Obésité chez les 18-25 ans : un marqueur social de précarité

Si l’obésité semble cesser sa progression dans la société en France, elle ne connait pas de pause, en revanche, dans la tranche 18-25 ans. Et il ne faut pas y voir seulement une origine liée à des erreurs nutritionnelles.
Cette tranche d’âge est en effet la plus touchée, avec les seniors, par la précarité et le chômage. Beaucoup d’étudiants ont des revenus faibles, beaucoup de jeunes qui ont la chance d’avoir un emploi sont en CDD ou en missions d’intérim sur des contrats courts. Et le chômage touche près d’un quart de cette classe d’âge.
Ces problèmes sociaux et les difficultés financières qui les accompagnent ne favorisent pas des comportements alimentaires idéaux, d’autant que le budget global est grevé par le logement mais aussi par le téléphone mobile et internet et le tabac.L’alimentation vient souvent après tout cela.
Si on ajoute les prix élevés des fruits et légumes, on comprend que les jeunes cèdent plus ou moins à la facilité en se jetant sur des solutions simples, tels les sandwiches, kébabs ou hamburgers. Des nourritures roboratives, donc caloriques.
Et comme ils n’ont pas les moyens de s’inscrire dans des clubs de gym et pas toujours la motivation de faire de l’exercice physique, la situation ne s’arrange pas forcément.

De son côté, la grande distribution ne joue pas vraiment son rôle non plus. Les informations nutritionnelles sont rarement d’une grande clarté sur les emballages.Exemple : on y indique uniquement le taux de sodium, pas celui du sel. Or 0,4g de sodium c’est un gramme de sel.
Et il faut savoir aussi différencier les types de lipides, les graisses.Savoir aussi regarder les contenus caloriques. Entre deux barres de surimi on peut avoir une différence calorique de 50 %. La protéine de poisson coûte cher et il est tentant de la remplacer par d’autres produits, moins chers mais plus caloriques avec utilisations d’exhausteur de gout, souvent des corps gras auxquels on va ajouter du sucre.
Plutôt que de se faire de l’image à coup de pleines pages de publicité pour se vanter d’avoir financer des études anti-OGM, certaines enseignes feraient peut-être aussi bien d’améliorer leur étiquetage et d’être sures que les produits qu’elles font fabriquer, surtout dans les gammes ‘premier prix’ ont des qualités nutritionnelles acceptables

 

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

23 réponses à Obésité chez les 18-25 ans : un marqueur social de précarité

  1. saint-criq dit :

    Contenu sans rapport avec l’article ( cf infra)

  2. J. Vanden dit :

    Cher Docteur,

    Je vous suis de près, notamment sur Twitter où votre sarcasme ne manque jamais de pimenter mes journées et votre présence me permet aussi de suivre ce qu’il se passe en France étant maintenant basée au Canada

    Mais là n’est pas le sujet.

    Merci pour cet article particulièrement intéressant et pour votre analyse toujours pertinente.

    Je pense qu’en termes de messages de santé publiques sur les fruits et les légumes et compagnie, nous ne sommes pas en reste, et il en est de même en Amérique du Nord d’ailleurs… Et pourtant et pourtant… L’obésité continue de progresser partout ou presque…

    Merci aussi de pointer l’industrie, car en effet lorsque l’on se penche d’un peu plus près sur la composition d’un même produit issu d’une marque ou d’une autre (notamment les marques de distributeur ou produits premiers prix), les écarts nutritionnels font froid dans le dos ! Sans parler du marketing pervers et habile pour cacher certaines vices ou mieux faire passer la pilule : moins de calories, moins de sucres, moins de gras, bla bla bla. Mais de quel gras et de quel sucre parle-t-on ??
    Il en est de même au Canada et aux Etats-Unis et je vous passe les discours sectaires « Sugar is the ennemy » !

    Et à en lire les témoignages ci-dessus on en a bien la confirmation, l’alimentation est bien devenue une science pour les uns, une obsession les autres et un casse tête pour encore d’autres… Je trouve cela aberrant et bien sûr l’industrie agroalimentaire traditionnelle n’est pas la seule coupable et je ne mentionnerais pas l’univers de la mode et ses diktats ou encore cette florissante industrie qu’est le Bio, car elle y participe largement aussi en tire bien des profits.

    Enfin, je ne relèverais pas la bassesse de certains commentaires ci-dessus sur votre physique, dignes d’élève de CM1, mais me permettrais simplement de vous remercier de faire votre métier de médecin et de journaliste.

    Cordialement,

    J.

  3. MATHIAS dit :

    bonjour, pourrions-nous connaitre la source des chiffres avancés dans votre reportage sur l’obésité, notamment pour la tranche d’âge 18/25 ans.
    Merci par avance, nous attendons votre réponse qui sera utile pour notre travail .
    Martine MATHIAS

  4. Pepete dit :

    M.Flaysakier, je suis toujours étonnée de vous entendre parler de bonne santé, et, donner de bons conseils en ce sens, car, il me semble que vous ne les suivez pas scrupuleusement….quelques kilos en moins vous feraient paraitre plus crédible!!!
    Je sais, ce sont toujours les cordonniers les plus mal chaussés. Confirmation, donc.

    • docteurjd dit :

      Même réponse que plus haut. Si je ne vous parais pas crédible écoutez autre chose.
      Pour les kilos ils se perdent plus facilement qu’une certaine forme d’inélégance qui semble, elle, coller à son auteur

  5. victoriamary dit :

    Un kebab c’est 5 euro. Il faut les sortir. . Il y a des produits à moins d’1 euro comme une baguette blanche, des pâtes, des bananes, des pomelos à l’unité, des radis, un concombre, une salade, du foie de veau, des fruits à l’unité, une bouteille d’eau et même une canette de soda. Si vous achetez des légumes secs c’est pas cher à l’achat, bourratif, et sain.

    J’habite un département pauvre et je peux vous dire que les gens consomment beaucoup et jetent beaucoup. Canapé d’une valeur de plus de 1000e ou produits alimentaries transformés ça consomme beaucoup;

    Je crois que s’il y a un problème d’obésité c’est parce que les gens ne cuisinent plus ou ne savent pas cuisiner des plats simples, sain avec des produits de base.

    • nfkb dit :

      Quitte à ce que les profs me tapent dessus jais redire un truc qui me tient à coeur : on aurait beaucoup à gagner à expliquer la santé, l’hygiène de vie aux enfants à l’école entre 4 et 8 ans.

      Encore une fois il y a un choix à faire dans les priorités éducatives, je ne dis pas ce que c’est facile mais remettre en place des cours de cuisine/nutrition et de santé de base me parait utile

      • AdeK dit :

        Bonjour,
        (je suis professeur et non prof. L’élégance peut aussi être dans le vocabulaire.) Je ne veux vous « taper dessus », mais demander à l’école de faire toute l’éducation des enfants me semble un concept à la mode, les enfants ont des parents, éducateurs et pas seulement des géniteurs.
        Quant au fait de faire des ateliers cuisine nutrition, les règlements sanitaires en vigueur ne nous le permettraient jamais et si c’était le cas, je pense que beaucoup des enseignants éviteront de prendre le risque de se retrouver au tribunal si un élève se trouvait malade à la suite de ces ateliers.
        Donc demander à l’école de faire ce que les parents ne font pas, que les médecins ne font pas, la distribution pas plus . c’est un postulat un peu simple non?
        Ceci dit j’apprécie vos intervention, mais vous êtes tombés comme tous les journalistes ds la facilité « yaka » « fauque les autres fassent » de préférence les « profs » ( que de mépris ds le terme)
        Cordialement

        • docteurjd dit :

          Pardonnez moi mais si vous répondez à nkfb, ce n’est pas à moi.
          Je ne crois donc pas être concerné par votre diatribe pas plus que je ne pense que la personne que vous visez soit journaliste.
          Puis-je vous suggérer très respectueusement un tantinet plus d’attention et de rigueur la prochaine fois ?

          • Ade K dit :

            Je ne pense guère manquer de rigueur! Quant à la diatribe., mon texte ne rentre pas dans cette catégorie ou alors j’ai perdu de mes « lettres ».
            Je répondais bien à Nfkd, et je poursuivais dans l’idée d’une certaine élégance ds les termes employés.
            Pour ce qui est de l’allusion au journalisme, c’est simplement un raccourci effectivement trop rapide et mal à propos, pour rappeler le nombre d’articles , d’intervention qui tombent dans cette facilité et incite le citoyen lambda à en faire de même. L’appel régulier à l’école pour faire tt ce que le citoyen, le parent ne fait pas ou plus fait florès dans nombre d’articles.
            Que chacun prenne ces responsabilité. Souffrant d’une pathologie cardiaque, je surveille mon alimentation, je fais du sport , et ce sont mes parents (simples ouvriers) qui m’ont éduquée ds ce domaine aussi.

  6. BONNIGAL Michelle dit :

    En ce moment j’ai la phobie de manger 1 pain complet avec du miel un peu après une salade mixte le midi et après le plat du soir qui se compose d’une viande et légumes. Cela me permet de couper la faim. Mais cela peut-il avoir des incidences sur le diabète ? Merci d’avoir la gentillese de me répondre. Salutations.

  7. Grosrenaud dit :

    Monsieur,

    Bravo pour votre coup de gueule au journal de 13h de France 2 ce jour.
    Je suis ingénieur en agroalimentaire et j’ai travaillé 8 ans pour la grande distribution. Aujourd’hui, j’ai changé mon fusil d’épaule puisque je suis nutritionniste au service des particuliers et ainsi plus en accord avec mes valeurs. Je suis d’accord avec vous sur la part de responsabilité de la grande distribution ainsi que celle de certains industriels de l’agroalimentaire. Vous avez la chance de pouvoir dénoncer cela haut et fort. Merci de l’avoir fait.

  8. Mathilde dit :

    Bonjour, effectivement dans la tranche d’âge qui souffre de précarité, j’ai trouvé un moyen de palier à l’impossibilité d’aller en salle de sport : l’émission GRATUITE de Direct 8 : Gym Direct. Cette émission propose des séances quotidiennes, nouvelles à chaque fois. Cependant, la chaîne a été rachetée, et de ce fait, Gym Direct va être annulée. Encore une fois, on supprime ce qui nous aide (à faire de sport, à se faire plaisir, à perdre du poids, à économiser de l’argent, entre autre).

  9. Azzouz dit :

    Bonjour Docteur,

    J’ai toujours plaisir à vous écouter à l’antenne,
    avec des explications claires, et accessibles à tous, sur les problèmes de santé.
    Vous m’avez devancé dans ma question sur votre masochisme en parlant d’obésité ce midi dans le JT d’Elise Lucet !
    Cela ne remet nullement en cause votre crédibilité, j’ai personnellement pris 10 kg en 2 ans et à 52 ans, pas facile de les perdre.
    Comment concilier bonnes graisses de la gastronomie du Sud-Ouest, plaisir de la table, et garder la ligne ?!
    Cordialement

  10. LE BIHAN dit :

    Bonjour ,
    J’ai pu voir votre intervention dans le journal de 13h de France2 / l’obésitée . Ma suggestion est teès simple ; pourquoi ne pas mettre un système de note (en terme de danger calorifique) ou de classement sur les produits vendus. A = ss danger , Z = pleins de calories …
    Cordialement

    • nfkb dit :

      Les têtes pensantes du PNNS ont les cartons pleins de projets comme celui que vous décrivez.

      Quid de leur mise en place ? Lobbying de l’agro-alimentaire vs volonté gouvernementale ?

  11. marie dit :

    Merci pour votre intervention sur l’obésité sur france 2… faut pas vous voir physiquement… entièrement… sinon vous n’êtes pas crédible…

    • docteurjd dit :

      Rien ne vous oblige à m’écouter, savez-vous. Et puis les kilos peuvent se perdre tandis que l’inélégance et même une certaine forme de bêtise restent, elles. C’est injuste, je sais

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.