Leucémie : des ‘tueurs en série’ pour abattre le cancer.

On parle beaucoup de traitements personnalisés en matière de cancer. Une forme encore plus avancée de ce concept va peut-être voir le jour si l’on en croit deux études publiées simultanément et qui concerne une forme de leucémie.
Vaincre ou tenir en respect son cancer en utilisant ses propres cellules de défense c’est ce que des patients pourront faire un jour si les travaux de deux équipes américaines spécialisées dans les maladies du sang aboutissent.
La leucémie lymphoïde chronique, ou LLC, est la plus fréquente des hémopathies malignes.
Elle ne nécessite pas toujours e traitement  quand elle évolue à bas bruit. Mais parfois, dans des formes très graves, il faut recourir à la greffe de moelle.
Cette thérapeutique, très efficace, est loin d’être simple. Quand l’autogreffe n’est pas possible, il faut trouver un donneur compatible et, faute de proches, la quête d’un tel donneur peut être très hasardeuse.
Ensuite, il faut ‘préparer’ le patient avec des traitements lourds, chimiothérapie et parfois rayons, et passer de longs moments à l’isolement en chambre stérile.
Enfin, il faut prévenir le rejet et aussi une réaction appelée ‘maladie du greffon ‘, GVH en anglais (Graft versus host) qui peut compromettre le succès de la greffe.

Dans la recherche de traitements moins lourds et tout aussi efficaces, une nouvelle méthode vient de faire irruption dans le champ médical, celle dite des ‘designer T cells’.

Le principe est simple, sa réalisation, en revanche, extrêmement complexe !
On récupère des cellules de défense du patient, des globules blancs appelés lymphocytes T qui correspondent au type de cellules impliquées dans la forme de prolifération leucémique. Il s’agit, bien entendu, de cellules saines.

Mises en culture en laboratoire, ces cellules vont recevoir la visite d’un virus, un lentivirus pour être précis. Il s’agit d’un virus HIV rendu totalement inoffensif. Ce virus va renforcer le potentiel destructeur des lymphocytes T ainsi récoltés, un peu de la même façon qu’on place des missiles sous les ailes d’un avion de chasse.
Ainsi transformées, ces cellules deviennent des CAR-T cells, des cellules T avec récepteurs antigéniques chimériques !
Les cellules tueuses sont réinjectées au patient en trois étapes et il n’y a plus qu’à les laisser faire.

Dans deux articles publiées concomitamment dans les revues ‘Science Translational Medicine’ et ‘New England Journal of Medicine’, deux équipes montrent que cette méthode peut présenter un vrai potentiel.

L’étude de STM a concerné trois patients, celle du NEJM un seul.
Les chercheurs ont constaté que les cellules ainsi transformées s’étaient bien multipliées dans le sang et la moelle osseuse des patients ainsi traités.

Et ces lymphocytes T modifiés n’ont pas chômé puisque deux des trois patients traités par les chercheurs de Pennsylvanie ont vu fondre leur tumeur. Des centaines de milliards de cellules leucémiques, une masse totale estimée à un kilogramme, ont été ainsi tuées.

Carl June, le responsable de l’étude parle de ‘tueurs en série’ pour ces lymphocytes car chacun d’eux a détruit au moins mille cellules leucémiques.

Des rémissions d’un an ont été constatées, et la surveillance continue.
Il est évidemment prématuré de parler de nouveau traitement, d’autant que les effets secondaires doivent être mieux connus et analysés. On sait, par exemple, que ce traitement détruit également les cellules saines productrices d’anticorps, substances indispensables aux mécanismes de défense qui nous protègent.

Il faudra donc trouver un moyen d’arrêter ces cellules tueuses une fois leur travail accompli grâce, par exemple, à des ‘gènes suicides’.

Techniquement le transfert viral et la préparation des cellules nécessitent des équipes de thérapie cellulaire très performantes et il n’y en a pas encore assez pour envisager ce genre de procédure en routine.

Cette forme très avancée de traitement personnalisé a, cependant, un  potentiel fort. On pourrait imaginer traiter les patients leucémiques par chimiothérapie et, ensuite, prendre en charge la maladie résiduelle par cette technique de thérapie cellulaire.

Une masse moindre à détruire générera sans doute moins d’effets secondaires. A terme, si cette méthode fonctionne bien, elle pourra permettre de ne pas recourir à la greffe de moelle.

Mais il va falloir encore de longs mois avant d’avoir des résultats plus robustes et imaginer passer à un stade moins expérimental pour traiter certaines leucémies mais aussi d’autres formes de cancer.

VOIR LE SUJET DANS LE JT DU 11/08/2011 à  27mn  42s  du début.

 

Référence des études:

Michael Kalos et al.
T Cells with Chimeric Antigen Receptors Have Potent Antitumor Effects and Can Establish Memory in Patients with Advanced Leukemia
Sci Transl Med 10 August 2011 3:95ra73. [DOI:10.1126/scitranslmed.3002842]

 David L. Porter et al
Chimeric Antigen Receptor–Modified T Cells in Chronic Lymphoid Leukemia
N Engl J Med. Published online August 10, 2011 (10.1056/NEJMoa1103849)
Référence de l’éditorial du NEJM :

Walter J. Urba and Dan L. Longo
Redirecting T Cells
New Engl J Med .Published online 10 August 2011 (10.1056/NEJMe1106965

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Leucémie : des ‘tueurs en série’ pour abattre le cancer.

  1. julie dit :

    Bonjour, et merci d’être ce que vous êtes, un homme simple , gentil et qui sait bien nous expliquer la médecine,
    bien, voilà ma maman 86 ans a un épaissement de la plevre on dit un mésothéliome cela se voit sur le scanner, mais on attend le résultat du prelevement de la plevre qui a été fait à l’aveugle, donc yaura peut etre pas de résultat, ma mère souffre, je sais pas comment évolue la maladie, en trois mois elle a diminué, j’ai beaucoup de peine, on lui a donné de la morphine, mais bon,! elle est en denni, moi aussi desfois, j’attend un miracle, mais pourquoi m’a t on dit aucune opération chirurgical ne sera possible, aucun traitement non plus ! donc cela veut dire que cela ne se soigne pas ? vraiment pas ? est ce du a son age ? il parait que c’est peut etre en lavant les bleus de mon père ya des années qui aurait amener cette maladie, fff, je ne sais meme plus ce que je voulais vous demander tellement je suis déboussolée, je ne sais que faire, voir d’autres spécialistes ? la laisser mourir a la maison avec des soins ? je sais plus , tout est arrivé si vite avec une douleur au thorax on pensait a un mauvais mouvement et non ! pleuresie et tout ce qui s’en suit, il parait que la durée de vie est de 3 mois a 12 mois, j’ai trop de peine,

    • docteurjd dit :

      Je comprends votre peine et votre détresse. Vous avez toujours la possibilité de solliciter un deuxième avis auprès d’une équipe spécialisée. je pense que les médecins qui s’occupent de votre maman ne verront aucun obstacle à passer le dossier à un cancérologue que vous leur indiquerez.
      Pour ce qui est du traitement lui-même je ne peux vous répondre car il faut avoir tous les éléments du dossier.
      mais sachez que l’age n’est plus un obstacle au traitement quand ce dernier est possible et quand les bénéfices sont supérieurs aux risques.
      En revanche, il faut aussi savoir accepter la mise en place de soins d’accompagnements et de soins palliatifs quand il y a un risque trop grand avec les traitements. l’important c’est de respecter la dignité de la personne malade et l’aider à vivre au mieux le temps qui reste.

  2. val dit :

    mais les traitements sont plus difficiles à adapter en pédiatrie, ce qui était le cas pour mon fils, 14 ans à l’époque, les médecins ont malheureusement pas mal chercher surtout que le lymphome dont il est atteint touche rarement les enfants ( lymphome B diffus à grandes cellules)
    val

  3. val dit :

    bonjour

    j’ai tjrs bcp de plaisir à vous écouter ds les journaux télévisés et je m ‘interresse tout particulièrement aux avancées sur le cancer.
    mon fils est depuis 2 ans en rémission d’un lymphome, après 2 rechutes, une auto-greffe et une allo greffe.
    si les tueurs en série pouvait éviter la difficulté de la greffe et ses graves conséquences ce serai une avancée considérable mais qui comme souvent ne s ‘adresserai ss doute qu’a un type de leucémie, mais j’ai aussi appris pdt les 3 ans de maladie que toutes les avancées ont des répercutions sur les traitements proposés……
    val

  4. mussi dit :

    Bonjour,

    J’ai écouté votre commentaire au journal de 13 heures de ce 16 août.
    Je suis en pré-ménopause mon médecin m’a prescrit « manhaé » sans hormone et sans soja et ce n’est pas plus efficace.
    Je fais du sport, je fais attention à manger équilibré, je ne fume pas, enfin je pense avoir une hygiène de vie correcte mais rien n’y fait !!
    Prise de poids, bouffé de chaleur, enfin la joie quoi !
    Cordialement, Mme MUSSI d’Ajaccio.

    • docteurjd dit :

      Le mieux est que vous en reparliez avec lui. Il saura adapter votre prise en charge. N’hésitez pas à lui préciser votre degré d’inconfort.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.