Médicaments génériques : la psychose française

 

Les Français se méfieraient donc de plus en plus des médicaments génériques selon un sondage fait pour un groupement de pharmaciens.  Cette nouvelle ‘exception française’ est toujours aussi peu rationnelle. Quand on regarde ce qui se passe autours de nous, des Pays-Bas à l’Angleterre ou à l’Allemagne, les médicaments génériques représentent entre 60 et 65 % des prescriptions. Et, que je sache, les habitants de ces pays ne font pas plus d’accidents thérapeutiques que chez nous, ils vivent aussi longtemps et sont aussi bien soignés.

Que dire qui n’ait déjà été dit sur la question des médicaments génériques ?
D’abord que le principe actif, la molécule dont le brevet est tombé dans le domaine public, est dosé dans le générique de la même façon que dans la molécule originale, dite princeps.
Ce qui change ce sont les excipients, des substances qui entourent la molécule et qui peuvent jouer sur le gout ou sur l’absorption digestive.

Mais, contrairement à une erreur fortement répandue, la concentration en principe actif d’un générique ne peut pas varier de 80 à 125 % par rapport à la molécule princeps.
Propager ce mensonge est une des armes favorites des anti-génériques.
La variabilité concerne une masure très complexe de pharmacocinétique qui n’a rien à voir avec ce qui est annoncé.

Des mesures faites par diverses agences sanitaires ont montré des variabilités maximales de 3 % environ, ce qui, à de rares exceptions ne pose pas de problème puisque c’est la même variation qu’on peut retrouver avec des médicaments non génériques.

Dans de rares cas donc, notamment dans les traitements de maladies neurologiques comme l’épilepsie, et dans des pathologies de la thyroïde, des variations de concentrations même minimes peuvent poser problème. Dans ces rares cas, on recommande donc de rester avec le même médicament. mais, contrairement là encore à une rumeur tenace, on n’interdit pas le médicament générique.

Ce que disent les spécialistes c’est qu’on reste avec le médicament prescrit à l’origine : si c’est le princeps on reste avec le princeps, si c’est le générique, on reste avec le générique.
Et si c’est le générique, on reste avec la même marque de générique.

 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

130 réponses à Médicaments génériques : la psychose française

  1. M dit :

    Mais la liberté elle est ou ? Que l ont laisséle choix aux patients de choisir s ils veulent des génériques ou l original. Les originaux on les donne à qui ? Je vais vous dire ils sont envoyés dans les pays étrangers. C est lamentable de prendre des copies qui ne vous soignent pas. Des économies à la sécurité sociale on peut en trouver beaucoup par ailleurs toutes ces cures remboursées pour rien et tous les arrêts maladie pour rien également et certains le disent haut et fort.
    Alors ne nous prenez pas pour des idiots SVP.

    • docteurjd dit :

      Puis je vlus conseiller d’appronfondir un peu vos connaissances dans le domaine ? Cela evitera dejà que vous colportiez de fausses informations

  2. marc dit :

    Un temoignage de plus sur l’ezoméprazole.

    J’ai plusieurs traitement et les prendre en générique ne m’a jamais posé de problème.

    Par contre depuis plusieurs années je prennais de l’ézoméprazole générique pour des reflux gastriques. Ca me soulageait un peu mais des douleurs d’estomac persistaient.

    Lors d’une hospitalisation d’un mois on m’a préscrit de l’Inexium.
    Je n’avais plus de remontées ni de douleurs.
    Je n’ai pas fait de rapprochement. J’imaginai que c’était dû à un nouvel hygiène alimentaire ou autre…

    En sortant j’ai retrouvé le générique et mon hygiène de vie… retour des des remontées et des douleurs. J’ai amélioré mon alimentation. Rien n’a changé.
    Le mois suivant j’ai acheté de l’inexium. En quelques jours j’allais mieux.

    A savoir si c’est les comosants ou la couleur violette de la boite qui est efficace ne m’importe peu, j’ai plus mal!

    Un problème se pose: je bénéficie de la cmu et je me vois mal exiger le « luxe » d’avoir l’original. Je n’ai pas envie d’imposer ce surcoût à la sécu. Malgré mon peu de moyens financier je serais prêt à payer la différence, juste pour me sentir bien. Mais là galère: si le médecin mets non substituable il doit le justifier donc pas la peine puis je ne demande pas un remboursement complet, si je demande au pharmacien il me fait comprendre que je suis un emm… que c’est dans ma tête… et me fait payer plein pot l’inexium (ce qui est la règle). Ensuite je suis avec ma feuille de remboursement et là c’est la sécu qui traine et me demande de justifier!!!

    C’est incompréhensible. Je ne suis pas dans un débat de chimiste. Juste qu’un type de fabrication d’un même médicament est plus efficace chez moi. Le but c’est bien que le patient soit mieux? Sur le plan économique je suis prêt à payer la différence.

    Bah non!

    Et quand le pharmacien me donne des leçons avec devant lui des petites boites 9CH… je me pose des questions.

    Salutations.

    • docteurjd dit :

      Il est possible que le générique dont dispose votre pharmacien contienne un excipient qui ne vous convienne pas. Le dosage en principe actif est le même entre moléculeprinceps et générique à mzximum 3 % près.
      Demandez lui si vous pouvez disposer d’un générique d’un autre labo

      • marc dit :

        @docteurjd
        Merci pour votre conseil.
        Je ferai un essais avec un autre fabricant générique.
        Je ne manquerai pas de faire un retour. Je n’ai aucune appréhension, j’en prends pour deux autre traitements et c’est efficace.

        Pour revenir sur l’article, je pense à mon petit niveau de simple patient, que la bataille entre la démonstration scientifique et la démonstration par la pratique est vaine.
        Que le principe actif soit le même est un fait, que des princeps (ou une autre marque de générique) est plus efficace chez certains patients est aussi un fait.
        Il n’y a pas à parler de psychose, de parano, de mauvaise information. Le but est de soigner. Pour aller jusqu’au bout même si c’est juste la couleur de l’emballage qui me mets en confiance, pourquoi pas? Cela peut paraître irrationnel à un praticien mais c’est une réalité pour le patient et un patient confiant se soigne mieux.
        Je pense que c’est à partir de cette réalité, dans le respect, qu’on doit réfléchir aux questions économiques nécessaires.
        Il y a l’approche éducative déjà en place (je trouve que malheureusement elle joue trop sur la culpabilité) mais d’autres pistes existent comme un choix libre avec le générique comme prix de base pour le remboursement…

        Cordialement.

    • PRIOLET dit :

      Bsr
      la raison est toute simple, la molécule de l’Inexim est tombée dans le domaine public mais pas le procédé d’enrobage et c’est lui qui fait toute la différence.

  3. Hebert Liliane dit :

    Dimanche 10 Mai 2015

    Effectivement la molécule est la même mais les excipients n’étant pas pareil , pour ma part , je ne support pas notamment le générique du Kenzen 8 mg (teste en clinique) me provoque une montée phénoménale de la tension ( presque a 20) Quand au générique de l’Inexium 20 mg ( prise après opération de l’estomac ) me provoque des douleurs atroce a l’estomac alors que c’est sensé les supprimer.
    .Mon époux a pris pendant plus de 25 ans pour son cholestérol le VASTEN 20 mg, lorsqu’on lui a donne le générique son cholestérol a remonter ( après une prise d’un mois ) en flèche.
    Alors moi je dis que ce n’est pas la même chose, ou est l’erreur?
    Veux t-on nous empoissonner avec les génériques

    Sinceres salutations

    L.Hebert

  4. martinez dit :

    Pourquoi ne pas publier mon @mail ni y répondre..

    • docteurjd dit :

      Je ne couche pas devant l’ordinateur. Et à ce moment j’étais en direct sur le plateau du JT. les commentaires sont d’autre part modérés et n’apparaissent qu’après validation.
      En ce qui concerne votre question, c’est au médecin qui vous suit d’y répondre.Il connait votre dossier et moi non

  5. frappier dit :

    je n arrrive pas a comprende que je paye une mutuel je doit prendre des medicament et on me propose des generique que doi je faire alors que les generique c est reservées pour les personnes qui bénéficie du rsa
    merci de me repondre

  6. BAILLE dit :

    étant en traitement avec le Tadenan, j’ai pu me procurer le générique « Prunier d’Afrique » pendant un « certain temps » ; cela fais plus d’un an que le générique n’est pas disponible. Mon pharmacier m’a dit que ce générique n’existe plus. Qu’en est-il réellement ?

  7. Jmn dit :

    Bonjour,

    Je me suis fait génériquer, si je peux me permettre cette expression, en effet je prends depuis 15 ans un médicament pour me protéger contre des inflammations.
    En juillet 2012 mon pharmacien m’a donné son générique avec la phrase célèbre qui va avec « c’est la même chose ». Quelques mois plus tard j’ai fait une thrombose grave profonde de la poplité de la jambe gauche.
    Après avis d’un professeur imminent différent de celui qui me suit, il m’a affirmé oralement et par écrit que la cause est le médicament générique.
    J’ai de la chance d’être encore en vie pour en témoigner.

    • docteurjd dit :

      Et à part son opinion il a une preuve quelconque de ce qu’il affirme ?

      • Jmn dit :

        Depuis 10 ans ma maladie est en rémission et je n’ai eu aucun problème avec les médicaments originaux, hormis le fait qu’il connaisse mon dossier depuis 2003, il y a des éléments suffisamment concordants qui lui permettent de le penser, de plus le professeur qui pilote mon suivi à Lariboisière se range sur son avis ainsi que mon médecin traitant, mais vous pouvez toujours lui poser la question il s’appelle Professeur Bertrand Wechsler à la pitié.

        je me fais suivre pour me faire soigner, mais pas pour jouer à la roulette russe.

  8. Thomas W dit :

    Bonjour,

    Pharmacien, je me permets de réagir pour signaler la bêtise du système des génériques français. Le générique a pour but de faire des économies à la sécu. Très bien ; elle n’a qu’à rembourser tous les médicaments au prix du générique. Les mutuelles pourraient très bien proposer des forfaits incluant le remboursement de la différence pour les patients souhaitant le princeps. Ainsi, la sécu ferait des économies et les patients souhaitant le princeps pourraient l’avoir. Les pharmaciens ne seraient pas obligés de se battre entre le patient pour lui dispenser le générique, et la facilité des prescripteurs à marquer « non substituable » partout. C’est sur que le système serait moins « égalitariste » vu que seul les patients pouvant se payer une mutuelle couvrant les princeps pourraient en profiter. Mais l’important est que la sécurité sociale couvre les soins indispensables pour toutes les personnes vivant en France.

    J’ai également souvent affaire à des patients agressifs à l’idée de payer 3€50 leur sirop pour la toux ; on doit leur rappeler que les nouveaux médicaments coûtent une fortune et que la sécu doit choisir entre rembourser des soins de confort, avec des soins indispensables (comme des chimiothérapies par exemple).

    Personnellement, je pense que le système a été trop généreux à une époque, et que les français ne comprennent pas qu’aujourd’hui, la sécu n’a plus les moyens. Et il y aurait tellement d’économies à faire sur le médicament (comme à l’hôpital par exemple avec la dispensation nominative journalière par patient, au lieu d’envoyer des caisses de médicaments gérées par les infirmières, qui se retrouvent avec des stocks souvent inappropriés pour les services).

    En tout cas, j’apprécie beaucoup vos interventions dans le journal de France 2, qui sont souvent plus scientifiques que les explications fournies par les journalistes sans formation médicale.

    Bonne continuation

  9. Asia dit :

    J’ai testé deux fois des génériques, à l’époque sans aucune arrière-pensée.
    – J’habitais avec ma soeur, on nous donne le générique de Diane 35 que nous prenions toutes les deux. En 2 mois, + 3 kilos chacune, et pour ma soeur des douleurs aux seins et des pertes anormales. Nous faisons le lien avec le générique et repassons à la Diane 35 : sans aucun changement de régime alimentaire, -3 kilos chacune, très précisément en deux mois. Ce n’est pas très ennuyeux, certes, quoique pour ma soeur un chouia plus, mais visiblement les deux n’étaient pas « parfaitement identiques ».

    – Plus gênant, je faisais des poussées hypertensives suite à une corticothérapie. La première crise m’ayant envoyée une semaine à l’hôpital avec des pointes à 27 et une douleur quasi intolérable, on me met sous Détensiel. Aucun problème pendant plusieurs mois ; un jour on me donne le générique de Détensiel, que je prends sans aucune méfiance – quelques petits kilos avec la pilule c’est assez anodin, et nul doute que pour des médicaments pour des trucs « sérieux », princeps et générique sont bien identiques… Il n’a pas fallu trois jours pour qu’au premier coup de stress au travail je sente poindre la douleur familière. J’ai rendu ma boîte de génériques le soir même et depuis, c’est « non substituable » d’office. Je prends des médicaments déjà lourds, pour une maladie chronique, je ne vais pas m’amuser à me mettre en danger plus que je ne le suis déjà avec des médicaments dont finalement l’expérience me dit que je ne peux être sûre.

    Et toutes les études du monde pourront me dire qu’il n’y a aucun anatidé dans la région, et les zoologistes ricaner, si je croise un palmipède à plumes qui fait coin-coin, j’en conclus que nous voilà pourtant avec un canard.

  10. NAVARRE dit :

    Je refuse les génériques car l info donnée n’est pas des plus objective.Le cahier des charges n ‘est pas le méme entre génériques et princeps.Il y a des différences en termes de bio-concentration et bio-disponibilité etc .Cela nous est pas dit.Ce qui peut poser des problémes avec certains médicaments génériques comme par ex les hormones thyroidiennes ou les anti-coagulants.Pourquoi d’ailleurs l’académie de médecine a jetée un pavé dans la marre au sujet des génériques.Meurs les médecins méttez vous d ‘accord et arrété d ‘entretenir la confusion.Ce sont vous les prescripteurs et la deontologie médicale ne doit pas etre liée avec des impératifs économiques.

  11. Bonjour
    Mon pharmacien m’a conseillé de prendre XL S médical capteur de graisses pour perdre du poids. En lisant la notice j’ai vu que les personnes prenant un médicament contre le cholestérol, ce qui est mon cas, ne doivent pas prendre ce médicament. Je viens juste de commencer la prise de ce médicament (15 jours) quels risques pour mon organisme ? et dois je continuer comme il me l’a dit conseiller ? Je suis ménopausée.
    merci

    • docteurjd dit :

      Madame,
      je ne donne aucun avis médical sur ce blog.
      Je pense que le mieux est d’en discuter avec votre médecin et votre pharmacien.
      S’il vous a conseillé un produit que vous ne devez pas prendre, je crois qu’il doit vous rembourser pour le moins

  12. Chirurgie myopie presbytie dit :

    Il est très difficile pour un médecin de résister à la demande de son patient lorsque celui-ci lui demande de préciser « non substituable » sur son ordonnance. Les petites différences de concentration autorisées dans les génériques peuvent en effet modifier l’efficacité du traitement. Mais surtout, la modification des excipients peut être à l’origine de différences notables de tolérance, en particulier pour des traitements locaux comme les collyres. Lorsque le patient est absolument persuadé qu’il supporte moins bien le générique (et cela peut aussi marcher dans l’autre sens), le praticien n’a pas d’arguments pour lui imposer le générique.

  13. labeviaire dit :

    Cher Docteur,
    Je partage tout à fait l’opinion exprimé par l’un des derniers intervenants.
    Je vous suggére de prendre connaissance de l’article trés pertinent publié
    dans le trés sérieux  » Alphéga Pharmacie magazine « ‘ de l’Automne 2012 ,
    intitulé  » Médicaments génériques, des effets équivalents à qualité égale  »
    Salutations.
    I

  14. Marie-Hélène dit :

    Bonjour Docteur,
    Je vous écoute régulièrement sur France 2 et j’adhère complétement à votre rubrique.
    J’aurais juste une question à vous poser : savoir ce que « provoque » la prise de médicaments tels que le Klipal,le Dextropropoxyphéne pris à fortes doses et sans particulièrement respecter les heures d’intervalles conseillées de prises et cela tous les jours depuis facilement 2 bonnes années pour une douleur dans l’épaule suite à une luxation.
    Est ce que cela peut être considéré comme une drogue,provoquer un état de manque,un mal être sur une personne et changer son état psychologique.
    Merci pour votre réponse.

  15. Stalla-Bourdillon Bernard dit :

    Je n’ai pas pris le temps de lire tous les commentaires et peut-être que cette question a déjà été abordé.e . Je vous soumets toutefois mon point de vue au sujet des génériques qui comme vous l’avez signalés sont peu prescrits .A qui la faute mais bien entendue aux médecins prescripteurs qui ne prennent pas la peine de consulter leur « VIDAL » et donc qui continuent allégrement à prescrire le médicament sous la marque d’origine.
    Et c’est le  » pauvre pharmacien » qui a la tâche de poser la question au patient et je ne croix pas me tromper en disant que dans environ 75 à 80% des cas le patient réclame le produit figurant sur l’ordonnance.
    Je ne sais pas pour quelle raison lors de votre interview, vous n’avez pas soulevé cette remarque ,sans doute souhaitiez vous ne pas vous mettre sur le dos l’ordre des médecins. César

  16. ajfc dit :

    Une petite réflexion sur la définition des génériques :
    Selon l’article L5121 alinéa 5a du code de santé publique, sont considérés comme une même forme pharmaceutique, les différents isomères d’une molécule. Ils peuvent donc être considérés comme génériques, sauf s’ils présentent des propriétés sensiblement différentes au regard de la sécurité ou de l’efficacité.
    Des exemples de molécules dont les isomères ont des propriétés différentes sont décrits dans wikipedia (lévodopa, L-thyroxine, dextropropoxyphène) Dans certains cas l’isomérie modifie fortement l’efficacité ou la tolérance. J’en rajouterais un : oméprazole et esomeprazole ; le premier est un mélange d’isomères (R et S), le second est l’isomère S. La commission de transparence a validé la supériorité clinique du second sur le premier.
    Donc, nos autorités, conscientes de la différence notable (justifiant une belle différence de prix) entre des isomères, valident l’utilisation de l’un en lieu et place de l’autre pour les génériques. Bien sûr sauf s’il existe des « propriétés sensiblement différentes au regard de la sécurité ou de l’efficacité » mais leur recherche n’est pas obligatoire puisque seule une étude de bio-équivalence est demandée.

    Je voudrais aussi revenir sur le côté kamikaze des allemands, anglais et néerlandais. Le terme est un peu excessif mais l’espérance de vie des Française selon l’OCDE est quand même supérieure à celle de leurs homologues de ces pays. Bien évidemment, ce serait complètement faux d’en tirer une relation de causalité sur les méfaits des génériques ; comme il est totalement faux de tirer de la non supériorité de l’espérance de vie des hommes français sur leurs mêmes homologues un argument pro générique.

  17. Achille dit :

    Cher Confrère,
    On m’a rapporté votre intervention sur la 2. Je pense qu’il y a quelque chose d’irrationnel dans votre argumentation. En effet, l’exception que vous faites pour les anti-épileptiques pourquoi ne s’appliquerait-elle pas aux autres spécialités pharmaceutiques ?
    Une biodisponibilité correcte pour un antibiotique ou un anti-hypertenseur ne s’imposerait-elle pas aussi ?
    Tous les médecins praticiens ont constaté des problèmes avec ces génériques.
    Soyez prudent, Monsieur, les intérêts économiques et financiers de certains ne sont pas toujours compatibles avec la qualité de la Santé…
    Un généraliste
    (qui n’a pas peur d’écrire : « non substituable » et qui n’en à rien à faire de leurs primes d’objectif ! et je reste correct…)
    Bien à vous.

    • docteurjd dit :

      ‘On m’a rapporté’! Avec internet vous pouvez revoir la chose vous-même. D’autre part des publications, notamment dans le JAMA ont montré sur 11 molecules utilisées dans les pathologies cardiovasculaires l’absence de différence entre princeps et génériques.
      Et les anglais les allemands et les néerlandais sont donc des kamikazes puisqu’ils utilisent 3 fois plus de génériques que nous.

      • Achille dit :

        Je me redis, votre discours aurait été parfaitement acceptable si vous n’aviez pas avancé l’argument sur les anti-epileptiques.
        Quant aux diverses « études », vous savez pertinemment qu’elles sont, le plus souvent, orientées dans le sens des intérêts de l’industrie pharmaceutique. Ce n’est pas au médecin journaliste que j’apprendrais l’existence de conflits d’intérêts (allant malheureusement jusqu’à des compromissions criminelles) qui sont monnaie courante (et trébuchante..) chez nos « grands experts » !
        Il m’arrive régulièrement de vous écouter, et j’ai toujours trouvé que vous apportiez une très bonne information au public, à ces heures de grande écoute, et je vous en félicite.
        Néanmoins, pour cette intervention sur les génériques, vous m’avez donné l’impression d’être en « service commandé ».
        (j’ai vu votre intervention sur le net).
        Quant aux anglo-saxons, ils ne sont pas à mes yeux une référence, leur système économique et bancaire suicidaire, pour les uns, leur rigidité stupide pour les autres, on sait où ça nous mène et où ça nous a mené dans l’Histoire … comme kamikazes on ne fait pas mieux !
        A. Cattani
        Généraliste 2B

        • docteurjd dit :

          Quand le JAMA, première revue médicale mondiale, publie un article en faveur des génériques, il est sous influence de l’industrie pharmaceutique ?
          Vous me semblez avoir une vision des choses quelque peu surprenante.
          Quant au service commandé, vous avez raison c’est tout à fait mon genre. Je vise la légion d’honneur et un poste ministériel

  18. chloe dit :

    bonsoir,
    suite à votre intervention au JT je viens également donner mon avis. A la base, j’étais contre les génériques me disant que, pour qu’ils donnent le même résultat que les autres tout en coûtant moins chers, il y avait à priori un « truc »!!!! et puis si ces génériques sont moins chers et tout aussi efficaces pourquoi ne pas vendre que des génériques….La sécurité sociale s’y retrouverait… quoique…Néanmoins, je ne suis pas contre, j’en prends, même si, quelquefois, ils ne sont pas moins chers que les « originaux »!
    Depuis 1998 j’ai, par intermittence, des vertiges et prends du « Bétaserc » qui s’appelait « Serc » auparavant. Je l’ai également eu en intraveineuse, mais cela ne se fait plus. Donc, j’ai accepté de prendre le générique tout récemment sans à priori aucun puisque je le fais avec d’autres médicaments, sauf le lévothyrox. J’étais très mal, comme d’habitude, avec des nausées, et comme sur un bateau, les symptômes habituels…. je prends le comprimé de générique et j’attends…une heure, 2 heures, 3 heures, rien…toujours pareil. Je réfléchis et me dis tiens c bizarre, ça ne passe pas.. Il me restait qq comprimés de Bétaserc, j’en prends un, comme auparavant, et une demi-heure après, le vertige est passé. Avouez que c quand même bizarre non ? J’en parle à ma toubib lors d’une visite, qui ne sait pas quoi dire, et me prescrit à nouveau le « Bétaserc » en précisant sur l’ordonnance : pas le générique. J’ai regardé la composition, la molécule a l’air d’être la même, il doit y avoir un petit quelque chose quand même qui fait que……….tjrs est-il que j’ai rendu cette boîte générique à mon pharmacien.

  19. Oldsocks dit :

    3 éléments « très terre à terre » qui, à mon avis, freinent la consommation des Génériques par les personnes du 3ème âge et qui ne sont jamais mentionnés par les commentateurs:

    – Les différences de propriétés d’absorption : certains de par leur forme ou leur enrobage s’avalent plus ou moins facilement (exemple Metformine pour les diabétiques).

    – Les différences de dissolution des cachets dans l’eau (exemple de l’aspirine effervescente ou les génériques laissent systématiquement du dépôt.

    – Le Pharmacien ne propose souvent JAMAIS deux fois le même générique, donc la forme, la couleur n’est pas la même d’une fois sur l’autre. Cela est source de confusion et les personnes du 3ème âge n’aiment pas changer leurs habitudes.

  20. jean Yves Mertzweiller dit :

    Bizarre, ce pays. On retrouve dans ce débat pour ou contre les génétiques les mêmes passions que pour l’homéopathie. Les descendants de Descartes manquent d’esprit rationnel, et transposent les débats sur un plan passionnel.

  21. ajfc dit :

    Vous avez tout à fait raison de souligner que le générique n’est pas approuvé sur une différence de composition par rapport au princeps pouvant varier de 80 à 125% (ce sont rapports des bornes des intervalles de confiance à 90% de l’AUC et de la Cmax qui doivent être dans cet intervalle).
    Mais cela appelle une autre question : Quelle assurance avons-nous sur la spécificité des méthodes de dosage des principes actifs ? (et sur la sensibilité des dosages d’impuretés). Je ne peux pas répondre à cette question (hors champ de compétence) mais en regardant les EPAR de l’EMA sur les génériques, l’information sur les méthodes de dosage est parfois résumée par « internal validation ».
    L’EMA a mis en place une réflexion sur la mise à disposition du public des données brutes des essais cliniques. Peut-être serait-il souhaitable de rendre aussi publiques les méthodes de dosages et leur validation ?

    Concernant le prix des génériques : le prix des médicaments remboursés en France est administré et même la marge des grossistes et des pharmaciens l’est. La marge pharmacien (en % du prix fabricant) est supérieure pour un générique à celle d’un produit princeps. Compte tenu du fait que le prix fabricant est inférieur, cela permet au pharmacien d’avoir une marge proche dans les deux cas (souvent un peu supérieure pour le générique).
    Le choix de la conservation de cette marge pour le pharmacien et sa méthode de calcul nous empêchent en France d’avoir des prix aussi compétitifs que dans d’autres pays européens. C’est un choix.

  22. Bonjour JD,

    le mot psychose me paraît exagéré.

    En fait, concernant les génériques, il n’y a qu’un problème, c’est la non-publication des études de bio-équivalence et du résultat des contrôles.

    L’absence de transparence nourrit la théorie du complot.
    Objectivement, quand un patient me demande « c’est pareil docteur ? » Je ne peux pas répondre oui. Je suis forcé de répondre « L’Agence du médicament dit que oui ».

  23. vallet Anne dit :

    Bonjour Docteur,
    Je ne suis pas d’accord avec vous concernant les génériques, en vous écoutant il y a quelques jours au journal, j’ai vraiment eu le sentiment que vous étiez obligé de dire ce que vous avez exprimé concernant les génériques.
    En effet, je pense que vous ne dites pas toute la vérité, parcequ’il faut inciter les gens a consommer du générique pour le déficit de la secu…
    Et bien ma petite histoire qui date du mois de juillet suite à des problèmes dorsaux, est assez révélatrice
    J’ai cru que j’allais mourir,suite à la prise d’un générique du Solupred ,Je suis restée alitée 15 jours avec des nausées et des douleurs dans tous le corps, il a fallu que je déplace deux fois des médecins à mon domicile, que je passe un scanner, des analyses de sang et pour finir comme ce générique avait modifier ma thyroïde, j’ai consulté un endocrinologue qui m’a fait passé une IRM, des analyses de sang à nouveaux et visite deux mois après chez l’endocrinologue.
    Voilà,faites le calcul Docteur, je pense que vous avez compris que vos génériques dont vous parlez si bien font le bonheur des gens et de la sécurité sociale.C’est ça la France maintenant que des aberrations…

    • docteurjd dit :

      Je serais très interessé de savoir comment un générique de cortisone peut dérégler une thyroide. J’avoue avoir vu des choses bizarres mais lâ je suis scotché !

      • VALLET dit :

        Bonsoir Docteur,

        Se sont les deux endocrinologues ainsi que mon généraliste qui pensent que c’est lié a la prise du Prednisolone, mais le problème n’est pas la, je vous ai écrit juste pour vous informé que le générique du Solupred m’avait rendu malade et je ne suis pas la seule, est ce que vous pouvez acceptez que beaucoup de génériques ne soient pas forcement bien tolérés voir même très mal assimilés.
        Vous êtes médecin et vous savez pourquoi, alors je suis choquée lorsque vous incitez les français à en consommer sans la moindre inquiétude.

        • docteurjd dit :

          Eh bien non, je ne sais pas pourquoi ! je sais que les Européens en utilisent jusqu’à trois fois plus que nous sans tomber plus malades. je sais que personnelllement j’utilise systématiquement des génériques quand ils existent.
          Et je ne crois pas que les génériques soient à l’origine du réchauffement de la planète

  24. Ping : Médicaments génériques : la psychose française. #docteurjd | Projet du Pôle de Santé Pluri-Professionnel de Deauville – Début des travaux: mi-décembre 2012 livraisons: 1 trimestre 2014

  25. POM dit :

    Bonjour,
    J’ai suivi aujourd’hui le reportage sur les génériques avec beaucoup d’intéret, et mon doute sur ces derniers n’a pas été levé.
    Mon père victime d’un infarctus en 1986 était suivi médicalement de très près. Visite régulière chez le cardiologue, pneumologue et médecin traitant. En effet il avait contracté à l’age de 5 ans une polyomélite sévère qui lui avait laissé une grosse déformation au niveau de la cage thoracique. Il n’avait qu’un poumon.
    Toute les visites annuelles chez les spécialistes étaient encourageantes puisque mon père suivait son traitement et malgré son handicap les médecins n’en revenaient pas de son état général à presque 86 ans.
    Il avait travaillé toute sa vie, monté son entreprise et n’était jamais malade. Son alimentation était très saine.
    Il y a trois semaine, infarctus, hospitalisation et malheureusement décès.
    C’est là que j’ai eu un doute sur les médicaments génériques. Ils lui ont été prescrits il y a 5 mois et lors de son hospitalisation le chirurgien nous a affirmé qu’il avait une artère bouché depuis quelque temps. Les dernières visites médicales n’avaient pourtant rien rélévées.
    Je ne saurais jamais si les médicaments génériques ont fait leur boulot correctement ou pas mais j’aurais tout le temps un doute.

  26. francou dit :

    Dr Flaysakier j’adore vous écouter sur FRANCE2. Ancienne représentante pharmaceutique, puis hospitalière, je suis très intéressée par les problèmes chroniques de la sécurité sociale, et toutes les mesures inefficaces qui sont prises, car, tantôt il ne faut pas froisser les médecins, tantôt les pharmaciens, bref, il faut aussi que ces pauvres laboratoires continuent à gagner de l’argent, et bref, en définitive, c’est le pauvre malade, qui assure bien être, du médecin, du pharmacien et du laboratoire en payant toujours pour des mesures obsolètes.
    Je suis très bavarde ce soir, parce que c’est vrai, ce problème des génériques m’agacent fortement et ce n’est que du business!!!

  27. POM dit :

    Bonjour,
    J’ai suivi aujourd’hui le reportage sur les génériques avec beaucoup d’intéret, et mon doute sur ces derniers n’a pas été levé.
    Mon père victime d’un infarctus en 1986 était suivi médicalement de très près. Visite régulière chez le cardiologue, pneumologue et médecin traitant. En effet il avait contracté à l’age de 5 ans une polyomélite sévère qui lui avait laissé une grosse déformation au niveau de la cage thoracique. Il n’avait qu’un poumon.
    Toute les visites annuelles chez les spécialistes étaient encourageantes puisque mon père suivait son traitement et malgré son handicap les médecins n’en revenait pas de son état général à presque 86 ans.
    Il avait travaillé toute sa vie, monté son entreprise et n’était jamais malade. Son alimentation était très saine.
    Il y a trois semaine, infarctus, hospitalisation et malheureusement décès.
    C’est là que j’ai eu un doute sur les médicaments génériques. Ils lui ont été prescrit il y a 5 mois et lors de son hospitalisation le chirurgien nous a affirmé qu’il avait une artère bouché depuis quelque temps. Les dernières visites médicales n’avaient pourtant rien rélévées.
    Je ne saurais jamais si les médicaments génériques ont fait leur boulot correctement ou pas mais j’aurais tout le temps un doute.

    • docteurjd dit :

      Je ne pense pas que les médecins qui ont suivi votre papa aient pu incriminer les génériques. Une artère ne s’obstrue pas complètement en cinq mois.

  28. francou dit :

    Bonjour, Je suis d’accord avec Denis PLATEL sur les génériques.
    La molécule, oui, c’est la même, pas de problèmes, mais l’important c’est que cette molécule, doit être véhiculé à travers l’organisme pour aller à l’endroit qu’il faut, et l’on sait que la forme galénique que j’appelle le véhicule de transport, car, c’est dans cette galénique (cachet, comprimé, dragée, etccc) que la molécule est véhiculée jusqu’au bon endroit. Cette galénique est composé d’excipients qui restent la seule propriété du laboratoire, jamais vous ne verrez sur les notices, le % de tels ou tels excipients. Raison pour laquelle certains génériques (que j’appelle faux) sont de couleurs différentes du princeps et bien souvent, également une galénique différente. On compare avec nos voisins allemands qui consomment plus de géné que nous, mais vous a -t-on communiqué le nombre d’accidents dus à la prise de ces génériques ??? non.

    Réduisons le nombre de chômeurs et nous réduirons la souffrance du déficit chronique de la S.S.. Tant qu’il n’y aura pas plus de cotisants à la caisse, toutes les solutions, ne sont que des cataplasmes sur des jambes en bois. N’oublions pas qu’une personne mal soignée, peut coûter plus cher à la S.S Exemple une personne ayant une angine, a été soignée avec des antibio génériques, résultats : 2 semaines d’hospitalisation pour une pneumonie piqûre etc… Car, une angine mal soignée à des répercussions importantes. Cela se porte sur les bronches. Je ne suis pas médecin, mais…..

  29. martin dit :

    bonjour

    Je prends du temesta 1 et je voulais dire que je refuse le générique car il ne fond pas sous la langue( effet beaucoup plus rapide)comme l’original.
    Pourquoi imposer le générique qui a part la molecule qu’on le veuille ou non n’est pas pareil que l’original dans ses excipients ce qui peut poser probleme .( allergies etc)
    Pourquoi vous ne reviendrez pas au JT pour faire part de de ces problemes? vous ne le pouvez pas car vous risquez d’avoir des problemes avec le ministere de la santé et la direction d’a2? comment vous faire confiance pour d’autres informations au JT ?

    • docteurjd dit :

      C’est pratique vous faites les questions et les réponses. Vous avez raison c’est tout à fait mon genre de craindre les foudres du ministère. On sent le psychologue né !

      • martin dit :

        bonjour

        Bon d’accord vous ne craignez pas les foudres du ministere alors pourquoi ne pas faire un complement d’information au JT concernant ce sujet des observations que vous ont adréssé les internautes. Remarquez le dire au JT je ne sais pas si cela aurait un impact mais à qui faire ces observations afin que le ministere en tienne compte et ameliore les choses ?
        salutations

  30. BROCHOT christian dit :

    Docteur, suite à ma réponse concernant les prix de la fluvastatine, je tiens à votre disposition les vignettes.

    _ FRACTAL LP 80mg en boîte de 90 comprimés (36,03€) achat de ce jour.
    – générique fluvastatine BIOGARAN LP80mg (37.19€) achat il y a 3 mois.

    Comme je vous l’ai écrit, cet état de fait je l’ai déjà signalé plusieurs fois, mais aujourd’hui grâce ou à cause de votre intervention, je me suis indigné!!!

    cordialement

  31. Fourneret Didier dit :

    Bonjour Docteur,
    Je n’ai aucune compétence en médecine mais je me permets simplement de vous faire part d’une constatation personnelle et oh combien facile à faire:

    Traité pour une hypertension depuis de nombreuses années, je prenais tous les matins 2 médicaments dont un diurétique. Devant me rendre fréquemment à Paris à des réunions à 9 heures, j’attendais d’être arrivé pour prendre mon traitement, les bouchons de l’autoroute A13 ne me laissant pas la possibilité de satisfaire le besoin naturel induit par ce petit cachet.
    Un jour, mon pharmacien, en qui j’ai toute confiance, m’a proposé un générique que j’ai accepté car je n’avais aucune réticence envers ce type de médicament. Constat: Les bouchons pouvaient redoubler d’intensité, plus de soucis, plus d’envie pressante!!!
    Un effet qui n’avait rien de psychologique.
    Inutile de vous dire que je refuse les génériques depuis cette expérience.
    Et si leur pourcentage d’achat augmente aujourd’hui, c’est parce que tout le monde n’a malheureusement pas la possibilité d’avancer leur coût: une médecine à 2 vitesses se met en place au détriment des plus pauvres: dommage…

    • Bernard S. dit :

      Même effet que ci-dessus… Lorsque je prends le diurétique « princeps », la « course » aux toilettes débute 10 minutes après la prise… et l’effet se manifeste durant 2 heures environ… Quant au générique… IL ME POURRIT LA VIE !!!… L’effet peut aussi bien commencer 20 minutes après la prise que 2, voire 3 heures plus tard… Un véritable calvaire lorsque l’on souhaite mener une vie normale malgré la maladie. Impossible de programmer une journée, une activité… A quelle heure va débuter la course aux toilettes ? Question lancinante mais oh combien et surtout importante lorsque l’on est appelé à se déplacer… (pipi… toutes 5/10 minutes…la galère !!!). De plus il me semble bien que les centimètres/cubes si généreusement délivrés par ma vessie après la prise du générique sont moins élevés qu’avec le princeps…
      La faute à l’excipient ? (dixit mon pharmacien)… Soit … Mais pour moi, pour ma vie au quotidien… le produit n’est vraiment… vraiment pas le même… et je refuse désormais catégoriquement le générique…

  32. Bru dit :

    je vous ai écouté pour les générique, j’en prend mais je suis septique comment expliquez vous que le lanzoprosole dont l’enveloppe de la gélule comportant un colorant E110 réputé pour être cancérigène puisse être en pharmacie, d’autant plus que j’ai eu le problème avec le médiator et je me retrouve avec deux fuites valves aortique et mitrale de garde 2 alors les génériques je suis un peu frileuse
    Bonne journée

  33. G.Boyer dit :

    je suis vos interventions sur France 2, et aujourd’hui j’interviens sur les génériques. Il semblerait que le conseil de l’ordre des médecins ne soit pas d’accord avec la distribution des génériques qui seraient fabriqués dans les pays de l’est ou aux indes. De plus les excipients seraient de mauvaises qualités dans certains cas pour que les laboratoires fassent encore plus de profit. Aussi je prends contact avec vous pour que vous puissiez nous expliquer aussi pourquoi il y a eu des cas d’effets graves avec des génériques. Il y a 50 ou 60 ans en arrière, lorsque nous prenions un médicament il guérissait, actuellement, lorsque nous prenons un ou deux médicaments, les notices sont à peu près les mêmes en ce qui concerne les effets secondaires. Je me pose donc la question suivante ayant moi-même fait plusieurs fois des allergies à certains génériques, nos bonsvieux médicaments efficaces sont remplacés par des nouvelles générations, fabriqués pour certains avec des mollécules dont nous ne pouvons nous consommateurs savoir d’où ils proviennent pour éviter à l’avenir des effets désagréables. D’autre part, arrêtons de prendre en exemple les pays de la C.E ou pas, et donnant aux malades la certitude d’être soigné correctement.

    • docteurjd dit :

      Vous avez sans doute des éléments prouvant les effets toxiques que vous rapportez. Je ne les ai pas donc je ne peux vous répondre.
      Je ne vais pas eesayer de vous convaincre. Je me documente, j’ai même fait un mémoire de 3ème cycle sur la question . Nous pensons différemment.

  34. baille dit :

    venant de voir votre émission je ne suis pas tout à fait d’accord sur :
    la position des pharmaciens telle qu’elle est présentée : pour moi, mon pharmacien est toujours frileux pour proposer des génériques … c’est moi qui lui réclame les génériques …. à savoir :
    depuis plusieurs années, mon médecin me prescrit le TADENAN : médicament pour la prévention et le suivi de la prostate : pendant un certain temps je bénéficiais du PRUNIER D’AFRIQUE (générique du TADENAN). Depuis un an, je ne peux plus me procurer ce générique et depuis un mois je ne peux plus avoir de TADENAN non plus … comment expliquer cette restriction … et le non remplacement des deux médicaments ?

  35. BG dit :

    Bonjour,

    C’est étonnant de constater qu’il n’est pas écrit sur la boite de médicament (pas seulement les génériques) « made in XXX », mais uniquement l’adresse du siège social français (et seulement français) du fabricant.

    En fait le fabricant est écrit sur le proscpectus, à l’intérieur de la boite.
    Ce fabricant mentionné sur le prospectus : est-ce l’adresse de l’usine, ou le siège administratif de la filiale qui fabrique ?

    Merci.

    • docteurjd dit :

      C’est l’adresse du titulaire de l’autorisation de mise sur le marché. Les labos passent parfois par des façonniers qui fabriquent certaines gammes pour eux. Mais les noms figurent de faàon facultative

  36. Le Nezet dit :

    Continuer de faire de la pub pour les génériques,mais vous oubliez de dire que les medecins et pharmaciens ont une obligation de résultats…(merci les primes)..que 23 des 40 usines de Sanofi sont extra hexagonales et que les controles sont loin d’être similaires…
    les géneriques en France sont de 2 à 10 fois plus chers que nos pays voisins…les génériques,l’industrie pharmaceutique ont une dimension industrielle,économique et surtout financière loin de toute considération humaine.
    Les français ne sont pas à part, ils ne sont simplement pas ou plus dupes!!!

  37. Laconi Alain dit :

    Bonjour Docteur,
    Je viens de voir votre intervention sur France 2 et je suis désolé de devoir vous contredire sur certain points. Je suis moi-même docteur, mais docteur en chimie organique donc assez spécialiste de la synthèse des principes actif. Autant je suis d’accord avec vous pour dire que la molécule reste identique, il faut néanmoins spécifier que la voie de synthèse mise en jeu pour obtenir cette molécule est très souvent différente (c’est d’ailleurs là que se trouve tout l’intérêt économique du générique puis que l’on utilise soit des matières premières différentes moins chères, soit des voies de synthèses plus courtes). A ce moment apparaissent les risques, car qui dit voie de synthèse différentes, dit impuretés différentes du brevet. Elles ne sont pas détectées (car pas recherchées) par la monographie des pharmacopées (BP, USP, etc…). Autres risques importants 80% de ces API (princep) proviennent d’Asie (de chine principalement) et contrairement a ce qui a été dit les sites de productions sont très peu contrôlés (voire pas du tout). Pour 2 raisons principales: 1) la Chine est frileuse en ce qui concerne ces inspections, et aussi très opaque 2) pour des raisons tout simplement budgétaires (coûts élevés des inspection en asie) et pratique(le nombre très limité d’inspecteur). Je parle en connaissance de cause ayant subit plusieurs inspections de l’AFSSAPS, de la FDA, j’ai abordé ce sujet avec les inspecteurs qui m’ont confirmé cela.
    Autre point important, l’aspect économique si je me souviens bien vous avait parlé d’un CA de 1,7 Milliard d’€, y a t’il une étude économique qui a déterminer la perte d’emploi que ces génériques ont occasionner (délocalisation à plus de 80% des sites de production des API en asie ou autre pays low cost HONGRIE, POLOGNE, RUSSIE etc…)quel est l’impact sur le chômage et donc les assedic de ces pertes d’emploi, il serait intéressant de le connaitre sauf bien entendu si c’est tabou!!!!
    Pour finir vous avez pris ce midi comme exemple un médicament générique de SANOFI (cela fait toujours bien de parler d’une grande entreprise française cela rassure), qui possède la société qui fabrique le générique, pouvez-vous vous renseigner sur la provenance de l’API, je serai étonné que ce soit Sanofi qui le synthétise.
    Pour conclure je fais donc partie des personnes qui refusent les génériques, ainsi que je pense les collaborateurs de l’entreprise de chimie fine où je travaillais il y a peu qui a vue son CA divisé par deux suite au transfert d’une production d’une molécule, tombé dans le domaine public, en Inde pour faire un générique. Bilan arrêt de 50 CDD et un PSE de 50 personnes.
    Je pense que cela devait être dit, cela ne remets pas du tout en cause vos autres interventions qui étaient toujours pertinentes, nous avons besoin de bon s vulgarisateurs pour ces domaines très techniques.

    Alain

    • docteurjd dit :

      Donc les Européens et les Américains sont de grands inconscients qui mettent leurs vies en péril. Regardez les chiffres !

      • mica dit :

        réponse très légère si je peux me permettre…

        • Alex Terieur dit :

          Les industriels américains car, c’est plutôt d’eux dont vous devez parler docteurdj, doivent certainement vous remercier pour votre sollicitude. Car dans de nombreux domaines, leurs très nombreux lobbies (à l’instar du tabac, de l’exploitation pétrolière notamment du gaz de schiste ou de la production de matériaux plastiques, notamment de contenants destinés à l’usage alimentaire et incriminés aujourd’hui en Europe pour la présence de perturbateurs endocriniens) ne reconnaissent leurs torts, quand cela arrive, souvent qu’après des indiscrétions (et rarement après des enquêtes de contrôle spontanés) suivis de procès qui révèlent des scandales monumentaux que ce soit pour l’environnement et plus directement pour la santé humaine. Je doute d’ailleurs que leurs homologues européens aient une déontologie bien différente de celle qu’on rencontre outre-atlantique. L’américain et l’européen lambda essaient quant à eux de vivre tranquillement et continuent de fumer leurs cigarettes et de réchauffer leurs plats aux micro-ondes depuis 30 ans dans des tu-peux-revoirs que la marque n’a débarrassé du bisphénol A des produits de son usine française (seulement sur le marché français donc) que depuis l’été 2013.
          Remercions-nous donc de donner un peu de crédit à certains commentaires et de pas trop vite (et mal) les dénigrer.

  38. lefebvre dit :

    bonjour Docteur,traité pour une SEP depuis 1995,du LYSANXIA 10mg m’est prescrit,aucun probléme,mais en générique,je supporte le pas le Prazépam EG 10mg ?
    Une autre solution,à votre avis?
    merci de votre réponse.
    ALAIN LEFEBVRE

  39. Guy - 60 ans dit :

    OK pour les génériques, mais expliquez moi pourquoi en remplaçant le ZOCOR par des génériques des statines, j’ai développé des tendinites chroniques qui n’ont pu être soignées malgré tous les médicaments additionnels que j’ai du prendre et qui ont disparues comme par enchantement dès que mon médecin traitant me les a prescrits cette fois Non Substituable.
    Parlez moi désormais de confiance et quel gain réel peut-on attendre s’il faut consulter et prendre d’autres médicaments pour palier les effets secondaires des génériques…

  40. Platel dit :

    Bonjour monsieur Flaysakier,

    Je viens de voir le reportage sur les génériques au JT de France2. Loin de moi l’idée de créer une polémique, simplement de rechercher la vérité. Je comprends votre analyse et ne peut que la partager sur l’essentiel. Pour autant, je suis biologiste et j’ai travaillé plus de 10 ans comme chercheur et chef de projet dans l’industrie pharmaceutique. J’ai eu l’occasion, lors de congrès, de voir des posters académiques (rares, il est vrai), montrant une réduction de 40 voire 50% d’efficacité d’antibiotiques génériqués par rapport aux produits princeps (in vivo). L’excipient a un rôle crucial dans la biodisponibilité, un département entier y travaille dans les industries pharmaceutique pour formuler au mieux les produits développés, et ce n’est pas pour rien; en changer (cas de la plupart des génériques) a donc un impact, certes variable suivant le produit. L’efficacité des génériques n’est pas comparée aux molécules princeps dans des essais cliniques. Sans remettre en cause le principe des génériques, il est faux de considérer que les génériqueurs (sauf génériques produits en internes par les industries pharmaceutiques pour anticiper la fin d’un brevet) sont soumis aux mêmes contrôles que lors d’une AMM. J’ai personnellement vécu le suivi essentiel et les recadrages parfois nécessaires des purs « producteurs de gélules » (comme CRO pour une nouvelle molécule, mais qui sont aussi génériqueurs), pour assurer une production telle que définie dans le cahier des charges… Nombreuses déviations, manque de temps, plusieurs projets à gérer impliquant moindre contrôles, concentrations en principe actif diminuée, impuretés sous-estimées (voire cachées)… Ces industries sont à grande majorité hors de France, voire d’Europe, donc les procédures de contrôles ou de recours sont beaucoup plus complexes. Et si l’autorisation de production a été déjà donnée, ces négligences risquent de se retrouver dans les flacons.
    En bref, personnellement je suis prêt à utiliser un générique s’il s’agit par exemple d’un anti-inflammatoire ou d’un anti-migraineux, mais pas pour un antibiotique ou un anti-diabétique. La défiance des gens à l’encontre des génériques n’est peut-être pas anodine. Cacher la réalité, rester coûte que coûte politiquement correct est toujours, au final, contre-productif (concernant les antibiotiques, que je connais bien, si un générique est moins efficace, outre le risque immédiat en terme de traitement, le risque de développement de résistance est accru). Et si tous les génériques sont de même efficacité, alors montrons-le!

    Qu’en pensez-vous? Je reste un fidèle téléspectateur de vos interventions.

    Cordialement,

    Denis Platel

    • docteurjd dit :

      Merci de ce commentaire. Je ne diffuse pas de lien externe. Désolé

      • Daniel A. dit :

        Je confirme en tous points les commentaires de M. Platel et de Alain Laconi. Je suis moi-même pharmacien, chercheur dans un laboratoire de pharmacie galénique et biopharmacie ainsi que praticien hospitalier en CHU.
        Je suis heureux de trouver sur ce blog, en plus de vous-même, des intervenants de qualité à même d’éclairer le grand public. Je remercie donc M. Platel et M. Laconi même s’ils m’ont enlevés les mots de la bouche.

        Cependant je pense que dans le domaine de la santé, en plus de l’efficacité des médicaments, il y a un autre domaine qui commence (en France) à prendre de plus en plus de place, et peut être qu’il était temps: c’est l’Economie de la Santé.
        Ceci a un lien direct avec les génériques car ils sont l’exemple même de décisions (politiques) prises au nom de l’Economie de la Santé. En effet comme vous l’avez dit ces génériques permettent de faire d’énormes économies, même si, et notamment au niveau des antibiotiques, leur qualité et leur efficacité n’ayant pas été testée on ne peut être sûr qu’ils le soient autant que le princeps. Mais il est admis que cette efficacité est néanmoins suffisante et que le « risque » pris pour quelques cas (rares) est acceptable au vue des économies générées.

        Mon commentaire n’a pas pour but de dénigrer les génériques, car il faut avoir une vision plus globale que de seulement voir le médicament en lui-même. Mais il ne faudrait pourtant pas cacher la vérité aux gens en disant que les génériques sont exactement pareil que les princeps et qu’il n’y a aucune différence hormis le prix. Oui il y a des différences de qualité et d’efficacité, il suffit pour cela de lire les différentes publications faites sur le sujet, mais cette différence est acceptable au regard des économies permises à notre système de santé. C’est ainsi qu’on permet à plus de gens d’avoir accès aux soins …mais ça a un petit revers de médaille (encore une fois rare mais qui existe! Et même les autorités Américaines comme Européennes en sont conscientes! Ça met quelques (rares) vies en péril mais c’est ça aussi le prix de la santé pour tous).

        Cordialement.

        Daniel A.

        • DOURIEZ dit :

          Ce type de commentaires par un professionnel de la santé laisse toujours perplexe. Etre chercheur dans un laboratoire ne donne pas compétence sur l’assurance Qualité et le contrôle de Qualité mis en oeuvre dans les laboratoires pharmaceutiques.
          Je suis dubitatif sur l’argumentaire sur les antibiotiques quand on se rappelle que les génériques du Clamoxyl s’appelaient à l’époque Gramidil, bristamox…et il n’y avait aucun problème. Maintenant qu’ils s’appellent amoxicilline X ou Y, il y aurait un gros problème. Je crois plutôt que c’est l’incompétence de mon confrère qui est démontré.

          • Daniel . dit :

            Etre chercheur ne donne effectivement pas automatiquement des compétences dans le domaine de la Qualité, en revanche mes secteurs d’activités me permettent d’avoir un avis assez aiguisé sur les méthodologies employées et les résultats obtenus (ou pas!).
            De plus un chercheur, en plus de chercher, lit souvent beaucoup de publications et participe à beaucoup de congrès, ce qui permet souvent d’avoir un avis assez global (et parfois même assez juste) sur certains sujets.
            Et il se trouve que j’ai assisté à différentes conférences et lu plusieurs publications (pas uniquement à charge comme vous allez vous empresser de répondre) notamment sur les antibiotiques génériqués.
            De plus si vous lisez bien mes propos je n’ai JAMAIS parlé de « gros problème » concernant les antibiotiques … et je n’ai même pas cité l’amoxicilline … problème de vue?
            Mon commentaire, à l’instar de ceux de M. Platel et M. Laconi, cherche à ouvrir le débat. Le votre se solde par une insulte à mon encontre … le lecteur seul (et le modérateur) sera juge!
            Bien cordialement

    • bleu horizon dit :

      J’arrive avec du retard, mais les génériques ne sont pas nécessairement des copies exactes des princeps. En effet, les génériques sont généralement des copies mais peuvent être aussi légalement une  » copie imparfaite ». Au delà des excipients à effet notoire, l’article L5121-1 alinéa 5 du code de santé publique « précise bien que les différents sels, esters, éthers, isomères, mélanges d’isomères, complexes ou dérivés d’un principe actif sont regardés comme ayant la même composition qualitative en principe actif, sauf s’ils présentent des propriétés sensiblement différentes au regard de la sécurité ou de l’efficacité. »

      Un dérivé d’une molécule active peut avoir statistiquement les mêmes propriétés sur une population donnée mais des effets sensiblement différents sur un individu donné car chaque individu à polymorphisme allélique . Ce polymorphisme joue aussi bien sur le site d’action mais aussi sur les voies de detoxification .

      • docteurjd dit :

        Et les variations intra et inter-individuelles n’existent pas avec les princeps ?

        • bleu horizon dit :

          Vous avez raison. Il existe bien des variations individuelles même avec les princeps, je suis d’accords mais l’action de substitution (qu’elle que soit le sens) peut changer la donne pour individu donné si le principe actif n’est pas une copie strictement identique.

          Force est de constater que l’on substitue beaucoup plus par des génériques, c’est même l’objectif du dispositif.
          C’est la substitution qui peut poser problème.

          L’ordre des médecins précise que « La substitution d’un médicament à marge thérapeutique étroite par un autre médicament (que cela soit un princeps ou un générique) contenant le même principe actif, nécessite un suivi plus rapproché durant la période de transition — avec une éventuelle adaptation des doses — et mérite donc d’être particulièrement mûri. »

          Pour l’assurance maladie « Les génériques sont tout aussi efficaces et sûrs que les médicaments de marque. Ces copies de médicaments de marque qui sont, en moyenne, 30 % moins cher (…)». Elle vend le générique comme une copie mais ce n’est pas nécessairement le cas, la Loi en dispose autrement.

          Il existe des situations ou il y a eu des différences entre princeps et génériques sur l’efficacité. Pour exemple, La FDA (l’agence américaine du médicament) après avoir affirmé que le générique d’un antidépresseur était strictement identique au produit de référence, reconnaît finalement que ce n’était pas le cas et elle a fait retirer le générique du commerce (je peux fournir le lien si besoin)

          Par ailleurs, l’ANSM et l’Igass soulignent que les génériques sont des traitements sûr (basé sur des études de conformité). Toutefois, le rapport de l’Igass précise qu’un programme d’inspections spécifiques des sites a été mis en place. « ces inspections s’attachent à vérifier que les sites respectent les standards européens… Le bilan de ces inspections met en évidence des problèmes de falsification et de manipulation de données constatés à plusieurs reprises en pays tiers que ce soit sur les dossiers clinique (falsification d’électrocardiogramme) et/ou bioanalytique (falsification de chromatogrammes). L’insuffisance de la documentation relative au conditionnement des médicaments est par ailleurs systématique. ».

          Je suis pour les génériques si se sont de vrai copie (même molécule, même excipent, même concentration+/- 5%) , car, il est difficilement acceptable de devoir payer plus cher pour des médicaments strictement identiques, les économies effectués pourrait être rediriger vers d’autres actions de santé publique.

          Mais je suis contre les modalités (la substitution) et la gouvernance de se dispositif.

          Les génériques devrait passer la même AMM que les princeps.

          Mise en place de controles trés régulier par des organismes certificateurs européens dans les pays tiers (avec des interdictions d’importation en cas de falsification de données ou de défaut) et la mise en responsabilité civile des organismes certificateurs en cas de défaut (organismes qui devraient avoir une obligation d’assurance, assurance qui devrait être réputée solvable dont le siege social est dans l’Union. les assurances se chargeront elle même de contrôler les certificateurs )

          En outre, sur la substitution qui crée des situations de tension entre les médecins, les pharmaciens et les patients.

          Les autorités dépensent énormément d’argent en campagne de communication, en contrôle et en contentieux avec les professionnels de santé. Dans le cadre d’un refus de substitution, les patients n’ont plus accès au tiers payant et ne peuvent plus bénéficier de la télétransmission, les médecins sont contrôlés comme de vulgaire délinquant et certaines pharmacies ont été déconventionnée pour vente insuffisante de générique. Ces mécanismes sont peu efficace, sont couteux et créent des ressentiments de la part tous les acteurs.

          En l’espèce, bien qu’il n’existe pas de solution parfaite, une des solutions a explorer est de généraliser le tarif forfaitaire de responsabilité (TFR) à tous les génériques (en modifiant les modalités pour éviter des effets pervers) et aux équivalents ayant une ASMR de IV ou de V ( évitant ainsi la stratégie de contournement des labos par les « me too » qui sont de nouveaux médicaments de marque, donc non substituables, ayant le même profil pharmacologique et thérapeutique que le médicament de référence qu’il est destiné à remplacer, sans aucune amélioration du service médical rendu).

          Les avantages de la généralisation du TFR ; plus de substitution, économie maximum pour l’assurance maladie sur les traitements, économie sur les campagnes d’information, sur les contrôles et les contentieux, poursuite du tiers payant et de la télétransmission pour les patients pour les princeps et les génériques.

          Toutefois :
          * il faut continuer à réguler le prix des médicaments par un prix maximum, ceci afin d’éviter un reste à charge trop important pour les patients et limiter les risques d’entente illégale à la hausse des prix ;
          * La marge des pharmacies sur les génériques doit être la même dans ce mécanisme ;
          * Lors de la dispensation par le pharmacien, en contrepartie de cette marge, il aurait l’obligation pour celui-ci de d’informer le patient le reste à charge des génériques et des princeps disponible à la pharmacie.

          * Il faut poursuivre le tiers payant et la télétransmission pour les patients pour les princeps et les génériques.

          Grâce ces dispositions, c’est le patient qui in fine qui décide du choix final (en l’absence d’opposition du médecin) princeps ou pas (et ce sans effet sur l’assurance maladie) .

          Un effet mécanique indirectement, c’est l’alignement de tous les producteurs sur le TFR pour tendre vers un reste à charge minimum pour les patients.

  41. kervinio dit :

    je viens juste de recevoir un courriel sur les génétiques,’à vérifier) exemple pasfons avec merck même composistion spasfon ;2.81 les 30 comprimés, merck 2.13 les 10 comprimes soit 6.39 e pour un soin de 6 jours avec merck et 2.81 € pour la même durée avec spasfon, où est l economie de la sécu en plus, je paie 0.50 ct de ma pomme par boite ald 0.50 pour spasfon cela me fait penser au supermarché, les prix baissent mais le contenu aussi si vous verifiez le poids, là je pense qu’il y a encore une magouille entre laboratoires, état et ect
    mon Dieu madame Touraine, veut modifier beaucoup de choses, mais va t elle à l essentiel , on brasse, on brasse, on détricote

    • AnneD dit :

      Oui, comme vous dites si bien vous-même, à vérifier avant de poster un commentaire… C’est pas dur, l’explication est partout sur Internet : le Spasfon n’a pas de générique, c’est le Spasfon Lyoc qui a un générique, et il est au même prix que le princeps (car le laboratoire a aligné son prix sur le prix du générique). Comme vous dites, on brasse on brasse…

      • docteurjd dit :

        Ce faux exemple du Spasfon est un classique de la désinformation sur les génériques. Et quand on lit certains comme taires sur le blog on se demande si les génériques ne sont pas encore reconnus responsables du réchauffement climatique !

    • Aléatoire dit :

      STRIKE !

      Sur la forme : « je viens juste de recevoir un courriel sur les génétiques »

      Sur le fond : la désinformation du spasfon

  42. gonvers dit :

    Alors pourquoi fabriquer des génériques ???
    A des raisons de coûts je privilégie la santé et j’essaie d’écarter
    l’incertitude.
    Merci de vos commentaires qui cette fois ne m’ ont pas convaincu.

  43. sautreuil dit :

    Bonjour Monsieur
    je viens de vous écouter sur france2, vous êtes vraiment égal à vous-même, après vous être prostitué avec Mme La Ministre Bachelot pour justifier l’injustifiable à savoir la vaccination anti-grippale qui a coûté trop cher, vous continuez avec les génériques!! en affirmant sans rien justifier, vous êtes une honte pour l’information.
    profitez bien du service public de la TV cela ne durera pas éternellement,acceptez mes salutations
    Mr SAUTREUIL MAX

    • docteurjd dit :

      Cher Monsieur,

      merci de ce tombereau de merde. Vous êtes un vrai représentant de cette france éternelle qui ne doit pas disparaître.
      Si vous faites des fiches pour le jour du Grand Soir, n’hésitez pas à me dire ce qu’il vous fautcomme renseignements pour pouvoir facilement me trouver.
      Encore un détail : si vous courez aussi vite que je vous emmerde, Usain Bolt peut avoir peur

  44. laborie dit :

    Résumons la situation, le médecin nous prescrit un princeps, le pharmacien nous délivre un générique et une étude « révèle » que nous nous méfions de + en + des génériques et votre article parle du manque de rationnalité de notre comportement, c’est une blague ?
    Pourquoi si les génériques sont aussi efficaces que les princeps ne nous prescrit-on pas directement les génériques ? En tant que patient, la seule chose qui nous intéresse est l’efficacité du médicament peu importe son nom, les médecins n’ont qu’à nous prescrire des génériques et le problème sera réglé.

    • docteurjd dit :

      La loi, mal respectée, impose de gormer les futurs médecins en utilisant non pas un nom commercial mais la dénomination commune internationale (DCI) du médicament. De la même façon l’ordonnance devrait être rédigée en DCI.
      C’est rarement le cas.

  45. thomas dit :

    Si je souscris aux arguments que vous avez avancé aujourd’hui sur les génériques, je m’étonne tout de même que pas un seul instant vous n’ayez soulevé le problème du prix de ces génériques. Or une part de la réticence des français face à ces médicaments est bien le prix sans commune mesure avec la réalité de ces produits. On aimerait bien un jour vous entendre la dessus.
    Des laboratoires qui font leurs propres génériques!
    Des génériques qui augmentent de 30% en cinq ans
    Des prix totalement disproportionnés pour tout ce qui touche à la santé
    Il y a tellement de sujets a aborder pour rendre à la raison ces initiateurs du fameux trou de la sécurité sociale.
    Oui, nous aimerions que le spécialiste puisse vraiment nous livrer le fond de sa pensée.

  46. DARNET Nicole dit :

    bonjour,

    je souffre d’une hernie hiatale et je prends de l’inexium (le seul qui me soulage car les autres ne me font rien tel que pariet, mopral, etc..)
    J’ai travaillé 43 ans à la sécurité sociale et croyez bien que j’attache de l’importance à son budget !! Mais cessez de dire que les génériques c’est pareil ! Dans mon cas c’est faux. J’ai pris le générique de l’inexium quand il est sorti sans aucune arrière pensée et sans réticence ;dès le lendemain, je me tordais de douleur et j’avais de l’acide jusque dans la bouche !!!!! J’ai patienté 4 jours avant de retourner à la pharmacie où un dossier de pharmacologie a été fait par ma pharmacienne. Dès la reprise de l’inexium tout est rentré dans l’ordre.
    J’ajoute que je n’ai pas de problème avec les génériques d’autres médicaments. Alors mon docteur précise non substituable,
    Ne faudrait-il pas une enquête très approfondie sur les différents problèmes rencontrés avec les génériques ???

  47. SAGGINI dit :

    D’accord pour accepter de prendre des génériques.
    Par contre d’un mois sur l’autre le pharmacien change souvent
    le générique…..provenance d’un autre laboratoire……
    nouvelle présentation…….je trouve cela « perturbant »….
    Si j’ai bien compris le pharmacien achète au laboratoire faisant les meilleurs prix……donc, il « référence » ou « déférence » tel ou tel autre laboratoire….C’est une technique « grande distribution »…dommage.
    A mon avis, si nous avions tous les mois le même générique cela éviterait d’avoir toujours un doute sur ce fameux générique.
    Merci et bonne journée.

  48. MB dit :

    Bonjour,
    J’ai vécu 2 cas qui m’ont rendu méfiant à l’égard des génériques :
    – je suis suivi pour une hypercholestérolémie depuis plusieurs années, et traité par Lipanthyl micronisé. Je suis passé au générique pendant près d’un an, et mon taux de cholestérol est remonté très sensiblement. Mon médecin m’a remis au micronisé et la situation est revenue à la normale. Le générique contient la même molécule, mais n’existe pas en micronisé.
    – mon épouse est soignée avec un médicament depuis plusieurs années. Passée au générique, elle a ressenti des problèmes gastriques qui ont conduit son médecin à lui prescrire un médicament complémentaire pour éviter les douleurs (ce qui a augmenté le coût du traitement). Elle a décidé de revenir à l’original pour voir si les douleurs se passeraient, quitte à payer un peu plus cher, et là ce fut la surprise : l’original coûtait quelques centimes de moins que le générique ! Désormais elle continue avec l’original, ses douleurs d’estomac ont cessé, et elle coûte moins cher à la Sécurité Sociale.
    Ce ne sont que 2 exemples personnels, mais peut-être conviendrait-il de rechercher les vraies raisons pour lesquelles les français se méfient des génériques plutôt que de supposer qu’ils sont simplement stupides.
    Cordialement,
    MB

  49. alexander dit :

    Comment pouvez-vous être si affirmatif concernant les génériques ; je suppose que vous ne les avez pas essayés du moins pas tous.Le lundi 5 novembre mon petit fils après 15 jours de toux va chez le docteur ; résultat un antibiotique Amoxycilline. Le pharmacien donne un générique : résultat des vomissements pendant 1 jour et demi. Donc le mercredi 7 novembre nouvelle visite chez le docteur (SS 2 visites!!!) puis le docteur lui donne un sirop pour la toux délivré sans ordonnance…Qui est le gagnant ?
    Me concernant je prenais pendant des années du ZOKOR pour lutter contre le cholestérol ; on me donne un générique : maux de ventre résultat j’ai arrêté le médicament et je ne vais plus chez le docteur… De toutes façons comme le rapport entre le bon et le mauvais était bon je ne suis pas sûre que j’en avais besoin.

    • docteurjd dit :

      Je vous confirme que je n’ai personnellement pas testé les centaines de génériques sur le marché, notamment les formes pédiatriques et gynécologiques.
      A titre personnel, cependant, je n’utilise que des génériques quand cela est possible

  50. Docteur Guy VIGNEAU dit :

    Mon cher confrère,
    Contrairement à vous, j’exerce la médecine sur le terrain. Je l’exerce depuis 40 ans et j’ai eu l’occasion d’observer l’effet des génériques chez mes patients depuis leur commercialisation, c’est à dire depuis dix ans. Eh bien, mon expérience me permet de vous dire que ce n’est pas copie conforme. Si vous affirmez que la méfiance vis à vis des génériques est un mal franco-français, je puis vous dire que le manque de pragmatisme dont vous et nos technocrates font preuve est bien également un mal français dont fort heureusement, pour le bien être de mes patients, je ne suis pas atteint. J’ajouterai que vous pouvez consulter l’article que j’ai rédigé dans le Parisien de l’Oise du samedi 24 novembre, et que je tiens à votre disposition un article presque exhaustif sur ce sujet.
    Bien confraternellement.
    Dr Guy VIGNEAU

    • docteurjd dit :

      Juste une remarque : en quoi suis-je votre ‘cher confrère’ puisque je suis un allié des technocrates et que, selon vous, je ne vois pas de patients.
      Engueulez moi sans vous sentir obligé d’y mettre des formes, ce sera plus sincère.

    • DOURIEZ dit :

      Une expérience n’est pas une vérité, et voyant la position forte du prescripteur, il est normal que les patients retournent l’information que le médecin souhaite entendre (l’échantillon est donc biaisé). Ce discours est caractéristique de personnes ne connaissant pas la notion de façonniers. Lorsque un fabricant change de façonnier, la boite ayant la même couleur, aucun problème. Lorsque l’on change la couleur de la boite (cas du médicament générique, gros problème. Ce problème est récurrent dans d’autres industries: http://greentrend.blog-idrac.com/2011/12/12/coca-cola-et-la-wwf-lechec-marketing-de-noel/ Le coca n’a pas le même gout dans les canettes blanches. Ah les génériques (sic!!)

  51. MOUTTE dit :

    Docteur,

    J’ai écouté votre commentaire, alors je voudrais que l’on m’explique pourquoi il y a la vente des 2 médicaments.

    J’ai un membre de ma famille qui a eu des problèmes gynécologiques avec un générique.

    Sur TF1, M PERNOT a déclaré qu’il n’y avait pas sur les génériques des tests cliniques.

    Cordialement,

    Mlle mOUUTE

  52. filippini dit :

    pourquoi mon mail ne sera-il pas publié ?

    • docteurjd dit :

      De quoi parlez vous

    • Stalla-Bourdillon Bernard dit :

      Suite à mon message il était indiqué qu’il ne serait pas publié or je constate qu’il vient de l’être ; Je n’y comprends rien.D’ailleurs je constate d’après quelques commentaires que certains n’ont pas été publiés .On aimerait bien en connaitre les raisons; Où est la liberté d’expression ?
      Si j’ai tout compris vous apparement vous n’avez rien compris.Mais bien sur vous tremblez alors comment expliquer votre silence sur une situation aussi critique notamment vis à vis de nos pharmaciens. Sans doute mon commentaire ne sera pas publié.
      Salutations cher Docteur et bonne nuit.

      • docteurjd dit :

        Je ne comprends rien à ce que vous racontez. Je n’envoie aucun message indiquant une non- parution. Hormis un piratage de compte je ne vois donc pas d’ou viendrait un tel message.
        D’autre part ce blog n’est pas un forum en libre-service. Je modère les commentaires et s’ils sont bêtement agressifs ou insultants je les jette.

  53. filippini dit :

    pourquoi continuer les médicaments d’origine, si l’efficacité est la même pour plus cher?
    je prend du Stilnox pour dormir, de temps en temps. L’effet 30 minutes plus tard. Si je prend un générique, aucun effet. Est-ce de la folie ou autre chose.
    Autre question de mon médecin : comment peut-on dire qu’une boite de 30 pilules à 7€85 est plus chère qu’une boite de 24 à 6€50 ???????????????????????????????

  54. Hervé dit :

    Moi mon problème avec les génériques c’est les changements permanents de marques que m’impose le pharmacien. Je suis un traitement de longue durée, avec plusieurs molécules j’utilise un pilulier et d’un mois sur l’autre les cachets ont un aspect différent . Avec l’âge qui avance je vais finir par me tromper dans le traitement.
    Je suppose que ces changements doivent être liés à des problèmes financies

    • docteurjd dit :

      Excellente remarque ! Il faut bien sur arrêter ces changements intempestifs qui sèment la confusion.

    • Aléatoire dit :

      Demandez gentiment à votre pharmacien qu’il vous délivre le même laboratoire générique. Il n’est pas obligé d’accepter, mais il a tout intérêt à le faire si il veut que vous restiez gentil. Il faudra peut être le commander pour le lendemain donc ne vous y prenez pas au dernier moment. Je ne vois pas de raison (hors rupture) de ne pas accéder à cette demande.

  55. sese dit :

    n’y aurait-il pas corrélation entre la différence de prix d’un médicament et son générique ?
    Si, en France, la différence est minime, à l’étranger les différences de prix sont plus importantes.
    Alors pourquoi pas en France ?

    • docteurjd dit :

      Excellente remarque. Notre mode de fixation des prix est effectivement trop laxiste

      • Christian BROCHOT dit :

        Bonjour Docteur,

        Je prends de la « Fluvastatine » depuis des années et en bon citoyen,je me suis converti aux génériques, quelque peu obligé par mon pharmacien!!!!

        Et bien Docteur, le FRACTAL LP80mg, 90 comprimés pelliculés à libération prolongée est moins cher que son générique (moins,1.16€) et comme cela fait plusieurs fois que je signale l’anomalie, aujourd’hui je me suis indigné et j’ai exigé l’original vu que l’ordonnance stipulait (fluvastatine) et j’ai fait économiser 1.16€ à la S.S.

        cordialement,

        nb: OUPS!

        • docteurjd dit :

          Vous soulevez là une anomalie encore une fois bien française et qui mériterait un bon coup de balai

        • francou dit :

          Concernant le prix des génériques par rapport aux princeps, il est exact que certains sont au même prix, pour moins cher, je n’ai pas remarqué encore, mais cela ne m’étonne pas.
          Exemple le toco500 princeps est au même prix que le tocophérol générique.

          Je ne sais pas si vous pourrez lire, cela, mais ce qu’il faut savoir, c’est que votre pharmacien gagne plus sur le générique que sur le princeps, ce n’est pas sa faute, c’est le système qui a fait cela, pour le forcer à vendre plus de génériques.
          Personnellement je prends des génériques, à condition qu’ils soient de même forme galénique et même couleur et laboratoire identique au médicament princeps.

        • Aléatoire dit :

          Après vérification sur une base de donnée de médicaments (BCB), au 11.12.12 l’intégralité des spécialités (princeps ou générique) du groupe Fluvastatine LP 80 bt de 90 est à 37,19 €

          En regardant l’historique du prix de ce produit ici http://www.codage.ext.cnamts.fr/codif/bdm_it//fiche/index_fic_medisoc.php?p_code_cip=3400939865331&p_site=AMELI on constate que la base de remboursement a varié 3 fois en un an. Rien d’étonnant donc à retrouver des différences de prix sur une courte période.

          Votre pharmacien avait en stock une boite de Fractal qu’il ne vend presque jamais, achetée entre février et juillet et vendue à 36.03 € jusqu’à juillet. Il avait également des boites du générique qu’il doit vendre plus régulièrement et donc achetées après juillet et donc vendue à 37,19 €. Dans tout les cas, le prix de remboursement est de 37,19 € depuis juillet. Même si la vignette indique 36.03 €, la boite aura (normalement) été facturée 37,19 €.

  56. LABORIE dit :

    L’exception française ne vient pas des « consommateurs » mais bien des professionnels de santé qui continuent à faire vivre 2 marchés : celui des marques et celui des génériques. Si demain, notre pharmacien n’a plus que des génériques, cela réglera le pb, ne rejetons pas cette situation sur le consommateur s’il vous plaît !

    • francou dit :

      @LABORIE : Bien dit, effectivement le marché des génériques est seulement le fait de deux marchés, exactement comme dans les hypers marchés.
      Si, et je le conçois, pour des raisons d’économies pour la sécurité sociale, est de baisser le prix des médicaments. Au lieu de faire des génériques, il aurait fallu baisser le prix des médicaments princeps, mais alors : l’industrie pharmaceutique et le pharmacien, auraient laissé des plumes. Avec les génériques, c’est un marché à deux vitesses. Le pharmacien ayant plus de marge sur le générique que sur le princeps pour l’inciter à vendre le générique.
      Seulement on oubli de dire qu’il y a le vrai et le faux générique.
      Le vrai est la copie conforme, galénique c’est à dire cachet, dragée,gélule, et même couleur. Autrement c’est une fausse copie.
      En définitive, c’est le malade que l’on culpabilise, mais que l’on fait payer pour nourrir une industrie loin d’être pauvre.

  57. Guilcher Loïc dit :

    Bonjour Docteur,
    ce sujet des médicaments générique appelle de ma part une observation: selon mon médecin, les excipients feraient que , par exemple les préparations sous forme buvable auraient un gout plus amer, en tout cas moins attirant,
    d’autre part, la présentation sous plaquettes privilegiant l’emballage au produit (zyrtec et générique, on a dans un cas, 30 comprimés, ou 15 comprimés, dans l’autre, pour d’obscures raisons de risques de surdosages (d’apres mon pharmacien)
    enfin, je pense que l’effet placebo est ignoré dans l’analyse que j’ai entendue aujourd’hui, en effet, si on a payé plus cher, c’est forcément mieux.
    Pas vrai?
    Bonne journée

  58. lorentz dit :

    Bonjour
    je suis pharmacien biologiste retraité, non préoccupé par les génériques, ayant travaillé dans une pharmacie il ya bien longtemps (stage de début d’études et quelques remplacements).
    Merci pour votre position sur les médicaments génériques.

  59. Laurent dit :

    C’est bien beau de comparer bêtement la France au Pays-Bas, à l’Allemagne ou à l’Angleterre mais n’aurait-il pas été plus sérieux de comparer des pays où la législation sur la fabrication des génériques est la même. Ah mais pardon c’est vrai que ce post n’est qu’un billet d’humeur et non un article reposant sur des recherches sérieuses. Quel crédit lui apporter alors ?

    • docteurjd dit :

      Je n’ai, hélas, pas la chance d’avoir votre compétence dans ce dossier. Mais, au moins, je m’exprime sous mon nom et pas caché derrière un pseudo. C’est une différence notable aussi

    • DOURIEZ dit :

      Quel document vous permet de dire qu’il existe une différence de législation selon les différents pays européens? (http://www.processpropre.fr/Actualites/fichearticle/?id=851-%22L'%E9dition+2012+des+BPF+au+format+poche+vient+de+sortir+!%22)
      Avec la mondialisation et de le développement de l’Europe, les laboratoires pharmaceutiques respectent les mêmes référentiels de Qualité, ce d’autant plus que la commercialisation de leurs produits est internationale.
      Pour la bioéquivalence des produits, ce document est bien fait: http://grangeblanche.com/2010/06/15/la-bioequivalence-en-pratique/

      • eric dit :

        On nous indique que la France est en retard sur l’usage des génériques par rapport aux pays européens, et que l’Allemagne par exemple il n’y a aucune réticence de la part de la population.
        L’Allemagne ne s’interroge pas sur la concordance entre original et copie d’après les études. Bien évidemment, car le taux de concordance est chez eux totale, l’Etat oblige l’exactitude des composants : la molécule bien sûr mais aussi les adjuvants sont aussi identiques.
        La France n’oblige pas à avoir une exactitude à 100% des adjuvants, ce qui change forcements la capacité à soigner à un niveau identique du médicament original. Cela est évident mais pas pour l’administration de la santé publique de notre pays, pire ce détail est caché.
        Inutile de s’étonner de cet état de fait, la France est un pays de magouilles diverses et là ce sont les malades qui trinquent !

  60. DUPONT dit :

    Comment expliquez vous qu’un générique de l’omexel me donne de la sécheresse bucale que je n’ai pas avec l’original?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.