Insuffisance cardiaque après infarctus : des cellules souches cardiaques refont maçonnerie et électricité

La longue quête pour réparer les dégâts causes par un infarctus du myocarde sur le fonctionnement de la pompe cardiaque vient, peut-être de connaitre un tournant. Et cela grâce aux propres cellules souches des patients.

Imaginez qu’un organe soit livré avec un kit de réparation, une sorte de trousse de secours. C’est ce qui semble se passer au niveau du cœur, où une structure, l’appendice atrial, situé dans chacune des oreillettes, contient de précieuses cellules.

Ces cellules ont toutes les caractéristiques de cellules souches et peuvent se transformer en divers tissus utiles à la reconstruction du muscle cardiaque et de ses vaisseaux. Le paradoxe c’est que, jusqu’à présent, on n’avait jamais étudié sur l’être humain les possibilités de ces cellules souches cardiaques, ou CSC.

Réparer le cœur après un infarctus est pour tant un défi que de nombreuses équipes tentent de relever à travers le monde. On a tenté de le faire à partir de cellules appelées myoblastes et prélevées sur des muscles de cuisse.
On a aussi utilisé des cellules extraites de la moelle osseuse et porteuses de certaines caractéristiques biologiques. On travaille beaucoup en ce moment sur des modèles faisant appel aux cellules souches embryonnaires.

Cette frénésie de recherches est liée au fait que les séquelles d’infarctus sont parfois très sévères. La destruction du tissu myocardique en aval de la lésion de l’artère coronaire nourricière du tissu provoque, en effet, une destruction du muscle, un ‘infarcissement’. Peu à peu le tissu actif va être remplacé par un tissu fibreux dénué de toute faculté de se contracter.
Le résultat c’est un cœur affaibli et un ventricule gauche qui va éjecter beaucoup moins de sang oxygéné vers les divers organes. Ainsi, une insuffisance cardiaque se met peu à peu en place qui va s’aggraver avec le temps, provoquer notamment des œdèmes aigus du poumon, des hospitalisations, un essoufflement, bref une altération très importante de la qualité de vie

Même si on a aujourd’hui des moyens médicamenteux et des stimulateurs capables de prendre plus ou moins en charge l’insuffisance cardiaque, l’idéal c’est donc d’essayer de réparer les dégâts de l’infarctus le plus largement possible.

Des équipes américaines de Louisville et de Boston sont donc allées à la pèche de ces CSC. Les patients chez lesquels les cellules ont été récoltées avaient fait un infarctus du myocarde (IDM) avaient eu un pontage coronarien pour remplacer le segment d’artère malade et avaient moins de 75 ans.
Mais, surtout, ils avaient un ventricule gauche défaillant. Normalement, la capacité du cœur à se contracter est mesurée par la fraction d’éjection ventriculaire ou FEV. C’est surtout celle du ventricule gauche qu’on utilise.
Elle varie de 55 % à 75 %  environ.
Dans l’insuffisance cardiaque ce n’est pas la même chose ! Ainsi les patients inclus dans l’étude avaient une FEV gauche inférieure ou égale à 40 %.

L’étude, baptisée SCIPIO, qui est toujours en cours, a inclus 23 patients. Seize ont reçu les CSC et sept le traitement habituel.
Pour les 16 patients, on a injecté un million de CSC dans leurs artères coronaires en montant un cathéter par l’artère fémorale. L’intervention s’est déroulée 113 jours après l’IDM.

Rappelons qu’il s’agissait d’une étude dite de ‘phase 1’, c’est-à-dire sans but thérapeutique a priori mais destinée à mesurer la tolérance et la faisabilité de la méthode.

Mais les médecins ont eu la bonne surprise de découvrir que les cellules injectées avaient bien joué leur rôle.

Maçonnerie et électricité

 

On a constaté tout d’abord au bout de quelques mois une amélioration de la fonction du ventricule gauche, avec une FEV qui est passée de 30,3 % à 38,5 % chez 14 des 16 patients traités par CSC.

Chez sept de ces patients, l’examen IRM a même permis de voir une diminution de la taille de la zone détruite de près de 30 % en un an.

Les cellules souches ont donc acquis une double potentialité : repeupler une partie de la zone détruite et posséder les bons’ branchements’ qui ont permis une activité de contraction correcte.

Ce qu’on peut résumer en un double succès de réparation en ‘maçonnerie et électricité’ !

A-t-on trouvé les cellules souches enfin magiques ? Certainement pas. L’étude est de bien trop petite taille, 23 patients seulement, pour en tirer des conclusions définitives.
Il va falloir conduire des études à beaucoup plus grande échelle et mesurer sur plus d’un an le devenir de ces cellules transplantées.

Mais la piste semble séduisante. Elle est assez peu agressive, se fait 6 mois après l’accident initial, avec des cellules souches autologues, c’est-à-dire venues du patient, donc sans rejet envisageable et sans transformation par des facteurs de croissance potentiellement dangereux.

L’étude SCIPIO rappelle le nom de Scipion Africanus, Scipion l’Africain, l’homme qui vainquit Hannibal et finit par donner raison à Caton qui voulait qu’on détruisit Carthage. ‘Carthago delenda est’  se rappeleront les amoureux du Gaffiot)

 On peut imaginer que SCIPIO permette de vaincre à son tour les dégâts de l’IDM, pas complètement certes, mais suffisamment pour permettre aux patients de recouvrer une certaine qualité de vie.

La réponse dans quelques années.

Référence de l’étude et de l’éditorial :

Roberto Bolli et al.
Cardiac stem cells in patients with ischaemic cardiomyopathy (SCIPIO): initial results of a randomised phase 1 trial
The Lancet – 14 November 2011
DOI: 10.1016/S0140-6736(11)61590-0

Gerd Heusch
SCIPIO brings new momentum to cardiac cell therapy
The Lancet – 14 November 2011
DOI: 10.1016/S0140-6736(11)61648-6

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

18 réponses à Insuffisance cardiaque après infarctus : des cellules souches cardiaques refont maçonnerie et électricité

  1. Mélanie dit :

    Bonjour,
    Mon père (62 ans) a fait un infarctus de l’artere principale il y a 8 jrs. Il est sorti de l’hôpital au bout de 3 jrs et a été réhospitalisé d’urgence en soins intensifs depuis 5jrs. Son cardiologue lui a dit que le cœur était nécrosé et qu’il serait certainement en insuffisance cardiaque, il a un caillot qui s’est formé à l’interieur du cœur car le sang circule mal. Y a t-il des traitements ou des choses à faire (le plus tôt possible) pour que le cœur récupère le mieux possible? Pratique t-on en France « les cellules souches » si oui, où? Et combien de temps après l’infarctus doivent-elles être « implantées »?
    Dans l’attente d’une réponse de votre part,
    Cordialement.

    • docteurjd dit :

      A ce jour la greffe de cellules souches n’a pas donné de resulttats suffisamment positifs et reste du domaine de la recherche. L’important pour votre père est de pouvoir bénéficier d’un programme de readaptation cardiovasculaire . Discutez en avec son cardiologue. Et par prudence profitez en pour vous initier aux gestes qui sauvent. Vous n’en aurez sans doute jamais besoin mais c’est important quand on a un proche atteint de maladie cardiovasculaire

  2. chamayou dit :

    Madame, monsieur,
    Transplanté du cœur il y a environ 2 mois ½, j’ai décidé de relater le récit de mon « aventure » par l’intermédiaire d’un Blog initialement à l’attention de ma famille, mes amis, mes connaissances, publié sous forme d’épisodes.
    Si vous estimez qu’une partie de votre auditoire peut être réceptif à ma modeste initiative dénuée d’une quelconque ambition, les coordonnées sont les suivantes :
    http://chamayou.net
    Je me tiens à votre disposition si nécessaire.
    Bien cordialement
    JEAN PIERRE CHAMAYOU

  3. Mn Geoffroy dit :

    Bonjour
    Moi je suis tres anxieuse je dois prendre souvent de la vitaminesD et je bouche les arteres j ai un stent et j ai ete opere de la carotide et la je bouche l aorte ventrale j ai peur de prendre cette vitamine D je suis a 20 avec l analyse de sang quoi faire s il vous plait docteur reponder moi Merci d avance

  4. Faventin Jacqueline dit :

    bonjour,
    pourriez vous me dire en quoi consiste une angine de poitrine, est-ce une pathologie permanente ou bien se manifeste-t-elle comme une crise cardiaque ?

    • docteurjd dit :

      Je pense que le mieux serait pour vous de poser ces questions à votre médecin traitant qui saura vous répondre en fonction des demandes que vous formulerez

  5. daniel morgant dit :

    Décidément avec le principe de précaution dans notre pays nous avons toujours une longueur non pas d’avance mais de retard!!!
    Si vous voulez des renseignements sur l’activeur des cellules souches adultes, je suis à votre disposition pour vous informer!!

  6. cote dit :

    Cher Docteur
    Ayant eu un infarctus il y a 1 an et demi ,mon ventricule gauche ayant subit une nécrose j’ai posé à mon cardiologue la question au sujet de la greffe des cellules souches du coeur.
    Celui ci m’a répondu que de ce coté là il n’y avait pas d’espoir avant une dizaine d’années .
    Qu’ en pensez vous?
    Merci pour votre réponse
    J C Cote

  7. Belhadj Ziane Salima dit :

    Merci cher docteur de vous etre intéressé à mon cas,

  8. Belhadj Ziane Salima dit :

    Cher Docteur Flaysakier;

    J’ai regardé le reportage portant sur la maladie du syndrome de Tourette, et la façon extraordinaire dont la patiente a été traitée, je m’adresse à vous Monsieur afin que vous puissiez m’aider à guérir ma mère.

    Ma mère est âgée de 61 ans, elle a eu un AVC 3 ans auparavant, du à un pic de tension (elle était déjà hypertendue durant 10 ans); qui lui a causé une hémiplégie du coté gauche; une disphonie et la paralysie du t3, causant la fixation de son œil gauche. Après la rééducation ; une angioplastie et une désobstruction de l’artère fémorale ; son cholestérol a été stabilisé, sa jambe a retrouvé plus de mobilité, quant à son bras, il n’est toujours pas fonctionnel. Son état a été compliqué par le Parkinson des membres atteints.

    Les ophtalmologues nous ont conseillé la correction de son œil avec des verres à prisme, mais c’était impossible car l’ongle de déviation est trop important. Ma petite maman chérie perd de plus confiance en elle, alors qu’elle était une mère et une infirmière durant 32 ans très courageuse, consciencieuse, soucieuse de notre bien être et celui des tuberculeux qu’elle soignait. Mais aujourd’hui elle a peur de tout; la pluie; le vent; le fait de rester seule ne serait que pour 5 minutes; de marcher (manque d’équilibre, du à sa vue restreinte et son Parkinson).

    après l’exploit réalisé sur cette dame américaine, j’ai repris espoir. Je m’adresse à vous Monsieur, afin que vous m’orientiez vers une clinique ou un hôpital ( pas chers de préférence, avec les meilleurs médecins) où l’on pourrait traiter ma mère; je vous en supplie.

    Merci

  9. Pasco Pierre dit :

    Dr Flaysakier :
    Votre avis sur le potentiel comparé de la stratégie cellules souches cardiaques de SCIPIO par rapport à celle des cellules souches embryonnaires du Pr Ménashé (APHP Pompidou) ?
    Ou en est l’étude de Ménashé ?
    Merci d’avance
    Cordialement

    • docteurjd dit :

      Sauf erreur de ma part il n’y a pas encore de publication des travaux de Menasche. Je ne peux donc rien vous dire. Mais je trouve le travail décrit dans l’article bien interessant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.