 23 388 victimes, dont 763 infirmes et 103 décès ;
    - en octobre, elles étaient 23 982, dont 780 infirmes et 104 décès ;
    - et en novembre, 24 184 victimes, dont 789 infirmes et 108 décès, sans compter les quelque 5000 victimes n’ayant toujours pas récupéré leurs fonctions normales.
    - Enfin, aux dernières nouvelles, en mars 2012, il y avait 25 132 victimes, dont 110 décès et 826 infirmes.  »

    Où est la vérité ?

    1. docteurjd a dit :

      je ne sais pas quelles sont vos sources. les miennes sont ici http://www.cdc.gov/mmwr/pdf/wk/mm6229.pdf

      1. Cossino a dit :

        Mes sources sont citées : VAERS : http://vaers.hhs.gov/index

        1. Adrien a dit :

          Non, en réalité vous avez cité un article de Sylvie Simon, qui est -ou était- juste la pire source d’information médicale au monde. (En gros, son fond de commerce était de produire des hoax sur fond de théories du complot que l’on retrouvait dans des chaînes de mails… ou dans des commentaires de blog.)
          J’ai fouillé un peu et les chiffres qu’elle citait étaient déjà repris sur les sites qui font du militantisme anti-vaccin sur les sites anglophones…
          Qui tirent eux même de plusieurs pseudo-chercheurs qui prétendent étudier les données bruts fournies sur le site du VAERS mais qui en réalité les détournent pour produire des chiffres alarmants…

          Une page anti-vaccin : http://sanevax.org/new-death-post-gardasil-updated-vaers-figures-report-that-hpv-vaccines-adverse-reactions-are-50-higher-than-other-age-related-recommended-vaccines/
          Les chiffres sur les morts semblent venir d’ici : http://www.medalerts.org/analysis/archives/367
          (Une autre association qui militent contre la vaccination aux US)

          Les militants anti-vaccins jouent sur l’ambiguïté entre le rapport d’incident et l’établissement d’un lieu de cause à effet avéré, ce qui est soit de l’incompétence, soit de la malhonnêteté intellectuelle.
          En tout cas, Cossino, vos sources sont fausses.

  6. Parent interrogatif a dit :

    Vous indiquez ce soir que la jeune fille avait une predisposition genetique… Comment savoir si ma fille a ou pas cette pre-disposition avant de la faire vacciner?

    Elle devait etre vaccinee dans 10 jours aussi nous nous interrogeons … Naturellement, je pense.

    Merci de votre reponse

    1. docteurjd a dit :

      Un médecin est capable de poser des questions pour savoir s’il y a des maladies auto-immunes dans l’ascendance ou les membres proches de la famille

  7. Hery a dit :

    Bonjour docteur,

    Je me demandais si on pouvais faire un lien entre le vaccin Gardasil et le vaccin Cervarix. Votre intervention sur France 2 ce soir était intéressante, mais je me demande si on peut donc faire un rapprochement entre ces deux vaccins.

    Merci

    1. docteurjd a dit :

      La question est de savoir quel est l’élément déclencheur. Est-ce un élément d’un des antigenes ? En l’etat actuel la très faible utilisation du cervarix n’a pas permis d tirer quelque conclusion que ce soit

  8. muller christiane a dit :

    Comment va faire une jeune fille qui est née sous X ? Garçon ou fille nés sous X sont dans le plus complète ignorance de ce qui les attend. Pas de possibilité de connaître les maladies génétiques qu’ils risquent d’avoir.

  9. Nathalie a dit :

    Effectivement, entre les personnes qui signalent les effets secondaires contractés suite à une vaccination, ici le gardasil en l’occurence, et celles qui comme moi, se sont tues à part avec leur médecin traitant, le nombre de victimes n’est pas le même! Ma fille aînée n’a eu aucun problème avec les trois injections, mais ma cadette ne sentait plus bien ses jambes après la deuxième injection et ressentait comme un malaise. Quelque temps plus tard ( prédisposition génétique selon certains médecins ???) , ma fille développait une maladie auto immune: l’hyperthyroïdie. J’ai refusé la troisième injection, alors que je n’ai jamais refusé aucun vaccin…Je ne crois pas aux coïncidences ni à la prédisposition génétique (à part dans de rares cas) mais je crois que la santé est trop liée au profit commercial.

  10. Éric OLIVIER a dit :

    Bonjour,
    J’ai suivi ce jour vos 2 interventions (Jt de 13h et 20h de France 2) au sujet du Gardasil et j’ai eu le sentiment que vous vous faisiez l’avocat du laboratoire mis en cause.
    Vous êtes allez jusqu’à parler ‘ d’effet de manche des robes noirs’ , allusion à peine voilée à l’avocat de la famille de la plaignante.
    Jai trouvé d’la troublant…

    1. docteurjd a dit :

      Mais bien sûr je suis totalement, corrompu et à la solde de Big Pharma. J’ai juste mis en doute l’intérêt du vaccin à deux reprises, précisé ses limites, dit qu’il ne dispensait pas du dépistage, langage contraire à celui des labos.
      Et comme j’ai une formation médicale et en épidémiologie, et pas en droit, je sais que les liens de causalité sont très difficiles à prouver.
      Vous devriez peut-être réfléchir parfois un peu plus avant d’écrire des conneries

      1. Dr Philippe Arvers a dit :

        Bravo pour cette réponse, cher ami !
        Bien amicalement,
        PA

        1. docteurjd a dit :

          Merci ! Très élegamment le médecin qui citait une fausse étude se venge sur son blog en m’affublant de tous les maux. Venant d’un personnage aussi rigoureux c’est dur !

  11. Champix a dit :

    D’après l’ancienne afssaps, en 2011 ils auraient recencés 351 cas d’effets indésirables (8 pour 100 000).
    La prévalence du cancer du col est de 2 pour 100 000 femmes, on prendra soin de retirer 30% des cancers du col pas protégé par le vaccin. Soit 1,4 pour 100 000 femmes.
    En sachant qu’un frottis annuel doit être effectué pour les personnes vaccinés ou non.
    Lobbying pharmaceutique vous avez dit?

    1. docteurjd a dit :

      je crois que vous avez un peu de mal avec les virgules et ce n’est pas 2 p100000 ce qui ferait 600 cas par an en calculant pour 30 millions de femmes. Il y a un peu plus de 3000 cancers du col.
      D’autre part il y a deja plusieurs années que le rythme du frottis de dépistage a été défini comme triennal et non annuel

  12. conjeaud a dit :

    Ayant plusieurs cas de graves réactions (sans parler de sclérose en plaques) à ce vaccin dans notre entourage , je trouve que l’intervention au JT de la 2 du Dr D. constitue un enfumage scandaleux. Comme les parlementaires les soi disant experts utilisés par les médias devraient publier leurs liens d’interêt !!!!!!
    Un gâteau juteux pour les labos ! un coût estimé de plus de 600 millions d’euros pour la sécu. !!Pour quels résultats aléatoires ? pour des risques mal maîtrisés et en tous cas mal évalués.
    Mais l’alerte est lancéee .Les langues vont se délier , les patients se décomplexer.on peut penser que les irréguliers de la génétique seront nombreux
    Je comprends que vous ne publiez pas les mails qui vous sont envoyés

    1. docteurjd a dit :

      Cher Monsieur,
      je suis journaliste professionnel, mon seul employeur est France 2 et je ne participe à aucune manifestation de l’industrie pharmaceutique. D’autre part, puisque vous avez autant de cas graves dans votre entourage, comment se fait–il qu’ils ne soient pas déclarés auprès des autorités sanitaires ?
      J’espère qu’avoir écrit ce message fieleux vous a soulagé. Vous deviez sûrement être du genre à presser vos points noirs.

  13. Julia M. a dit :

    Bonjour,

    Vous avez raison de préciser que les effets secondaires négatifs ont été rares. Mais même si cela ne concerne que 22.000 femmes sur 56 millions aux Etats-Unis, que se passe-t-il lorsque cela tombe sur vous ? Ou votre fille ? Je ne suis pas sûre que de savoir que cela avait 0,0034% de chance de se produire vous console. Au mieux vous vous dites que vous auriez dû jouer au loto.
    Alors, évidemment que cela en tuera certaines pour en sauver plusieurs milliers d’autres, mais la question demeure: pourquoi des tests de vérification sur les prédispositions génétiques ne sont-ils pas effectués systématiquement avant l’administration de ce vaccin (ou même d’un autre)? Cela couterait plus cher ? Très bien, mais proposez-nous au moins de le faire. Pourquoi ce vaccin est-il autant publicisé dans les revues médicales et féminines alors que ses effets secondaires sont encore peu connus et qu’il a été très controversé dans le milieu médical dès sa sortie.
    En tant que patiente, ayant fait ce vaccin sur les conseils de mon médecin généraliste il y a 5 ans, j’ai constaté depuis que le corps médical est divisé sur la question. Que les informations sont éparses et incomplètes. Il est difficile pour le patient de s’y retrouver. Après tous les scandales médicaux qui sont tombés sur les femmes ces dernières années (pilule de 3e et 4e génération, prothèses PIP, etc.) je crois que nous avons le droit d’être perplexes.
    Ainsi, pourquoi aucune publicité n’indique que les garçons aussi sont porteurs du papillomavirus et pourraient se faire vacciner? Tant qu’ils sont vierges ils peuvent se faire vacciner comme nous et ainsi ne pas transmettre sexuellement ce virus à leur partenaire lors de rapports non protégés. Mais cela personne ne le dit. Vous pouvez me répondre « oui mais c’est vous qui développez le cancer du col de l’utérus ». Oui, et alors ? Si plus aucun homme ne peut nous le transmettre comment voulez-vous que nous l’attrapions ? C’est à nous de faire les vaccins, de maîtriser notre contraception et d’en assumer toutes les conséquences potentielles. Peut-être pourriez-vous rappeler prochainement à vos téléspectateurs de France 2 qu’il faut être deux pour que tout cela arrive. Les femmes en ont marre de jouer les cobayes.
    De plus la transparence des laboratoires est telle que seul l’avenir dira si, oui ou non, ils ont encore triché. Ils savent très bien que médicalement il est extrêmement difficile de prouver le lien de causalité entre vaccin et effets secondaires. Pour la simple raison qu’il peut y avoir des dizaines de causes pour un même effet. Nous faisons plusieurs vaccins : comment prouver que c’est celui-ci qui est responsable de nos maux ? Le temps que les preuves soient établies, ils auront vendu assez de médicaments pour payer leurs dédommagements potentiels.
    Ne vous méprenez pas. Je suis contente de vivre en France, nous avons de la chance de bénéficier d’autant de soins. Ce sont clairement des problèmes de riches et certains pays tueraient pour bénéficier ne serait-ce que du quart de nos soins. Pourtant il est important de rester vigilant car les progrès médicaux et la recherche menée en France sont des sources importantes de revenus, et l’argent n’attire pas que des laboratoires bienveillants et altruistes conquérant d’un monde meilleur sans maladie.

  14. Jean-François ECHARD a dit :

    La hauteur de vos arguments promotionnels est la hauteur des importantes sommes d’argent que vous percevez des laboratoires pour vendre leur poison… ce qui semble vous « réussir » n’est ce pas ?

    1. docteurjd a dit :

      Je suis content : il me manquait le sale con dans les commentaires. Merci, je suis comblé. Et dites vous qu’on peut perdre du poids mais que la mesquinerie crasse on la garde pour la vie. désolé !

  15. Miloute a dit :

    Pourquoi autant d’agressivité et d’arrogance dans vos réponses à certains commentaires qui ne vont pas pas dans votre sens ? J’observe une certaine incohérence entre l’image que vous voulez donner à la télévision et la violence verbale dont vous faites preuve dans vos réponses. En toute circonstance, soyez respectueux, neutre et impartial face à la liberté d’expression. Bien aimablement…

    1. docteurjd a dit :

      Vous aimez peut-etre vous laisser marcher dessus, moi pas. Et quand on met en doute mon intégrité je réponds à ma façon.Je préfère etre le boucher que le veau.

  16. Monique Pavani a dit :

    Bonsoir Docteur,
    Je reprends votre phrase ci-dessous :
    « Le mieux donc c’est de discuter avec son médecin de famille qui connait les éventuels problèmes de santé des uns et des autres. C’est à partir de l’information qu’il délivrera que le choix de vacciner ou pas doit se faire calmement et bien à l’abri des effets de manchequ’on fait avec des robes noires. »
    vous évoquez des « prédispositions génétiques » je crois aussi des « maladies auto-immunes »
    Je ne suis ni médecin, ni infirmière, ni chercheur….la sclérose en plaques est dite « maladie auto-immune » mais je crois savoir que le diabète de type I aussi, le psoriasis, la maladie de Chrone…..certainement d’autres encore. Dans le cadre de mon bénévolat, je rencontre beaucoup de malades SEP y compris ma fille, et j’ai remarqué que les personnes ayant les formes les plus graves, progressives ou secondairement progressives, avaient eu le vaccin contre l’hépatite B. J’ai souvent posé la question de savoir si il y avait des personnes atteintes de SEP, de maladies auto-immune dans leur famille. Plus de la moitié d’entre elles(ils) répondaient par l’affirmative. Bon ce n’est pas une « étude médicale » sur des centaines de personnes….mais tout de même je me félicite que m’a fille n’ait pas été vaccinée car dans nos familles respectives de mon époux et moi nous avons du diabète de type I, des maladies de chrone, du psoriasis, ajouter à cela une SLA …. elle a été diagnostiquée à 19 ans,à l’époque aucun toubib ne posait ces questions, la SEP était diagnostiquée par la ponction lombaire… Elle a maintenant 48 ans, elle a une SEP « rémittente » qui semble évoluer très lentement…. en aurait-il été de même si elle avait eu le vaccin ?
    J’ai peut-être écrit des sottises excusez-moi ce ne sont que des choses que j’ai remarqué ….
    Cdt

    1. docteurjd a dit :

      Non seulement vous ne dites pas de sottises mais vous faites des observations très pertinentes !

  17. Cossino a dit :

    Merci Adrien pour ces informations, j’en prend bonne note.

    Il est aujourd’hui très difficile et chronophage de séparer le bon grain de l’ivraie en particulier au point de vue vaccin.
    Les excès des anti-vaccinalistes n’ont rien à envier à ceux des pro-vaccinalistes.

    En tout cas , ce vaccin particulier pose de nombreux problèmes bien résumés par Dominique Dupagne sur son blog :
    http://www.atoute.org/n/GARDASIL-Interet-Risques-Dangers.html .

    1. docteurjd a dit :

      Permettez moi de m’etonner de votre ‘naiveté’. Imaginez-vous une seconde que les USA, pays qui abrite le quartdes avocats du monde, aurait laissé sur le marché un produit qui provoquerait de tels dégats ?
      J’ai modifié la fin de votre commentaire. La personne citée est ‘interdite de séjour’ sur ce blog

      1. Cossino a dit :

        Oui, je suis naïf , vous avez raison .

        Par contre la suppression de la fin de mon commentaire n’est pas éthique .

        Vous sélectionnez donc ce que l’on a le droit d’écrire et ce que l’on a pas le droit ( c’est la deuxième fois !) .

        Pour moi seule l’insulte et les propos qui tombent sous la coup de la loi sont à bannir. Pour le reste c’est de l’ordre du débat .

        1. docteurjd a dit :

          D’abord je vous en informe.D’autre part n’ayant aucun goût pour promouvoir des gens qui m’insultent en permanence je refuse de voir leur nom ici.
          Cette suppression ne modifie en rien votre commentaire.
          Et je ne changerai pas de position concernant cette dame

  18. Bernadette a dit :

    Je siuis un traitement homéopathique pour le cholesterol( cholesterinum 15 ch)pouvez-vous me dire si il existe des effets secondaires) merci

    1. docteurjd a dit :

      Je n’ai aucune compétence en homéopathie

  19. Marc Defradas a dit :

    Comme à notre habitude, nous mettons la charrue avant les bœufs et tirons des conclusions décisives de faits qui sont encore de l’ordre de l’hypothèse. Certes, il existe sans doute un lobby pharmaco-industriel auquel ses détracteurs prêtent les pires intentions. Un peu de prudence. Abstenons-nous de voir dans les médecins des anges exterminateurs ! Sans les vaccins, sans les traitements qui ont malheureusement encore trop souvent des effets secondaires que l’on peut déplorer, l’espérance et la qualité de vie seraient celles que connaissaient nos ancêtres des temps reculés… En ce qui concerne précisément le Gardasil, des chercheurs anglo-saxons ont lié l’apparition de symptômes collatéraux, qui ne peuvent pas être nécessairement considérés comme des effets secondaires à son administration, à une apparition de la maladie de Lyme, précédemment contractée par les patientes, et dont les manifestations s’apparentent à celles qui sont précisément constatées chez elles. Alors, plutôt que de relayer des informations encore mal étayées, Mesdames et Messieurs les journalistes, poursuivez sans parti pris et en toute objectivité vos investigations. Vous éviterez ainsi d’alimenter la terreur sanitaire.

  20. dupont a dit :

    bonsoir

    bizarre pourquoi mon commentaire n’apparait pas

    1. docteurjd a dit :

      Parce que je me passe fort bien de votre prose bas de gamme et que vous n’êtes pas la bienvenue ici.

  21. Berny a dit :

    Mon commentaire sur le traitement homéopathique de l’hypercholestérolémie de Bernadette ne passe pas. Pourquoi?

    1. docteurjd a dit :

      Parce que cette question n’avait rien à faire là sur un article traitant d’un autre sujet. Il existe des forums spécialisés en homéopathie . D’autre part il n’y a pas de conseils medicaux sur ce blog par principe.

  22. de Toffol a dit :

    Le temps de l’émotion n’est pas le temps de la science. La médecine de soins appliquée à l’individu n’est pas la Santé Publique. Les vaccins protègent une collectivité au prix d’une morbidité individuelle inévitable. Je m’explique: une personne est vaccinée et développe une maladie à médiation immunologique dans les suites: il est intuitif d’incriminer l’acte de vaccination et de penser que la stimulation vaccinale a déclenché, à la défaveur d’une prédisposition génétique individuelle, une affection clinique. C’est plausible mais indémontrable pour l’instant à l’échelle individuelle. En termes de Santé Publique, la surveillance de milliers de cas permet d’avoir une estimation scientifique du risque d’une vaccination donnée (il n’y a plus d’individus singuliers mais une somme de cas exposés). Les données du CDC ne permettent pas en l’état actuel de démontrer un risque spécifique pour le Gardasil. Ces deux champs sont incommensurables. Au dernier congrès Américain de neurologie, une conférence a été consacrée au risque d’épilepsie grave post-vaccinale. Certains enfants développent à la suite d’une vaccination une épilepsie sévère et le vaccin était donc incriminé, créant une émotion bien compréhensible chez leurs parents, qui se sentaient coupables d’avoir fait vacciner leur enfant ou qui accusaient leur médecin de famille de l’avoir fait. Pour faire simple, la pratique d’IRM cérébrales n’a pas montré de surreprésentation des lésions de mécanisme immunologique, mais l’étude du profil génétique a montré qu’un nombre important d’enfants avaient une mutation du gène SCN1A, connu pour donner un syndrome de Dravet, c’est à dire une épilepsie sévère du nourrisson, qui débute par des crises liées à la fièvre. Une hypothèse plausible est donc que c’est la réaction fébrile non spécifique liée au vaccin qui a déclenché l’épilepsie, qui serait ainsi apparue tôt ou tard à l’occasion d’une fièvre quelconque. L’expérience clinique quotidienne nous apprend que la délivrance de ce type d’informations laisse les parents dubitatifs. Ils restent persuadés qu’il y a quand même eu une erreur médicale quelque part, qu’on leur cache des choses etc. C’est le temps de l’émotion, encore une fois bien compréhensible. Post hoc, ergo propter hoc! Le débat sur la vaccination contre l’hépatite B et le risque de SEP est désormais derrière nous, mais il a eu pour conséquence une sous-vaccination contre l’hépatite B dans notre pays. En lisant régulièrement ce blog, je reste étonné par la virulence de certains commentaires, qui appartiennent exclusivement au champ de l’émotion, bien que je trouve positif qu’elle dispose d’un espace d’expression. Aucun discours rationnel ne vaccine jamais contre la souffrance humaine et les convictions inébranlables qu’elle génère.

    1. docteurjd a dit :

      Cher Bertrand,
      Merci pour cet éclairage sur l’epilepsie. On n’est plus dans un monde altruiste et se dire qu’on protège les autres en etant vacciné est une rareté aujourd’hui.
      Le pire c’est la diffusion de fausses données que certains médecins propagent ou n’identifient pas comme telles.

  23. AClapin a dit :

    Je me suis souvent interrogé sur la validité des études suggérant l’absence de liens entre un produit et la survenue d’une sclérose en plaques (SEP).
    Les études généralement publiées sont-elles à même de démontrer un lien ?
    En particulier, le délai de suivi des patients est-il suffisant ?
    Quand un diagnostic de SEP est posé, il est fréquent de retrouver diverses lésions sur l’IRM témoignant d’un passé lésionnel n’ayant pas suscité de signes cliniques. Dans d’autres cas, la survenue de signes cliniques compatibles nécessitera pour porter le diagnostic de SEP un délai permettant de confirmer la dissémination temporelle ou spatiale.

    Il est très difficile de connaître le délai entre un éventuel élément favorisant la survenue d’une SEP et son diagnostic formel. Il est probablement très variable mais aussi possiblement assez long. Certains agissent avant l’âge de 15 ans et la SEP survient généralement vers 25 ans.

    En comparant dans les études de suivi sur 6 mois (il n’est parfois que de 4 voire 2 mois) la survenue après administration du produit d’une SEP dûment diagnostiquée et l’incidence publiée, on compare des patients ayant fait dans le groupe traité, deux poussées en 6 mois (ou un nombre important de lésions IRM) pour valider la dissémination temporelle et des patients ayant fait deux poussées au cours d’un délai indéterminé. Cela réduit évidemment la probabilité de mettre en évidence un risque accru dans le groupe traité. Je passe sur la précision de l’incidence (variable entre le nord et le sud de la France !).

    Si la comparaison se fait par rapport au suivi d’un groupe placebo, on ne compare que la fréquence des SEP pour lesquelles la dissémination temporelle et spatiale survient en 6 mois. C’est un petit sous-groupe des patients atteints de SEP. La mise en évidence d’une différence significative sur des petits groupes sera aussi plus difficile.

    La SEP n’est pas la seule maladie auto-immune dont le diagnostic est porté sur un ensemble de signes survenant à des moments différents et le raisonnement ci-dessus est donc probablement valable pour d’autres pathologies. Ce type de pathologie peut nécessiter un long délai pour valider le diagnostic.

    Evaluer la fréquence de survenue d’une SEP confirmée dans un délai aussi court me semble donc voué à l’échec. Certaines études ont évalué la survenue de manifestations de maladies auto-immunes, évitant ainsi le biais lié au délai d’apparition des manifestations permettant un diagnostic formel mais pas celui lié à un délai d’apparition de la première manifestation supérieur au suivi prévu dans l’étude.

    La description des manifestations prises en compte est souvent un peu trop résumée.

    Je n’ai pas d’élément formel pour dire qu’il y a un risque avéré avec les produits auxquels on pense quand on parle de risque de SEP (vaccins) mais je me demande juste si tout est fait pour le mettre en évidence ?…

    1. docteurjd a dit :

      Le design des études cliniques n’est pas monomorphe et j’imagine que les équipes à travers le monde réfléchissent à ces questions.

  24. cedric a dit :

    Bonjour,

    SI j’ai bien compris ce qui est écrit ici ou là, il est possible que certains vaccins puissent déclencher des maladies auto-immunes chez des personnes prédisposées?
    Si c’est bien cela, depuis quand ce doute existe?
    Les fabricants en informent ils les médecins?
    Quels vaccins cela concerne-t-il?

    1. docteurjd a dit :

      Les reactions immunologiques sont complexes et il n’y a pas que les vaccins qui puissent etre mis en cause. Il y a chaqua année des cas de syndrome de Guillain-Barré à la suite d’infections viraales ou bacteriennes.

      1. cedric a dit :

        Je comprends.
        Mais cela veut dire que les medecins sont en mesure d’informer les patients avec des predispositions?
        Le font ils? Telle me parait etre la question.

        Merci pour vos eclairages.
        Un des interets de ces scandales (ou pseudo scandale) sanitaires sera peut-etre une plus grande exigence d’information.

        1. docteurjd a dit :

          A de rares exceptions ces prédispositions sont rarement décelables.Un interrogatoire peut aider mais rien n’est automatique. Et face à un risque grave, pandémie par exemple, le bénéfice surpasse le risque.

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.

Vous pouvez utiliser les balises HTML suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>