Tabac: Les images sur les paquets jouent un rôle de frein chez les fumeurs occasionnels et les non-fumeurs

La traduction médiatique d’un travail scientifique laisse, parfois, entrevoir de grandes différences entre le travail original et sa ‘traduction’. Petit exemple avec des paquets de cigarettes.

La publication, le 4 septembre, d’une étude menée au Royaume-Uni et qui concerne les avertissements et photos placés sur les paquets de cigarettes a été largement commentée dans les médias.

Cette enquête s’adressait aux 11-16 ans et a été conduite en deux vagues : 2008 et 2011. Ces jeunes, répartis en trois catégories, fumeurs, fumeurs occasionnels et non-fumeurs, étaient interrogés sur différents critères concernant les avertissements visuels placés sur les paquets de cigarettes.

Les résultats des travaux des chercheurs montrent une division franche entre d’un côté les fumeurs et de l’autre les fumeurs occasionnels et les non fumeurs.
Globalement, la moitié des jeunes dit avoir vu ‘souvent ‘ ou ‘très souvent’ les images sur les paquets, images, rappelons-le, situées au dos du paquet.
Cette perception est en baisse entre 2008 et 2011 chez les fumeurs réguliers, une baisse de 15 %. Des messages qu’ils occultent plus ou moins volontairement, un certain nombre reconnaissant cacher les images.

Ces messages imagés sont peu incitatifs sur les fumeurs. Entre 2008 et 2011, la proportion de membres de ce groupe qui pensait pouvoir être influencée par ces messages et imaginer arrêter de fumer reste stable.

Mais, en revanche, ces messages sanitaires ont un rôle de persuasion plus élevé chez les non fumeurs et les fumeurs occasionnels. En trois ans, on passe de 80 à 87 % de déclarations reconnaissant que les images ont un effet sur la volonté de fumer

On peut donc, certes, s’étendre sur le fait que ces images ont peu d’effets sur les fumeurs réguliers, mais ce travail montre que l’impact de ces images sur les non fumeurs et les fumeurs occasionnels est très important.

Sur les fumeurs aussi qui reconnaissent cacher les paquets : ils étaient 12 % en 2008 et 23 % en 2011.
Ces images les gênent et les dérangent donc.

On est assez loin de l’interprétation donnée par les médias qui voudraient que ces images soient quasiment inutiles. Elles ne sont pas là pour remplacer les patches de nicotine mais pour dissuader les acheteurs et visiblement elles jouent plutôt leur rôle sur les non-fumeurs et fumeurs occasionnels.

Il sera d’ailleurs intéressant de voir, si le parlement Européen adopte la mesure, quel sera, à long terme, l’effet des nouvelles dispositions : des messages en images sur les deux faces du paquet et non plus seulement au dos et un message occupant 75 % de chacune des deux faces.

On voit donc que la lecture un peu rapide de ce travail conduit à une analyse erronée des résultats, ce qui est sans doute un pur fruit du hasard quand on voit l’exploitation qui en est faite.

Référence de l’étude :

Crawford Moodie et al.

Adolescents’ response to pictorial warnings on the reverse panel of cigarette packs: a repeat
cross-sectional study
Tob Control Published Online First September 4, 2013 doi: 10.1136/tobaccocontrol-2013-050999

 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Tabac: Les images sur les paquets jouent un rôle de frein chez les fumeurs occasionnels et les non-fumeurs

  1. Ping : Un oeil sur le web | Tabac: Les images sur les paquets jouent un rôle de frein chez les fumeurs occasionnels et les non-fumeurs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.