SABCS 11: avec l’acide zoledronique les cellules cancéreuses tombent sur un os

Prévenir la progression d’un cancer du sein chez une femme non ménopausée et réduire le risque de mortalité sans avoir recours à la chimiothérapie c’est possible. Mais pour cela il faut avoir recours à un médicament destiné, à l’origine, à renforcer la solidité des os. Etrange histoire.

L’acide zoledronique (ZOL) est en train de vivre une sacrée aventure. Ce produit appartient à une famille, les biphosphonates, dont la carrière a commencé comme traitement de l’ostéoporose.
Puis ces produits ont été utilisés dans la protection des os fragilisés par la présence de cellules cancéreuses.

Aujourd’hui on s’aperçoit que ces biphosphonates ont une action qui va bien au-delà de ce qu’on croyait. Ils semblent avoir un effet anti-tumoral direct mais seraient également capables de jouer sur le microenvironnement des tumeurs. Intervenir par exemple sur les cellules de défense, bloquer la pousse des vaisseaux sanguins chargés de ravitailler les cellules cancéreuses et purger la moelle osseuse de cellules souches cancéreuses qui ont réussi à s’y introduire.

Ces effets ont été découverts presque par accident. ZOL était prescrit chez des femmes recevant des traitements antihormonaux dans des cancers du sein exprimant des récepteurs aux estrogènes. Ces médicaments, inhibiteurs de l’aromatase, entrainent des déminéralisations osseuses. L’adjonction de ZOL chez certaines de ces femmes a montré qu’hormis l’intérêt pour les os, on constatait moins de récidives cancéreuses que chez celles qui n’étaient pas traitées ainsi.

Mais l’emballement a connu ses limites quand on s’est aperçu dans quelques études chez des femmes ménopausées que ces effets bénéfiques n’étaient pas retrouvés.

Cela n’a, cependant, pas freiné les recherches, notamment par une équipe autrichienne conduite par le professeur Michael Gnant.

Cette équipe a choisi de s’intéresser à des femmes non ménopausées atteintes d’un cancer du sein précoce et hormonodépendant. ’étude est baptisée ASBCG-12
Ces femmes strictement sélectionnées n’ont reçu aucune chimiothérapie !
Ces 1803 patientes ont reçu des injections de gosereline, un médicament appelé analogue de la LHRH et dont le but est de tarir la sécretion hormonale des ovaires.
Elles ont ensuite été  reçu un traitement hormonal, tamoxifene ou anastrazole, et l’acide zoledronique pour la moitié d’entre elles.

Le protocole a duré trois ans. Quarante huit mois et soixante deux mois après le début de l’étude, on a analysé deux données principales : la survie sans maladie et la survie globale. Le premier critère mesure le temps qui s’écoule entre l’inclusion dans l’étude et l’apparition de métastases ou d’extension locale de la tumeur.
Le second critère consiste à mesurer le temps qui s’écoule entre l’entrée dans l’étude et le décès, toutes causes confondues.
A 84 mois, les analyses ont été répétées. Et les auteurs ont constaté que les résultats trouvés précédemment continuaient à être favorables aux femmes recevant ZOL, bien que le traitement ait été arrêté quatre ans plus tôt.

Quel que soit l’antihormone reçue, l’adjonction de ZOL a entrainé une réduction de 28 % de progression de la maladie par rapport aux femmes qui n’en recevaient pas
De la même façon, la mortalité globale a été réduite de 37 % dans le groupe traité par rapport au groupe sans ZOL.

En termes absolus, cela représente environ 4 % de décès évités.

En matière d’effets secondaires, le produit a été bien toléré. On n’a pas constaté  en particulier la survenue d’un accident rare mais très sévère, l’ostéonécrose de la mâchoire, une destruction osseuse très invalidante.

L’analyse plus fine de l’étude a montré que le ZOL était d’autant plus efficace que les femmes avaient plus de 40 ans. Cela s’explique par le fait que le blocage ovarien est plus efficace dans cette tranche d’âge que chez les femmes plus jeunes et que les biphosphonates sont plus efficaces dans un environnement pauvre en estrogènes.

Cette étude présentée le 7 décembre à San Antonio lors du 34eme SABCS devrait rapidement trouver des applications concrètes, selon les spécialistes qui ont commenté les résultats à la fin de la présentation.

Rappelons encore une fois que les femmes incluses dans cette étude n’ont reçu aucune chimiothérapie ce qui n’a pas empêché 95,5 % d’entre elles d’être toujours en vie 7 ans après le début de l’étude.

Les cancers du sein hormonodépendants représentent deux tiers environ des tumeurs du sein. Ils représentent aussi la majorité des décès.

Des résultats comme ceux obtenus par l’équipe autrichienne devraient aider à changer cette donne.
Référence de l’étude :
Gnant M et al.

Long-Term Follow-Up in ABCSG-12: Significantly Improved Overall Survival with Adjuvant Zoledronic Acid in Premenopausal Patients with Endocrine-Receptor–Positive Early Breast Cancer.
Abstract S1-2
Accessible sur le site du SABCS  à partir du 12 décembre 2011

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à SABCS 11: avec l’acide zoledronique les cellules cancéreuses tombent sur un os

  1. Doulaye dit :

    Le traitement c’est pour combien de temps?et qu’elle est l’éducation derrière pour la patiente qui est sous Zometa?

  2. Doulaye dit :

    Qu’elle est l’éducation qui doit être la patiente qui est sous Zometa et c’est pour combien de temps de traitement .

  3. masson dit :

    bonjour, apparemment l’utilisation du zometa pour des cancers du sein precoces n’est pas dans l’AMM et les médecins ne veulent donc pas le prescrire. cela devrait il changer à court terme?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.