Sommeil de l’enfant : quelques notions banales, certes mais utiles à rappeler.

Quand on parle de la rentrée on évoque les listes de fournitures scolaires mais un peu moins le besoin de resynchroniser le sommeil des enfants. Pourtant l’enjeu est de taille car il se passe des tonnes de choses pendant le sommeil.

C’est chaque année la même histoire : le combat de la dernière semaine de vacances pour obtenir des enfants qu’ils aillent se coucher avant 23 heures ! Oublier les habitudes prises l’été et revenir à un mode de fonctionnement plus ‘normal’ car le matin, durant l’année, le réveil sonne à heure fixe.

Plus les connaissances des chronobiologistes sur le sommeil progressent et plus on se rend compte de l’intérêt de permettre aux enfants de bénéficier d’un temps de repos satisfaisant et surtout efficace.

Car il se passe beaucoup de choses la nuit durant les divers cycles du sommeil.
On ne dort pas d’une seule traite, en effet. Le sommeil c’est un peu comme un programme de machine à laver, il est composé de plusieurs cycles répétitifs.

Il y a d’abord les signes d’endormissement bien connus, les yeux qui clignent, les bâillements, l’attention qui baisse, autant de signes annonciateurs du besoin d’aller se coucher et qui ne doivent pas être négligés.
Le risque, en laissant l’enfant résister à cette envie est qu’il laisse ainsi passer près de deux heures, jusqu’au moment où arrivera le cycle suivant.

Le sommeil, en effet, est composé d’une succession de cycles. On somnole puis on s’endort d’un sommeil d’abord léger, puis profond, périodes calmes. Tout va s’agiter ensuite avec la période du sommeil dite ‘paradoxale’.
Durant cette période il existe une activité parfois débordante avec des mouvements, des contractions musculaires, des mouvements rapides des yeux
Au cours des phases de sommeil profond, l’organisme des enfants secrète une hormone de croissance et de la prolactine, cette dernière étant, semble t-il impliquée dans la maturation du système immunitaire.
C’est aussi un moment de récupération physique au cours de laquelle le cerveau reconstitue ses réserves énergétiques.

Le sommeil paradoxal est la période au cours de laquelle nous rêvons et, selon certains travaux, c’est à ce moment que nous nous reprogrammons face à notre environnement, que nous renforçons en quelque sorte notre personnalité propre.

C’est également à ce moment que se font la mémorisation et l’organisation des informations acquises au cours de la journée. C’est également le temps de la récupération nerveuse.

Chez l’enfant le cycle sommeil calme-sommeil paradoxal dure environ 90 mn, une vingtaine de minutes de moins que chez l’adulte. Il est entrecoupé de brèves périodes d’éveil et va se répéter 5 à 6 fois par nuit.

Il est important de bien observer le sommeil de l’enfant, de noter ses heures d’endormissement et de réveil afin de voir quelle est la quantité de sommeil dont il a besoin pour adapter ensuite l’heure du coucher en vue de l’année scolaire à venir.

C’est important parce que rien n’est plus préjudiciable qu’un mauvais sommeil en raison des risques de perturbations biologiques qu’il entraine. Il y a les sécrétions hormonales évoquées plus haut et surtout cette phase essentielle du sommeil paradoxal qu’il ne faut pas interrompre.

Le réveil idéal se situe donc soit dans les brèves périodes d’éveil, soit lors du sommeil léger.
Réveiller un enfant lors des autres périodes d’un cycle serait un peu comme vouloir sortir le linge d’une machine en plein milieu de la phase d’essorage !

Il faut donc vraiment tout faire pour aider l’enfant à bien dormir, lui apprendre à ne pas rater le coche quand il a sommeil sous peine d’attendre près de deux heures le cycle suivant. Lui retirer aussi toutes les sources de ce qui peut provoquer un état d’excitation ou d’énervement, en premier lieu le téléphone portable et les jeux vidéo.

Dormir n’est pas une perte de temps, bien au contraire. On récupère mais on apprend aussi. On se reprogramme, on affirme sa personnalité et quand on est un jeune enfant ce sont des moments essentiels pour la vie future.

 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

10 réponses à Sommeil de l’enfant : quelques notions banales, certes mais utiles à rappeler.

  1. Victoria dit :

    Bonjour Dr. Flaysakier,
    J’ai entamé ma dernière année de lycée et m’apprête donc à passer mon BAC. Auriez-vous des conseils à me donner concernant les nuits avant les examens ?
    Ensuite, il me semble avoir lu que dormir plus était bénéfique pour la croissance. Je sais que cela varie selon les personnes mais est-ce valable pour les adolescents de presque 17 ans ?
    Cordialement

  2. nfkb dit :

    Bonjour,

    je n’ai pas compris cette phrase « C’est aussi un moment de récupération physique au cours de laquelle le cerveau reconstitue ses réserves énergétiques. »

    que voulez-vous dire ? que le cerveau orchestre ? ou autre chose ?

    sans polémique, je n’y connais rien en physiologie du sommeil

  3. emmy dit :

    Bonjour Docteur,
    je mets les miens (7 et 3 ans) au lit à 20 h 30 depuis une dizaine de jours pour qu’ils retrouvent le rythme mais ne s’endorment pas aussitot parfois même pas avant 22h, dois je les coucher plus tot encore ou les laisser encore mais ils se lèvent à 8h, (matin école 7 h 00 / 15). Merci de votre réponse. Cordialement

    • docteurjd dit :

      Le problème c’est de ne pas rater le bon wagon. Si des petits signes évoquent une envie de dormir mais que l’enfant resiste, il ne dormira pas avant le cycle suivant. Mais il y a aussi le fait qu’il fait jour tard et que les enfants ont vecu décalés. Cela va sans doute se recaler gentiment

  4. Chantal dit :

    Bonjour Dr. Flaysakier,

    Chaque enfant est différent, mais y a-t-il des préconisations d’heures de coucher selon les âges des enfants / adolescents ? Ou alors un nombre d’heures de sommeil minimum pour chaque âge ?

    Bien cordialement,

    CK

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.