AVC: l’urgence de s’occuper de ce qui se passe après l’urgence

Quatre heures, c’est le délai maximum pendant lequel on peut espérer réduire les conséquences d’un accident vasculaire cérébral, AVC,. Cela suppose donc de le reconnaitre vite les signes de cette pathologie qui ne prévient pas.

Ce qui doit alerter c’est lorsque vous êtes avec une personne qui brutalement va marmonner de façon incompréhensible ou ne plus vous répondre
En même temps on constate que la bouche est de travers, la commissure des lèvres est soudain plus haute d’un côté que de l’autre
Et un côté du corps est partiellement paralysé ou du moins le bras va tomber le long du corps et si vous demandez à la personne de vous serrer la main, elle ne pourra pas le faire.

Dans ce cas là il ne faut pas hésiter et appeler immédiatement le 15 en donnant les symptômes. Cela permettra au médecin régulateur d’orienter la personne vers une unité habituée à traiter les urgences neurologiques. Ces services spécialisés sont de plus en plus nombreux, encore faut-il qu’on dispose de suffisamment de médecins spécialisés sachant comment dissoudre les caillots obstruant les artères du cerveau qui représentent 80 % des causes d’AVC
La vraie difficulté en France c’est ce qui se passe après l’AVC, c’est-à-dire la prise en charge en rééducation pour limiter au maximum la perte d’autonomie.
Il faut trouver une structure d’accueil, ce qu’on appelle des soins de suite et de réadaptation, des SSR. Et trouver une place dans ces centres n’est pas toujours évident d’autant que dans certains d’entre eux on ‘incite’ les médecins à refuser les personnes considérées comme ‘trop âgées’.
Dans ces établissements des équipes spécialisées, médecins mais aussi kinésithérapeutes, orthophonistes, psychomotriciennes  et ergothérapeutes vont aider les patients frappés par l’AVC à retrouver les gestes du quotidien et les aider à palier les pertes définitives éventuelles.

les aides-soignantes formées aux difficultés de déglutition, un gros handicap dans les séquelles d’AVC, aideront les patients à retrouver la possibilité de s’alimenter de façon solide quand cela est possible.

 

Il n’y a pas assez de ce genre de structures en France et certains hôpitaux locaux dont l’activité végète rendraient sans doute plus de services à leur bassin de population en développant ces SSR

La sortie de ces centres vers le domicile supposera des aménagements parfois simples, parfois coûteux et il faut se renseigner alors sur les aides.
La maison doit être ‘sécurisée’, en enlevant tout ce qui peut gêner ou provoquer des chutes, les tapis notamment. Il faut prévoir des barres d’appui dans les sanitaires, WC y compris, et un siège pour la douche.

La rééducation doit se poursuivre une fois rentré à la maison. Les progrès sont longs à être visibles et il ne faut surtout pas se décourager. Kiné et orthophonie sont des passages obligés, surtout l’orthophonie.
Il faut noter qu’il n’existe pas d’exercice de l’ergothérapie en libéral, c’est-à-dire en ville, ce qui est bien regrettable.
Enfin il est fondamental de s’assurer que les médicaments seront bien répartis et pris. Il faut savoir que les auxiliaires de vie peuvent donner les médicaments déjà préparés mais ne peuvent pas les préparer.
Et, hormis les traitements psychiatriques, les caisses d’assurance-maladie ne remboursent plus le passage de l’infirmière qui pouvait surveiller la prise du traitement, vérifier la pression artérielle et s’assurer de l’état de santé des patients.

La prise en charge post-AVC reste terriblement inégalitaire en France et ce sont les patients et leurs proches qui en paient le prix.

Pour comprendre l’enjeu de cette réeducation, un chiffre : dans des centres spécialisés comme le Centre de Réeducation Fonctionnel Bel-Air, à la Membrole sur Choisille, 80 % des patients ressortent en marchant. pas toujours en gambadant, souvent avec une canne ou un déambulateur, mais pas en fauteuil. préserver cette autonomie et pouvoir rester chez soi est une vraie victoire

 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

59 réponses à AVC: l’urgence de s’occuper de ce qui se passe après l’urgence

  1. Severine dit :

    Ma mère âgée de 74 ans a eu un avc il y a une dizaine de jours. D’apres Ce Que j’ai pu lire elle s’en sort bien car elle recommence à marcher et a toujours pu parler. Elle ne sent toutefois plus du tout sa main gauche et la moitié basse de son visage.
    Complication dans sa prise en charge, elle est sous dialyse péritonéale depuis deux mois.
    Le neurologue qui la suit à Foch nous a dit qu’elle ne trouverait probablement pas de centre de rééducation pouvant également prendre en charge sa dialyse… Avez-vous déjà rencontré cette situation et connaissez-vous des centres adaptés en Ile de France ???

  2. dechambre dit :

    bonjour jaurer sa voir combien dire la rééducation en centre

  3. tissot dit :

    mon mari a fait un avc le 14 novembre 2017 en Espagne il a ete tres bien soigné
    mais notre medecin traitant ne nous fait pas la demande de prise en charge a 100%, il dit qu’il la fait et la caisse primaire ne la reçois pas nous nous battons depuis le mois de mars rien n’est fait .
    que faire?

    • docteurjd dit :

      A part lui demander la raison de son refus je ne vois pas très bien. Ecrivez au medecin conseil de la CPAM dont vous dependez, il vous orientera

  4. renaud wicky dit :

    bonjour j ai fait un avc le 7 janvier 2017, j ai ete opere et pour ma physiotherapie, j’ai utilise un acupresseur, j’ai ete paralise du cote droit, jambe et bras, l’ acuppessure m’a vraiment aidee. maintenant 3 mois apres je marche avec une canne et mon bras a un peu plus de problemes a bouger mais j’y travaille. j’ai 44 ans et j aimerais savoir combien de temps il faut pour retrouver les sensations. perte a monoreille gauche, sur la joue, dans la main , sous le pied. ou y a-t-il quelque chose a faire pour que cela revienne plus vite. merci pour votre reponse. renaud

    • docteurjd dit :

      Je suis totalement incapable de répondre précisément â votre question. Ilfaut que vous discutiez de cela avec le neurologue qui vous suit . Il connait l’étendue précise des lésions et les possibilités de récupération

  5. Elwira dit :

    Bonjour,
    Pourriez-vous me dire, peut-etre, combien de temps, approximativement, un malade après un AVC est-il pris en charge après l’hôpital dans une structure de rééducation? Eventuellement, pouvez-vous me conseiller ou chercher des infos a propos et ou chercher une clinique privee utilisant des robots (du type exosquelette)dans la restauration de la marche?
    Je vous serais reconnaissante

    • docteurjd dit :

      Impossible de vous donner une réponse type. Une fois la phase aigue passée, plus vite l’admission en centre de réeducation se fait mieux ça vaut.
      Pour les exosquelettes je n’en ai aucune idée.

  6. autreau.claude@orange.fr dit :

    mon mari était inconscient le matin Le soir il avaitcrié ne l’ai pas surveilléla nuit. J’ai appelé le 15 les pompiers sont arrivés et l’ont conduit 1H1/2 dans un hôpital n’ayant ^pas de soins intensifs ni d’I.R.M. Mon mari 84 Ans le médecin m’a dit que le cerveau était touché qu’il était âgé et qu’il ne récupérerait pas . Mis dans une unité gériatrique depuis le 12 avril 2017 il ne parle plus ne se réveille pas beaucoup n’a plus deperfursion de nourriture l’équipe mobile desoins paliatifs me dit qu’il est en fin de vie donc en accompagnement….. Il n’est pas allé en soins intensifs et neurologie et n’a pas passé d’I.R.M. car non transportable. On me dit qu’il fait une infection pulmonaire….
    compte-tenu de son âge pas pris en chargeL’AVC mon mari est dans un état critique
    cet hôpital l’avait déjà renvoyé avec une hémiplégie droite en disant que les 2 scanners étaient négatifs.

  7. Aline dit :

    Bonjour,
    Je suis arrivée à votre site suite à une recherche d’information concernant l’avc et sa prise en charge.
    En effet, mon papa a eu un AVC bithalamique en septembre dernier. Il est actuellement dans un SSR dans le 78. Après 3 mois de rééducation, la cadre de santé et le médecin souhaitent qu’il aille en unité de soins longue durée. Je suis clown à l’hôpital et ai déjà travaillé dans de telles unités et notamment en service neurologie dans lequel j’ai vu des équipes découragées et des patients dont l’état régressait ou « stagnait », ce qui n’est pas le cas de mon père. J’ai cru comprendre par une amie médecin qu’on ne pouvait pas poursuivre la rééducation dans un autre SSR car les places sont prisées. Je tiens aussi à préciser que mon père a 80 ans et que je suis choquée de vivre la discrimination concernant les plus de 75 ans et le refus de la part de certains SSR de prendre en charge des patients plus âgés ou des personnes plus dépendantes qui auraient justement besoin de rééducation plus poussée. C’est en tout cas la sensation que j’ai pour mon père. J’aimerais le meilleur pour lui . Il n’a pas de médecin traitant dynamique et l’institution a plus un souci de gestion de lits. Je comprends les soucis actuels du système, le manque de personnel, etc. Mais je ne peux me résoudre à ne pas faire le maximum pour que mon père ne soit pas négligé ou mis à l’écart.
    D’après tout ce que je lis et mon expérience, je vois que le rapport avec les institutions n’est pas toujours évident , même avec les assistantes sociales. D’où le nombre de personnes sollicitant ailleurs de l’aide, de l’écoute ou des conseils. Ainsi, pourriez-vous me communiquer le nom d’associations (on a déjà vu France AVC) qui pourraient nous écouter et nous conseiller dans notre démarche de continuer la rééducation pour mon père ? Il y a aussi la « carte de santé « . Habitant dans le 78, il n’a par exemple pas été possible pour mon père d’aller en rééducation à Rothschild (neurologie).
    Merci de votre attention

    • Fatima Zohra dit :

      Bonjour ; je suis dans la même situation que vous ma mère a 75 ans elle a fait un AVC et l’hôpital me dit que peux être elle ne sera pas accepter au centre de rééducation vu son âge et quelle est pa autonome
      Cest vraiment de la discrimination envers les personnes âgées

  8. Juliette80 dit :

    Bonjour,
    Mon père a fait un AVC à 59 ans dans la région du Nord et il a été très mal prit en charge au CHU à proximité d’où il habite. Concernant la suite de son projet de vie, il a été refusé après plusieurs demandes: famille d’accueil, FAM, MAS, certaines EHPAD …
    Il ne peut plus retourner à son domicile…
    Je voulais savoir s’il peut être question de monter un projet pour créer une structure qui accueillerait ces personnes souffrant de troubles cognitifs spécialisée dans les post-AVC? Si Oui par où faut-il passer? Ministère? Région?
    Je vous remercie,
    JD

  9. Bonjour je voudrai savoir si on a a le droit de changer de centre de rééducation.raison:proximité.
    Merci bonne journée

  10. SEROPIAN dit :

    Mon papa a été hospitalisé en urgence hôpital de Tarbes. Il avait tous les signes d’un AVC. Le neurologue sur place a refusé de demander une IRM en urgence (examen de référence) et au bout de 2 jours quand sa fille lui demande par tel si on peut faire l’examen (elle habite à 800km) il l’envoie sur les roses en lui hurlant que ce n’est pas un AVC, pas une urgence. Mon papa a faillit mourir, il est hémiplégique, arrive à peine à parler. Confirmation AVC par ses collègues Merci MR DELELUE, j’espère que vous avez passé de bonnes vacances et que votre incompétence ne vous pèse pas trop.

  11. VIELLARD Marie Geneviève dit :

    correction :la douleur était à droite du cerveau…entrainant une hémiplégie à gauche bien sur!

  12. VIELLARD Marie Geneviève dit :

    Bonjour
    j’ai eu un grave A.V.C hemorragique suivi ou précédé?d’une vasoconstriction au lendemain de Noêl 2014, à tout juste 61 ans,sans aucun signe avant coureur!
    je me suis seulement sentie fatiguée (normal avec18 personnes dont 9 petits-enfants de 0 à 10 ans pour les fetes de fin d’année.!..),enfin tout à coup,grosse douleur cérébrale coté gauche et vomissements violents, le médecin de SOS diagnostique d’abord une gastroentérite!puis à la demande de mon mari appelle le SAMU qui comprend tout de suite ce qui m’arrive, coma’ hémiplégie gauche…enfin passons…
    bravo a l’hôpital de St Malo qui « me récupère » en 3 semaines de soins intensifs, puis4 mois de rééducation intensive à Garches,près de chez moi, St Cloud,je sors fin mars 2015, marche récupérée à peu près normale mais pas bras gauche, et en effet je ne trouve pas de rééducation en libéral pour celui ci, ni de balnéothérapie qui me réussissait si bien ,l’hopital ne « veut  » plus de moi! ou pourrais je bien aller?
    et idem pour le psy,le moral flanche par moment,je vais à grand frais en libéral du coup!
    un conseil:pur réguraliser mon permis de conduire, on me demandait des sommes faramineuses en région parisienne,et on me faisait des tas de complications:du coup
    je me suis tournée vers la ss-préfecture de St-Malo,très simple et gratuit de A jusqu’à Z!

  13. paris dit :

    Comment continuer la rééducation tous les jours après un séjour en SSR

    Bonjour,
    Mon beau frère est hémiplégique suite à un AVC. Il est actuellement dans un SSR où il est très content des soins dont il bénéficie. Malheureusement, on lui a dit qu’on ne pouvait pas le garder plus de 3 mois, et qu’ensuite il devait enchainer avec la maison de retraite (sachant que chez lui sa femme est elle meme malade, et sa maison n’est pas adaptée pour les fauteuils roulants).
    J’ai peur qu’en maison de retraite, il perde l’avancée qu’il fait tous les jours , pour l’instant il ne marche pas encore, mais il progresse tous les jours, et les kinés sont très contents. Une solution ? Comment avoir des soins de qualité après le SSR?
    Pourquoi ne peut il prolonger son séjour jusqu’à avoir un peu d’autonomie?

  14. Saunier dit :

    Bonjour,

    J’aimerais aider une amie à récupérer au plus vite ses capacités cognitives suite à un avc. Pourriez-vous me donner des pistes quand aux exercices ou aux méthodes à utiliser pour qu’elle se situe mieux dans le temps et dans l’espace ( désorientation)?
    De plus quelles activités recommanderiez vous en tant que passe-temps pour cette amie sachant qu’elle est âgée de 75 ans?
    Merci pour votre réponse.
    Cordialement ,

  15. docteur-j’ai fait deux AVC il y a12ans je prend previscan tous les suivant les résultats T P ANALYSE de sang le fruit que j’aime le mieux c’est un KIWI Est-ce bon pour moi MERCI

  16. geraldine dit :

    Bonjour, hier après midi il m’est arrivé quelque chose de bizarre. J’ai commencé a sentir des picotements dans le visage et dans le bras droit. Ensuite il m’est devenu presque impossible de bouger la main et mon petit ami m’a dit que j’avais du mal a m’exprimer et que ma bouche partait sur le côté. Ça a duré 2 minutes grand maximum et tout est redevenu normal.
    Que dois je faire???

  17. ENYEGUE dit :

    Bjr Docteur,
    j’ai eu l’AVC en 2008 donc paralysé d’un coté, en ce moment j’ai retrouvé la bouche, amélioré la marche, le bras est toujours paralysé en plus j’ai trop froid du côté paralysé. cela est dû à quoi? quoi prendre pour atténuer ce problème.
    cordialement
    Cathy

  18. clara dit :

    Bonjour, cet article remonte à quelques temps mais auriez-vous des indications sur les comportements à risques, l’âge concerné et s’il y a moyen de prévenir l’avc ou s’il y a des signes avant-coureur?
    Merci

    • docteurjd dit :

      La prévention des AVC est celle de toutes les pathologies vasculaires avec, s’il existe un trouble du rythme cardiaque appelé fibrillation auriculaire, une mise sous anticoagulants.

  19. Jean Bernard Hebey dit :

    Mon Cher Jean Daniel,
    Je voulais te féliciter pour tes interventions au 13H que je vois presque tout les jours.
    Cela me ferrait plaisir si tu trouvais le temps de m’appeller ou de me passer un mail.
    Jean Bernard Hebey

  20. beatrice dit :

    la rééducation destinée aux suites d’avc me semble appropriée aux problèmes psychomoteurs que rencontre ma fille handicapée depuis sa naissance jusqu’à ses 29 ans d’aujourd’hui et ce malgré une prise en charge en établissement spécialisé de l’âge de 10 ans à 17 ans;
    vers quel hôpital spécialisé puis-je l’orienter dans ou depuis le loiret,pour bénéficier du même suivi q’avc?merci

    • docteurjd dit :

      je ne peux vous répondre car je ne connais pas du tout le dossier de votre fille. Il faut que vous demandiez conseil au médecin qui la suit ou à votre médecin de famille

  21. cardoso dit :

    Mon mari a fait une rupture d’anévrisme cérebrale le 15 mars 2009, contrairement aux autres témoignages, la prise en charge de mon mari a été exceptionnelle, les pompiers ont très vite vu ce qu’il se passait, le SAMU est très vite intervenu et mon mari a pu être sauvé grâce à tous ces professionnels sans oublier bien sûr tous le personnel de réanimation. Il est aussi important de témoigner quand les choses se passent bien. Malheureusement, c’est la sortie qui est compliquée, après 1 mois et demi de coma et 2 ans d’hospitalisation mon mari est enfin rentré à la maison, aujourd’hui il est à 4 ans et demi de son accident et là il n’y a pas de possibilité pour pouvoir retrouver un centre de rééducation intensive. Sur Paris, à ma connaissance, les centres existant ont des listes d’attente impensables et pendant ce temps on à l’impression de perdre un temps précieux. Les centres d’accueil de jour ne sont pas forcément les meilleurs endroits pour progresser alors que faire quand il y a encore une envie de vivre formidable, une volonté de progresser et que malheureusement moi en tant qu’aidant familial je ne suis pas professionnelle de santé et je ne peux que le soutenir au mieux et lui donner tout mon amour, mais ce n’est pas suffisant !!

  22. schmitt dit :

    bonjour ,ma soeur 46 ans a été prise en charge de suite après un malaise
    irm syndrome de claude bernard horner ;rien de grave vous pouvez rentrer chez vous :mais docteur je ne sent pas ma jambe droite et mon bras gauche et de violents maux de tête et chute de la paupière supérieur
    donc là le médecin la mets debout et elle tombe là on lui dit : rien avoir avec le syndrome c’est autre chose …..
    là on la transfert dans une chambre je précise le lundi 19 aout 2013.au matin
    le mercredi soir son mari s’inquiète demande a la neurologue de passer la voir pour la rassurer chose faite à 11h du soir .. irm jeudi 14h
    :avc multiple ….hospitalisation jusqu’au 16 septembre et diriger au centre de réduc et rentrée chez elle le 18 oct :l’irm est bon .elle recommence la kiné ce jour :toujours une tr grande fatigue , elle remarche un peu ,toujours pas de sensations dans sa jambe et pied tr froid et également pour son bras gauche mais peut se servir de ses mains et refait même la cuisine après elle est vidée ;toujours très mal dans la tête , c’est une très grande battante . pour moi je pense que les soins on commencé un peu tard ! erreur de diagnostique au départ .va t’elle récupérée merci de me répondre une soeur qui a eu très peur .une petite parenthèse , les repas une horreur dans les hôpitaux !!!mais de cela vous êtes au courant ….sincères salutations
    claudine schmitt pdc

    .

    • docteurjd dit :

      Je ne peux vous donner d’avis car je ne connais absolument pas le dossier. mais votre soeur peut demander des explications à l’hôpital

      • schmittcl dit :

        le dossier par lui même vous ne le connaissez pas , c’est d’accord mais je vous ai donné les principaux éléments pour avoir au moins une idée : une petite réponse peut être rassurante ? pour l’évaluation de sa remise définitive ! toutes vos réponses restent très évasives je sais vous n’êtes pas devin mais alors pourquoi
        faire ce site pour nous renvoyer toujours vers l’Hôpital ou le médecin !!! chose faite naturellement .
        mais comme vous pouvez le savoir l’ humain a toujours besoin d’être rassuré en espérant de ne pas avoir abuser de votre temps ……sincères salutations
        claudine schmitt pdc

        • docteurjd dit :

          Madame,
          La médecine n’est en effet pas une science divinatoire. Je précise sur la page d’accueil de ce blog que je ne donne aucun avis. C’est ce que font tous mes collègues médecins blogueurs sérieux.
          Ce site est un site d’informationn et je ne veux pas dire des bêtises ou porter des conclusions sur des informations indirectes.
          Je comprends votre déception mais comprenez aussi que rien n’est pire que de faire croire qu’on sait quand on n’a aucun moyen de posséder les informations d’un dossier.
          D’autre part, pour des raisons évidentes de secret médical, je ne donnerai aucune information sur un site ouvert à tous et qui concerne une personne précise.
          Désolé mais c’est une règle intangible.

  23. Régine TREGAUT ROUCHUT dit :

    Bonjour,
    mon frère a été victime d’un léger AVC et a été pris en charge ; des examens ont été pratiqués.
    à sa sortie, il lui a été prescrit du Pradaxa en remplacement de son traitement de préviscan…. après 12 jours de traitement il s’est subitement effondré et les secours n’ont rien pu faire pour le ranimer ; son coeur battait mais son corps restait sans réaction il avait du sang qui sortait de la bouche ; il avait également une poche de sang à la nuque.
    C’était un homme actif qui effectuait journellement une marche à pieds de plusieurs kilomètres ; il faisait confiance à la médecine…..
    Il n’est sans doute pas le seul dans ce cas.
    Le médicament est peut être utile dans d’autres cas, la prescription devrait être cependant manipulée avec précaution ; la facilité est là bien sûr, surtout pour le prescripteur qui n’a plus à surveiller les résultats d’examens…..
    Quand donc allez vous informer ou réagir avant qu’un nouveau scandale n’éclate.
    Merci

  24. verger dominique dit :

    apres avoir eu un avc le 28 08 2005 et perdu l equilibre puis l ecriture et bien autre probleme j ai reapris a marcher et ecrire pour cela sa va par contre j ai de forte douleur qui ce deplace principalement dans les articulations et qui m empeche de marcher personne ne trouve un traitement adapter quoi faire merci de me lire et peut etre avez vous une solution je serais tres heureux
    cordialement Dominique verger

  25. Sandrine dit :

    Bonjour,
    Juste pour dire : j’ai fait une hémorragie cérébrale en avril 1986 (en même temps que Tchernobil). J’avais 12 ans, j’étais au collège. J’ai fait une insolation (en plus de l’hypertension artérielle) derrière la fenêtre de la salle de classe ce qui a déclenché l’hémorragie. Quand j’ai voulu me lever, je ne pouvais plus. On m’a mener au secrétariat du collège où j’ai attendu mes parents plus d’une heure. Quand je suis rentrée chez moi, j’ai attendu le médecin qui a dit de ne pas s’affoler et de me conduire à l’hôpital dans l’après-midi. Combien d’heures se sont écoulées entre le moment de mon hémorragie et le moment où j’ai été prise en charge ? environ 4 H ? Que de perte de temps ! si mes parents avaient été plus dégourdis ils auraient dû porter plainte contre le collège qui n’a pas appelé les pompiers illico et contre le médecin qui n’a pas su réagir plus vite. Seulement mes parents avaient confiance dans l’autorité médicale … Aujourd’hui je ne peux pas courir ou sauter, et je me suis battu de toutes mes forces pour avoir mes 2 enfants. Voilà, merci pour votre attention.

    • SUSINI ROSELINE dit :

      bravo moi grasse a mon fils qui est venu a mon domicile il m a trouve par terre je suis en corse a Bonifacio ,helico, avion, direction nice dans le coma je suis reste 3 mois retour en corse Ajaccio mort clinique reveil a Ajaccio ERGO,KINE,VOLONTE maintenant 20 pas avec le kine et mon epouse
      ET IMPOSSIBLE D AVOIR UN CENTRE DE REEDUC TOUS REFUSES
      merci aux secours ,therapeu,medecin,mon epouse

  26. schreyer dit :

    Mon mari a fait un AVC côté droit fin 2011. Apres l’hôpital, nous n’avons pas eu le choix de l’établissement de rééducation. Nous sommes complètement démunis devant la gravité de ce qui arrive. en ce qui me concerne et que je trouve fou c’est que l’établissement où a été dirigé mon mari n’a pas eu d’orthophoniste pendant son séjour qui a duré un an.
    Et il est impossible de changer de centre !….Depuis 2 ans, j’en ai appris sur le milieu médical. Le mot d’ordre, stop, secret, personne n’est au courant. C’est lamentable

  27. nicault dit :

    Bonjour docteur comment faire pour se retourner sur une mauvaise prise en charge par le samu et les urgences de ma région en effet victime d’un A.V.C la prise en charge des urgences!!! a mis 7heures avant de mhéliporter à Tours dans un service de neurochirurgie pour pratiquer une cranectomie me laissant hémiplégique du côté gauche puis on m’a envoyée en rééducation dans un centre soit disant de renom la Membrolle sur Choisille mais au fil des mois et depuis ma profonde campagne je survis en poursuivant une rééducation en cabinet privé mais c’est très dur car me sens isolée et dois me battre seule pour obtenir des aides en tout genre: aides financières rien que pour l’acquisition d’un fauteuil électrique ou infos pratiques comment faire pour passer son permis et obtenir un véhicule adapté on vous lâche dans la nature sans rien vous répétant sans cesse faut reprendre une vie sociale être indépendant mais comment????HELP mercil

  28. BOUSSEKEY Pascale dit :

    Et comment faire quand le SAMU et les urgences ne prennent pas au sérieux votre appel, qu’il renvoie votre fils donc les symptômes sont hémiplégie totale droite 3 heures après son admission, que le lendemain matin nouvel ou suite de l’AVC de la veille, qu’il retourne à l’hopital, qu’on demande une IRM en urgence à 12h32 et qu’il la passe à 17h30 bien sur sans début de traitement et que le verdict final est Locked un Syndrome

  29. TILMAN Michel dit :

    Bonjour,
    J’ai bien compris ce qu’il faut faire en cas d’AVC mais, vous ne dites pas quelles en sont les causes et ce qu’il faut faire pour éviter un AVC ?
    Prendre un peu d’aspirine, à faible dose, de temps à autres, serait-il une solution et, si « oui » à quelle dose et pendant combien de temps ? Sinon : Existe t-il d’autres produits pharaceutiques ou alimentaires qui sont de nature à prévenir l’AVC ?
    Merci de votre réponse… Salutations distinguées !
    Michel TILMAN

  30. Catcat dit :

    Bonjour,
    Mon compagnon de 36 ans a fait un Avc en Mars dernier.
    En se levant un matin, il n’avait plus d’équilibre, avait de forts maux de tête, vomissait…pas de signe distinctif d’un Avc, pour le médecin un problème d’oreille interne ou un malaise…le lendemain toujours pas d’équilibre, maux aux cervicales (déjà atteint de torticolis avant)…direction les urgences je suspectais une méningite. Et là le scanner montre une grosse tâche sur le cervelet, transfert en urgence au CHU de Bordeaux.
    Quand le médecin nous apprend que c’est un AVC, le monde s’écroule, on s’imagine le pire. Mon compagnon a été pris en charge par le service du Professeur Sibon, très bon service avec du personnel toujours disponible, vraiment merci à eux!!
    Ce message pour dire qu’il y a des signes insoupçonnés pour un AVC, et rester positif permet d’avancer et de passer outre cette épreuve!

    • Doria dit :

      Bonsoir
      Mon pere a vecu la meme chose la semaine derniere : pourriezvous me dire si votre mari a pu recuperer totalement et au biut de combien de temps ? Ici fatigue vomissements encore legers vertiges marche titubante merci de me rassurer …

  31. nicolas dit :

    Est ce qu’une personne qui a fait un AVC il y a 22 ans avec une prise en charge moyenne peut faire des progrès niveau moteur encore aujourd’hui ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.