Le germe du concombre : comment éviter les pépins

La particularité de la situation allemande tient à la nature du germe en cause.
Il s’agit d’un  Escherichia coli (E. coli)  qu’on appelle plus familièrement un colibacille.

Il en existe près de 700 ‘variétés’ définies par des caractéristiques concernant leurs antigènes. On les ‘immatricule’ en ‘O’ et ‘H’. O correspond à l’antigène somatique et H à l’antigène du flagelle.

Ces germes colonisent notre intestin. Une vingtaine d’entre eux sont susceptibles d’être à l’origine d’infections diverses. Dans nos contrées, c’est la souche d’E. coli O157H7 qui pose le plus de problèmes.
Il y a quelques années, une affaire de steaks hachés vendus en grandes surfaces avait défrayé la chronique.
Ces germes sont particulièrement redoutables chez les personnes au système immunitaire défaillant, particulièrement chez les enfants et chez les personnes âgées.

Il provoque des diarrhées sanglantes et un syndrome appelé ‘hémolytique et urémique’ avec destruction des globules rouges et des plaquettes sanguines et grave défaillance rénale.

Mais dans l’histoire actuelle la surprise est multiple.
Le germe d’abord : c’est un E. coli O104, une souche quasi-inconnue
Les victimes ensuite : des adultes en pleine force de l’âge, des femmes surtout, sans aucune maladie intercurrente.

Cela tend à faire penser que l’inoculum bactérien, c’est-à-dire la quantité ingérée est très importante. Elle arrive à échapper à l’acidité gastrique et à déplacer les colonies existantes de colibacilles et prendre leur place.

D’où vient la bactérie ? C’est encore un mystère. Les colibacilles se trouvent surtout dans l’intestin des ruminants. Les bouses de vache vont donc être un vecteur essentiel de ces bactéries. Elles vont contaminer directement les aliments si on les utilise comme engrais ‘naturels’.
Mais la contamination peut se faire aussi par une eau souillée par ces bouses, eau qui sert à l’irrigation.

Point important : la contamination secondaire, c’est-à-dire entre humains, est plus que rare !
La bactérie ne vole pas dans l’air et ne se passe pas dans les postillons.
Elle est manuportée, c’est àdire qu’il faut avoir eu un contact avec des matières fécales du malade.

C’est pour cela que de rares cas ont été décrits dans les épidémies touchant les jeunes enfants, lors de la manipulation de couches souillées.

Cette affaire permet, cependant, de faire une piqure de rappel : le lavage des mains est impératif avant et après la manipulation de légumes et de fruits crus.
De la même façon, quand on travaille avec des légumes sur lesquels il reste un peu de terre, on lave le plan de travail avant de passer à autre chose.

Enfin, on fait bien cuire les steaks hachés quand ils sont destinés aux jeunes enfants.

Petite anecdote au passage. Pour traiter les formes les plus graves, potentiellement mortelles, les médecins allemands ont pris la décision d’utiliser un médicament très nouveau encore en évaluation et dont le traitement annuel s’élève à 280 000 euros par an !
Ce produit, l’éculizumab va être fourni gratuitement par le laboratoire fabricant.

Ce n’est pas du mécénat mais cela permet, en fait, au labo de réaliser un essai clinique en vraie grandeur et en temps réel.
Cela devrait lui permettre d’obtenir plus rapidement son autorisation de mise sur le marché.

NOTE D’ACTUALISATION DU 03/06/2011

Exit le concombre espagnol ! les tests menés conjointement en Espagne et en Allemagne ont disculpé le cucurbitacé ibérique.

En revanche, une nouvelle venue de Chine est moins rassurante.
Gràce à des techniques très sophistiquées d’analyse de l’ADN, les microbiologistes chinois ont pu montrer que le E. coli allemand est un hybride. Il est composé à 80 % de la structure du E coli O104 S4 isolé une première fois en Corée il y a six ans.
Les 20 % restants reproduisent la structure d’un E.coli isolé en République Centrafricaine et auquel on doit également des troubles digestifs et rénaux graves.

L’hybride a donc une toxine extrémement virulente et porte plusieurs genes de résistance à certains antibiotiquies.
D’autre part, cette bactérie entraine chez les patients les plus atteints, des troubles neurologiques tout à fait inhabituels.

L’urgence est de trouver la source de la contamination et de la tarir.

A propos docteurjd

j.Daniel Flaysakier est médecin de formation et journaliste professionnel dans le secteur de la santé sur une chaine nationale de télévision. Ce blog est personnel et ce qui y est écrit ne reflète que les opinions de JD Flaysakier
Ce contenu a été publié dans Non classé, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

43 réponses à Le germe du concombre : comment éviter les pépins

  1. Nicholas dit :

    Bonjour,
    J’ai un ami qui, après des analyses, a était diagnostiqué avec l’echeriechira coli dans les poumons.! Avez vous déjà rencontrer ce cas et pouvez vous expliquer une probabilité de son origine.?
    Merci

  2. lalie dit :

    Bonjour Docteur,

    Vous confirmez aujourd’hui, que nous pouvons manger tout sorte de fruits et légumes sans danger et qu’il n’a plus lieu de s’inquiéter?

    Merci d’avance et félicitation pour cet excellent site

  3. marie dit :

    Bonjour,
    Lors d’un séjour en Italie, j’ai découvert que dans les supermarchés et commerces de fruits et légumes, des gants en plastiques étaient à la disposition des clients. J’ai trouvé cela fort intelligent car il arrive souvent que certains « tripotent » les fruits ou autres avant de décider lesquels ils vont choisir !

  4. Ld dit :

    Bonjour,
    Après avoir lu, écouté vos commentaires à la télé ou plus récemment dans votre blog, je viens vous remercier d’être clair et pédagogue.Aussi,je me permet de venir à vous ce jour car je suis quelque peu « intriguée » par cette bactérie! Je me pose beaucoup de questions notamment comment un simple lavage des mains au savon suffit pour se débarrasser de cette bactérie?Ne faut il pas un désinfectant,type gel hydro-alcoolique plutôt?En outre, il est dit qu’il conviendrait de bien laver les légumes,plan de travail lorsque l’on cuisine or, lorsque je fais mes courses, je touche aux légumes me met peut être les mains dans la bouche, touche à d’autres denrées emballés ou non,ETC la bactérie peut être potentiellement disséminée?Si celà est plausible peut-être que celà explique une épidémie aujourd’hui et encore demain…?
    Connait-on sa durée de vie à l’air libre sur un objet, légumes?
    Comme je vous le disais que de questions (j’espère pas trop idiotes!!) générées par les nombreux débat d’idées, de réflexions entre amis, voisins…mais rien ne vaut une réponse d’expert comme la vôtre!
    Merci d’avance.

    • docteurjd dit :

      REPONSE A LD :
      Je ne suis pas un expert, loin de là. Mais, en matière de maladies manuportées, une bonne hygiène avec des savons et des substances détergentes suffisent à mettre à mal la paroi des bactéries.

  5. brigitte diet dit :

    J’ai un peu de mal à comprendre comment un légume qui aurait été lavé pourrait transmettre un E coli. Ce dernier serait il susceptible de se développer ou de survivre à l’intérieur du légume?

    • docteurjd dit :

      REPONSE A BRIGITTE :
      Moi aussi surtout s’il est bien lavé avec une eau vinaigrée, bien épluché et eventuellement bien cuit !

  6. Perrin Gérard dit :

    J’apprécie toujours beaucoup vos commentaires qui ne sombrent jamais dans le catastrophisme ou le spectaculaire mais qui sont toujours empreints de beaucoup de « sagesse ». Trève de compliments. J’apprécie aussi les propos de Danielle concernant le lavage des légumes. Un bon lavage à l’eau potable c’est déjà pas mal mais en période de risque un lavage avec de l’eau aditionnée de quelques gouttes d’eau de javel ou de permanganate suivi bien sur d’un rinçage à l’eau potable devrait permettre de’éviter de nombrteuses infections alimentaires. Combien d' »expats » ont pratiqué cela dans les pays en voie de développement et ont ainsi évité le pire ?
    GP

  7. JACS dit :

    Pourriez vous expliquer pourquoi (si on connait bien la bactérie incriminée Escherichia coli ) on n’arrive pas a la traiter ?
    est ce du a quelques cas spécifiques (imnuno déprimés) mais il semble d’après les éléments que nous avons que des personnes saines ont été atteintes, donc pourquoi?
    ce que je veux dire c’est que si on connait bien cette bactérie il parait surprenant de ne pas savoir la traiter ….
    merci par avance et bravo pour cet espace

    je ne pense pas être le seul a se poser cette question

    • docteurjd dit :

      REPONSE A JACS :
      On arrive a le traiter sauf les 1à 2 % de formes graves et mortelles. Ce qu’on n’arrive pas à faire c’est trouver l’origine de la contamination

  8. Fabrice dit :

    bonsoir,
    n’y aurait-t-il pas eu de problèmes aussi lors de l’importation de ces concombres?Ou lors de leur stockage à leur arrivée?
    Si il y aurait transmission par les bouses de vâches,pourquoi si peu d’agriculteurs sont touchés par ce germe?
    Ce qui est inquiétant,c’est le nombre de cas qui augmente en Allemagne.
    Mais ce qui est inquiétant aussi, c’est la peur qui se développe autour de ça relayée par les médias,et le gâchis qui en résulte(plusieurs tonnes vont ètre jetées).
    Je ne pense pas qu’il soit utile d’en arriver à ce point alors que la contamination est localisée.Bravo pour votre blog très intéressant.

  9. Quilici--M.G. retraité-- dit :

    Bonjour,
    Personne (??) n’a émis l’hypoth. d’une attaque bactério…
    Qu’enpensezvous ?
    A.Q.
    Médecin retraité

  10. Daniele Hawkins dit :

    Bonjour Docteur,

    Juste une question, si vous voulez bien y répondre.

    Je suis une grand mère française mais ai passé de longues années dans des pays tropicaux ou subtropicaux où mon époux était en poste pour son travail.

    Il n’y était pas souvent recommandé de manger des légumes frais, mais on nous conseillait de les laver dans de l’eau pure en y ayant ajouté du permanganate de potassium – je pense me souvenir du nom mais il y a de longues années. J »y lavais donc mes salades, et autres légumes ou fruits.. Je ne me souviens pas non plus de la quantité du dosage.. quelques gouttes me semble-t-il dans une bassine d’eau pure.

    Cette manière serait elle selon vous efficace pour laver les légumes et fruits comme le concombre en ce moment, et les tomates peut-être?

    Merci de tous les conseils que vous nous donnez parfois sur Télématin ou autres émissions télévisées. Clairs et plein de bon sens ils m’ont toujours aidée.

  11. Valery dit :

    Bonjours Docteur,

    Le fait que la source exacte de la contamination à l’heure actuelle soit totalement inconnue n’est pas du tout rassurant vue la résistance de la bactérie aux antibiotiques, sa propagation, sa virulence et les ravages qu’elle peut faire même si on respecte les règles d’hygiène se lavant les mains sans dire laver les légumes et même les éplucher. Cependant toutes ces précautions d’hygiène ne servent plus à grandes choses des lors que les engrains de légumes sont contaminés dans leurs phase de croissance par le sol, soit par les eaux souilles d’irrigation. Dans ces conditions je ne vois pas comment éviter les pépins et surtout comment éviter ce redoutable virus autrement que jeter à la poubelle les concombres que j’ai dans le frigo et ne plus en consommer jusqu’au nouvel ordre sachant qu’aujourd’hui jusqu’à la preuve du contraire les légumes incriminés constituent une véritable bombe biologique mortelle ?

    • docteurjd dit :

      REPONSE A VALERY :

      pardonnez moi mais je ne partage pas du tout ce point de vue. je pense que vous n’avez aucune raison de vous débarrasser de ces concombres.

  12. zigmund dit :

    (medecin oph)
    j’ai du mal à comprendre ce qui se passe avec cette bactérie
    pourquoi seulement concombres et tomates, pourquoi l’allemagne (les allemands ont la réputation d’être + « hygiénistes  » que nous
    dans la région d’Espagne incriminée il y a peu d’élevage donc peu d’eau souillée à priori .
    est on sûr que seule cette bactérie est en cause ?
    tout ça n’est pas clair pour l’instant …

    • docteurjd dit :

      REPONSE A ZIGMUND :
      L’affaire n’est, en effet ,pas simple. les cas sont bien limités géographiquement. même les cas étrangers ont séjourné dans la région. près de 80 % des personnes ont consommé du concombre. Mais il y a les autres, bien sûr !
      le diagnostic sérologique a été fait à chaque fois et retrouve E.coli O104h4.
      L’enquête continue.

  13. Christiane dit :

    Bonjour,

    J’ai manqué votre passage sur France2 aujourd’hui, allez-vous résumer sur votre blog ce que vous avez expliqué aujourdh’ui à France 2? Juste une autre question: ne pensez-vous pas que puisqu’en France il n’y a eu que trés peu de cas et tous en relation avec l’Allemagne, la situation n’est pas alarmante en France sinon nous aurions eu plus de contaminés? La contamination n’est-elle pas unique ment liée à ce lot de concombre importé d’Espagne par l’Allemagne?
    Merci à vous pour vos interventions sur France 2 trés éducatifs et bonne continuation.

  14. raud dit :

    J’ai acheté ce WE des concombres et j’aimerais savoir si une préparation sous forme de légumes cuits (à l’identique de courgettes) et après avoir pelé les légumes peut représenter un risque potentiel ou pas, et ce de la même façon qu’en consommation crue
    Merci de votre réponse

  15. claire dit :

    J’ai pu lire la semaine dernière que la période d’incubation est de l’ordre de 3 à 8 jours avec une médiane à 3-4 jours. Aujourd’hui, on parle d’une période d’incubation allant de 7 à15 jours… Sauriez vous nous dire quelle est réellement la période d’incubation?
    J’ai mangé à plusieurs reprises la semaine dernière des tomates bio provenant d’espagne et je dois avouer, sans être parano, que l’inquiétude est grande!
    D’avance merci pour votre réponse

    • docteurjd dit :

      REPONSE A CLAIRE :
      je pense que si vous aviez du être malade, ce serait déjà fait ! les seuls cas français concernent des personnes ayant séjourné en Allemagne.

  16. BOYER dit :

    je souffre actuellement de fortes douleurs au ventre, avce diarhées mais pas de sang , je suis de plus fort inquiete car il y a quelques jours j ai effectivement mangé des concombres que dois je faire merci

    • docteurjd dit :

      REPONSE A BOYER :

      je ne donne aucun avis personnel car je ne connais pas votre dossier. mais je suis certain que vous avez un médecin de famille parfaitement compétent. demandez lui son avis.

  17. Christine dit :

    Si j’ai bien compris, les bactéries se trouvaient sur les légumes et il aurait suffi que ceux-ci soient lavés pour que les personnes ne soient pas contaminées ?

  18. DAVID dit :

    Bonjour Docteur ,
    Ma fille atteinte de la maladie de CRHONE depuis de nombreuses années , souffre fréquemment de douleurs à l’estomac et de diarrhées qui se produisent surtout avant d’affronter l’extérieur .
    Elle travaille , et son travail lui plaît …Elle est suivie régulièrement par un gastro tous les six mois . Elle prend du PENTASA jusqu’à 8 / Jr , mais arrive à se limiter à 4 / jr durant de longues périodes + MOPRAL qu’elle prend assez régulièrement .
    Puis , depuis quelques mois elle a imaginé qu’elle souffrait d’allergies alimentaires … Elle a donc procédé avec l’accord de son gastro à une analyse de sang en France pour dépister des allergies qui s’est révélé NEGATIVE .
    Depuis elle a effectué le test IMMUPRO et là ils ont détecté des allergies de plusieurs aliments dont LE GLUTEN … Elle croit beaucoup au résultat de ce test mais refuse d’en parler à son gastro craignant sa réponse , elle accorde beaucoup de fiabilité à ce test et pense qu’ à long terme ses douleurs vont s’améliorer ???!!!!
    Depuis elle suit un régime alimentaire seule , qui me semble peu équilibré et ses moyens financiers ne lui permettent pas de consulter un diététicien ce que je lui conseille ….
    Le matin ne sait pas par quoi remplacer le pain , ce qui l ‘interroge beaucoup .
    Questions : se test IMMUPRO est il fiable ??? que pourrais je lui conseiller au niveau alimentaire pour lui éviter des carences ???
    MERCI Docteur de votre compréhension .

    • docteurjd dit :

      REPONSE A DAVID :

      J’ai pris comme règle absolue de ne pas donner de conseils médicaux sur ce site. En dehors du fait que je ne connais pas les dossiers il est fréquent que les questions posées soient hors de mon petit champ de compétences.
      Je crois qu’il faut oser en parler à votre médecin de famille qui saura vous orienter.

  19. georgette dit :

    merci docteur pour votre blog que je ne connaissais pas.Mais je vous suis regulierement sur france 2 je suis particulierement interessee mon mari a eu un annevrisme un a v c. triple pontage avec stens .angine de poitrine avec stens .Je sais cela pare beaucoup mais il est .tres bien suivi avec beaucoup de medicaments aussi je suis tres attentive a vos cnseils
    merci de continuer a nous informer

  20. cotenet dit :

    que penser du principe appris de ma mère et de ma grand mère: toujours laver légumes et fruits dans de l’eau vinaigrée, et bien rincer, E.C.E.H. est elle sensible au milieu acide

  21. valerie dit :

    Je vie actuellement a Hambourg et dois accoucher d’ici 15jours. Cette epidemie m’inquiete quelque peu et je souhaiterais savoir quelles peuvent etre les risques de transmission au bebe via le placenta en cas de contamination?

    Merci!

    • docteurjd dit :

      REPONSE A VALERIE :

      cela suppose que vous soyez infectée et que vous fassiez une septicémie. conditions qui ne sont pas réunies pour l’instant et vous aurez eu le bébé d’ici là !

  22. SONIA VILLON dit :

    bonjour juste pour vous dire que votre nouveau blog est très bien fait.
    Bonne continuation.

  23. stephane dit :

    Le cout de l’eculizumab, dose SHU atypique annuel chez l’adulte est de 400000€, la dose est plus importante que dans l’indication classique qui est l’HPN.
    Si ça peut accélérer l’AMM du solaris, ce sera une bonne chose.
    Ce n’est pas la première fois qu’une épidémie touche des adultes essentiellement cf archives internal medicine d’octobre 2010 je crois. C’est sur mon blog pour la ref exact.
    Pour les mesures prophylactiques sur le site de l’INVS c’est très très bien fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.